MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

D’Edéna à Zac Renaissance : quel avenir pour notre patrimoine économique ?


- Publié le Mardi 24 Novembre 2015 à 08:41 | Lu 404 fois

D’Edéna à Zac Renaissance : quel avenir pour notre patrimoine économique ?
L'éditorialiste du journal « Le Quotidien » nous interpellait récemment, à l'occasion de la vente d'Edena à des Mauriciens, sur la captation d'une bonne partie de la valeur ajoutée créée à la Réunion par des opérateurs extérieurs agissant sur notre territoire.

« Le Quotidien »  nous a  permis aussi de nous faire prendre conscience de cette autre réalité : "Un euro sur trois des dépenses des  Réunionnais tomberait dans l'escarcelle d'un groupe extérieur " et au vu des autres projets envisagés, il n'est pas irréaliste de dire que bientôt ce serait 2 euros sur 3...

La question que  nous devons nous poser face à cette situation est la suivante : notre économie fait-elle aussi partie de notre patrimoine et que nous restera-t-il si nous ne réagissons pas ?

Certes, sur le plan purement économique et concurrentiel, il n'y a pas forcément grand-chose à faire ou à dire aujourd’hui. Le plus grand, le plus fort ou le moins scrupuleux gagne,  et continuera de grappiller des pans de l’économie réunionnaise.

Or,  l’histoire nous a démontré que la présence locale d’entreprises extérieures ne dure par nature que le temps des bénéfices qui, notons-le au passage, n’ont pas non plus tout naturellement, vocation à rester sur le territoire.

Qu’adviendrait-il alors si l’économie dominée par ces entreprises se dégradait au point de les voir se retirer en masse ?

 Si ce patrimoine et la valeur ajoutée qu'il crée continuent de nous échapper, quels investissements garantiraient notre avenir et surtout celui des prochaines générations ?

Les richesses créées par les entreprises quelles qu’elles soient, devraient en premier lieu profiter au territoire sur lesquels elles l’ont été.

Il nous revient donc et à nous seuls, de renforcer l'ancrage territorial qui fera  que l’essentiel de la richesse créée servira notre île. 

A l’évidence, des entreprises dont les dirigeants sont ancrés dans notre territoire ont nécessairement plus que d’autres une responsabilité sociétale dans la durée. Naturellement, elles intègrent les préoccupations sociales, environnementales dans leurs activités. L’histoire de ces entreprises et celle de notre île sont intimement liées. Les marges dégagées sont réinvesties localement.

Développons-nous donc  nous-mêmes, avec, mais non pour l'extérieur. Nous avons démontré notre capacité à le faire.

Il ne s’agit pas cependant de nous enfermer, bien au contraire, profitons, dans des partenariats « gagnant-gagnant », de ce que d’autres peuvent nous apporter, mais cela ne pourra pas se faire dans une logique de prédation.

Protégeons, valorisons, et sauvons ce patrimoine économique, comme nous protégeons les autres pans de nos patrimoines.

Dans cette logique déterminante pour notre avenir, il me parait hautement souhaitable pour la préservation de ce patrimoine, qu’une donnée relative à l’engagement au profit du territoire soit systématiquement intégrée aux critères de décision.

Dans cette perspective, par exemple,  la volonté et le dynamisme  pour le développement économique de Saint-Paul sont  à saluer avec, notamment, la future zone commerciale "La renaissance".

 Mais, après EDENA et bien d’autres, notre patrimoine économique peut être  à nouveau exposé dans ce projet.
En effet, faisant  référence cette fois ci à un article du « JIR », il y aurait en compétition Carrefour, qui appartient au groupe Hayot,  et  Leclerc, qui appartient à deux familles réunionnaises dans la grande distribution depuis plusieurs générations.

L’engagement de ces dernières dans la vie locale n’est plus à démontrer.

 Il se traduit notamment par des initiatives sociales portées par des associations comme l’Ecole de la 2nde chance,  des associations en faveur de la solidarité,  ou encore en faveur des très petites entreprises ayant adhéré au programme « Alliances Locales » ou enfin, dans « l’école de la transformation » (association intervenant entre autre dans la formation à la création d’entreprise de cadres demandeurs d’emplois).

Dans ce projet, ne devrait-on pas évaluer aussi  le niveau d’engagement dans la société locale du second postulant avant de décider?
 
L’occasion est en l’espèce, donnée aux décideurs politiques d'afficher, bien entendu dans le respect des règles administratives, leur détermination pour que vivent notre île, nos entreprises réunionnaises et les générations à venir, en prenant en considération cette donnée déterminante pour l’avenir de notre île.
 
Pour ma part, sur ce critère fondamental, mon choix est fait. Mais je ne suis pas le décideur

Alix SERY
Un réunionnais soucieux du devenir de son île dans la durée
 




1.Posté par un transformé le 24/11/2015 11:31

en forme alix !

2.Posté par Précurseuse le 24/11/2015 16:21

L'article 63 du Traité de l'Union Européenne oblige la France (comme les 27 autres états membres) à mener une politique de libre circulation des capitaux. De fait, la France ne peut pas s'opposer à la vente d'une entreprise nationale (ou locale) à des compagnies étrangères, qui ne resteront que le temps de la prise des bénéfices.
Aussi, et parce qu'on ne peut pas changer l'Union Européenne (article 48 du TUE : il faut l'unanimité pour changer les traités européens), il faut sortir la France de l'UE et retrouver notre droit à décider nous-mêmes, pour nous-mêmes.
Là, nous pourrons enfin privilégier notre économie locale.

A bon entendeur, salut !

3.Posté par Precursor le 24/11/2015 16:24

Article 63 du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne (TFUE) :
"Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites."

En clair :
- il n'est pas interdit de délocaliser dans l'UE, (logique)
- il est interdit de restreindre les délocalisations intra européennes, (encore logique)
- il n'est pas interdit de délocaliser en dehors de l'UE, (là vous pouvez commencer à vous poser des questions, mais bon, admettons...)
- il est interdit de restreindre les délocalisations en dehors de l'UE !!!! (là vous pouvez vous poser la question : cela peut-il réellement profiter aux PEUPLES de l'UE ?...)

Compte tenu de cet article 63 qui est au-dessus des lois françaises, tous nos politiques qui prétendent lutter (ou vouloir lutter) contre les délocalisations, c'est à dire presque tous, sont :
- soit d'incultes hors-la-loi (hélas possible),
- soit des menteurs !!! (hélas probable, souriez si vous voulez mais moi je ris jaune...)

Pour lutter contre les délocalisations et la vente de notre patrimoine économique, la seule façon légale est de dénoncer l'article 63 du TFUE. Or pour modifier cet article 63 (comme tous les autres) il faut l'unanimité des 28 états membres (cf. article 48 du TUE)... Un pays comme le Luxembourg (par exemple), qui ne vit que de l'article 63, ne voudra jamais qu'on en touche une virgule !
La seule solution pour sauver notre ile et notre pays c'est de sortir de l'Union Européenne (article 50). Je n'ai exposé ici qu'un petit résumé sur un article, il y en a tant d'autres...
Je vous invite à rejoindre la résistance sur www.upr.fr

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes