MENU ZINFOS
Société

Coronavirus : Éclairage d'un psychologue clinicien pour vivre le quotidien du confinement


Le confinement est un passage difficile pour les familles. La gestion des enfants devient un casse tête pour les parents, qui, de leur côté, doivent aussi faire face à leurs obligations professionnelles de télétravail. Nous avons contacté Laurent Bostral, psychologue clinicien depuis 15 ans, qui a accepté de répondre à quelques questions sur les relations complexes parents/enfants. Il apporte un éclairage sur la vie au quotidien d'une situation hors du commun.

Par - Publié le Vendredi 27 Mars 2020 à 18:56 | Lu 3946 fois

Laurent Bostral, psychologue clinicien
Laurent Bostral, psychologue clinicien
1 - Comment expliquer la situation de confinement aux enfants ? 

Pour expliquer une chose inexplicable, la première chose c’est de pouvoir dire sereinement à un enfant que tout ne s’explique pas et qu’il y a beaucoup de choses qu’on ne sait pas dans le monde. On peut ajouter qu’il y a encore beaucoup de choses à chercher, à réfléchir pour mieux les comprendre. 

C’est ce qu’il se passe en ce moment ! 

Le monde entier découvre qu’un tout petit être, microscopique, a quitté son milieu de vie habituel pour venir chez les humains, ce tout petit être c’est un virus, il s’appelle Coronavirus. Dans son milieu habituel, il ne faisait de mal à personne, mais chez certains humains il peut être très dangereux et faire très mal aux poumons, c’est ce qui à l’intérieur du corps et qui nous aide à respirer. Actuellement on ne sait pas encore comment l’empêcher de faire du mal aux gens, alors il faut qu’on le bloque : on l’empêche le plus possible de nous toucher. 

Les règles pour l’empêcher de nous toucher c’est : on se lave bien les mains, on lave bien les objets et on tousse dans son coude. Et la meilleure règle pour le bloquer et pour qu’il disparaisse c’est qu’on évite de se voir. C’est ça le confinement. On reste dans sa maison, dans sa chambre, là où le virus ne nous touchera pas. C’est la meilleure solution pour laisser du temps aux chercheurs de trouver un médicament.

2 - Quelles sont les conséquences d'un tel confinement sur les enfants ? 

Qu’est-ce qu’il peut se passer dans la tête des enfants ?

Les enfants agissent en fonction de leurs plaisirs, ils inventent des théories pour expliquer le monde, pour trouver quelle place ils ont envie d’y prendre.  Accepter la réalité, les contraintes ça s’éprouve non sans mal, au fil des expériences, au fil de l’âge. Pour des enfants qui n’ont pas encore atteint l’âge de raison, rester à la maison, sans se toucher, sans voir ses copains, ses copines, sa famille, ce n’est pas très facile. C’est frustrant. 

Les enfants ont envie de retrouver leurs habitudes : les bisous, les jeux ... toutes les choses qu’ils aiment, qui leur font du plaisir.  Mais aussi ça peut faire plaisir de se retrouver à la maison avec toute sa famille, là c’est trop de bonnes choses c’est aussi difficile, mais c’est un autre sujet. Quand ils n’ont pas les bonnes choses dont ils ont envie, les enfants font des colères, les mêmes colères que les punitions.

Sauf que là ils sont privés de leurs intérêts sociaux et ce n’est pas de leur faute, ce n’est pas eux qui ont fait trop de bêtises pour ce confinement. Les enfants peuvent être très embêtés de ne pas pouvoir reconnaître un responsable, un coupable, et malheureusement dans ce genre de situation de doute, d’incertitude, on peut croire que c’est un peu de sa faute, on imagine des choses. Il peut-être bon par rapport à ces malentendus imaginaires de rappeler qu’il n’y a pas toujours de coupable, qu’une bonne idée serait d’essayer d’inventer des nouvelles solutions. 

Ce peut être de trouver comment se dire bonjour, se parler de loin. 

Il ne faut pas oublier qu’être privé de ce qu’on aime ça peut rendre triste parce que quand on n’a plus les bonnes choses d’avant, qu’elles nous manquent, on peut croire qu’on ne les aura peut-être plus jamais.  Là encore il y a à faire des efforts : pour se dire qu’on peut découvrir de nouvelles façons de trouver du plaisir qu’on ne connaissait pas et par rapport à la situation particulière du Coronavirus, il est important de mettre en avant le travail que font certains adultes pour trouver d’autres solutions, qui pourraient être moins pénibles. 

Il peut aussi y avoir de la routine, de l’ennui, de la plainte. 

Enfin, il ne faut pas négliger les effets pour les enfants de voir les parents inquiets, un peu stressés, ça peut leur faire peur, surtout s’ils n’ont pas l’habitude de voir leurs parents démunis. Les enfants aiment bien croire que leurs parents immensément chéris sont super forts et qu’ils seront toujours là, tels des êtres immortels.  La crainte de la mort dans les circonstances de cette crise sanitaire est le sujet le plus difficile, car au-delà des mesures de protection pour éviter le virus, la vérité c’est que ce dernier est tellement fort qu’il parvient à passer et à rendre certaines personnes malades. 

Alors il faut parler de la maladie, trouver les mots qui permettent d’articuler la force individuelle, la maladie et la mort. Ça pourrait être de dire que chaque corps est équipé pour mener des combats contre les virus, et que quand on veut vivre on peut se battre. Pour le Coronavirus, la meilleure façon de se battre qu’on a c’est de se reposer, de garder son calme le plus possible et si ça ne marche pas d’aller à l’hôpital pour avoir l’aide d’une machine qui aide les poumons à faire la respiration.

Il faut réussir à être plus fort que la douleur et ça c’est le plus difficile. Les jeunes ont de la force en réserve, mais les personnes les plus âgées en ont en moins, elles ont déjà beaucoup utilisé leur force dans leur vie, c’est pour ça que c’est plus difficile pour eux de se battre, le Coronavirus épuise ce qui leur reste de leurs forces. Mais comme on ne sait jamais quelle quantité de force chacun peut avoir au départ, il y a des personnes âgées qui battent le Coronavirus. 

3 - Comment répartir les temps scolaires, de jeux et d’activités sportives ? 
 
La fonction du maître ou de la maîtresse s’appuie sur une dynamique où l’enfant explore au-delà de son cocon familial, c’est une relation qui vise à dégager l’enfant des enjeux affectifs, du faire plaisir à son papa ou à sa maman. Se retrouver à la maison, dans une relation de transmission de savoirs scolaires, de transmissions de méthode, si ce n’est pas l’habitude, si l’enfant n’est pas encore autonome, ça peut devenir vite conflictuel. 
 
C’est nécessaire de se montrer indulgent, de ne pas se mettre trop de pression. Parlez du désir de l’enseignant de continuer ce qu’ils ont commencé, parler des camarades, susciter de la communication, certains enfants peuvent être stimulés par la compétition. Faites des plannings hebdomadaires. Montrez que les parents aussi ont des temps de travail. Soutenez leurs propositions, leurs projets, adaptez en fonction de leurs intérêts.

Ménagez des pauses, n’insistez pas quand ça ne fonctionne pas. Le principe d’un apprentissage c’est de se confronter à quelque chose qui nous met en difficulté au point où on doit découvrir, inventer ... ça peut prendre du temps, il y aura des erreurs, ça fait partie de la démarche. N’hésitez à solliciter de l’aide auprès des autres parents, auprès de l’enseignante, vous apprendrez à votre enfant, qu’on peut dépasser des épreuves avec l’aide de quelqu’un d’autre.

La famille évoluant en vase clos, des tensions voire des disputes (entre parents, mais aussi entre parents et enfants ou entre enfants) peuvent rapidement apparaître. Comment les gérer ? 

Tout ne roulera pas comme sur des roulettes, il y aura des moments de joie partagée, la vie en famille c’est beaucoup de bonheur. Mais pour chacun, il y a des désirs, des besoins de temps individuels. Même en vacances, se retrouver ensemble, c’est des tensions, de la négociation, entre ce que chacun veut, peut et ce qui pourrait convenir au plus grand nombre, je ne dis pas à tous, pour ne pas faire vivre d’illusions. 

Ici la situation est d’autant plus complexe, qu’il y a à faire avec un stress normal compte tenu du contexte et avec les exigences sociales qui s’imposent. Bien que le psychisme humain cherche toujours à s’adapter, à se soulager des tensions, à trouver du bonheur, il ne le fait pas sans coût et sans mécanisme exutoire. Les tensions, les colères, les rivalités sont les signes d’un trop-plein d’efforts, d’un non-dit favorisant un mal-être, de rancunes. Encore une fois, restez indulgents avec vous, avec vos proches.

Ménagez des temps calmes, du repos, des moments de réflexion quand ça déborde. Reparlez, construisez vos compromis. Si ça ne fonctionne pas, si les tensions s’installent et dégénèrent, ne vous questionnez pas seul.e.s, des numéros gratuits ont été mis en place pour aider à prendre du recul, une personne extérieure qui n’est pas impliquée dans le conflit, peut avoir une disposition d’esprit et d’émotion plus claires pour vous aider à inventer vos solutions.

4 - Comment préparer le retour à la normale et surtout le retour à l’école ?

Il faut dire la vérité aux enfants. La vérité c’est que dans deux mois, soit 8 semaines, soit 63 jours, les chefs des pays devront vérifier s’il n’y a plus de risque pour personne à sortir et à se toucher de nouveau. Alors ils autoriseront que les enfants se retrouvent à l’école, avec leurs camarades et leurs enseignants.

Chacun pourra dire comment il a fait avec cette épreuve du Coronavirus, ce qui a été facile, ce qui a été difficile, ce qu’il retiendra de cette expérience. En attendant ce moment, on peut inciter chaque enfant à produire des traces : des dessins, un journal, une correspondance, des photos, des constructions, c’est une première façon de trouver des mots qui représentent ce qui est vécu. 


Regis Labrousse
Faits-diversier Passionné par tout ce qui vole, j'ai eu la chance de pouvoir effectuer une longue... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par pragmatisme le 28/03/2020 14:02

Évacuer, en parler c'est constructeur pour en sortir : leur demander par exemple de faire une rédaction sur ce qu'ils ont envie de faire à la fin du confinement, sur ce qui les dérangent pendant, sur le virus aussi comment ils l'imaginent etc...

2.Posté par Lapi974 le 28/03/2020 14:05 (depuis mobile)

Mdr.. Mi habite dans la campagne..
Pas besoin son aide à la noix..
Et Li le trop jeune 😂

3.Posté par MôveLang le 28/03/2020 14:15

On sollicite trop les essepecialistes qui au fond ne le sont pas plus que nous, depuis le début les imbéciles ont demandé des contrôles aux deux entrées, maritimes et aériennes, ainsi qu'un confinement de tout entrants puisque la contamination vient d'eux.
Si nos intellectuels les avaient écoutés, on ne serait pas au confinement, on aurait pas eu ces morts ( il y a déjà des morts même si on veut nous faire croire le contraire, on ne serait pas dans la hantise de se demander c'est à qui le tour, on ne serait pas dans la peur d'être le prochain.
J'ai déjà perdu un proche qui a été dégagé de la réanimation par besoin de place.

4.Posté par Bleu outre mer le 28/03/2020 14:21

A propos de masques
https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/27/600-millions-de-masques-l-objectif-du-pont-aerien-en-preparation-entre-la-chine-et-la-france_6034705_3210.html

5.Posté par jeanbaisselarak le 28/03/2020 15:30

Le psychologue clinicien fait peur.

6.Posté par Momo le 28/03/2020 15:58

Si les psy s'en mêlent , on est vraiment foutu ! Trop de bla bla bla tuent !

7.Posté par DIDIER NAZE le 28/03/2020 19:56

J ai bien lu l interview de....ce psychologue. ....DECLINICIEN. ....😕😬😨.....mais j ai du MAL a COMPRENDRE ce qu' il voulait dire......Et MALGRÉ. ...UNE MASTURBATION. ...😕😁😀....INTELLECTUELLE....HARD !😩😨......Y aurait il quelqu un pour....m expliquer.....Merci.

8.Posté par Popaul54 le 28/03/2020 23:58 (depuis mobile)

Ça y est .... avec ces conseils avisés... nous sommes sauvés !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes