Social

Convention canne: "On a perdu un mois !"

Dimanche 25 Juin 2017 - 00:03

Le conflit qui oppose planteurs et industriels s’enlise jusqu’à risquer de peser sur l’ouverture du début de la campagne sucrière. Au coeur des négociations: la revalorisation du prix de la canne réclamée de concert par les trois syndicats de planteurs.


De nouvelles négociations entre planteurs et industriels auront lieu la semaine prochaine
De nouvelles négociations entre planteurs et industriels auront lieu la semaine prochaine
Si, pour permettre le bon déroulement des négociations, les syndicats ont décidé de stopper les actions, la colère grondait encore mardi dernier avant une énième réunion bilatérale avec la préfecture dans le rôle d’arbitre. Une réunion qui a permis, grâce au travail effectué par l’Etat et la Chambre, de démontrer, chiffres à l’appui, la baisse du pouvoir d’achat des planteurs ces 10 dernières années, indiquent la FDSE, les JA et la CGPER. Ces chiffres viennent ainsi légitimer, selon Frédéric Vienne, les 6 euros d’augmentation exigés alors que les industriels avaient consenti à une augmentation de 49 centimes. 

Reçu dans la foulée en préfecture, Tereos aurait finalement donné sa réponse jeudi soir sur les propositions soumises par les planteurs. Le point de blocage s’est désormais déplacé sur le contrat de progrès pour la coupe mécanique. " Avant de négocier sur le prix de référence de la canne, Tereos veut revenir sur les termes du contrat et faire un pas en arrière", déplore Jean-Bernard Gonthier, le président de la Chambre d'agriculture et de la CGPER. 

"Si aucun accord n’est trouvé, ce sera catastrophique pour les planteurs"

Pour Bruno Robert, président des Jeunes Agriculteurs, "Tereos veut imposer ses décisions et n’hésite pas à convoquer la presse nationale pour communiquer sur ses bons résultats avec un chiffre d’affaires annoncé en hausse de près de 15 %, à 4,8 milliards d’euros alors qu’à la Réunion le groupe porte un message inverse. Aucune concession n’a été faite de leur côté", regrette-il. 

"On doit activer les réunions où tout le monde se met autour de la table", affirme Jean-Bernard Gonthier. 
En jeu, l’ouverture de la campagne sucrière censée commencer à la fin du mois dans l’Est. "Si aucun accord n’est trouvé, ce sera catastrophique pour les planteurs. Nous serons alors soumis à n’importe quels aléas, climatiques ou techniques", prévient Bruno Robert. 

Le début de la campagne semble compromis pour Jean-Bernard Gonthier qui regrette que, pour la première fois, les négociations aient duré aussi longtemps. "Avant toutes les conventions, les échanges se tiennent bien en amont. Depuis une semaine seulement on assiste à de vraies discussions. On a perdu un mois !".
Zinfos974
Lu 1468 fois



1.Posté par MAGDELEINE le 25/06/2017 07:23

et si vous ne livré pas les cannes du tout avec quoi l;usine va tourné

2.Posté par almuba le 25/06/2017 08:17

Fin de la filière cannes programmée et annoncée depuis belle lurette.
Donc ne vous plaignez pas messieurs les planteurs et pensez à faire autre chose .

3.Posté par GIRONDIN le 25/06/2017 08:43

Le fournisseur fixe le prix!

Gardez vos cannes dans les champs et commencez à faire autre chose! Laissez leur avec leur usine!

4.Posté par Titi or not Titi le 25/06/2017 11:22

@Girondin😜👍

5.Posté par albert le 25/06/2017 18:19

on manque de diabétique et d’alcoolique il faut relancer la culture de la canne !!!

6.Posté par Question bête le 26/06/2017 06:40 (depuis mobile)

Faut il virer les negociateurs restaurateurs de terres?

7.Posté par DaloAndre2017 le 26/06/2017 15:05

ce n'est pas a cose de canne qu'il y a des dabétique ici a la reunion il pleins d'autre chose qui donne le diabe....

8.Posté par DaloAndre2017 le 27/06/2017 10:41

quand c'est pauvre agriculteur qui resoie un message pour leur dit qu'il y a un versement de 1.72€ pour prime de soutien , a été verser sur votre comte , c'est bien dommage, je n'arrive pas a mettre un photos de leu message . comme dans le monde entier il y a des alcoolique , des droguée, des personnes qui son malade, tout c'est personne ne son pas malade a cose de la canne a sucre , on lieu de ce soutenir entre créole , on nous me un couteau dans le dos .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter