MENU ZINFOS
Blog de Pierrot

Cure d'amaigrissement pour la presse écrite...


Par - Publié le Mardi 6 Octobre 2009 à 11:31 | Lu 1762 fois

C'est dimanche que je me suis fait la réflexion en prenant mon Quotidien. Il était léger comme jamais précédemment.

Lundi, j'y prête plus d'attention. Un lendemain d'élections, le journal du Chaudron se contente d'un 52 pages, alors qu'il en comptait plus d'une dizaine de plus voici quelques mois. Dans le même temps, le JIR en comporte 64.

Aujourd'hui, 68 pages pour le Quotidien, dont 4 rien que pour la liste des engagés au Grand Raid. Le JIR lui plafonne à 64 pages, dont 3 pour le Grand Raid.

Je sais bien que la qualité d'une presse ne se mesure pas au nombre de pages, mais la cure d'amaigrissement a été sévère...


Pierrot Dupuy
Pierrot Dupuy est le fondateur de Zinfos974. C’était le 1er septembre 2008… Aidé d’une petite... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par michel rvn blanche le 06/10/2009 14:09

Eh oui dimanche le Quotidien était vide en article et fin comme une feuille de...........papier !!! mais ça depuis un certain temps Le Quotidien est plus un prospectus de pub qu'un journal d'information !!! et en plus son site internet est payant, merci CKC !!!

2.Posté par Under Ground le 06/10/2009 18:29

J'ai eu peur pour toi Pierrot...
J'ai cru un instant que tu allais commencer un régime :-)

3.Posté par Mdrrr Under Ground le 06/10/2009 18:40

Cf = le régime sans sel ou sans UMP ?

4.Posté par Montfort le 06/10/2009 19:33

Ceci explique cela, maintenant que le papier hygienique est de trés bonne qualité et à trés bon prix il n'y a plus aucune raison valable pour acheter le '' Q '' c'est logique. De plus le poisson n'est même plus emballé dans du papier journal il n'y a vraiment plus aucun pretexte pour se fournir chez les guignoles locaux genre JPh L , qui lui a manqué du dit papier dans un bureau de RFO. Quant au JN F qui voudrait encore lires ses " écrits " digne d'un journaleux d'un autre âge....?

5.Posté par lorant le 07/10/2009 09:01

Au Quotidien, si vous avez remarqué, il y a plus d'articles, mais ils sont moins long et les lecteurs s'y retrouvent, et il y autant de pubs. C'est une consigne pour être plus facile à lire et pour économiser le papier qui a encore augmenté.
Dimanche en tout cas, j'ai trouvé un intéressant magazine sur le phase de Bel-Air, il n'y avait pas que de la politique. C'est bien, parce que qui prend vraiment le temps de lire les journaux le dimanche?

6.Posté par LN le 07/10/2009 10:04

RÉACTIONS SUR L’ARTICLE «TOUT ÇA POUR ÇA » DE FRANCK CELLIER
PUBLIE SUR LE QUOTIDIEN

A l’instar d’un grand nombre de réunionnais, j’ai voulu en ce lundi 5 octobre 2009, lendemain d’un rappel aux urnes pour certains électeurs, prendre connaissance des résultats des villes concernées.
C’est ainsi que j’ai lu l’article de Monsieur CELLIER. Au vu des propos tenus, j’ai tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’un courrier d’un lecteur militant, malencontreusement inséré en page 3, mais après avoir téléphoné au Quotidien, j’ai eu confirmation qu’il s’agissait bien d’un « journaliste » de la rédaction.

En résumé, voici les quatre« grandes » idées de l’article, reprises avec les propres mots de Monsieur Cellier :

- Les électeurs n’aiment pas que les juges remettent en cause leur choix puisqu’ils offrent une victoire encore plus large aux vainqueurs invalidés.
- Face à des battus qui prétendaient être victimes d’irrégularités, l’électeur leur répond que le bourrage d’urnes et les pressions relèvent d’une époque révolue.
 La gifle est cinglante pour l’UMP battue partout, le décalage grandissant entre les aspirations de la population réunionnaise et la politique du gouvernement.
 Le pompon : faut-il présenter la facture de cette séance de répétition pédagogique aux juges du Conseil d’Etat qui ont estimé que certains faits dénoncés avaient violé le vote populaire ?
Pour résumer à ma façon, certainement caricaturale, ces items déclinés plus haut peuvent se traduire ainsi :
- Un reproche aux battus de ne pas avoir accepté leur défaite, donc forcément des mauvais perdants ;
- Qui pourrait être assez naïf pour penser qu’il existe encore des pressions alors que ce temps est bien évidemment révolu ? (on peut même se demander si ce lobby politique évoqué a un jour réellement existé ?) ;
- Vive le PS, le PCR et à mort l’UMP et le gouvernement ;
- Une piètre opinion des juges du Conseil d’Etat qui ont accepté ces recours, et le corollaire : de l’argent jeté par les fenêtres puisque les mêmes ont été réélus.

Je ne prendrai pas la peine de commenter ces quatre points. Mon débat n’est pas là. L’analyse proposée n’est que la partie vers laquelle Monsieur Cellier a bien voulu braquer les projecteurs. Si ce journaliste avait vu plus large et fait un panoramique, au lieu de rester focalisé sur le même angle, le lecteur aurait pu se faire ainsi SA propre opinion sans être « contaminé » par celle étriquée du journaliste.

Il est important de rappeler que la liberté démocratique a permis la liberté d’expression et d’opinion. Les médias sont là, avec pour but premier, la retransmission objective des faits. Est-ce vraiment ce que fait Monsieur Cellier dans son article et est-ce ce but que vise Le Quotidien ?
Ce qui pourrait se comprendre d’un lecteur, exprimant ses propres convictions politiques, est-ce déontologique de la part d’un média d’éditer un article aussi partisan ?

Historiquement, ce «quatrième pouvoir » qu’est la presse a permis de dénoncer et d’informer de faits qui seraient restés sous silence : le scandale du Watergate, la violations de droits, surtout dans des régimes totalitaires, etc…. Certains journalistes en osant s’élever contre l’iniquité se sont faits ainsi la voix des sans-voix, la voix de ceux qui ne pouvaient pas ou ne savaient pas s’exprimer. La force de ce quatrième pouvoir résidait en un contre-pouvoir puissant face aux trois autres jugulés par l’Etat.
Mais depuis une vingtaine d’années, ce «quatrième pouvoir» s’est vidé de son sens. Face à la mondialisation, et surtout préoccupée par la poursuite de son gigantisme, de ses intérêts particuliers, qui la contraint à courtiser les autres pouvoirs, la presse ne se propose plus d’être ce « quatrième pouvoir » et abandonne ses objectifs de dénoncer les abus contre le droit, ni de pointer du doigt les dysfonctionnements de la démocratie. Ce contre-pouvoir initial s’ajoute aux autres pouvoirs existants – politiques et économiques - pour écraser, à son tour, comme pouvoir supplémentaire médiatique, les citoyens.

La question qui se pose désormais est celle-ci : comment se défendre, comment réagir contre cette offensive de ce nouveau pouvoir qui a, en quelque sorte, trahi les citoyens en passant, avec armes et bagages, à l’ennemi ?

C’est à cette fin que l’Observatoire International des Médias a vu le jour. Il considère que la liberté absolue des médias, réclamée à corps et à cris par ceux-ci, ne saurait s’exercer aux dépens de la liberté de tous les citoyens.

Et justement ce n’est pas le cas. Notre liberté à nous citoyens : c’est de disposer d’une information, sans propagande idéologique, sans aucune manipulation, ni contamination.
Aujourd’hui, les médias sont le seul pouvoir sans contre-pouvoir et s’est ainsi que s’est crée un déséquilibre dommageable pour la démocratie.

Face à cette dérive, un nouveau concept émerge, celui du « cinquième pouvoir », celui que nous avons, nous l’opinion publique, de ne pas nous laisser influencer par la presse et de ne pas prendre pour argent comptant tout ce qui est écrit ou montré. Faisons nous nos propres idées, restons sur le factuel et ne nous laissons pas influencer par des médias de moins en moins indépendants.
Nous nous battons pour obtenir des aliments « bio », moins contaminés que les autres. Au même titre l’information se doit d’être « bio ».

Pour clore, le débat, j’arrête tout de suite ceux qui pourraient penser que ma réaction sur cet article est guidée par une quelconque appartenance à la droite locale. Je crois aux hommes (et à nous aussi mesdames), à leurs idées et ce quelle que soit leur appartenance politique. Il serait temps d’abandonner les clivages politiques et de penser que la vérité ou l’intelligence est forcément dans son parti et que les idiots sont évidemment de l’autre côté.
Jusqu’à présent, aucune étude scientifique n’a encore porté sur le QI de nos hommes politiques et sur la couleur politique qui comptait le plus de têtes pensantes. Dieu, nous en préserve, nous pourrions tomber de haut !

Si tel était le cas, et au vu d’élections passées et non invalidées, La Réunion compterait un député UMP de moins ! La preuve, Monsieur Cellier, que ce n’est pas forcément le meilleur qui gagne et que les électeurs peuvent se tromper !

Mais moi, je ne suis pas journaliste. Mes écrits n’engagent que moi : je peux donc me permettre de délirer…


LN


7.Posté par zervo le 07/10/2009 18:53

Il y a longtemps que je ne lis plus la presse papier. en fait depuis la disparition orchestrée du Réunionnais: le seul journal qui mettait les qualités et les talents Réunionnais en avant...
Il y a une place à prendre mais il faut avoir les reins solides.

8.Posté par Denis974 le 07/10/2009 19:21

A LN : vous allez mettre la même réaction dans tous les messages de ce site ? C'est du spam... vous voulez nous contaminer ?

9.Posté par LN le 07/10/2009 22:35

A Denis 974

C'est uniquement parce qu'il évoquait la pauvreté du Quotidien. Désolée !
Je n'ai lu qu'après le commentaire sur les élections, et il m'a semblé plus approprié de l'insérer à la suite de cet article.
Mais faites comme je lis votre journal, lisez en diagonale, ça évite de relire les mêmes âneries !
LN

10.Posté par Sainthil le 08/10/2009 06:24

A LN : Je ne vois pas ce que vous reprochez à Franck Cellier, hormis n'être pas d'accord avec ce qu'il a écrit, ce qui est votre droit. Un journaliste a parfaitement le droit d'exprimer son opinion et de livrer son analyse d'une situation. Il y a dans tous les journaux des éditorialistes qui donnent leur point de vue sur l'actualité - Pierrot Dupuy le fait régulièrement sur ce site - point de vue évidemment personnel. Vous défendez la liberté d'expression et d'opinion, et vous reprochez à Franck Cellier de livrer son opinion. Vous confondez la présentation "objective" des faits et la libre opinion d'un journaliste quant à ces faits. Quant aux lecteurs, sauf à ce que vous les considériez comme de parfaits abrutis incapables de se faire eux-mêmes leur opinion, ils ont le choix de partager l'analyse de Franck Cellier, d'y être opposés, de s'en foutre ou bien encore de ne pas lire son article.

11.Posté par LN le 08/10/2009 11:33

A Sainthil

Encore un collègue ?

Vous avez raison : Franck Cellier a le droit d’avoir ses opinions et j’ai le droit de ne pas les partager.
Mais il y a quand même une sacrée différence entre l’impact lorsqu’on parle politique dans un cocktail et se servir de son titre de journaliste pour faire passer ses propres opinions. J’ai seulement soulevé la question de l’indépendance de la presse et apparemment, ça fait réagir, mais surtout la presse…
Quant à la comparaison avec le fait que Pierrot, dans son blog, diffuse sa vision de l'information, elle ne tient pas la route. Ce blog a la mérite d'ouvrir le débat, ce ne que permet pas un journal.
En outre, ne vous en déplaise, l' article de Franck Cellier ne figurait pas sous le nom d'un éditorial. Sous ce titre là, l'opinion personnelle du journaliste était plus concevable.

LN

12.Posté par Sainthil le 08/10/2009 13:51

A LN : Non, pas collègue mais défenseur d'une presse d'opinion, d'une presse où les journalistes donnent leur avis, s'engagent et suscitent le débat (la preuve, l'échange que nous avons sur ce site). Vous avez raison, le débat est plus compliqué à organiser en presse écrite. Est-ce une raison pour que les journalistes ne donnent plus leur opinion ? Qu'en serait-il alors de l'Humanité, du Figaro, de Libération, du Canard Enchaîné ? Enfin, aucune règle n'oblige à signer de telles analyses sous le titre "Editorial" ou autre. Le seul fait que l'article soit signé engage directement son auteur qui assume ses écrits.
La presse dont vous semblez rêver existe, c'est celle des dépêches AFP.

13.Posté par LN le 08/10/2009 15:11

A Sainthil

On va finir par s'entendre ! Les journaux auxquels vous faites référence affichent clairement leurs idéaux politiques. Est-ce pareil pour le Quotidien ?
N'oublions pas que l'insularité nous oblige, sur le plan local, à nous contenter de 3 journaux. Ce n'est pas le cas en métropole où le lecteur fait son choix en achetant délibérément un journal alors qu'il sait à l'avance la tendance affichée et dans quel sens l'info politique sera traitée.
Vous avez raison, Franck Cellier a signé son article et assume donc ses opinions. C'est son droit. Mais peu de choses, encore moins les résultats politiques, peuvent s'analyser de manière univoque. Une bonne analyse devrait être conclue par une ouverture qui laisse entrevoir d'autres horizons...

LN

14.Posté par Denis974 le 08/10/2009 20:08

A LN,
Se contenter de trois journaux ? Connaissez-vous la situation de nombreux départements français où un seul journal existe, sans concurrence ? Là, votre analyse serait pertinente. Je parle de presse locale, et évidemment pas de journaux nationaux. La Réunion est un des rares départements où il y encore de la concurrence en presse locale, ce qui est très sain. Trois journaux dont deux quotidiens ! Citez-moi un autre département où c'est le cas. Vous aurez du mal...

Quant au fait que Le Quotidien n'aurait pas des idéaux politiques clairement affichés, ça veut dire que les journalistes qui y travaillent sont libres de ne pas être tous du même bord. Est-ce une tare ? Pourquoi serais-je obligé, en tant que journaliste, d'écrire des choses dans une ligne politique clairement définie ?

En extrapolant, peut-on dire, par exemple, que Zinfos est un site de droite ? Je ne trouve pas.

15.Posté par Denis974 le 08/10/2009 22:13

Je me permets d'ajouter quelque chose. Je vous cite : le lecteur fait son choix en achetant délibérément un journal alors qu'il sait à l'avance la tendance affichée et dans quel sens l'info politique sera traitée

J'ai envie de dire : à quoi bon acheter un journal si on sait d'avance comment l'info sera traitée ? Quelle tristesse... Et dire que vous parliez de débat nécessaire ! En fait, tout ce qui vous intéresse, c'est de lire ce que vous attendez. De lire quelqu'un qui soit du même avis que vous, en quelque sorte.

16.Posté par LN le 09/10/2009 10:47

A Denis 974

Je pense que vous n'avez pas compris, voire que vous faites exprès de ne pas comprendre mon intervention initiale.
J'ai pris la peine de relire ce que j'ai écrit.
Comme je l'ai dit, je me suis servie de l'article de F. Cellier pour lancer le débat sur le droit à une information neutre et sur le fait que la presse s'écarte de plus en plus de son rôle de contre-pouvoir. J'aurai pu choisir un article du JIR, mais ma secrétaire achète le Quotidien !
De plus, si on compte le nombre de lignes, la majorité n'est pas consacrée à l'article lui-même mais à inciter le lecteur à rester vigilant et de ne pas tout prendre pour argent comptant. J'ai seulement posé un problème de fond.
Je n'ai rien inventé et si un Observatoire international des Médias s'est constitué, c'est bien parce que ses dérives existent !
Arrêtez de me prendre la tête avec le même leitmotiv comme quoi mon intervention est basée uniquement sur le fait que que je ne partage pas les idées de ce journaliste.
Je l'ai dit, la diversité fait la richesse, mais ouvrez les débats et ne présentez pas les faits par le petit bout de la lorgnette en les assénant comme des vérités. Prétendre que le temps des pressions est révolu à La Réunion est hallucinant, et ce quelle que soit la tendance politique.

En outre, je l'ai dit je n'ai aucune idée préconçue mais j'aime que ce qui se prétend analyse en soit vraiment une.

Ce que je trouve plus inquiétant c'est que mes propos sur la neutralité de la presse vous font régir de façon épidermique alors que dans des commentaires plus hauts, j'ai lu que le Quotidien était bien plus un article de pub que d'infos et que comme le prix du papier hygiénique avait baissé ce n'était plus la peine d'acheter le journal, et là vous ne réagissez pas... Étonnant !
Donc, vous cautionnez ?

LN

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes