Météo

Cyclones : "Il y a une forte probabilité que la saison soit plus active"


Cyclones : "Il y a une forte probabilité que la saison soit plus active"
La semaine dernière, les météorologues de la station de Vacoas ont fait part aux autorités mauriciennes de leurs prévisions à long terme sur la saison cyclonique 2012/2013, faisant état de dix cyclones possibles dans le bassin sud-ouest de l’Océan Indien. Quel crédit donner à cette étude ? Peut-on réellement prévoir à l'avance la formation et le nombre de systèmes dépressionnaires ?

Pour Philippe Caroff, prévisionniste à Météo France, "l'étude à long terme permet de donner quelques tendances mais en aucun cas des prévisions déterministes à plusieurs mois d'échéance. C'est donc un exercice limité en terme de portée d'intérêt car pas fiable à 100%". Autrement dit, il est impossible de savoir le nombre exact de phénomènes cycloniques pour la saison à venir.

"Forte probabilité que la saison soit plus active"

Néanmoins, le prévisionniste souligne que la prochaine saison cyclonique "sera normale ou plus active que les saisons dernières" dans le bassin sud-ouest de l'Océan Indien. Pour appuyer ces dires, il se base notamment sur la formation du cyclone tropical Anaïs durant le mois d'octobre, un phénomène dépressionnaire précoce. "Si on regarde les archives, statistiquement, la formation d'un cyclone tropical au mois d'octobre donne une forte probabilité que la saison soit plus active", explique Philippe Caroff.

Une saison cyclonique normale, selon le prévisionniste, équivaut à la formation de neuf tempêtes tropicales, dont environ la moitié se transforment en cyclone. Par contre, impossible de savoir si les cyclones en question impacteront Maurice ou La Réunion car "le hasard des trajectoires n'est pas prévisible plusieurs mois à l'avance".

L'année dernière, 11 phénomènes dépressionnaires s'étaient formés dans la zone du sud-ouest de l'Océan Indien mais il n'y avait pas eu d'impact à La Réunion puisque Giovanna, le cyclone le plus menaçant, était passé à environ 300km des côtes réunionnaises. "Les prévisions des trajectoires sont donc liées au contexte météoroglique au moment où le phénomène se produit", conclut Philippe Caroff.
Jeudi 25 Octobre 2012 - 11:12
Lu 3411 fois




1.Posté par pipoteur le 25/10/2012 14:14

Allez, je me lance: Il y a 50% de chance que ce qu'ils annoncent soient une anerie lol

2.Posté par timagnol le 25/10/2012 21:55

Le père Caroff est sans doute un peu moins K.N que ses homologues mauriciens bien qu'il ait lui aussin un peu abusé du 'rum plantation" ou "saret" coté Bourbon ! A quoi sert donc ce genre d'augure. S'il se trompe et il dira naïvement, je vous l'avais bien dit qu'il est impssible de faire des prévisions en la matière ! S'il tombe juste et nous dirons: une chance de KOKU ces guignols !. Bref et dans tous les cas, il vaut mieux lui aussi qu'il se mette en grève ou qu'il fasse un élevage de crapauds buffles, ça lui évitera une promotion trop rapide de chef d'escadrille !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 17 Janvier 2018 - 15:56 Berguitta à 510 km des côtes réunionnaises