MENU ZINFOS
Santé

Covid : Les conseils pour surmonter la crise psychologiquement (partie 3)


Depuis le mois de mars et le confinement, la crise sanitaire ne s’est toujours pas arrêtée tant en métropole qu’à La Réunion. Les conséquences se font ressentir sur le plan social, économique, mais également psychologique. Le gouvernement parle d’une troisième vague qui serait mentale et s’inquiète des nombreuses répercussions engendrées. Afin d’éviter le pire, des psychologues de La Réunion nous livrent quelques conseils pour arriver à passer cette période difficile.

Par - Publié le Dimanche 29 Novembre 2020 à 17:24 | Lu 2089 fois

Dépression, anxiété, troubles obsessionnels compulsifs (TOC), la Covid-19 et la situation qu’elle génère font des dégâts psychologiques comme nous l’avons vu dans la première partie de ce dossier. Certains psychologues estiment que la peur du virus est minoritaire face à la peur de perdre son emploi ou son entreprise, la sidération face aux injonctions contradictoires ou encore les rapports de domination dans la société qui sont beaucoup plus facteurs d’anxiété.

Pour éviter de sombrer à son tour, des psychologues de La Réunion donnent des conseils pour prévenir tous risques. Selon eux, ce problème ne doit pas être sous-estimé, car cette période laissera des traces, même une fois que ce passage difficile sera terminé. "La crise a bouleversé l’humain dans ses repères et ses habitudes", estime Bélall Rojoa, psychologue du service addictologie au CHU de La Réunion. Voici donc quelques conseils à suivre.

Apprendre à s’auto-évaluer

Bélall Rojoa estime que c’est la première démarche que d’apprendre à s’analyser pour mieux se gérer. "Lorsque le matin je me sens un peu tendu, je me donne une note entre 0 et 10. Si entre mon réveil et midi je vois que je suis passé de 5 à 7 dans mon axiété, c’est le moment de mettre en place une stratégie", conseille-t-il. Évaluer son degré d’anxiété est donc la priorité.

Repérer les signes

Comme vu dans la première partie, les 3 premiers signes à prendre en compte sont le sommeil, l’appétit et la relation aux autres.
Le sommeil : les insomnies ou le changement de rythme sont un indicateur
L’appétit : perte d’appétit ou faim constante
Relation aux autres : conduite d’évitement comme ne plus sortir faire ses courses, du sport, aller à la messe, ne plus aller voir ses proches

Les ruminations de pensées négatives sont également un signe d’alerte classique. "Ces signes sont comme un tableau de bord. Si les lumières s’affichent, il faut réagir", indique le psychologue.

Garder son rythme et rechercher des activités plaisantes

S’il est difficile d’avoir accès à toutes les activités que vous aviez l’habitude de faire, il est primordial de tenter de garder un quotidien structuré. Tester de nouvelles activités qui procurent du plaisir est à privilégier. Il ne faut pas non plus se poser trop d’impératifs.

Rester disponible pour ses proches

Même s’il n’est pas possible de le faire en présentiel, garder un lien social est le meilleur anxiolytique. Continuer à aider des personnes est également bon pour le moral.

Éviter la surinformation

Pour Joséphine Syren, psychologue, "il faut veiller à chercher les informations quand on en a besoin et ne pas laisser ces informations envahir notre espace. Il faut veiller à ce que l’on donne à notre cerveau".

Éviter donc de rester branché sur les chaînes d’information ou de naviguer en continu sur le web à la recherche de la vérité. Plus une information est lue ou entendue, plus elle prend une place dans notre cerveau. 

"Il y a un phénomène où chacun sort sa théorie alors qu’il n’y a pas encore une information pragmatique et officiellement reconnue. Il n’y a pas encore de conduite officielle à tenir, car pas encore assez d’études au sujet de la Covid", souligne Bélall Rojoa.

Ne pas juger les peurs des autres

Pour Joséphine Syren, il est primordial de créer un ou plusieurs espaces où l’on peut s’exprimer sans jugement et ainsi rester en lien. "On a tous des peurs, mais pas les mêmes. Il faut respecter nos peurs. Il faut que chacun puisse trouver ses ajustements, car nous sommes tous dans le même bateau", préconise-t-elle.

Éviter les comportements addictifs

Le confinement a parfois augmenté la consommation de tabac, alcool ou stupéfiants. Une fois cette période terminée, la consommation a continué ou s’est amplifiée. N’hésitez pas à consulter un spécialiste.

Ne pas hésiter à consulter un professionnel

Cette situation inédite est brutale et violente pour tout le monde et les conséquences ne sont pas à sous-estimer. "Sur le plan somatique, il est possible de développer des ulcères, avoir du mal à respirer ou encore faire des crises de spasmophilie. On attend souvent le premier signe physique alors que le mal-être psychologique était latent. Souvent, les gens ne savent pas quand cela a commencé à évoluer en forme grave avant d’en parler", intervient Bélall Rojoa.

Consulter un professionnel est donc préférable que d’en parler à des proches, car cela pourrait être contre-productif. "C’est un peu comme des enfants qui n’osent pas demander à leur parent et préfèrent en parler à leur camarade. Cela peut augmenter les angoisses et il ne faut surtout pas rester avec ses angoisses", prévient le psychologue du CHU.

L’ARS a mis en place, avec la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique de l’océan Indien, un numéro vert d’écoute psychologique au 0 800 200 840 (appel gratuit). Le gouvernement vient également d’inaugurer le Fil Santé jeune 0 800 235 236.

Covid: La 3e vague est là, elle est psychologique (partie 1)
Covid : Son impact sur les relations sociales (partie 2)


Gaëtan Dumuids
« Dans la vie, les choses sont simples, ce sont les esprits qui les compliquent ». Cette citation... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par lapograton le 29/11/2020 18:46

Les loisirs indispensables aux bien être ...

J ai été voir Zanmari baré aujourd'hui , moment de plaisir et détente absolu.

Moralité : la culture lutte conte la déprime.



2.Posté par Ti kreol le 29/11/2020 19:03

De quel crise on parle?
Rien n’a changé en France de Lille à Saint philippe.
Il n’y a quasiment pas de chômeur en plus, les restaurants touchent le pactol en foutant rien, les sans travail touche plus de prime rsa.
Les gens dans les chu travaillent un peu plus ce qui doit les changer vu qu’ils ne foutaient quasiment rien depuis 20-30 ans... etc. Sincèrement tout va bien. Qu’on arrête de faire semblant.

3.Posté par Pascale le 29/11/2020 20:02

Pour ceux et celles qui sont faibles d'esprit pour cette pseudo crise qui n'en ait pas une... ya pas mal de médicament que vous pouvez prendre si le coeur est la... :)
Zinfox n'en fait pas la liste mais il me semble qu'il y a outre le fameux prozac, il y a valium, tranxen, lexomil, xanax... LOL :)
Une petite pilule et ça ira mieux dans le coco :)

4.Posté par tantine le 29/11/2020 21:13

épidémie de pauvreté, de dépressions, addictions, toc, suicides, un million de chômeurs en plus cette année, des dettes et des échéances qui vont tomber en 2022, on va devoir être forts dans nos têtes et solidaires pour faire face.

quand on sait de quoi on parle, qu'on n'a pas la tête dans le guidon et qu'on voit loin ça donne ça : de la conviction, de la cohérence, du courage. encore un couillu comme je les aime :

https://www.youtube.com/watch?v=907ff1fG2ZQ&feature=youtu.be

5.Posté par Grangaga le 29/11/2020 21:57

..................................................... Dézès'pwarr'............................................................

El' lé akrossé a li
Konm' ou akross' a la vi
A li lé zyié lé ayièrr'
Y di k'avèk' èl' li té y kontanpp' le bonèrr'
Zot' bouss' la fini parr' se séparé
Sakènn' la gardd' lo gou d'l'ott' de son koté
Kan dan son min èl' la kassiètt' son figuirr'
La zou pozé d'si son do li la pouss' in dèr'nyié soupirr'
San fé tapaz' ni mur'murr' ni in regarr'
Lé par'ti sakènn' de son koté lo zyié dann' brouyiarr'

Tou sa là la arivv' si vitt'
Sanm' in dézès'pwarr san limitt'
Konm' in z'anfan èl' y konpran pa po koué li lé puni
Et li domann' parr' kèl' sor'tilèz' li lé anvouté po in butt' inkoni
Pourtan l'inivèrr' té zot' ti fwayié
La vill' té y èk'ziss' pi lavé ryink' po tou lé deu
La pli lo van toutt' z'éléman té y pé désséné
La salèrr' zot' té y prodwi té pli gayiarr' k'in gran feu
Zis'ka so zourr' ou in mo té y sortt' dan zot' bouss'
O kontrèrr' dé larm' té y roul' déssi parr' kouss'

Krwayan k'té po atandri
La vyiolanss' té ankorr' pli inwi
Kan bann' mo là la tapp' ansanm'
"Konm' mi èmm' a ou ma atann' "
"Non mi dwa pa mi pé pa fé a ou sa"
Antrekoupé d'in maraton d'anz' san vwa
Dan so kourss' lo souff' koupé z'idé fané
Zis'ka s'k'déssi ènn' é l'ott' y arivv' pi poz' lo zyié
Konm' sak' andrwa sak' passaz' y évok' in souv'nirr'
Konbyin d'tan zot' y sa gardd' l'amourr' là avèk' mar'tirr'............

6.Posté par JORI le 29/11/2020 23:33

3.Posté par Pascale le 29/11/2020 20:02
Et question pillule, vous en connaissez un rayon. J'ai l'impression qu'il n'y a que le Luc qui vous intéresse !! 😂 😂 😂

7.Posté par Lemetropole le 30/11/2020 06:05

Oui la peur de perdre le 5 et les la disparition des prestations sociales....la peur de ne pas pouvoir consommer consommer consommer....les toc commence deja, je passe devant la caf 3fois/jour et je me lève toutes les nuits pour voir si ma bmw sur 20 ans est toujours dans le parking.....

8.Posté par Pascale le 30/11/2020 09:31

@JORI: une chose est certaine cependant... PAS le tient :) 😂 😂 😂
Je te le laisse pour que tu puisses continuer à pét*r et ainsi nourrir les "assistés" de la France 😂 😂 😂

9.Posté par JORI le 30/11/2020 10:21

8.Posté par Pascale le 30/11/2020 09:31
Toujours dans l'obsession du Luc. Ceci dit, vous faites ce que vous voulez du vôtre. D'autant plus qu'à pét**** autant serait peut-être le signe d'une maladie ou d'un usage très fréquent. Mais cela ne nous regarde pas ! 😂 😂 😂

10.Posté par Jeanlouissauveur le 30/11/2020 14:38

Faire le vide et accepter.

Surtout detoxification du corps
Dès métaux lourds = médicament !!

Prendre du zeolite!!

Et attachez vos ceintures.
Sa va bientôt commencer.

Adonai.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes