MENU ZINFOS
Social

Crédit agricole : les grévistes demandent la nomination d’un médiateur


Le conflit à la banque verte entrera dans son huitième jour demain. Samedi, le bras de fer entre la direction et les syndicats s’est poursuivi dans les agences, chacun essayant de convaincre les salariés du bien-fondé de la position adoptée par l’une et l’autre partie. Statu quo.

Par Jismy Ramoudou - Publié le Lundi 13 Avril 2009 à 17:59 | Lu 613 fois

Crédit agricole : les grévistes demandent la nomination d’un médiateur
Sur le terrain, la CFDT rejointe par la CGTR, continue à mobiliser les salariés. Une réunion s’est déroulée tout à l’heure. Chacun affûte ses arguments en attendant, peut-être pour demain, la désignation d’un médiateur.

“Vendredi, nous avons demandé la médiation de l’Inspection du travail”, déclare Jean-Paul Ferrère, délégué syndical de la CFDT. La Direction départementale du travail et de l’emploi a sollicité le jour même le Crédit agricole. Mais pour l’heure, c’est le statu quo.

Chaque partie campe sur ses positions. Les revendications des grévistes n’ont pas changé. “Nous demandons une amélioration des relations sociales. D’une part, nous voulons être écoutés, d’autre part, nous voulons que soit pris en compte certains éléments efficaces dans la bonne marche de l’entreprise”.
Les grévistes réclament également de meilleures conditions de travail. “Nous sommes en sous-effectif. Les employés effectuent un grand nombre d’heures supplémentaires. Il y a là du travail pour une trentaine de personnes”.

L’ouverture des négociations salariales est la troisième revendication. “Nous avons le droit à une meilleure répartition des richesses. Nous avons contribué à la bonne santé de notre entreprise, c’est normal que les travailleurs en tirent aussi un bénéfice”. Les grévistes veulent 300 € nets d’augmentation de salaire.
Pour l’heure, la direction n’a pas encore répondu. Toutefois, les premières discussions devraient débuter demain, sans doute au Parc Jean de Cambiaire, là où se trouve le piquet de grève. Les négociations s’annoncent âpres et animées...




1.Posté par david le 13/04/2009 18:14

Alors eux ils sont plus forts que le Cospar, 300 euros de plus! Il faut sans doute ajouter cela aux 15 à 16 mois de salaire, aux tickets restaurant, à l'arbre de Noël, aux vacances au frais du Comité d'entreprise, à l'intéressement en fin d'année, aux participations du CRCA au compte d'actions et j'en oublie sans doute... Et quand on pense que le recrutement est plus prés de bac mojns 2 que de bac plus 7!!! Les pauvres agriculteurs vont en avaler de travers. Une chose est certaine, les clients vont apprécier!!!

2.Posté par collectif des dijoux le 13/04/2009 19:34

honte a vous! vs avez deja 14 ou 16 mois de payés par an
vs etes une minorite de greviste , laissez les autres travailler

3.Posté par franck974 le 13/04/2009 21:25

honte aux grevistes du credit agricole
vous prenez les clients en otage et c'est inacceptable !!!
je reconnais bien là la patte de la cgtr et compagnie...
si cela continue, je changerai de banque décidément.

dire qu'ils sont en sous effectif, laissez moi rire un peu !

4.Posté par franck974 le 13/04/2009 21:27

et vous avez vu les horaires d'ouverture des établissements !!!
regardez et constatez, et on rigolera un peu

5.Posté par mangue le 14/04/2009 00:21

Et mercredi c'est au tour de la BFC d'être en grève illimitée....

6.Posté par Moi je suis pour le 14/04/2009 04:32

sans animosité, sans méchanceté, sans jalousie. Je suis client depuis 27 ans , et je soutiens ce mouvement. Je leur porterai quelque victuailles ce soir si cela continue

7.Posté par etjosedire le 14/04/2009 08:06

Les grévistes ont fait des prévisions qui se révèlent erronées. Ils pensaient à une grève éclair qui allait leur donner satisfaction. Ils se sont plantés.

Pour arriver à réclamer un médiateur, c'est qu'ils ont compris qu'ils ont perdu et que le seul moyen de tenter de sortir la tête haute de cette partie de bras de fer perdue, toujours à cause de leur orgueil, c'est de réclamer un médiateur. Il faudrait leur rappeler que quand on a fini de faire ses besoins on s'essuie soi même si on est mature.

Faudrait leur dire qu'il n'y a pas besoin d'un médiateur pour reprendre le boulot et constater son échec devant ses troupes, et à la limite démissionner des ses fonctions syndicales pour erreur manifeste d'appréciation d'une situation.

Quelqu'un pourrait il expliquer à ces "responsables syndicaux" que la grandeur consiste à reconnaître ses erreurs, et non pas à vouloir systématiquement ridiculiser ou humilier l'employeur ?

Celui qui osera aller parler à l'employeur, sans médiateur, pour reconnaître son échec, a toutes les chances d'avoir l'estime de ce dernier et d'obtenir sa considération.

Mais l'orgueil risque d'être le plus fort et c'est tellement plus facile de faire cristalliser son échec sur un Médiateur !

A la place de la DDTE j'enverrai balader cette demande. Qu'ils continuent à chanter et à danser. Quand les clients seront lassés de leur comportement de gamins et qu'ils iront voir ailleurs, peut être qu'ils abandonneront la chansonnette.

L'image qui m'a le plus frappé dans ce mouvement, c'est la présence d'enfants au milieu de leurs manifestations. Quel exemple ! Quel sens du courage et de la responsabilité ? Utiliser des enfants comme bouclier au cas où une charge des forces de l'ordre aurait été envisagée !

Aller appeler ces gens à devenir responsables !


8.Posté par jacques le 14/04/2009 08:35

Nomination pas nommination!!!

9.Posté par La vie ne commencera pas à 60 ans jour le Crédit Agricole le 14/04/2009 17:32

2600 invités ce vendredi qu'il a fallu prévenir individuellement car il s'agit de personnalités à ce qu'ils disent au Sièège. Soirée ratée et annulée pour les 60 ans du Crédit Agricole. La vie ne recommencera pas à 60 ans ....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes