Océan Indien

Crabes de Madagascar: Alerte à la surexploitation

Mercredi 6 Août 2014 - 14:52

Dans un communiqué de presse, la Commission de l'océan Indien alerte sur la surexploitation de la filière crabe de Madagascar:


Crabes de Madagascar: Alerte à la surexploitation
Le programme régional SmartFish financé par l'Union Européenne appuie Madagascar pour une exploitation rationnelle et durable du crabe de mangrove.

Mais au vu de la hausse dramatique des exportations de crabes de mangrove vivants depuis l’année dernière, Madagascar a décidé de mettre en place des mesures drastiques pour une exploitation rationnelle et durable de cette ressource.

Des recommandations ont été adoptées à l’issue d’une rencontre décisive organisée par le Ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche et le programme SmartFish les 24 et 25 juillet derniers, à Majunga.

La rencontre, qui a regroupé l’administration des pêches, les collectivités régionales et les opérateurs (pêcheurs, collecteurs, exportateurs et les ONG), a estimé que le niveau actuel des captures serait largement supérieur au potentiel maximum estimé à 7500 tonnes. Les participants ont adopté une série de recommandations qui seront prochainement affinées et formulées par voie de décret ministériel :

Instauration d’une fermeture annuelle
Augmentation de la taille minimale à la capture
Réforme sur l’octroi des permis de collecte (avec cahier des charges)
Assainissement des permis de collecte
Mise en place d’un groupement professionnel des exploitants de crabes
Mise à jour des textes sur la gestion des crabes
Préservation des mangroves
Renforcement de la gestion et de la protection des mangroves avec le (il manque quelques ici)

Depuis l’analyse globale de la filière conduite en 2012, SmartFish a apporté une contribution significative au secteur du crabe de mangrove, notamment sur la question des pertes post-capture en promouvant l’adoption de nouvelles techniques de manipulation, de stockage et de transport des crabes 50 villages des 3 régions clés de Madagascar. Un projet pilote d’aquaculture communautaire a également été initié, ainsi qu’un appui  à la réhabilitation complète de trois importants marchés  à Morondava, Antsohihy et Ambanja.

Une exportation passée de 2 tonnes en 2009 à 800 tonnes en 2013

"Jusqu’à l’année dernière, mis à part une forte pression sur certaines zones faciles d’accès, la ressource était globalement sous exploitée. Force est de constater que la pression a subitement augmenté suite à cette ouverture soudaine vers le marché chinois du crabe vivant, et nous sommes désormais devant un schéma de surexploitation et de surchauffe au niveau des marchés ”, déclare Dominique Greboval, chef du programme SmartFish.

En effet, l’exportation de crabes vivants est passée de 2 tonnes en 2009 à plus de 800 tonnes en 2013, et atteint déjà 1400 tonnes à la moitié de l’année 2014. Certains nouveaux opérateurs disposant d’une forte présence dans les régions littorales les plus enclavées sont prêts à payer le prix fort pour des crabes vivants de bon calibre, laissant ceux de taille modeste à la filière traditionnelle et créant ainsi une demande sans précédent. Les autorités et les opérateurs, dont les membres du Gexpromer (Groupement des Exportateurs de Produits de Mer), ont tiré la sonnette d’alarme.
 
Dans les prochains mois, le Programme SmartFish continuera de soutenir cette filière clé en donnant suite aux activités initiées depuis 2012 et en fournissant un soutien technique au MRHP pour la formulation et la mise en œuvre de nouvelles mesures de gestion de la pêcherie.
Lu 1718 fois



1.Posté par noe le 06/08/2014 16:55

A la Réunion quand on vous dit que vous avez un "crabe" dans le corps ... c'est trop tard !

2.Posté par KLOD le 06/08/2014 19:35

Des réactions moins exacerbées qu'ailleurs et plus raisonnables !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 19:17 Maurice : Un requin pêché à Grand Gaube