MENU ZINFOS
Société

Coronavirus: Les travailleurs s’estimant en danger peuvent-ils exercer leur droit de retrait ?


En pleine épidémie de coronavirus, certains salariés doivent malgré tout continuer à se rendre au travail. Beaucoup ont peur pour leur santé, et dénoncent le manque de protections, dans le privé comme dans le public. En métropole, des employés d’Amazon, de Carrefour ou encore du Louvre, ont cessé de travailler, estimant courir un « danger grave et imminent » sur leur lieu de travail. À La Réunion, le syndicat CGTR des travailleurs de transport de marchandises demande à ses adhérents d’exercer leur droit de retrait si les conditions de livraison ne sont pas sécurisées dans les magasins alimentaires. Mais en quoi consiste ce droit de retrait ? Qui peut l’exercer ? Et sous quelles conditions ? Me Élodie Boyer, avocate à la cour, nous apporte son éclairage :

Par - Publié le Jeudi 9 Avril 2020 à 15:24 | Lu 4114 fois

Photos : Pierre Marchal - Anakaopress
Photos : Pierre Marchal - Anakaopress
Le droit de retrait, qu’est-ce que c’est ?
 
Le code du Travail (articles L. 4131-1, L. 4131-3 à L. 4132-1) prévoit deux pouvoirs d’initiative importants à disposition du travailleur qui se retrouve confronté à une situation de danger grave et imminent pour sa santé.
 
Le premier est le droit d’alerte qui, comme son nom l’indique, oblige le travailleur à signaler immédiatement à son employeur toute situation de travail qu’il pense comme étant un danger grave et imminent pour sa santé (voire sa vie !). Il peut également alerter les représentants du personnel, et notamment le Comité Social et Économique (CSE), qui avertiront l’employeur. Dans ce dernier cas, une procédure spéciale est applicable via, notamment, l’ouverture d’une commission d’enquête et l’intervention de l’inspection du travail si nécessaire.
 
Le second est le droit de retrait qui découle du droit d’alerte. Ce droit permet au travailleur de se retirer de cette situation et ce sans accord préalable de son employeur. Une des seules conditions est que l’exercice de ce droit de retrait n’entraine pas de danger grave et imminent pour d’autres personnes ! Cette dernière condition s’avère extrêmement délicate à respecter dans le contexte de crise sanitaire actuelle et notamment pour certaines professions dites vitales comme le corps médical.
 
D’abord on prévient, puis on s’arrête de travailler (même si il est vrai que de manière générale les deux sont concomitants).
 
Le droit d’alerte, nous l’avons bien compris, est en réalité un devoir alors que le retrait est un droit.

Comment exercer ce droit de retrait ?
 
Afin de se retirer d’une situation de danger grave et imminent, le travailleur n’a aucune obligation de le signaler par écrit mais cela est fortement recommandé.
 
Ainsi, même si le règlement intérieur prévoit une procédure spécifique, celle-ci est facultative. Le but est que l’employeur, et de manière générale, toute personne ayant un pouvoir d’autorité sur le travailleur concerné et apte à prendre les mesures adéquates, soit au courant de la situation. Même verbalement.

Quels sont les salariés qui peuvent exercer ce droit de retrait ? et ceux qui ne peuvent pas ?
 
Le droit de retrait est reconnu à tout travailleur quel qu’il soit (public, privé, etc.).
 
Il faut également savoir que, même s’il s’agit d’un droit individuel, rien n’empêche d’exercer un droit de retrait en groupe. Cela peut donc concerner un service entier, une entreprise, un secteur etc. Tel est le cas actuellement de certains salariés de sociétés implantées en France comme Amazon.
 
Encore faut-il que la situation personnelle de chaque salarié le justifie.

Concernant le cas particulier de la fonction publique hospitalière, le droit de retrait s’oppose au principe de continuité du service public. Cela limite fortement l’exercice de ce droit pour certaines catégories de travailleurs au nom de l’intérêt de tous.

Que dit la loi sur les mesures de prévention et de protection que l’employeur doit obligatoirement mettre en place dans ce contexte ? Quand peut-on considérer être légitime à exercer ce droit ?
 
L’employeur a une obligation de sécurité vis-à-vis de ses employés c’est-à-dire qu’il doit prendre les mesures nécessaires pour assurer leur sécurité et protéger leur santé physique et mentale (L. 4121-1 Code du travail).
 
Il doit alors : prévenir, informer et former, et mettre en place une organisation et des moyens adaptés aux fins de faire cesser la situation de danger.
 
Dans le cadre du contexte actuel de pandémie, l’employeur doit également respecter les recommandations gouvernementales  à savoir :
  • privilégier au maximum le télétravail,
  • pour les entreprises indispensables à la vie de la nation autorisées à rester ouvertes : respect des gestes barrière et de distanciation sociale,
  • pour les employés en contact direct avec du public : mettre à disposition un point d’eau ou du gel hydro-alcoolique, gants, masques ou encore par un nettoyage régulier des surfaces en cas de contact prolongé.
 
C’est uniquement dans le cas où l’employeur ne respecte pas toutes ces obligations que le salarié semble légitime à exercer son droit de retrait.
 
Dans ce cas, le salarié n’a aucune obligation de retourner à son poste de travail si le danger grave et imminent persiste.

À quoi s’expose un salarié faisant usage du droit de retrait si celui-ci n’est pas valide ?
 
Le Code du travail (L.4131-3 du Code du travail) affirme qu’aucune sanction, aucune retenue de salaire ne peut être prise à l'encontre d'un travailleur ou d'un groupe de travailleurs qui se sont retirés d'une situation de travail dont ils avaient un motif raisonnable de penser qu'elle présentait un danger grave et imminent pour la vie ou pour la santé de chacun d'eux. Peu importe la durée de ce droit de retrait.
 
C’est uniquement dans le cas où le motif raisonnable n’est pas reconnu par les juges, donc a posteriori, que l’employeur pourra opérer une retenue sur salaire ou appliquer des sanctions disciplinaires, voire le licencier.

Quel conseil donneriez-vous à un salarié qui envisage de faire usage de son droit de retrait ?
 
Le droit de retrait n’est pas, et ne doit pas, être automatique ! Il faut faire preuve de prudence !
 
Malgré la situation, le droit demeure et persiste et même si de nombreux dispositifs protègent le salarié dans ce genre de situation, il faut les utiliser à bon escient.
 
Il ne faut également pas confondre droit de retrait et droit de grève : l’exercice du droit de retrait n’a pas pour but des revendications professionnelles telles que des augmentions d’effectif ou de salaires.
 
Prévenez, alertez, communiquez avec votre hiérarchie. Prenez contact avec les représentants du personnel de votre entreprise s’il y en a. Respectez vous-même les gestes barrière.


Charlotte Molina
Poseuse de questions qui fâchent, j’aimerais pouvoir arrêter la musique qui joue constamment dans... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par La praline le 09/04/2020 16:15 (depuis mobile)

Le Maire de st dénis, son staff et les policiers ont certainement exercer leur droit de retrait vu le nombre de personne venant faire les courses En famille avec enfants dans une grande surface de ste clotilde. Aucun contrôle
Lamentable

2.Posté par Jules le 09/04/2020 16:41

Encore une fois, voilà une personne supposée "experte" qui invente des choses:
- "pour les entreprises indispensables à la vie de la nation autorisées à rester ouvertes"

Ce concept d'"entreprises indispensables à la vie de la nation" ne figure nulle part dans les consignes gouvernementales. Même si votre travail n'est pas important, vous devez y aller si le télétravail n'est pas possible; Sauf si votre secteur d'activité à été fermé sur décision gouvernementale (restaurants, écoles, etc)

3.Posté par Fidèle gastro le 09/04/2020 17:20

Réponse : NON

4.Posté par Domino le 09/04/2020 18:35 (depuis mobile)

Nos dirigeants ont pris ce droit depuis longtemps sans alerte !! De plus il serait bien de contrôler les entreprises , surprises !!! Congé,chômage partiel, télétravail....

5.Posté par Marion le 09/04/2020 19:52

Ils doivent tous établir une demande de maladie en n'oubliant pas de préciser la nature, mais aussi à quel moment ils désirent contracter leur maladie. Pas plus compliqué !

6.Posté par GIRONDIN le 10/04/2020 07:40

Pour les flics.....

sans moyen de protection, Pour les autres oui, !

7.Posté par MT CRISTO le 10/04/2020 11:08

Si à La Réunion les camionneurs ne veulent plus travailler qu'on mette l'Armée à contribution.

8.Posté par MôveLang le 13/04/2020 10:00 (depuis mobile)

Est-ce que les clowns de la cgtr obligeraient les soignants à exercer leur droit de retrait s''ils étaient hospitalisés surtout en soin intensif?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes