Faits-divers

Coup de couteau sur son conjoint: "J'ai entendu une voix me dire fais le, fais le"

Mercredi 4 Juillet 2018 - 10:19

C'est le jour de son anniversaire que cette jeune femme de 34 ans devait répondre de violence avec arme sur son conjoint devant le tribunal correctionnel de Champ Fleuri. Dans la nuit du 3 juin dernier à 1h du matin, Marie appelle la gendarmerie pour expliquer son geste suite à une dispute avec son conjoint.

Si l'homme tente dans un premier temps de minimiser les faits pour protéger sa concubine, il avoue par la suite qu'il n'en est rien."Je pensais qu'elle n'allait pas le faire" dit-il à la barre. La jeune femme souffre de schizophrénie et n'avait pas pris son traitement le soir de l'agression. Tout a débuté par une soirée tranquille, quelque peu arrosée, en amoureux. Au moment de sortir faire un karaoké, tout se complique. Voyant sa compagne très apprêtée, il prétexte que tous les hommes vont la regarder et refuse de sortir.

Marie alors très énervée, veut prendre son médicament et se coucher

Une dispute éclate, Marie alors très énervée, veut prendre son médicament et se coucher. Son conjoint l'en empêche pensant que le mélange psychotrope et alcool n'est pas une bonne idée. A ce moment précis, une voix dit à la jeune femme "fais le, fais le"! Elle s'empare du couteau, se rue sur lui main levée et lui plante le couteau dans l'épaule. Voyant le sang gicler, Marie prend conscience de la gravité de la situation et appelle les forces de l'ordre.

Déjà condamnée une première fois pour des faits de violence, la jeune femme reconnait les faits. Elle s'effondre en larmes devant le juge. "J'avais l'impression que je m'étais dédoublée, je vois des images et j'entends des voix, je lutte contre moi même" explique t-elle. L'expert psychiatrique judiciaire a d'ailleurs déclaré une altération du discernement ainsi qu'une dangerosité psychiatrique réelle de la jeune femme. 

Marie n'en est pas moins responsable

La procureure note que malgré cette altération reconnue, Marie n'en est pas moins responsable. Reconnaissant que l'enfance difficile de la jeune femme est sans doute la cause de ses troubles psychiatriques, elle requiert une peine de 18 mois de prison avec sursis et surtout une obligation de soins. 

La défense reconnait la nécessité d'une aide expliquant "elle entend des voix lui dire de donner des coups". Maitre Vardin demande la clémence et une injonction de soins. Si Marie et son conjoint sont toujours ensemble à ce jour, elle devra dorénavant répondre régulièrement de la régularité de son traitement, le juge Courtial l'ayant finalement déclarée coupable. Elle écope de 18 mois de prison avec sursis avec une obligation de soins. 
Pascal Robert
Lu 2830 fois



1.Posté par Nmr le 04/07/2018 10:31 (depuis mobile)

Le boug lé fou reste avec un femme comme sa aujourd''hui c l''hôpital prochainement c la morgue sur certains

2.Posté par cmoin le 04/07/2018 10:48

Honteux!Dégueulasse!
C'est une femme donc on ne la met pas en prison même si elle a essayé de tuer son homme!

3.Posté par Hugh le 04/07/2018 11:09

Elle devrait arrêter de fumer des " cons de joints ".
D'un autre coté, même si ça n'excuse rien, ça s'est passé dans la nuit du 3 joint.

4.Posté par Jp POPAUL54 le 04/07/2018 12:33

Histoire psychédélique.
Dommage que la cour n'entende pas des voix lui dire de donner des peines fermes !!!

5.Posté par le kiré totocheur de la pointe du diable, lé + cathodix que catholix? le 04/07/2018 12:37

Vu que les politiciens poignardent leurs électeurs dans le dos, il est manifeste qu'eux aussi doivent entendre des voix.

6.Posté par almuba le 04/07/2018 14:16

La voix aurait dû lui dire:
"A l'asile, à l'asile"

7.Posté par nono le 04/07/2018 15:43

je voulais le tuer mais j'ai une bonne excuse monsieur le juge c'est pas ma faute (juste alcool médicaments et fumette ) promis la prochaine fois je le raterais pas merci monsieur le juge de me remettre en liberté

8.Posté par Choupette le 05/07/2018 11:51

1.Posté par Nmr

Y'en a qui aiment vivre dangereusement, et puis, qui se ressemble s'assemble.

Dicton "en joint fais ce qui te plaît !". Dont acte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter