MENU ZINFOS
Economie

Crise : Alternatives au licenciement pour les PME


Plusieurs "mesures" peuvent être déployées pour parer la crise économique actuelle et les entreprises disposent de plusieurs leviers d'action pour préserver l'emploi de leurs salariés. La formation peut, par exemple, devenir un "outil anti-crise" pour les entreprises. La Chambre de Commerce et d'Industrie de la Réunion propose des formations durant le chômage partiel des employés.

Par Magali Payet - Publié le Vendredi 5 Juin 2009 à 10:09 | Lu 568 fois

Crise : Alternatives au licenciement pour les PME
Face à une conjoncture économique "dégradée", les entreprises réunionnaises confrontées à une baisse d’activité disposent de différents champs d'action pour préserver le travail de leur personnel.

La formation

La Chambre d'Industrie et de Commerce de la Réunion propose par exemple de faire coïncider les périodes de chômage partiel avec des périodes de formation.
Le principal avantage : l'employé suit sa formation quand son entreprise a moins besoin de ses services.
Le chômage partiel est indemnisé et la formation est prise en charge par les "Organismes Paritaires Collecteurs Agrées" (OPCA).
Le numéro de "Réuccir " du mois de mai de la CCIR publie un article avec les propos du Directeur de la branche Formation de la CCIR, Pierre Chatelet : "La crise est une vague qui touche la Réunion, mais l'activité devrait repartir. Dans le BTP, les gros chantiers sont signés, nous aurons besoin de salariés qualifiés pour la nouvelle route du littoral et le tram-train par exemple. Dans l'hôtellerie aussi les choses devraient bouger après la crise. Plutôt que de se séparer de cette main-d'œuvre, profitons de la baisse d'activité pour la former".
L’idée en résumé : optimiser les heures non travaillées en renforçant les compétences des salariés et, ainsi, la performance de l’entreprise au moment de la reprise.

Non-renouvellement des CDD et recours l’intérim

Une variable d’ajustement à la crise : l’emploi précaire. Les entreprises peuvent s’abstenir de renouveler les CDD, et supprimer le recours à l’intérim. Mais cette solution n’est pas forcément d’efficacité immédiate : un CDD ne saurait en effet être interrompu pour motif économique. Il faudra donc attendre son terme. Pour l’intérim, c’est plus simple : les contrats de mise à disposition sont, en règle générale, plus courts.

Jouer sur la prise des jours de congés

Une autre solution consiste à inviter les salariés à prendre leurs congés payés, et à solder le maximum de RTT et de jours accumulés sur leur compte épargne temps (CET). Objectif : repousser la mise au chômage partiel, et ainsi maintenir la rémunération des salariés.

Adapter le temps de travail

Autre idée : adapter le temps de travail. La loi du 20 août 2008 sur la réforme du temps de travail permet  de définir une période de décompte des heures supplémentaires. L’avantage du dispositif réside dans sa souplesse, puisqu’il peut être mis en place par accord au sein de l'entreprise. Dans le même ordre d’idée, il est possible de réduire la durée du travail dans les entreprises où elle excède la durée légale.




1.Posté par William le 06/06/2009 08:11

Mouais.... par convaincu par la pertinence de ces alternatives !

Quand la tempête approche, il faut réduire la voilure et/ou changer de cap ... La tempête n'est pas encore arrivée à la Réunion ! Nous avons juste essuyé quelques grains et un peu de houle !
Le pire est à venir ...

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes