MENU ZINFOS
Faits-divers

Cour d'appel : Valère Narayanin devant la justice pour violences sur son employé


Le gérant de l'ancienne boîte de nuit Discopoly's à Sainte-Suzanne, Valère Narayanin était jugé en appel pour avoir roué de coups son employé.

Par SH - Publié le Vendredi 27 Novembre 2020 à 09:46 | Lu 4418 fois

Le frère et le cousin de Valère Narayanin sont bien connus de la justice. C'était à son tour de passer devant la cour d’appel ce jeudi pour se défendre de faits de violence avec usage d’arme et menaces sur son employé. 
 
Les faits remontent à novembre 2018 à Sainte-Suzanne. Valère Naranayin est gérant de la discothèque Discopoly’s à côté de laquelle se trouvent également une crèche, des bureaux, et un parking. Suite à une série de vols dans les voitures du parking, il souhaite s’assurer que le gardien de nuit fait bien son travail. L’ayant vu s’assoupir à plusieurs reprises, il voit cette fois-ci, que son employé dort à nouveau. "J’ai attendu pour voir combien de temps il dormait. J’étais dans mon bureau. J’ai entendu un cri puis rien. Ensuite j’ai vu les gendarmes arriver", raconte Valère Naranayin. Condamné en première instance à 150 jours-amendes de 10 euros et actuellement en procédure devant les prud’hommes, il explique n’avoir jamais touché le gardien. 
 
Mais la version de l’employé est tout autre. "Je travaille pour monsieur depuis 1993. Avant, j’étais plus jeune, je pouvais travailler autant. Mais maintenant travailler du lundi au dimanche, c’est trop difficile", explique-t-il devant les magistrats. Pourtant Valère Naranayin n’est pas jugé pour les mauvaises conditions de travail de son employé. Il est poursuivi pour avoir, cette nuit de novembre 2018, roué l’homme de coups puis de s’être emparé d’un banc de la crèche. Un banc que la victime se serait pris en pleine figure, fracturant sa mâchoire et cassant ses dents. "Il était saoul et m’a menacé de mort et m’a traité de sale comorien. Ce n’était pas la première fois qu’il me menaçait de mort", raconte-t-il. 
 
Pour le chef d’entreprise, il s’agit de la part de la victime, d’une façon de lui soutirer de l’argent. Il demande en effet, devant les prud’hommes, une somme de 250.000 euros. 
 
L’avocat général a néanmoins rappelé les cinq condamnations sur le casier judiciaire de Valère Naranayin et a requis une peine plus lourde : six mois de prison avec sursis, une obligation de soins, et une interdiction d’activité de gérance pendant cinq ans. La décision de la cour d’appel sera rendue le 28 janvier.




1.Posté par Ouais ... le 27/11/2020 11:22

Si fait avéré, un patron tabasse un employé à coup de banc, et il se prend du surcis, et risque une interdiction de gestion ? Alors que les conditions de travail n est pas l objets du procès, la société fait elle son boulot ?

2.Posté par mister Magoo le 27/11/2020 11:56

5 condamnations et la justice demande encore du sursis... pitoyable.

voilà, tout est dit, la Justice ne fait RIEN, comme d'habitude. on a affaire à des charlots quand même : comment peuvent-ils se regarder dans une glace ?
manifestement, ils n'ont pas honte d'être aussi mauvais, c'est permanent.


3.Posté par Mwin la pa di le 27/11/2020 18:18

Famille dangereuse à en croire l'article !

4.Posté par Jag le 27/11/2020 21:09

Surtout celui qui possède le restaurant ACOYA à La saline.Il profite de la crise COVID pour se masquer et passer incognito tellement qu’il est Un escroc avec son short du dimanche.Je me demande s’il la payé!!!

5.Posté par Sasa le 28/11/2020 08:06

Du sursis ??! On ne questionne pas les conditions de travail de l'employé et on laisse ce monsieur malgré un casier déjà chargé de gérer une discothèque, des bureaux, une crèche ??!!!!🤬😡😠 On aura tout vu

6.Posté par nanou le 29/11/2020 22:15

Toujours les petits contre les grands entourés des meilleurs. Au final quand on voit les fréquentations de ce messieur moyennant vins et repas, on peut s'interroger , on verra.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes