MENU ZINFOS
Société

Crèches menacées ? Le Conseil général parle au contraire d'une "amplification" de l'aide


- Publié le Vendredi 30 Novembre 2012 à 06:38

Le Conseil général a tenu une conférence de presse cet après-midi pour répondre à la polémique naissante sur la baisse annoncée des aides départementales en faveur de la petite enfance. Ibrahim Dindar et Daniel Alamélou, vice-présidents du Département, sont venus éteindre l'incendie.

Pour eux, la polémique vient de la modification d'attribution des aides accordées aux structures de crèches. "En 2011, le Conseil général accordait une aide sur les indemnités journalières de 4,9 millions d'euros, pour les crèches privées et publiques. On a expliqué à ces structures, que ces aides allaient évoluer dès 2013", explique Daniel Alamélou. De 4,9 millions d'euros versés en terme d'indemnités journalière, le Conseil général va passer à 6,5 millions d'euros cumulés. "C'est pourquoi nous nous attendions à mieux que le procès d'aujourd'hui", rétorque Ibrahim Dindar.

Pour arriver à ce montant, le Département cumulera deux aides à destination des crèches. La première par le chèque marmaille soit "3 millions d'euros pour les familles à dépenser auprès des crèches", souligne Daniel Alamélou. La seconde est la CSD (contrat de solidarité départementale) à destination des 24 communes de l'île. "En tout ce sont 3,5 millions d'euros qui seront destinés aux communes. Ces dernières devront les affecter aux structures d'accueil de la petite enfance", ajoute-t-il.

Une amplification de l'aide

"Ce nouveau dispositif donne la part belle aux mairies pour avoir la main sur cette politique. Je ne vois pas où est le mal", souligne Ibrahim Dindar qui rappelle que l'aide aux crèches "n'est pas obligatoire". "En aucun la loi oblige les Conseils généraux à se positionner sur les structures d'accueil de la petite enfance. A ma connaissance, aucun autre département français ne verse de l'argent pour les crèches", précise-t-il. Mais c'est bien ce nouveau dispositif qui inquiète les professionnels du secteur. Quels seront les moyens de vérifications de la part du Conseil général pour savoir si l'argent est bien utilisé pour les crèches publiques et privées ? "On pourrait faire un suivi sur les sommes ventilées dans le CSD", explique Ibrahim Dindar.

Par cette communication, le Département se veut rassurant pour les établissements en faveur de la petite enfance. "On veut rétablir une certaine vérité, il n'y a pas de baisse de la part du Conseil général. Au contraire, on voit bien une amplification de l'aide", ajoute Daniel Alamélou.

Pour rappel cette décision de modification des aides à la petite enfance a provoqué une levée de bouclier de la part des directeurs d'établissements d'accueil de jeunes enfants à la Réunion. Ces derniers craignent - suite à la baisse de ces aides - de devoir licencier une partie de leur personnel. Selon la fédération de la petite enfance 974, la diminution des aides pourrait entrainer la fermeture de près de 200 crèches avec un risque sur 1.800 emplois.




1.Posté par associatif le 30/11/2012 06:21

De toute façon, la formule de liquidation des structures du social est bien l'apanage de cette famille dindar qui lamine tous les organismes qui oeuvrent dans cette discipline. Transférer les subventions aux communes qui ont des gouffres à combler , c'et bien connu , la garantie que ces sommes ne parviendront jamais aux destinataires initiaux. De toute manière les licenciements , c'est la technique bien rodée chez les dindar après la belle expérience réussie avec les 1500 salariés arast

2.Posté par noe le 30/11/2012 09:52

Finalement , certains parents qui ne veulent pas trop s'occuper de leurs rejetons , pourront encore les mettre dans les crêches ....pour être plus libres d'aller faire des courses , se promener ou bien sur travailler !
Merci au Conseil Général !

3.Posté par John Aurenge le 30/11/2012 10:11

L'art de l'enfumage...en voici un bel exemple!

4.Posté par DON PAKE le 30/11/2012 17:07

Moi je ne comprends pas: Vous avez voté pour ces guignols. Ils vous laminent. Maintenant vous pleurnichez. Faudrait savoir. Si on partageait le travail entre tous, on travaillerait tous moins et on pourrait avoir du temps libre pour garder nos bambins. Evidemment les riches et les citoyens moyens sur le plan financier ne le désirent pas. Aussi, que pensez vous à propos des 300 étudiants réunionnais parti étudier au Québec par an ? Ils ont eu des diplômes. On leur a donné 700€/mois plus le billet d'avion allé-retour. Aujourd'hui l'équivalence de leurs diplôme n'est toujours pas établie... Là-bas ils travaillaient auprès des enfants dans des structures novatrices. Calculez combien d'argent gaspillé ça fait au bout d'une seule année lolllll. Bravo la Région. Décidément que ce soient les Maires, Députés, Ministres ou clowns de la Région, c'est pareil ! Comme Papandréou en Grèce ils imposent des mesures d'austérité au peuple pendant qu'ils gagnent le pactole de fric tout en conservant le pouvoir... Vivement qu'on réforme notre système... Le chômage en montée va indubitablement aboutir à un éclat violent du peuple, pas besoin d'être Nostradamus pour s'en rendre compte. Pour finir j'ajouterais quel'on aborde ce problème via celui des parents mais qu'en est-il concernant les enfants ????? Ce sont pourtant eux les victimes dans ce traquenard... La jeunesse est notre avenir, apparemment pas pour les Dindar. Amenez tous les enfant devant la Région et demandez aux élus de les garder lollll peut être que ça leur ouvrira les yeux. Allez courage.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes