MENU ZINFOS
Faits-divers

De nouveau "victime" de ses compagnes, le polygame masqué retourne en prison


Un homme va passer une année en prison pour avoir frappé la mère de l’un de ses enfants. La victime venait d’apprendre que la mère de ses autres enfants était de nouveau enceinte de lui, alors qu’elle devait être son ex depuis deux ans. Comme lors de ses deux précédentes condamnations pour violences conjugales, qui impliquent une troisième femme, il est toujours celui qui a essuyé la furie et les coups, mais malheureusement pour lui, le manque d’équilibre de ses compagnes a toujours joué en sa défaveur.

Par - Publié le Lundi 31 Janvier 2022 à 21:37

De nouveau "victime" de ses compagnes, le polygame masqué retourne en prison
Certains y verront du progrès, d’autres un cas irrécupérable. Le progrès, c’est que cette fois, il n’y a qu’une seule victime à la barre. Irrécupérable, car Brian* a de nouveau été pris a mener une double-vie, sauf que cette fois, les deux femmes sont les mères de ses enfants, sans que l’une sache pour l’autre.

Jeudi dernier, Karine* s’est rendue au commissariat de Saint-Pierre pour dénoncer son conjoint qui venait de la frapper. Le rapport médical confirme l’agression et elle se voit prescrire 3 jours d’ITT. Le conjoint est justement en route vers le commissariat pour raconter sa version. Mais sur les conseils d’un ami croisé en chemin, il se ravise. À la place, il la menace sur les réseaux sociaux… à proximité du commissariat.

Elle découvre la vérité

Pendant ce temps, Karine explique aux policiers qu’une dispute a éclaté, car elle vient d’apprendre que la mère de ses autres enfants est enceinte de lui. Elle indique être en couple avec lui depuis deux ans et a un bébé d’un an avec lui. Pour Brian, la relation est bien différente. Elle s’est terminée au bout de deux mois il y a deux ans, lorsqu’elle "a essayé de l’étrangler en pleine nuit".

Visiblement, il n’avait jamais quitté la mère de ses trois enfants avec qui il est marié religieusement. Celle qui avait été sa victime lors de sa condamnation à 10 mois de prison avec sursis en 2020. Celle qui était déjà l’une des victimes en 2019 lorsqu’il a agressé ses compagnes de l’époque et où il a écopé de six mois avec sursis. Celle qui l’attendait encore aujourd’hui devant la salle d’audience.

Le prévenu a bien du mal a expliquer la nature de ses relations avec ses compagnes. Il poursuit ensuite en affirmant que Karine a glissé pendant qu’elle l’agressait. Il assure n’avoir rien fait en raison du sursis qui planait sur lui. Il lui a même fait un câlin pour la calmer. Elle déclare de son côté avoir suffoqué en raison de la pression qu’il a exercée.

La même malchance en 2019

Brian affirme qu’il avait subi le même scénario en 2019. La troisième femme de l’histoire, qui avait appris qu’il était marié religieusement, lui avait cassé une bouteille sur la tête. 

Malgré les témoignages qui affirment le contraire, il assure que Karine n’arrive pas à se détacher de lui. "Donc la victime ne dit que des mensonges ?" lui demande la juge, ce à quoi il va répondre par l’affirmative. 

Il explique ensuite qu’il avait entrepris un travail sur lui-même pour "ne pas être un méchant papa". Il tient pour preuve que cela fait deux ans qu’il se tient à carreaux. 

Il accuse surtout Karine d’être jalouse de ses enfants et de lui reprocher de trop parler d’eux. Me Frédéric Hoarau, qui défend la victime, va lui souligner que "la première chose à faire quand on aime ses enfants, c’est de les reconnaître".

"Il est presque convaincu de ce qu’il dit"

L’avocat va poursuivre sa plaidoirie en affirmant que le prévenu "considère que les femmes sont un dû. C’est quelqu’un qui n’a pas conscience de l’autre. Il nie, il n’a aucune empathie. Sur les autres violences conjugales où il a été "victime", malheureusement il a été condamné. Il ne pouvait rien faire, car il était otage de la justice. Il est presque convaincu de ce qu’il dit, c’est ça qui est le plus inquiétant".

La procureure Caroline Calbo va abonder dans ce sens. "Je ne vois pas d’évolution depuis ses deux condamnations. Je ne sais pas sa conception des femmes. À chaque fois, c’est lui la victime", argue-t-elle avant de requérir 6 mois de prison et la révocation des sursis précédents. Elle demande également l’interdiction d’entrer en contact avec la victime.

Me Sameïdha Mardaye va, elle, faire valoir que ce procès, comme dans de nombreuses affaires de violences conjugales, oppose "deux versions antinomiques". Elle rappelle qu’il n’y a pas de témoins visuels et que le certificat médical peut correspondre à la version de la chute.

Le tribunal va le déclarer coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à une peine de 12 mois de prison, dont 6 avec sursis. Elle ordonne la révocation partielle d’un sursis à hauteur de 6 mois ; il part donc 1 an en prison. Il aura toujours plusieurs sursis en cours à sa sortie de prison. Il a interdiction d’entrer en contact avec la victime.

*Prénom d'emprunt


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Tony les bons tuyaux le 01/02/2022 04:44

Misère, misère…

2.Posté par Amonavis le 01/02/2022 08:08

À mon avis, les femmes aiment bien cette situation, est-ce qu'il y a un mandat de dépôt, est-ce qu'elles vont s'étriper pour l'avoir dans leur lit, est-ce lui qui ne veut pas reconnaître les enfants ou elle qui ne trouve pas d'intérêt,
Dans ce trikmardaz, je pense que seul la nature peut régler le différent.

3.Posté par Bizarre le 01/02/2022 12:34

Voilà ce qui arrive lorsque l'on souhaite faire un enfant a la va vite, combien de couple se forment en l'espace d'un ans et font un enfant dans la seconde, moralité l'amour rend aveugle et les bien vrai.

4.Posté par Funny le 01/02/2022 18:22

Si c'était ma sœur vite fait bien fait li t fini fugue en métropole 😈😈

5.Posté par Atterré le 02/02/2022 10:07

L'amour est aveugle, mais le mariage rend la vue."
Georg Christoph Lichtenberg

6.Posté par Ali le Kafhir le 02/02/2022 13:19

y a matière a faire des télénovelas à la Réunion

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes