MENU ZINFOS
Santé

Coronavirus: Un dépistage systématique pour toutes les personnes terminant leur quatorzaine


Conformément à l’avis du conseil scientifique COVID-19 sur la gestion de l’épidémie dans les Outre-mer du 8 avril 2020 et à la décision de la Ministre des Outre-Mer, la préfecture et l'Agence régionale de santé mettent en place un dispositif de dépistage systématique du coronavirus pour toutes les personnes terminant leur quatorzaine, comme indiqué dans le communiqué suivant:

Par - Publié le Dimanche 12 Avril 2020 à 20:54 | Lu 3585 fois

L’avis du Conseil scientifique
 
Dans son rapport en date du 8 avril 2020 sur la gestion de l’épidémie dans les Outre-mer, le conseil scientifique recommande « de pratiquer un test de dépistage (PCR) du Covid-19 à tous les voyageurs présentant des symptômes évocateurs. Un test systématique en fin de quatorzaine préventive chez le voyageur asymptomatique est également conseillé tant que la proportion des cas d’infections importées est significative par rapport aux cas autochtones, ce qui est encore le cas en ce début du mois d’avril ». Sur les dix recommandations formulées à l’issue de l’avis du Conseil scientifique, celle-ci est la troisième : "3. Continuer, dans un contexte de faible arrivage, à pratiquer la quatorzaine à l’arrivée des voyageurs, idéalement en structure dédiée, assortie d’un test de dépistage RT-PCR immédiat à tous les voyageurs symptomatiques et systématiquement à tous les voyageurs en fin de quatorzaine".
 
A La Réunion, et ce depuis le 24 mars 2020,  l’ensemble des passagers arrivant sur l’île sont soumis à un entretien individuel infirmier à l’aéroport qui, pour les patients symptomatiques, débouche sur un dépistage du coronavirus par le SAMU. Depuis cette date, les patients sont également soumis à une quatorzaine obligatoire à leur arrivée à La Réunion. Du 24 mars au 30 mars, cette quatorzaine pouvait être réalisée dans des centres de quatorzaine mis en place par l’Etat ou à domicile. Depuis le 30 mars, cette quatorzaine est obligatoirement réalisée dans un centre de quatorzaine dédié (sauf dans trois cas : personnels indispensables à la gestion de crise, mineurs isolés, personnes dont la situation médicale ne permet pas le maintien en quatorzaine).
 
Ainsi, les deux premières parties de la recommandation n°3 sont en pratique déjà mises en œuvre à La Réunion et conforte l’Etat dans la nécessité de maintenir ces dispositifs de parcours individualisé à l’aéroport et de quatorzaine obligatoire à l’issue. Il s’agit désormais de mettre en œuvre les dépistages systématiques des personnes à l’issue de leur quatorzaine.
 
Pourquoi dépister l’ensemble des personnes à l’issue de la quatorzaine ?
 
Cette nouvelle doctrine de dépistage de l’ensemble des personnes à l’issue de la quatorzaine est justifiée par la nécessité de détecter les personnes contaminées par le coronavirus, et qui sont donc susceptibles de le transmettre, mais qui ne développent aucun symptôme (patient dit asymptomatique). L’Institut Pasteur rappelle en effet sur son site Internet que "des études observationnelles privilégiées (comme celle menée chez les passagers du bateau de croisière Diamond Princess) ainsi que des travaux de modélisation ont montré que l'infection peut être asymptomatique ou paucisymptomatique (entrainer pas ou peu de manifestations cliniques) chez 30 à 60 % des sujets infectés".
 
La Réunion étant encore en stade 2 de gestion de l’épidémie, l’objectif est ainsi de détecter, parmi une population à risque (en l’occurrence, les personnes revenant de zones d’exposition à risque comme la métropole), les patients asymptomatiques qui pourraient propager le virus dans la population, sans même s’en rendre compte. Ces personnes seront ainsi prises en compte comme l’ensemble des autres patients atteints par le COVID-19 et devront se soumettre à  un isolement strict.
 
Les modalités du dépistage systématique à l’issue de la quatorzaine
 
Pour les personnes placées en quatorzaine en centre dédié, le dépistage systématique sera organisé par l’Agence régionale de santé à travers la projection d’équipe mobile de prélèvement, cette équipe mobile pouvant être composée de praticiens du CHU ou de laboratoires privés. Cette campagne de dépistage sera réalisée le 12ème ou le 13ème jour de la quatorzaine, afin que les personnes puissent savoir, à l’issue de leur quatorzaine, si elles sont atteintes par le virus ou non.
 
 
Personnes sortant le mardi 14 avril
 
Dépistage de 141 personnes sur 3 sites
 
Personnes sortant le jeudi 16 avril
 
Dépistage de 20 personnes sur 1 site
 
Personnes sortant le samedi 18 avril
 
Dépistage de 136 personnes sur 1 site
 
Personnes sortant le mardi 21 avril
 
Dépistage de 40 personnes sur 1 site
 
Personnes sortant le jeudi 23 avril
 
Dépistage de 50 personnes sur 1 site
 
Personnes sortant le dimanche 26 avril
 
Dépistage de 62 personnes sur 1 site
 
Si une personne est contaminée par le coronavirus, elle sera transportée en ambulance dédiée au transport de patients COVID-19 vers le CHU Nord. Au CHU, la personne aura un entretien avec un infectiologue référent qui définira, avec elle, la prise en charge de sa maladie (à l’hôpital, en ambulatoire ou, lorsqu’ils seront ouverts à La Réunion, en centre d’hébergement pour patient COVID). Les personnes contaminées par le COVID-19 asymptomatiques devront s’isoler strictement pendant quatorze jours supplémentaires, compte tenu de l'impossibilité de savoir quand aura débuté la période de contagiosité.
 
Pour les personnes qui seraient revenues à La Réunion avant la mise en place des centres de quatorzaine obligatoires (donc avant le 30 mars) ou qui ont bénéficié d’une exception (par exemple, les personnes lourdement médicalisées), celles-ci sont invitées à se faire connaître auprès de leur médecin traitant afin de se voir prescrire un dépistage. La personne pourra alors réaliser ce dépistage en se rendant au CHU ou auprès d’un laboratoire privé (test en drive par exemple). Dans le cas où la personne serait handicapée ou très âgée, son médecin traitant pourra prendre l’attache du centre 15 pour envisager un prélèvement à domicile par l’équipe mobile du CHU.
 
Comment se passent les tests de dépistage ?
 
Le test dépistage réalisé en France est un test dit « PCR », il se traduit par un prélèvement naso-pharyngé (gorge, nez, nasopharynx) qui se fait à l'aide d'un écouvillon inséré assez loin dans le nez. Il est obligatoirement effectué par un médecin ou une infirmière. Le test est rapide à effectuer mais peut entraîner un sentiment désagréable pour la personne, voire une petite douleur.
 
Peut-on refuser le dépistage ?
 
Le dépistage étant un acte médical, il ne peut être réalisé qu’avec le consentement de la personne. En cas de refus de la personne de se faire dépister, celle-ci sera maintenue en centre de quatorzaine pour une durée complémentaire de 7 jours afin de s’assurer de sa non-contagion.
 
 
 
 
 


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par oté la Réunion le 12/04/2020 21:17

441 personnes!
Quand les vols étaient maintenus, ce sont combien de voyageurs qui ont été laissés sans surveillance ni tests alors que nous étions déjà en confinement?
C'est irresponsable de la part des autorités que d'avoir laissé ces voyageurs arriver ici et surtout de les avoir laissé circuler!
Le pauvre bonhomme qui a pris le bus pour aller chercher à manger sans attestation a payé 135 euros tandis que ceux qui avaient pris l'avions pendant un confinement strict contaminaient sans vergogne l'île entière!
Quelle injustice!

2.Posté par Pascale le 12/04/2020 21:18

Il fallait le faire avant!!! La c'est trop tard! Il y a de plus en plus de cas 100% autochtones ... le virus circule bien :)
A quand les vrais chiffres?

3.Posté par JORI le 12/04/2020 21:53 (depuis mobile)

2. Pascale. Si vous doutez des chiffres, c'est que vous savez qu'il y en a d'autres ! Donnez les nous.

4.Posté par JORI le 12/04/2020 21:55 (depuis mobile)

1. Ôté la Réunion. Si ces voyageurs sont arrivés alors que nous étions déjà en confinement, alors ils ont dû rester chez eux comme tout le monde. Non ?

5.Posté par Ah la la le 12/04/2020 23:42 (depuis mobile)

Toute cette mascarade arrive un peu tard. Il aurait fallu le faire à l’arrivée à Gillot de tous les voyageurs avec quatorzaine chez eux. Contrôle journalier par l’ars avec interdiction de sortir sous peine d’amende et de Prison. C’est trop tard...

6.Posté par El dictator le 13/04/2020 06:38 (depuis mobile)

2.
On s'en fout des vrais chiffres.
Qu'est ce que cela vous apportera et qu'est ce que cela changera ?

Vous voulez coudre des étoiles jaunes ?

7.Posté par spartacus974 le 13/04/2020 08:35

Il faut imaginer ce qu'il se passerait sans la pression de la population Les autorités agissent sous la pression populaire .Il y a un sérieux problème de compétence chez ces ribouldingues qui voulaient nous faire croire à leur savoir,à leur science.C'est dans la tempête que l'on mesure la valeur du capitaine.Avec le COVID19,c'est juste consternant de voir autant d'inconséquence et d'arrogance .

8.Posté par JORI le 13/04/2020 10:44 (depuis mobile)

7. Spartacus974. Quand vous parlez de pression populaire, vous parlez de ceux qui ne respectent pas le confinement, ni les mesures barrière!!. Sinon vous avez des exemples de ce que vous avancez ?.

9.Posté par Olive le 14/04/2020 13:39 (depuis mobile)

Il aurait fallu que tous ceux qui ont voyagé depuis février soient testés en priorité. Il n''est jamais trop tard. Mais pourquoi l''ARS deviendrait sensé d''un coup ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes