[Alt-Text] [Alt-Text]
LOCAL
Alertes infos :

Dans le Sud, la SPA accueille chiens et chats dans des locaux neufs



Dans le Sud, la SPA accueille chiens et chats dans des locaux neufs
 
Pas d’inauguration, pas de conférence de presse, l’installation de la SPA du Sud dans les nouveaux bâtiments de la Civis, à Pierrefonds, s’est faite dans la discrétion la plus totale. Pourtant, depuis le mois de juin, la SPA du Sud est officiellement devenue le gestionnaire du nouveau refuge de la Civis.

Le flamblant neuf centre animalier de la Civis se divise en deux zones distinctes : une fourrière chargée notamment de recueillir les animaux errants et de ramasser les cadavres d'animaux sur la voie publique mais aussi un refuge pour les accueillir. C’est donc cette partie du centre, le refuge, qu’occupe dorénavant la SPA du Sud. Depuis le mois d’avril, la SPA avait notamment quitté le refuge du Tampon de la CASud.

Pour l’heure, la fourrière n’est pas encore opérationnelle, les locaux sont encore vides. "La Civis vient de lancer la semaine dernière un appel à candidature pour la gestion de la fourrière. Les entreprises ont 40 jours pour répondre", explique Stéphane Babonneau, le directeur général des services techniques de la Civis. En attendant, Nicole Espérance, la présidente de l’association "SPA du Sud" ne cache pas sa satisfaction de voir enfin ce projet se concrétiser : "Nous sommes très bien installés. Nous avons passé une convention avec la Civis pour la gestion du refuge", précise-t-elle.

Du coup, depuis le mois de juin, le personnel de la SPA du Sud a pris possession des lieux : 170m² de locaux réservés au bonheur de nos amis à quatre pattes, chiens et chats. Le nouveau refuge compte 22 boxes fermés de 10m² pour les chiens et une chatterie.

Actuellement, les nouveaux locaux de la SPA n'affichent pas complets, surtout que la nouvelle fourrière voisine n’est pas encore ouverte. Les services de la Civis espèrent l’ouvrir d’ici le mois de novembre. Il sera alors encore temps de penser à une inauguration, plusieurs années après le lancement d’un projet dont le chantier est longtemps resté à l’abandon. A l’époque, la Civis avait connu beaucoup de soucis avec le maître d'œuvres. L'intercommunalité avait dû procéder à "une résiliation au tort de l’entreprise" et désigner un nouvel entrepreneur pour enfin terminer ce centre animalier.

Lundi 8 Août 2011
Lilian Cornu