MENU ZINFOS
Faits-divers

Cour criminelle: Il viole son élève autiste pendant trois ans


Instituteur dans un institut médico-éducatif à Saint-André, il est accusé, entre autres, d'avoir abusé sexuellement d'une patiente de l'âge de 14 à 17 ans.

Par - Publié le Mardi 13 Octobre 2020 à 17:37 | Lu 14219 fois

Ce couple avait confié leur enfant à un établissement scolaire et un instituteur, comme le font tous les parents. Mais leur confiance a été trahie – c’est peu dire – lorsqu’ils ont appris que leur fille autiste n’était pas en sécurité dans son institut médico-éducatif à Saint-André. Son instituteur avait abusé d’elle pendant trois ans avant d’être découvert par ses collègues. 

Pris en flagrant délit en train de photographier le dessous des jupes de collègues, il avait été interpellé et de nombreuses photos avaient été retrouvées par la suite. Des faits choquants avaient donc étaient révélés pendant l'enquête, allant de vidéos d’entrejambes jusqu’à des images de l’instituteur en train d’étaler du sperme sur des viennoiseries offertes à ses collègues. Puis il y a eu ces scènes d’attouchement sur une de ses élèves. 

"J'ai dû forcer, après elle ne s'opposait plus"
 
On est alors en 2019. Cela fait trois ans qu’il fait subir des attouchements et des viols à sa victime, de l’âge de 14 à 17 ans. Ce mardi, devant la cour criminelle qui le juge, F.F répond aux questions et avoue simplement ses actes. "Ça a commencé lorsque je travaillais seul avec elle. On s’entendait bien et je me suis dit de voir si elle acceptait ou pas. Au départ non, mais après oui. J’ai dû forcer, après elle ne s’opposait plus", raconte-t-il. 
 
Devant les magistrats, sa mère explique : "Jamais on aurait imaginé une chose pareille. On avait confiance en lui. Il nous avait dit qu’il veillait sur elle. Aujourd’hui, elle ne veut plus de câlin et ne veut plus que je la touche". Le père n’a pu que marmonner quelques mots mais en repartant à son siège, n’a pu se retenir de proférer des insultes à l’accusé. Quand à la victime, aujourd’hui âgé de 18 ans, elle a tenté tant bien que mal de s’exprimer. "Seins", "poils", "prison", "puni", a-t-elle pu déclarer. 
 
L’institut médico-éducatif n’a rien soupçonné
 
Pour l’avocat de la défense, le bâtonnier Georges-André Hoarau, la question n’est pas de nier les faits commis mais de comprendre comment l’institut est passé à côté pendant plusieurs années. L’ancienne directrice de sept établissements de l’Est a avoué que les soins ne devraient pas être prodigués par un enseignant mais par une accompagnatrice. Et en effet, "ce n’est pas normal" , qu’il ait eu à l’emmener aux toilettes pour l’essuyer. Un cadre favorisant les faits ? Elle relativise néanmoins : "Un tiers de notre personnel est masculin. Si on devait être suspicieux de tous ceux qui se retrouvent seuls avec un enfant, on ne pourrait pas fonctionner".
 
Instituteur depuis 20 ans, ce père de famille sera fixé sur son sort ce mercredi. Il encourt 20 ans de réclusion criminelle. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Lulu le 13/10/2020 18:53

Une pourriture ce mec et dire qu'on a supprimé la peine de mort.

2.Posté par vital le 13/10/2020 18:56

pourquoi cette pudeur concernant cette institution ,il serait interessant de s 'intéresser à tous ces établissements médico-sociaux arrosés de subvention dont l 'état ne semble pas trop regardant sur leur 'utilisation . Le social est devenu ces dernières années un secteur ou les plans de carrières et l'enrichissement des cadres s’effectuent sur le dos des usagers .

3.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 13/10/2020 20:57

*Rien que du joli monde, ICI...

*Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu

*Pour mériter ces "extrêmes" ???

4.Posté par Mwinmidike le 14/10/2020 07:11

"Au départ non, mais après oui. J’ai dû forcer, après elle ne s’opposait plus" Beurk !! Il croit s'en sortir en disant ça ? Faire cela à une personne dépourvue de moyen de s'en plaindre, circonstance aggravante.

5.Posté par Marion, Jonathan, Frank, et les autres etc... le 14/10/2020 08:05

Y a t il beaucoup d'arrêts maladie au sein des établissements sociaux ? Serait ce intéressant d'entendre les intéressés ? Que pourraient ils nous révéler ?

6.Posté par Julien CINQUANTA-BAVARD le 14/10/2020 08:24

Rien que du joli monde, ICI...
Qu'est ce qu'on a fait au bon Dieu
Pour mériter ces "extrêmes" ???

Du coup je crois que je vais rentrer chez moi et arrêter de casser les pieds à tout le monde

7.Posté par jean le 14/10/2020 08:27

Castration svp

8.Posté par jean jouhis le 14/10/2020 09:47

moi je tiens 10 30 minutes maxi
3 ans c est impossible..
deja faut bien dormir un peu !

9.Posté par Leroy le 14/10/2020 13:08

Quelle que soit la sanction, malheureusement ça ne sera jamais autant que la victime. Il écopera peut être de 20 ans mais la victime souffrira toute sa vie. Quelle injustice!

10.Posté par Choupette le 14/10/2020 17:13

Soe, il y a une coquille dans " ... avaient donc étaient révélés ... "

6.Posté par Julien CINQUANTA-BAVARD

Emmène "Quaranta" avec toi, ça nous fera des vacances ... .

______________

Ce type coche toutes les cases de la perversité. Outre les sévices sur cette pauvre enfant, avec le recul, ses collègues doivent "apprécier" les viennoiseries nappées à la sauce-maison de cet être immonde.

11.Posté par The Punisher le 14/10/2020 21:10

En gros, on l'a chopé parce qu'il a photographié ses collègues et par causalité, il a été confondu pour des faits beaucoup plus graves...

Si il ne l'avait pas fait (photographier ses collègues) aurait-il été confondu et dénoncé ?

La question est simple : comment un homme adulte a t-il pu multiplier les moments où il devait se retrouver isolé avec une mineure autiste, sur une durée de 3 ans, sans que cela n'éveille aucun soupçon ?

Est-ce que tou.te.s les "collègues" ont été cuisiné.e.s. par les inspecteurs pour savoir si il y avait soupçon mais que rien n'a été signalé, voir que certains faits auraient été couverts ?

Moi je crois la question est vite répondue.

Vraiment louche cette affaire. Y en a qui ont dû "moudre poivre" quand cette ordure a été attrapée.

Je souhaite une longue vie à ce prédateur pour que la honte le ronge le plus longtemps possible.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes