Economie

Crise économique: Les entreprises sonnent l'alarme incendie... pour de vrai

Mardi 15 Octobre 2013 - 07:34

Crise économique: Les entreprises sonnent l'alarme incendie... pour de vrai
Les adhérents de la Réunion économique sont invités à se faire entendre en déclenchant leurs alarmes incendie, demain à 12h30. Une action symbolique pour dénoncer la crise économiques et sociale qui frappe la Réunion. "La destruction d'emplois à la Réunion continue inexorablement depuis 3 ans. Si rien n'est fait de façon urgente, la Réunion connaîtra un désastre économique et humain aux conséquences sans précédent", explique Maurice Cérisola, le président de la Réunion Economique.

Une opération "exceptionnelle" face à une crise "exceptionnelle". Au-delà du déclenchement de l'alarme incendie, Maurice Cerisola incite ses adhérents à venir se rassembler devant les mairies de leur commune d'implantation. "Avec cette action symbolique nous souhaitons sensibiliser l’ensemble des réunionnais, des pouvoirs publics, des collectivités, sur la situation de nos entreprises. Nous faisons retentir nos alarmes, parce qu'il y a le feu dans l'économie réunionnaise !", poursuit-il.

Maurice Cerisola insiste sur les handicaps structurels de la Réunion. "Notre territoire est très lourdement pénalisé par une instabilité fiscale et sociale permanente, une augmentation continue de la fiscalité, une aggravation des charges pesant sur les entreprises, un accroissement permanent de la complexité administrative qui étouffe toutes initiatives entrepreneuriales et une absence systématique de concertation et de non prise en compte des spécificités du territoire réunionnais", précise-t-il.

"Le recentrage annoncé des exonérations de charge est caractéristique de cet état d'esprit démissionnaire de nos élus. Ces augmentations de charge ne s'accompagnent d'aucune reprise de l’activité à la Réunion, mais témoigne davantage d’un recul important des investissements publics. Dans le même temps, la diminution des marges des entreprises depuis plusieurs années réduit nombre d'entre elles à une agonie certaine, à un moment où elles auraient au contraire un besoin vital de compétitivité", ajoute Maurice Cerisola.

Déçus de ne pas être écoutés, les membres de la Réunion Economique entendent se mobiliser avec cette action symbolique "avant que la maison ne brûle complètement".
.
Lu 1172 fois



1.Posté par palaeksa le 15/10/2013 10:28

... devant les mairies ???? .... pourquoi pas devant la Région ou le Conseil Général .... c'est là que se trouve le pognon ...Cérisola est un clown au service des ''gouyav de france'' qui prend les réunionnais pour des cons ... c'est le respect pour les lecteurs de zinfos qui m'empêche de dire où il faut faire sonner l'alarme incendie pour de vrai !!!!!!!!! ......

2.Posté par Alin craint les_bleus et Harry qu''''au vert le 15/10/2013 11:05

Où étiez-vous lorsque nous sombrions en 2007, 2008 ou 2009 ? Quelle mobilisation a été engagée en notre faveur ? Qu'est devenu ce lot d'entrepreneurs anonymes, peu médiatiques, qui ont perdu argent, santé, amis et parfois famille pour avoir voulu s'en sortir du chômage en monnayant le savoir-faire par une activité indépendante ? Choisir d'être indépendant devient vite une obligation pour promouvoir son salut économique plutôt que de tergiverser face à un fonctionnaire du Pôle Emploi qui n'est pas payé au rendement des chômeurs transformés en travailleurs (salariés ou indépendants).


En disparaissant, nous avons éclairci votre horizon et votre compétitivité. En réalité, ce sursis ne vous a pas été profitable. Aujourd'hui, comme nous, vous êtes acculés au pire. Nous n'étions pas nuls, juste fragiles économiquement. A défaut de banques et de soutiens opportuns, épuisés et humliliés par les huissiers, le RSI et l'URSSAF, nous avons abdiqués dans la douleur et la honte.

Pour 2000 à 5000 euros de dettes sociales et fiscales, nous avons été harcelés et broyés. Pendant ce temps-là associations et grosses sociétés avec des dettes entre 20 000 euros à 220 millions continuaient à vivre à la barbe des administrations. Comment une telle différence de traitement ? La Réunion n'est-elle pas composée d'au moins 87% d'entreprises avec moins de 3 salariés ? On a donc sacrifié la majorité des TPE et PME pour sauvegarder les 13% de la Jet enterprise ?

Ou étiez-vous ? Vous étiez indiférents au sort des petites entreprises qui représentent la quasi totalité du tissu économique de la Réunion.. Vous, vous vous êtes regroupés en syndicats de gros zozos, pour obtenir vos entrées, vos combines, vos privilèges. Le chantage à l'emploi vous a permis de perdurer. Mais un jour, votre poids économique subira au final le vrai centre de gravitéd'une économie saine .

Le comble n'est-il pas que le représentant des ressortissants de la CCI soit aussi le patron du RSI. Avantage et inconvénient, juge et parti, à quel jeu joue t-on ?

Vous chantiez avant, alors dansez maintenant ! A chacun son tour

Quand la fraude fiscale atteint 60 milliards, il est temps de demander des comptes aux tricheurs.
Pourquoi faudrait-il dépenser 700 000 euros pour créer 1 emploi ? Est-ce cela votre défiscalisation qui bouffe la moitié des aides gouvernementales en faveur de notre département ?

Que vous le vouliez ou non, le foncier s'est envolé et devient très cher (aboutissant à une "expropriation inéluctable" imposée par la pression fiscale et la gourmandise des promoteurs aux Réunionnais), l'emploi n'a pas progressé, et nos banques ont délaissé les PME et TPE pour des placements plus juteux.

Ce sont toujours les mêmes qui profitent de la Réunion, petits cercles d'amis, petits meutres sociaux entre amis bien pensants.

3.Posté par Ché kréol le 15/10/2013 11:32 (depuis mobile)

Mr Cérisola tout le monde y connait que le problème c''est l''emploi et pas qu''à la réunion. Vos copains du patronnat na la solution, zot y préfère cherche encore plus d''exonération, de subvention, voire gèle de leurs cotistions. Arrête ek sa.

4.Posté par David Asmodee le 15/10/2013 12:29

L'avenir est en Asie. Point barre.

5.Posté par TEGO le 15/10/2013 14:08

Oh , là arrêtez vos inepties , la grande distribution est pleine à craquer en semaine , les dimanches et les jours fériés .
En allant faire leur course , les réunionnais sortent avec un caddie plein !
Ki la di na la crise à la REUNION !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Décembre 2017 - 11:36 Crise letchis : F. Faby, le PDG de Colipays rassurant