MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

[Courrier des lecteurs] Grève au CHU: Les vrais coupables continuent et continueront à couler des jours heureux


Par . - Publié le Jeudi 2 Mars 2017 à 11:39 | Lu 1759 fois

La grève au CHU jette un éclairage douteux sur la situation de l’hôpital public à La Réunion ouvrant un lâcher vengeur de commentaires acerbes.

Chacun a connu dans sa vie, un passage au CHU soit pour se faire soigner, soit pour visiter un proche, à St Denis ou à St Pierre. Peut-être même qu’il vous est déjà arrivé de pester contre l’attente aux urgences, cette attente "interminable" voire inadmissible, tant le temps paraît long lorsque l’on souffre et qu’on attend une réponse, là tout de suite maintenant.

Cet épisode que chacun a pu vivre, est le quotidien des agents du CHU. Tous les jours ils sont confrontés à cette douleur, à cette maladie. Tous les jours, ils essaient d’y répondre, quelques soient les circonstances que traversent leur service, les menaces qui pèsent sur leur emploi, ou l’incompréhension dans laquelle certaines décisions les plonge.

C’est normal, c’est bien ce qu’on leur demande de faire : c’est leur job.

Sauf qu’aujourd’hui, leur job est critiqué de toute part, leur façon de travailler est jetée en pâture sur la place publique.

C’est là tout le problème. Imaginez-vous en venir aux mains avec le pompiste pour le prix de l’essence ? Attaquer le facteur pour les piles de factures qu’il glisse dans la boite aux lettres ? Reprocher à l’institutrice le calendrier scolaire ?

Non, même si le pompiste, le facteur ou l’instit’ sont les premiers visages associés à ces désagréments, on sait pertinemment qu’ils ne fixent pas le prix de l’essence, qu’ils ne se mettent pas dans la poche nos factures et qu’ils sont loin de fixer les dates des vacances scolaires.

C’est pareil pour le CHU. Ils sont le visage, les pieds, les mains, les parties articulées, incarnées et visibles d’un déficit, d’erreurs de gestion. Mais ils ne l’ont pas décidé. Ils ne se lèvent pas le matin en se disant tiens aujourd’hui, je vais me planquer et creuser un peu le déficit.

Pourtant le déficit, ils vont le goûter, ils vont en souper, ils vont en subir les conséquences, se retrouver sans emploi et on leur dira pour bien les achever, vous n’aviez qu’à bosser !

Et personne ne leur dira merci, vous avez bien travaillé, vous nous avez soigné mais c’est comme ça, on ne peut pas en virer d’autres donc c’est vous qui sautez. Bon courage.

Ils méritent des encouragements pour la suite.

Parce que quand ils seront sur le carreau, que vous serez soigné dans des temps bibliques, faute de personnel, ceux à l’origine de cette situation ne seront pas inquiétés, ils continueront d’avancer masqués et de prospérer.

Qui sont-ils ?

Ils sont une poignée. Il n’y a pas de complot ou de tous pourris qui vaille. Ils sont à peine une demi-douzaine. Oui il suffit d’une demi-douzaine d’incompétents pour faire tomber un géant.

Un déficit marque un manque de performance.

Pourtant il y avait une personne en charge de la performance du CHU. Oui une personne de l’administration sanitaire, dont le job était exclusivement dévolu à la performance du CHU. Que s’est-il passé ? Lui demande-t-on des comptes ? Non. Bien sûr que non. Et puis sa mission depuis n’est plus la performance du CHU. C’est dire sa mission a été si bien remplie, que depuis cette personne a gravi les échelons pour devenir directeur des ressources humaines. Aucun risque qu’à cette fonction dans l’administration publique il y ait réduction des effectifs, ce sont des emplois garantis à vie. Voilà une retraite anticipée bien méritée.

Un déficit marque un manque de contrôle.

Qui a décidé, attribué et contrôlé les fonds publics destinés au CHU ?

Essentiellement deux personnes dont la mission principale était de mesurer les besoins du CHU en fonction des soins prodigués pour les financer en exigeant toujours la plus grande efficacité.

On voit combien leur travail a été efficace 50 millions d’euros en moins plus tard…

Au moins 190 emplois au CHU vont sauter, 190 familles au minimum seront affectées. Mais soyez rassurés, eux, directement en charge et responsables d’avoir continué de financer le Titanic plutôt que de colmater la brèche avant que le navire ne s’abime, sont bien recasés et ne risquent pas d’être inquiétés.

Ironie du sort, l’un est bien placé directeur sans risque au CHU, son emploi ne fait pas partie des effectifs qui vont sauter.

L’autre véritable architecte de ces comptes pourris est : talaaaam directeur aussi bien sûr ! Vous êtes bien assis ? Parce que l’autre est devenu directeur de la stratégie et de la performance de l’institution en charge de contrôler le CHU… Oui c’est comme si on demandait au capitaine du Costa Concordia de prendre les commandes d’un porte avion pour croiser dans la baie des Cochons…. Ou à Al Capone de rédiger une loi d’amnistie fiscale…

Ces pions-là, devenus des fous de la diagonale de l’inefficience de La Réunion, nous ne les verrons jamais rendre des comptes. Ils coulent des jours heureux, grassement payés malgré les dangers qu’ils font peser sur les comptes publics et sur notre santé.

Celui que nous voyons vaguement s’agiter et pérorer qu’il plaidera près du ministère – c’est un discours, en réalité il n’en fera rien- est celui qui au courant de ces pratiques, alerté 1000 fois, continue de les couvrir quand bien même il a disposé de nombreuses opportunités de les assainir. Aujourd’hui encore, il préfère sacrifier 190 familles, couper la tête d’un homme déjà  à terre plutôt que de donner une vraie chance à la santé de se réformer.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le sacrifice de 190 familles est un pansement sur une jambe de bois. Mais tant que les bourreaux ne souffrent pas, alors ça va.

Un lecteur bien informé.




1.Posté par G dit le 02/03/2017 13:45

En clair : l'ARH (à l'époque) puis l'ARS (depuis 2010),ont failli ?

2.Posté par GIRONDIN le 02/03/2017 14:21

Pour avoir eu l'occasion d'être un accompagnant au urgence au bout de 7h d'attente sans la moindre nouvelle, j'ai en stock 2 semi remorque de nom d'oiseaux en réserve pour ces "" "soignants""""

Pour le reste, il y a bien des politiques au conseil de surveillance, par exemple mr Virapoullé Jean Paul représentant la région, non ? Ils surveillent quoi ? Les embauches de bobonneS

3.Posté par justedubonsens le 02/03/2017 15:30

Vous avez tristement raison. Le mal est grand et tous les Réunionnais doivent mesurer à quel point la situation est grave. Comme vous le dites oui chacun peut ou a pu pester d'une attente interminable aux urgences, oui beaucoup ont également pu subir les effets d'un mauvais diagnostic car les "économies" nécessaires n'ont pas été orientées sur les gros zozos à gros salaires mais sur la qualité des soins par l'embauche d'internes souvent étrangers qui coûtent peu chers mais dont la formation est à l'aune de ce qu'ils perçoivent. On oublie aussi l'assaut du service des urgences par toute une couche sociale qui sait qu'elle n'aura rien à payer et n'ayant rien d'autre à faire. Oui Monsieur ou Madame on réclame toujours que les postes stratégiques soient occupés par des autochtones c'est à dire qu'on limite politiquement le choix des postulants pour satisfaire à cet ego local. Si on peut comprendre l'idée on peut aussi comprendre la situation actuelle. Par ailleurs les loups ne se mangent pas entre eux et donc la nécessité de protéger sa caste conduit à la création de postes au titre ronflant et les salaires qui vont avec pour les garder autour de soi et mieux masquer la gestion misérable. Mais là aussi interrogeons nous sur le rôle des conseils d'administrations qui sont constitués de politiques de représentants du personnel etc, qu'ont-ils fait pour éviter cette débandade.

4.Posté par Fredo974 le 02/03/2017 15:51

Excellent article bien documenté ,

5.Posté par le tangue le 02/03/2017 16:38

bravo, voila un lecteur vraiment trés bien informé.
Tout est dit et bien dit.

6.Posté par bipbip le 02/03/2017 18:39

Quel beau billet

Et ça sent tellement le vécu

"Complotisme" c'est le gros nuage de fumée pour cacher la réalité

Les familles vont payer c'est sûr . Mais dans 2 mois vous votez , tout le monde vote .
Soit on continue sur le même bateau soit on quitte ce bateau , on change de capitaine

A vous de voir

7.Posté par soignant usé le 02/03/2017 21:30

Je voudrais quand même rappeller à certains , que ce n'est pas typique à la Réunion, cette grande attente aux urgences... Très récemment en métropole, j'ai attendu un dimanche matin , avec seulement 4 personnes avant moi , 3 heures.....et en plus pour ressortir sans prescription et en me conseillant de boire beaucoup d'eau ... Arrétez de croire et dire qu'à la Réunion , on est plus mal pris en charge qu'en métropole.... c'est du n'importe quoi ..... En tout cas, Félicitations à ce lecteur qui est en plein dedans, car c'est tout à fait ça.... Ces mêmes directeurs se réjouissent d'entendre les réunionnais pester contre les foncionnaires, contre le personnel soignant...pendant ce temps là on les oublie avec toutes les casseroles qu'ils trainent derrière eux ....

8.Posté par GIRONDIN le 04/03/2017 07:44 (depuis mobile)

.. que ce n'est pas typique à la Réunion, cette grande attente aux urgences...

ET ? Le "" problème "" ce n'est pas l'attente, le problème c'est l'absence totale d'informations !


Des nouvelles de la réunion d'hier à la Région ?


Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes