MENU ZINFOS
International

Coupe du Monde au Qatar : Les familles endeuillées laissées pour compte au Népal et en Inde


Les témoignages affluent de plusieurs pays asiatiques suite aux décès d'émigrés sur les chantiers de la Coupe du Monde 2022 de football au Qatar. Les enfants sont déscolarisés et partent travailler car des centaines de familles du Népal et de l'Inde se retrouvent sans ressources.

Par C - Publié le Jeudi 10 Novembre 2022 à 08:48

La pauvreté au Népal pousse les hommes à travailler hors du pays dans des conditions parfois très difficiles. Presque 15% de la population népalaise, soit 4,5 millions de personnes, travaillent actuellement à l’étranger dont 350.000 au Qatar, selon le gouvernement. 

Kripal Mandal était ouvrier. Il était parti travailler dans l’émirat pour nourrir sa famille et payer les frais de scolarité de ses cinq enfants. Il est mort d’une crise cardiaque au Qatar le 17 février dernier, à seulement 38 ans. Son décès n’est pas un cas isolé. Des milliers d’ouvriers travaillant sur les chantiers en lien avec la Coupe du Monde de football sont revenus au pays dans des cercueils en bois. 

Les causes vagues des décès déclarées par les autorités qataris sont vagues comme "mort dans son sommeil" ou "mort naturelle". Nombre de migrants vivent dans des conditions parfois extrêmement précaires, entre travail forcé et logements insalubres. 

C’est ce que dénonce Manish, l’un des frères de Kripal, qui a lui aussi travaillé un temps au Qatar. Les travailleurs endurent un traitement inhumain. Ils sont forcés à travailler sans relâche, 12 heures par jour, six jours sur sept.

Le gouvernement népalais a mis en place une aide financière au rapatriement des corps. Si l’employeur du défunt refuse de payer pour renvoyer un corps, le Népal mobilise alors les ressources d’un fond d’aide sociale pour garantir l’envoi du cercueil et son transport. Le rapatriement d’un cadavre depuis les pays du Golfe coûte au minimum 300.000 roupies népalaises, soit 2.400 euros. 

Mais tous ne sont pas éligibles à cette aide. Sur 4,5 millions de travailleurs immigrés, seulement 1,9 sont partis légalement. Et il faut impérativement être enregistré dans une agence de travail et avoir souscrit une assurance reconnue par le gouvernement pour obtenir cette assistance publique.

Les Népalais engagés ailleurs dans les pays du Golfe

Au Népal, la société est basée sur le concept de la famille élargie. Un népalais qui a un salaire doit prendre en charge tout le reste de la famille. Quand celui-ci est renvoyé au pays et qu’il n’est plus apte à travailler, qui en supporte la charge ?

Dans la culture népalaise, travailler à l’étranger est une fierté sociale et c’est perçu comme un accomplissement qui offre une place dans la société.  De même, des milliers de jeunes paysans népalais prennent la route des pays du Golfe pour fuir un mécanisme d’esclavage local appelé haruwa-charuwa. Haruwa désigne celui qui laboure la terre et charuwa celui qui garde le bétail.

Les immigrés indiens aussi concernés

L’Inde aussi compte des familles endeuillées et sans ressources. Ramsulu Pasawan laisse derrière lui quatre enfants. Il était bétonnier sur des chantiers du stade de football. La famille a un jour reçu un appel pour l'informer de la mort de Ramsulu et depuis tout a changé. Le corps a été enterré dans un cimetière au Qatar. Sanjit Pasawan, le fils, a dû mettre fin à ses études pour subvenir aux besoins de sa famille. Les décès des travailleurs immigrés ne font qu’accroître le problème de travail des enfants dans ces pays. Dans la famille Pasawan, le frère âgé de 7 ans travaille dans une pisciculture dans le nord du Népal. Sanjit déplore le fait que l’entreprise où son père travaillait reste insensible à leur sort. Ils n’ont rien reçu en termes de compensation ou de prime d’ancienneté bien que cet argent leur serait utile afin de continuer leur scolarité.

Shashi Kumari Yadav, employée de Safer Migration Project, une ONG spécialisée dans le conseil psychosocial aux femmes et enfants de travailleurs migrants, en fait son combat. Gayatri Mandal, mère de famille, explique comment son mari est revenu du Qatar en juin 2021 avec une insuffisance rénale. On lui avait fait la promesse d’un virement de 200.000 roupies pour couvrir les frais de sa greffe de rein. Malheureusement il est décédé avant l’opération et l’argent n’a jamais été versé. Depuis, le seul revenu de la famille est celui de leur fils de 13 ans qui travaille dans une usine de briques. A l’âge de 18 ans, il sera aussi appelé à partir au Golfe tout comme son père. 




1.Posté par Tiri store le 10/11/2022 15:09

« liberté ». Je leur fais confiance. Ce qui est important, c’est qu’on rééquilibre, qu’on parle plus du sportif.

2.Posté par Vasavoir le 10/11/2022 19:05

On en parle quand du groupe Vinci là dedans ?

3.Posté par Bleu outre mer le 12/11/2022 16:21

Bien silencieux le RN sur les travailleurs émigrés aux Emirats, à oui ils ont financé le RN, d'où le silence. La main d'oeuvre émigrés ne pose aucun problème, côlon un jour côlon toujours 🐑👍🤡

4.Posté par O.M le 12/11/2022 19:00

Vous avez vu qu'il y a un stade 974 fait avec des conteneurs au Qatar.
En Hollande je crois qu'il y a des immeubles pour étudiants pareils

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes