MENU ZINFOS
Océan Indien

Crise à Madagascar : Une réalité passée sous silence


Voilà six mois que les émeutes à Madagascar ont eu lieu... Quand les villes ne sont pas à feu et à sang, on a tendance à oublier que la crise n'est pour autant pas terminée. Une ancienne ministre de la Grande Ile, Elyett Rasendratsirofo, a souhaité profiter de sa présence à la Réunion pour dire aux Réunionnais qu'à quelques kilomètres de chez eux, à Madagascar, la situation n'a jamais été aussi dramatique depuis l'indépendance du pays en 1960.

Par Melanie Roddier - Publié le Mardi 16 Février 2010 à 14:55 | Lu 9745 fois

"Ni un tsunami, ni un cyclone, pas même un tremblement de terre n'auraient pu saccager aussi rapidement une île comme celle de Madagascar". Elyett Rasendratsirofo cherche ses mots car aucun ne lui semble assez fort pour décrire une réalité aussi tragique que celle dans laquelle se trouve son pays.

Cette "citoyenne engagée", historienne de formation, se bat dans les domaines politique et civique, depuis plus de 30 ans. Elle s'est toujours refusée à faire carrière dans la politique pour garder sa liberté d'expression et d'action. Jamais membre d'aucun parti, Elyett Rasendratsirofo a toujours limité dans le temps ses incursions dans le cercle politique, comme ce fut le cas pour ses fonctions de ministre du tourisme qu'elle a tenu entre 1996 et 1997.

Depuis avril 2009, elle a accepté de faire partie du gouvernement légaliste comme ministre des affaires étrangères, ce qui lui a valu de devoir quitter son pays pour échapper à l'emprisonnement après plusieurs mois de clandestinité. Sa présence à la Réunion lui permet de poursuivre son combat au service de Madagascar. Et si elle ne s’était pas exprimée jusque-là, c’est parce qu’elle était tenue à un devoir de réserve en tant que membre de la délégation présente à Maputo, en août dernier.

Pour ce combat, Elyett Rasendratisirofo est persuadée que l'arme la plus puissante, si elle est bien utilisée, est celle de l'information. "Je souhaite profiter de ma présence à la Réunion pour informer les Réunionnais et Réunionnaises du drame humain qui existe chez leurs voisins malgaches", explique-t-elle.

Paralysie de la vie économique et sociale

Dans les rues malgaches, la famine fait son apparition. La pauvreté s'est transmise à une grande partie de la population active, et chaque semaine, des entreprises mettent la clé sous la porte et des salariés sont licenciés.

Production rizicole, secteurs agricoles ou encore filière laitière sont sinistrés. Du coup, les prix flambent. Pour exemple, les quatre yaourts d'une coopérative française coûtent 11.000 ariary, soit un peu plus de 4 euros. Voilà une anecdote qui a marqué Elyett Rasendratsirofo, qui souligne que cette somme correspond à un pourcentage important du SMIC malgache. Les produits à base de lait finissent par n'être consommés que par les étrangers.

Prise dans un cercle vicieux, la Grande Ile voit des secteurs majeurs de son développement être paralysés à l'instar du textile. La perte du marché des Etats-Unis pour les produits textiles est liée à l'exclusion de Madagascar de l'AGOA (African Growth and Opportunity Act, une loi américaine pour soutenir le développement économique en Afrique), du fait du coup d'État. Au total, 100.000 emplois directs et 400.000 emplois indirects ont disparu.

Les valeurs fondamentales ont été attaquées

De ces désastres découlent d'innombrables dangers comme la difficulté d'accéder aux soins médicaux, l'interruption de la scolarité d'enfants sans ressources, autant alimentaires que financières, ou encore le développement d'actes de désespoir comme l'alcoolisme, l'usage de stupéfiants et la prostitution.

Pour Elyett Rasendratsirofo, plus grave encore, la perte de certaines valeurs traditionnelles qui sont le moteur d'un développement durable. "La haine a pris la place de notre précieux 'fihavanana' qui empêchait de se considérer, même en cas de conflit, comme des ennemis. Le respect des 'raiamandreny' a volé en éclat! Il s'agit de personnes que l'on considère dignes de respect et d'affection et récemment, de nombreuses personnes laïques et religieuses ont été victimes de violences verbales et physiques", informe la ministre.

Les interrogations suscitées par la venue d'Alain Joyandet

La situation dramatique mérite donc, pour cette citoyenne engagée, d'être connue de tous, ce qui l'amène à évoquer la position de la France dans cette affaire... Elyett Rasendratsirofo regrette et condamne le soutien, de moins en moins caché, de la France à Andry Rajoelina, auteur du Coup d'État. Soutien qui ne ferait que favoriser une prolongation de la crise actuelle selon ses termes. Et la venue prochaine d'Alain Joyandet, secrétaire d'État français à la Coopération, ne fait que susciter de nouvelles interrogations...

En vidéo, Elyett Rasendratsirofo retrace les grandes lignes de son parcours.



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

20.Posté par Dago le 19/02/2010 14:26

M. Joseph,
Pourquoi n'allez-vous pas faire l'apologie de TGV à la télé ou à la radio ? Les journalistes seraient contents d'avoir, enfin, des contradicteurs à propos de Madagascar !
A moins que le bilan soit tellement mauvais que vous vous contentez des forums ?

19.Posté par Joseph le 19/02/2010 13:59

l'offensive tous azimuths de la clique de l'assassin de Ambohitsirohitra continue :

Taux de croissance oui, mais POUR QUI ? Vous voulez faire croire que Ravalo a enrichi les pauvres de 7 % ? C'est vous l'ignorant mystificateur qui alignez des bla bla pour tromper le monde sur la Réalité vécue à Madagascar.

Un PIB est un chiffre global. Il pourrait être de 50% que si ce sont 10% de la population qui en profite, cela veut dire que ces 10% de la population a augmenté ses revenus de 90% x 7% et même davantage, car les 90% de la population a vu plutôt ses revenus BAISSER depuis 2002.

Et vous avez du culot de parler de 0% ( en réalité 1 à 2% je crois) sous le régime de Transition alors que ce pays est quasiment sous embargo et souffre de la suppression des crédits de l' assistance internationale suite aux manoeuvres du Clan Ravalo, et même déjà fin 2008, bien avant que le pseudo-démocrate devenu dictateur, voleur et assassin s'enfuie en Afrique du Sud.

Il vient d'écrire, (ah le brave gars ! on en pleurerait de compassion pour ce petit être si doux et si aimant !) à l'Union Africaine pour supplier que les sanctions "internationales" ne touchent pas SES paysans, ("MY COUNTRYMEN" dit il) mais soient bien ciblées sur les auteurs du "COUP" qui a mis un terme à sa dictature.

Sdfs dffs, auriez vous l'honnêteté de donner aussi la liste des exactions, vols, spoliations, meurtres, menaces, expulsions, commis par votre Maître ?

Quelle le entreprise généralisée de mensonges sur tous les fronts médiatiques ! Vous m'écoeurez. Vous défendez un assassin qui s'est approprié les biens publics Malgaches, des terres et des biens, a signé des contrats de corruption avec des compagnies étrangères, a violé la Constitution cent fois par an,, etc ...

Par exemple, savez vous qu'à Mahajanga pour toute la région Boeny qui comporte
841. 132 habitants, 119.913 personnes n'ont pas de Carte Nationale d'Identité et 274 643 n'ont pas de copie d'acte de naissance ?

Et vous pensez que Ravalo et Ratsiraka auparavant n'ont pas eu le temps de créer un état civil fiable à Madagascar depuis tant d'années ?

Vous nous prenez pour des imbéciles, comme Ravalo qui a tout fait pour maintenir cet état de fait en l'état, pour mieux manipuler les élections ?

Et vous ne croyez pas que c'est vraiment le comble de la perversité qu' aujourd'hui où la HAT crée un état civil fiable et organises les conditions matérielles pour un vote honnête pour LA PREMIERE FOIS DANS L'HISTOIRE DE MADAGASCAR, les technocrates Européens et les corrompus Africains lui tombe ntdesus pour empêcher que ce CRIME d'élections libres et transparentes ne puisse se commettre ?

Vous nous prenez pour des couillons abrutis pour qu'on ne se rende pas compte de l'évidence de l'adoubement de Ravalomanana le corrompu par Jean Ping et Chissano qui sont chargés par l'OMC de tenir l'Afrique dans le sous développement et la dépendance aux aides de charité afin que les multinationales du Nord pillent sans vergogne les richesses minières ? Vous croyez qu'on ne connaît pas les enjeux de vos interventions sur tous les media anglophones et francophones avec vos arguments de pauvreté de Madagascar qui a commencé le jour où Ravalo s' est enfui ?

A d'autres, racontez vos salades, mais pas à moi. RT nous sommes plus nombreux que vous le pensez à avoir les yeux grand ouverts sur le taux de corruption de ceux qui défendent Ravalomanana et Ratsiraka.

18.Posté par MALAGASY le 19/02/2010 10:55

Je m'étonne toujours de ces gens qui ne voient pas la réalité et la civilisation mondiale, en marche. En 2009, one fait plus de coup d'Etat, on est tout simplement un hors la loi,

et à MADAGASCAR, le coup n'était pas facile, car voyez, ce TGv qui n'obtient pas de reconnaissance, malgré le french doctor qui travaille beaucoup.

1 an et personne n'ose le confirmer, ou plutôt si, lors de MAPUTO I, mais c'est le DJ lui même qui refuse l'application de cet accord: problème de QI? ou mauvaise foi?

La crise profite à quelqu'un, pas à moi en tout cas et aux ignorants sur ces sites:
PUTCHISTE= démodé et hors la loi


17.Posté par sdfsdffs le 19/02/2010 04:52


Sous Marc Ravalomanana : taux de croissance 2008 : 7%
sous TGV 2009 : 0%


MAP – LES REALISATIONS en 2007
Engagement 1 : Une gouvernance responsable
" Concernant la sécurité :
- Le taux de criminalité a baissé de 38% par rapport à l'année 2006.
- 75% des bovidés volés ont été restitués à leurs propriétaires.
- 2 commissariats (à Betafo et à Tamatave) ainsi que 10 postes de police ont été mis en place pour
prévenir la criminalité et dissuader les criminels.
" Concernant la gestion des agents de l'Etat :
- Les dossiers de 8172 fonctionnaires ont été traités et régularisés.
" A propos des élections et du referendum :
L'année écoulée a vu deux élections (celles des députés et des maires) et un referendum (sur
l'amendement de la Constitution). Ces scrutins ont nécessité des efforts particuliers concernant :
- la mise à jour des listes électorales,
- le renforcement des capacités de toutes les personnes impliquées dans les élections,
- l'amélioration de l'observation des élections. C'est ainsi que le National Democratic Institute et le
CNE ont inauguré une fructueuse collaboration.
Grâce à ces efforts déployés, on peut affirmer sans hésitation que ces élections et le referendum se sont
déroulés dans le calme, la transparence et de manière démocratique.
"Concernant la Justice :
- Le nouveau Conseil Supérieur de la Magistrature a été mis en place
- Une Chaîne Pénale, comme celle d'Antananarivo, a été installée à Fianarantsoa, Majunga et Tamatave
- Des services de justice de proximité ont été inaugurés, par la mise en place des Trano Aro Zo (Maisons de Défense des Droits), qui règlent les litiges mineurs
- Les études sont en cours pour la création d'un Tribunal Commercial Indépendant
" La lutte contre la corruption :
" Le BIANCO a reçu 6.670 plaintes en 2007, dont 821 concernant des affaires de corruption. Le BIANCO a transmis au tribunal 177 dossiers.
" La décentralisation :
- 17.013 chefs de fokontany ont reçu une formation concernant :
" le leadership
" les responsabilités des chefs de fokontany
" la politique en matière d'éducation, de planning familial, d'état civil, de lutte contre le SIDA et contre la corruption.
Engagement 2 : Infrastructures reliées
1. TRAVAUX PUBLICS
Sur le plan global :
" Réhabilitation de 1263 km de RN (routes nationales) sur un objectif de 1229 km. (soit 104 %)
" Entretien courant de 8250 km de routes sur une prévision de 11900 km (soit 70 %)
Sur le plan des projets spécifiques :
" Circulabilité de 361 km de la RN6 (sur 404 km à bitumer) reliant Port Bergé à Ambanja et qui figurait parmi les axes structurants les plus dégradés pendant plusieurs années, limitant la circulation des biens et des personnes dans les régions de DIANA et SAVA.
" Livraison de 122 ouvrages d'art (ponts) et réception de 6 bacs dans les régions d'Analanjirofo et de la SAVA, dans le cadre du désenclavement de ces zones du littoral Est.
" Réalisation de 2 bretelles de 25 km et 24 km chacune reliant la RN 7 avec la RN 25 menant vers Mananjary :
- Ambalanivoahangy - Vohiparara (RNS 25, PK0 - PK 25)
- Alakamisy Ambohimaha - Vohiparara (RNS 45 PK 0 - PK 24)
" Circulabilité rétablie sur la RN 1 bis de 157 km (Morafenobe - Maintirano) et la RNT 8 A (route nationale tertiaire) de 118 km (Maintirano - Antsalova)
2. TRANSPORT
" Réhabilitation de l'aéroport d'Antsohihy
" Réhabilitation des voies ferroviaires :
- Antananarivo-Côte Est (TCE) 130 km
- Moramanga-Lac Alaotra (MLA) 12 km
" Clôture de l'aéroport de Toamasina
" Réhabilitation du port de Mahajanga basée sur les travaux d'urgence après cyclone
" Réouverture et réhabilitation du canal des Pangalanes de Toamasina à Mahanoro
" Réhabilitation des phares au niveau des neuf ports de Madagascar
3. POSTES, TELECOMMUNICATIONS ET COMMUNICATION
" Réalisation de la liaison par fibre optique de l'axe Toamasina-Brickaville-Moramanga-Antananarivo-Ambatolampy-Antsirabe-Fianarantsoa-Ambalavao. Démarrage de l'étude de la deuxième connexion internationale par fibre optique Tamatave - La Réunion.
" Passage sur satellite numérique de la distribution nationale de la télévision et radio publique et installation de stations de réception numériques dans tous les districts
" Couverture de 80 nouvelles localités en téléphonie mobile, 70 nouvelles localités par la télévision et radio et 100 points de services postaux
4. ENERGIE
" Installation de nouvelles centrales thermiques d'une puissance de 7,5 MW à Antsiranana
" Achèvement de la stratégie de restructuration à long terme de la JIRAMA
" Amélioration de la situation financière de la JIRAMA : le déficit de son compte d'exploitation est réduit de 40%
5. EAU ET ASSAINISSEMENT
" Réalisation de système d'alimentation en eau potable : 1300 nouveaux points d'eau réalisés, soit 200% de l'objectif de la Politique Générale de l'Etat 2007 (650 nouveaux points d'eau)
" Construction de 4000 latrines, soit 80% de l'objectif de la PGE 2007 (5000 latrines)
Engagement 3 : Transformation de l'éducation
Les efforts du gouvernement se poursuivent en vue d'améliorer l'accès des jeunes Malgaches à l'éducation et l'achèvement des cycles entamés. Les actions suivantes y ont contribué :
" Subventions aux Communes, pour leur permettre d'aider les parents d'élèves à rémunérer les enseignants FRAM dans les Ecoles Primaires Publiques. Cette subvention a été portée à 60.000 ariary
par mois pour les enseignants FRAM, qui sont aujourd'hui au nombre de 30.500.
" Assistance aux écoles privées dont les droits de scolarité sont égaux ou inférieurs à 800 ariary par mois. Les enseignants de ces écoles bénéficient d'une subvention de 30.000 ariary par mois.
" Recrutement de près de 2.000 nouveaux enseignants fonctionnaires après formation au niveau de l'enseignement primaire. Des recrutements ont également été effectués au niveau de l'enseignement secondaire et des Universités.
" Subvention des établissements à hauteur de 10 milliards ariary en 2007, pour l'alimentation des Caisses Ecoles, qui leur permettent notamment de s'équiper en fournitures scolaires.
" Dans un souci d'égalité de tous les enfants malgaches dans l'éducation, un appui alimentaire permanent a été accordé aux élèves du district d'Ampanihy ainsi que de 4 districts de la région Androy.
Grâce à ces efforts, les résultats obtenus vont en s'améliorant. C'est ainsi que de 66,95% en 2006, le taux de réussite au CEPE est passé à 68,25% en 2007.
Engagement 4 : Développement rural
La terre, fondement de la production agricole et des infrastructures, éléments indispensables de l'augmentation de la production.
" Pour faciliter et accélérer la délivrance de titres fonciers :
- 30 guichets fonciers sont opérationnels au niveau des communes.
- 8.105 titres fonciers et 2.082 certificats fonciers ont été délivrés.
" Pour augmenter la production rizicole :
- 1.616 km de canaux d'irrigation ont été construits, et 205 petits barrages ont été entièrement remis en état.
- La distribution de semences améliorées et d'engrais a été accélérée en appliquant la méthode RRI (Initiative à Résultats Rapides).
Ainsi, le concours rizicole 2006-2007 a montré que 918 candidats ont obtenu un rendement supérieur à 6 tonnes à l'hectare. C'est la preuve que l'autosuffisance alimentaire n'est pas un rêve impossible, mais bien un objectif que nous pouvons atteindre.
Aujourd'hui, je peux affirmer qu'il n'y aura pas de problème concernant le riz, car l'approvisionnement des marchés fait l'objet d'un suivi, avec le concours des opérateurs du secteur.
Engagement 5 : Santé, planning familial et lutte contre le VIH/SIDA
" 120 centres de santé de base, qui avaient été fermés faute de personnel, ont pu rouvrir leurs portes grâce au redéploiement du personnel.
" 3 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide ont été distribuées gratuitement aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 5 ans.
" 1 million de victimes de catastrophes naturelles, réparties sur 35 districts, ont reçu une assistance au cours de l'année 2007.
" Dans le souci d'améliorer la santé maternelle, tous les centres de santé ont été mis aux normes, afin de pouvoir prodiguer des soins de qualité aux femmes enceintes et nouvellement accouchées.
" Pour faciliter le planning familial, qui est l'un des objectifs majeurs du pays, toutes les formations sanitaires publiques ont été dotées en méthodes de planning familial. Les consultations, le suivi et l'approvisionnement sont gratuits depuis juillet 2007.
" Enfin, concernant la lutte contre le SIDA, 116 centres de conseil et test volontaire sont aujourd'hui opérationnels. Grâce aux efforts de mobilisation, la fréquentation de ces centres va en augmentant,
puisque le nombre de consultations a atteint 280.000 au cours de l'année passée.
Engagement 6 : Croissance économique forte
" Données générales sur la situation économique :
- le taux de croissance économique durant l'année 2007 est estimé à 6,3% contre 5% en 2006 ;
- le taux d'inflation est de 10,1%. Nous devons redoubler d'effort pour contenir l'inflation ;
- le déficit budgétaire se chiffre à 4,7% du PIB ;
- et le taux de pression fiscale s'est stabilisé à 10,9% du PIB. Le Gouvernement projette une hausse
substantielle de cette pression fiscale suite aux mesures de simplification fiscale introduites dans la Loi de Finances 2008. A noter que ces mesures de simplification ont été portées à la connaissance des différents opérateurs économiques à travers des débats organisés à cette fin ;
- le taux d'investissement a atteint 31,1% du PIB, les deux tiers étant le fait du secteur privé, et le tiers restant provenant du secteur public.
" Le secteur minier a le plus contribué aux investissements durant l'année 2007.
L'Investissement Direct Etranger (IDE) dans ce secteur a été en effet multiplié par quatre.
Il a atteint 1780,5 milliards d'Ariary, représentant 95,3% du flux global d'IDE, contre 442,1 milliards d'Ariary en 2006, représentant 70% du flux global d'IDE de cette année.
Les Sociétés SHERRITT et QIT Minerals ont été les plus grands investisseurs.
" En ce qui concerne le tourisme, le nombre de touristes ayant séjourné à Madagascar est estimé à344 000 durant l'année 2007 générant une entrée de devises d'environ 211 millions de DTS.
Enfin, le développement des relations commerciales s'intensifie aussi bien avec les pays ayant des relations traditionnelles avec Madagascar, qu'avec les pays de la Région.
L'année 2007 a ainsi vu :
- La ratification de l'Accord de Protection Réciproque et de Promotion des Investissements avec l'Afrique du Sud,
- L'aboutissement des négociations relatives à l'offre tarifaire (tarifs préférentiels) de Madagascar au niveau de la SADC,
- La signature de l'Accord de Pêche entre Madagascar et l'Union Européenne,
- Le paraphe de l'Accord Intérimaire régissant les relations économiques et commerciales de l'Union Européenne avec les pays ACP. Cet accord est entré en vigueur le 1er Janvier 2008.
" Concernant l'offre et la demande d'emplois :
- 17 Régions sur 22 disposent actuellement d'une antenne de l'Observatoire Malgache de l'Emploi et de la Formation Professionnelle (OMEF) ; cet observatoire met à la disposition des demandeurs et des
offreurs d'emploi les informations dont ils ont besoin.
- 8 Centres d'apprentissage de métier ont été mis en place et sont opérationnels au niveau de 8 Régions.
Engagement 7 : Prendre soin de l'environnement
" 875.000 ha ont reçu le statut d'aires protégées de protection temporaire.
" Les aires protégées de l'Est de Madagascar ont été reconnues patrimoine mondial.
" Le taux de défrichement des forêts a été ramené à 0,55% en 2007, alors qu'il était de 0,88% en 2002.
" Dans le cadre de l'assainissement du secteur forestier, 20 000 pièces de bois coupés illégalement ont été saisies.
" Néanmoins, les efforts d'assainissement dans ce secteur devraient être intensifiés. En effet, les actions de reboisement (18 000 Ha) en 2007 ne sont pas encore à la mesure des besoins.
Engagement 8 : Solidarité Nationale
" Concernant l'Opération Ezaka Kopia ho an'ny Ankizy (EKA) ou délivrance d'actes de naissance aux enfants :
- Le Bureau chargé de la restauration de l'Etat Civil à Madagascar est mis en place et est opérationnel.
- 116 486 enfants non enregistrés à leur naissance ont vu leur situation régularisée dans les livres de l'Etat Civil en 2007.
" Concernant la prévention et la gestion des catastrophes naturelles :
- Deux magasins de stockage ont été aménagés à Mahajanga et à Toamasina, 4 nouveaux magasins ont été construits dans les localités fréquemment frappées par les cyclones (Sambava, Antalaha, Nosy
Varika, et Maroantsetra).
- La capacité d'action des comités de gestion des risques et catastrophes dans les régions et localités à risque a été renforcée : SAVA, DIANA, Sofia, Atsinanana, Analanjirifo, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Alaotra Mangoro
- Au sein du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes ou BNGRC, un système d'information a été mis en place qui réunit toutes informations en provenance de tous intervenants et est à leur disposition.
" Concernant le sport :
- Les Jeux des Iles de l'Océan Indien ont vu la victoire de Madagascar sorti premier avec 101 médailles d'or.
- Nos jeunes peuvent réaliser les plus hautes performances quand ils en ont la volonté et qu'ils sont bien appuyés.

(Rpécision de Pierrot Dupuy : Post beaucoup trop long. Si vous ne faites pas un effort de concision, votre commentaire ne sera pas publié la prochaine fois. D'autant plus qu'il ne s'agit pas d'une production personnelle, mais d'un copié/collé)

16.Posté par Joseph le 18/02/2010 22:30

DISCOURS DE SEM ANDRY RAJOELINA à Ambohitsorohitra le mercredi 17 Février 2010

« Comme vous le savez tous, une délégation spéciale de la HAT est actuellement à Addis-Abeba pour présenter son schéma de sortie de la crise politique à Madagascar. Vous savez aussi que le GIC se réunit demain et après-demain (Ndlr : 18-19 février 2010) s’y réunit pour se pencher sur les problèmes liés à cette crise. D’emblée, je vous rappelle, que tous -la Communauté internationale elle-même mais surtout la majorité des citoyens malgaches- s’accordent sur le fait que seules des élections permettront la sortie de la crise politique. Notre objectif est donc l’organisation de ces élections. Mais il ne s’agira pas d’organiser simplement des élections mais de régler une fois pour toutes les problèmes insolubles du processus électoral durant 40 ans. La Haute Autorité de la Transition est décidée à organiser des élections libres, transparentes dans les normes de la démocratie, afin que les résultats soient acceptés par tous les citoyens malgaches et par la communauté internationale.



La question qui se pose, actuellement, est : comment procéder pour que les résultats de ces élections soient acceptés de tous ? Nous avons sans cesse répété que la Haute Autorité de la Transition va mettre en pratique tout ce qui aurait du l’être depuis tant d’années. Comme l’organisation des élections par la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). Car, jusqu’ici, c’était le pouvoir en place qui avait le privilège d’organiser les élections. Si nous résumons, le constat est le suivant : pourquoi, en 40 ans, y-a-t-il eu des problèmes qui ont amené, quatre fois, cinq fois, le peuple à mettre dehors le pouvoir en place ? Parce que les élections n’étaient que des simulacres de vote et que le verdict des urnes était déjà faussé à l’avance. Désormais, tout va changer, à partir de trois éléments vitaux du processus électoral à Madagascar.

- Les listes électorales. Nous connaissons tous l’existence de listes électorales fantômes et/ou fictives. Ainsi, avant même le jour du scrutin, tous les tenants du pouvoir passés avaient déjà une avance de 15 à 20% environ des voix exprimées. Parce que ni les candidats, ni les électeurs n’avaient un droit de regard sur les listes électorales. Aujourd’hui, nous allons nous efforcer de ne plus user de ces pratiques. Nous allons mettre en place un système permettant aux candidats et aux électeurs de vérifier eux-mêmes leur nom sur les listes électorales.



- La délivrance d’ordonnances. Lorsqu’un électeur était en possession de cette ordonnance, un électeur membre de parti, celui au pouvoir, cela allait de soi, il pouvait aller voter 5 fois, 6 fois, 10 fois tout au long du jour du scrutin. C’est pourquoi cette délivrance d’ordonnances sera interdite. Par contre donc : chaque candidat et électeur pourra vérifier son nom sur les listes électorales.

- Le bulletin unique. Quand vous étiez un candidat susceptible de donner du fil à retordre, 50% seulement -et encore- de vos bulletins parvenaient dans tous les bureaux de vote. Parce que c’était uniquement le pouvoir en place, avec tout l’appareil étatique, qui organisait l’ensemble du processus électoral. Par ailleurs, l’ensemble de la classe politique malgache réclamait depuis fort longtemps l’utilisation du bulletin unique. Notre volonté à utiliser ce bulletin unique est donc un gage pour pratiquer la transparence sans en faire un slogan vide de sens. Il existe un grand nombre de bureaux de vote dans tout Madagascar. Tout n’est donc pas contrôlable à 100%. Or, au su et au vu de tous, il existait des endroits, dans chaque « fokontany » (quartier) où le bulletin du candidat du parti au pouvoir était remis à des électeurs contre de l’argent, 5.000 ou 10.000 ariary. Cela signifie sans détour que le choix des électeurs était purement et simplement acheté. Et c’est pour que cela ne se répète plus jamais que nous avons décidé de l’utilisation du bulletin unique. L'égalité des chances n'en sera que plus grande.



L’autre grande question qui se pose est donc celle-ci : sachant cette volonté commune et majoritaire vers autant de changements pour plus de transparence, comment définir cette haine féroce envers la Nation malgache, de la part de certaines personnes ? Rappelons-nous que les sanctions sont déjà bel et bien là (ndlr : le Président Andry Rajoelina a omis de rappelé que les bailleurs de fonds ont cessé tout prêt depuis décembre 2008). On cherche à sanctionner tout le peuple malgache à travers les dirigeants de l’actuel pouvoir de transition. Ici, je déclare que les sanctions personnelles à mon encontre ne me font pas peur. Mais, de grâce cessez de prendre la population malgache en otage pour des raisons de haine personnelle et/ou d’égoïsme effréné mis en pratique. Aussi, quelles que soient les décisions prises par le GIC, qu’il sache que la majorité des citoyens malgaches est prête à aller se plier au plus vite au verdict des urnes. Tout comme l’organisation citée plus haut est sur les rails, avec tous les changements pour plus de transparence. Néanmoins, si les décisions du GIC portent sur le processus électoral (Ndrl : Et non plus sur la distribution de fauteuils pour faire perdurer cette transition), nous sommes prêts à réétudier la question avec les autres mouvances. Pour l’heure donc, une délégation conduite par le Premier ministre Camille Vital est à Addis-Abeba pour soumettre le schéma détaillé plus haut : aller vers des élections pour la mise en place démocratique de l’Assemblée Constituante.



Cette Assemblée Constituante aura pour mission de débattre sur le projet d’une nouvelle Constitution. Ces élections auront lieu au mois de mai 2010. Cela signifie que, quoi qu’il arrive, nous allons aller de l’avant pour relever le défi vers le grand changement effectif et réel. Le premier changement consistera donc à l’organisation des premières élections libres et vraiment transparentes jamais connues à Madagascar. Parce qu’en matière de démocratie, le dernier mot revient au peuple malgache. Ce sont les citoyens malgaches qui doivent décider de leur parcours, de la voie qu’ils entendent suivre dans la recherche d’un avenir meilleur pour leurs descendants. Leur décision est prise : les élections législatives auront lieu en mai 2010 car MADAGASCAR APPARTIENT AUX MALGACHES ».
traduit par un vrai journaliste courageux Jeannot Ramambazafy et avec sa permission

http://www.madagate.com/dossier/1315-madagascar-elections-legislatives-en-mai-2010.html://

discours en Malgache :

http://www.madagate.com/dossier/1314-andry-rajoelina-madagascar-appartient-aux-malgaches-.html://

15.Posté par LE MAHERI le 17/02/2010 15:19

Andry Rajoelina est le Président souhaité par la majorité de malagasy.

14.Posté par LE MAHERI le 17/02/2010 15:18

A mon avis, Ravalomanana n'est plus. Au pouvoir, il exploite n'importe quoi dans la grande île. C'est à dire très égoiste.
Vive Andry Rajoelina, le plus jeune Président dans le monde.

13.Posté par Mada 09 le 17/02/2010 12:32

Que de Bla bla ,Mr Razimsambatra. Si je comprend bien, l'Europe n'a pas droit...la France si.

Il y a eu coup d'état. La France soutient le putschiste. Donc elle n'est pas bouc émissaire, mais acteur, partie prenante. Ce n 'est quand même pas compliqué!

Quand la France s'arrêtera de s'immiscer dans cette affaire: promis, on ne parlera plus d'elle. Mais va- t- elle le faire? Doute: L'immixtion est sa raison d'exister depuis la" Pseudo -Décolonisation"

Est-ce que la vérité a vraiment blessé? On peut le croire.Car seule la petite phrase " Et la venue d'Alain Joyandet, secrétaire d'État français à la Coopération, ne fait que susciter de nouvelles interrogations.." est largement commentée. Était-ce parce qu' elle a été prononcée "en terre étrangère "... par une étrangère?. Qu'à cela ne tienne. Je le redis d'ici (Tanà). A t-elle changé de sens?

Non Messieurs. Les légalistes ne sont tous à l'étranger, ils sont surtout à Madagascar. Ceux de là-bas servent de relai actif. Apparemment, ils font bien leur boulot, car ils arrivent à déstabiliser certains français qui n'ont cure de la liberté des autres . Heureusement que ces derniers ne sont pas nombreux.

Enfin, pour ceux qui disent que les malgaches légalistes, de nationalité française doivent rentrer " chez eux ". Et bien, messieurs, ils sont bien chez eux là-bas. Ils sont français( On ne voit pas comment un autre français puisse s'arroger le droit de denier cet état..) Et leur combat c'est un combat contre des actions inacceptables de... leur Gouvernement, et ils ont droit et même le devoir de le faire.

A+

12.Posté par Bekibo le 17/02/2010 11:14

"Et la venue prochaine d'Alain Joyandet, secrétaire d'État français à la Coopération, ne fait que susciter de nouvelles interrogations..."
Et pourquoi ne viendrait-il pas ?
Et pourquoi ces points de suspension en fin de phrase ?
Décidément, certains ont fait du commérage le pilier de leur propagande politicienne !
A la manière de :
"Cet acharnement à vouloir faire de la France le bouc émissaire de cette crise malgache ne cesse de susciter l'étonnement... A qui cela profite-t-il ?"

11.Posté par Bekibo le 17/02/2010 11:08

"les quatre yaourts d'une coopérative française coûtent 11.000 ariary, soit un peu plus de 4 euros"
Quatre yaourts maison achetés ce matin à l'épicerie du coin : 1600 ariary, soit 0,6 euro.

10.Posté par Joseph le 17/02/2010 00:41

En réponse à l'offensive du Collectif de Madagascar qui fait écho à celle qui est lancée simultanément en Europe par le GTT de Ravalo, voici le droit de réponse de Razafisambatra Louis De Mon Désir à la Résolution du 13 février 2010 du Parlement Européen concernant la crise malgache qui va rassurer ceux qui pensaient que la démocratisation de Madagascar était seulement un rêve irréalisable :

CHAPEAU CETTE ANALYSE !

« Comme tous les pays pauvres, Madagascar sombre dans une crise politique répétitive parce que le Parlement Européen n’a jamais fait preuve d’audace diplomatique pour pousser certains lobbies à remettre en question les effets pervers de la politique du « benchmarking » ; cette institution européenne n’ose pas non plus dénoncer le féodalisme financier entretenu avec la complicité des anciens chefs d’Etat malgaches par certaines institutions financières internationales.

Le Parlement Européen n’a pas droit à oublier son immobilisme et son indifférence totale face aux coûts sociaux très élevés engendrés par le programme d’ajustement structurel, et aux conséquences néfastes des « privatisations à tout va » imposées à notre pays. S’il veut vraiment la paix sociale à Madagascar, qu’il fasse la transparence sur les enjeux stratégiques et économiques qui ont précédé les Accords de Maputo et motivé les soi-disant « facilitateurs » des négociateurs. Le Parlement européen a intérêt à réviser sa politique économique parce que la présence des anciens chefs d’Etat à ces Accords, respectivement évincés une et deux fois par le peuple malgache, ne résoudra pas la crise politique malgache. De même, une éventuelle intervention de la SADC dans le pays provoquera très probablement des affrontements meurtriers, aucun texte du Droit international ne justifiant une telle ingérence destinée à redorer le blason politique des dictateurs ; évidemment, si ces derniers étaient européens, ils ne seraient même pas élus aux fonctions municipales à cause de leur pratique dictatoriale. Mais pourquoi cet acharnement du Parlement Européen à bien soigner l’image de ces dictateurs au plan international ? Je ne laisse à personne d’autres pour y répondre.

N’oubliez pas surtout que le peuple malgache est très déterminé quand ses droits et sa souveraineté sont injustement bafoués et atteints.

Tout cela pour suggérer que les Accords de Maputo ne sont qu’artifices diplomatiques visant à faire revenir au pouvoir les anciens chefs d’Etat responsables de la pauvreté absolue de la population malgache. C’est une manière d’exprimer que le Parlement Européen peut penser à un autre scénario incarnant vis-à-vis du peuple malgache l’alternative politique et le renouveau, par exemple l’insertion dans un Accord d’une clause de disqualification politique des anciens chefs d’Etat et leur interdisant de se présenter aux prochaines élections présidentielles, et une autre clause ne leur permettant de renter au pays qu’après le résultat de ces élections. Toutefois, les membres des autres mouvances, animés par la pleine conviction de redresser le pays ne doivent pas être exclus de la Transition politique. De plus, le Parlement Européen peut proposer au Président Andry Rajoelina de destituer les membres de la Haute Autorité de Transition et les Ministres corrompus. En effet, le peuple malgache veut une Transition politique qui reflète vraiment sa soif de changement social et économique.

La diplomatie du « tape à l’œil » est révolue. Et le moment est venu pour l’Union Européenne de donner les solutions de fond telles que :

- réformes de l’architecture financière internationale et de la politique macroéconomique standard pour prendre en considération les priorités nationales et locales ;

- un franc développement à visage humain ;

- une politique volontariste à l’égard de l’hégémonie intellectuelle mondiale;

- une politique pour une démocratie très participative ;-

repenser «la libre concurrence ;

- abandon du « façadisme » politique et démocratique ;

- une « révolution verte » et une politique de formation de techniciens financiers et économiques dans les pays pauvres ;

- un transfert réel de la technologie;

- une autre approche même de la croissance économique ;

- un financement pour un développement équilibré et harmonieux dans ces pays et non pas de simples programmes d’assistance morcelés ;

En tout cas, la politique spectacle de l’hypocrisie humanitaire n’est pas la meilleure et la dernière solution.

Je crois qu’actuellement où le monde entier va de plus en plus mal par l’effet dévastateur du capitalisme financier spéculatif et par la quasi disparition intellectuelle de l’Etat–providence, le Parlement Européen abandonnera, au nom de la concorde universelle, les solutions de facilité pour avoir de véritables alternatives aussi bien pour les pays développés que pour les pays pauvres ».




RAZAFISAMBATRA Louis De Mon Désir

Fait à Paris, le 15 février 2010

9.Posté par Jeff le 16/02/2010 23:33

Vous semblez faire erreur. Cette femme n'a jamais été un minisre des affaires étrangères d'un quelconque gouvernement légaliste, puisque Ra8 n'a jamais constitué de nouveau après sa fuite en Afrique du Sud en mars 2009! Peut-être qu'elle s'était nommée elle-même ministre des affaires ETRANGES! Après tout, tout est possible !

8.Posté par POUR UN PRESIDENT QUI AIME LA FRANCE le 16/02/2010 21:47

Je pense qu'il faut soutenir Andry Rajoelina. Le président précédent était un pro américain...Soutenons nos intérêts. Ne soyons pas naifs : L'administration OBAMA ne se soucie aussi que des intérêts américains.
Il est dommage de voir des bi nationaux (malgache/français) installés à la Réunion faire le jeu des américains...

7.Posté par zazabe le 16/02/2010 20:47

Il était prévisible qu'après le référendum puis l'indépendance,le "peuple"malgache n'aurait pas eu souvent la parole et encore moins le "pouvoir",j'entends par là l'application de la démocratie.Le peuple était constitué,à l'époque "des côtiers" en majorité cultivateurs,pêcheurs et cueilleurs. et ceux se trouvant à Antananarivo
ou Antsirabe, très souvent éduqués et politisés.Le peuple,peu au courant ni informé, ne pouvait donc "faire le poids", il a du donc faire confiance aux candidats se présentant aux élections.Ce qui a entraîné au fil des années la dégradation des relations entre le peuple et ses dirigeants.
Il est regrettable que ceux qui s'appellent des légalistes se trouvent souvent en dehors des frontières malgaches et donc du débat parlementaire.
Leur place de citoyens doit se trouver auprès de leurs frères malgaches et non,s'ils veulent avoir droit au chapitre, dans une diaspora,disons "à l'abri"

6.Posté par l'irrévérencieux le 16/02/2010 20:15

Incroyable ce que cette personne se permet de dire sur un pays qui l'accueille !
Qu'un français dise à Madagascar le dizième de ce qu'elle dit ....et il pourrira en taule !
Aucune leçon à recevoir de ces gens indécents qui cherchent des boucs-émissaires à leurs éternels problèmes !

5.Posté par JOAN le 16/02/2010 19:37

c'est malheureux pour eux mais on a tous nos problèmes ! l'indépendance , ils l'ont eu ; et on voit maintenant le gâchis...... le peuple n'a pas su se prendre en main et à force de dire Amen à tout , voila le résultat ......c'est la raison pour laquelle il faut contrôler ce que font nos politiciens , les empêcher de faire des projets pharaôniques....... ou n'importe quoi.... de piquer dans la caisse , de commettre des délits ... pour ne pas ressembler , un jour , à Madagascar .

4.Posté par pierrot 974 le 16/02/2010 19:27

bonjour a vous tous moi je vais a madagascar sou van

je sui marie a une malgache et la politique je nan fais pas a madagascar

car can je vais a madagascar je maplique a la loi du paye

setter dame je veu lui dire can on nai dans un paye on ne fais pas de politique

can on arrive dans un notre paye si on va faire la politique dans son paye voila merci

3.Posté par darkalliance le 16/02/2010 18:39

Cette crise trouve son origine dans l'égocentrisme et les abus de pouvoir de Marc TRAVELO : qu'elle aille le rejoindre en terre d'accueil pour en discuter.

2.Posté par Bestan le 16/02/2010 16:37

Tout ça c'est à cause de ces pseudo légalistes; Non on ne veut plus de Ravalomanana, s'il avait compris cela, y a longtemps que la paix serait revenu dans ce pays. C'est à cause des gens comme cette femme que la crise continue. Organisons les élections et finissons -en. Un malagasy qui souffre dans son pays.

1.Posté par rahison le 16/02/2010 15:36

Qu'elle aille dire ce qu'elle pense à Madagascar. On a déjà ici nos comiques avec le Dr A. à la tête de son association qui n'a jamais renié l'ancien président incapable et déposé.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes