MENU ZINFOS
Faits-divers

Contrefaçon de vêtements de luxe : "Je ne suis pas Al Capone"


Il y a un mois, un trafic de vêtements de luxe contrefaits et revendus sur Facebook était démantelé. Cinq personnes étaient mises en examen, dont la tête de réseau, qui avait été écrouée. Les magistrats de la chambre de l'instruction viennent d'accepter sa demande de remise en liberté.

Par Isabelle Serre - Publié le Vendredi 9 Juillet 2021 à 12:08

"Je ne suis pas Al Capone", lançait Frédéric Ferrier, 37 ans, mis en examen le 18 juin dernier pour extorsion aggravée, escroquerie en bande organisée, et importation de marchandises de contrefaçon.

Placé en détention provisoire suite à son passage dans le cabinet du juge des libertés et de la détention de Saint-Pierre, le mis en cause faisait appel mardi dernier de cette décision devant les magistrats de la chambre de l'instruction.

Le trentenaire s'adonnait à un trafic présumé de vêtements contrefaits de grandes marques telles que Lacoste, Vuitton, Hugo Boss ou Kenzo. Selon les premiers éléments de l'enquête, il se fournissait en métropole via un grossiste déniché, selon ses dires, sur le net.

Blanchir les bénéfices via la cryptomonnaie

Ensuite, il multipliait les annonces sur les réseaux sociaux via des comptes Facebook, Le bon coin ou encore Market place pour revendre la marchandise. L'intéressé est également soupçonné d'avoir blanchi une partie de ses recettes via la cryptomonnaie.

Ce mardi 6 juillet, il a reconnu les faits et évoqué "une erreur" de parcours. Il a demandé à retrouver la liberté pendant le temps de l'enquête en justifiant "qu'il lui était reproché des choses qu'il n'avait pas faites". Il a notamment évoqué le trafic qui, selon lui, ne durait que depuis janvier 2021. Le prévenu aurait touché entre 3 et 5.000 euros de bénéfices mensuels.

Menace d'un client mineur

Quatre autres personnes sont inquiétées dans cette affaire dont son frère, Ludovic. Tous deux, accompagnés d'un troisième larron, seraient allés menacer un de leurs clients mineur à Saint-Leu.

"Les mesures de sûreté s'imposent", a déclaré le parquet général, ajoutant qu'il y avait encore des tiers à interroger et des investigations à mener. Le représentant de la société a rappelé "les violences dont avaient fait preuve le mis en cause vis-à-vis d'un acheteur mineur" et estimé qu'il allait être intéressant "d'exploiter les comptes bancaires et de réseaux sociaux" de la tête de réseau présumée.

"Il faut que l'on comprenne comment les bénéfices ont été blanchis", a lancé le ministère public pour justifier son refus d'une éventuelle remise en liberté, afin d'éviter le renouvellement des faits et la concertation frauduleuse entre les cinq mis en examen.

Ce vendredi matin, les juges de l'instruction ont annoncé qu'ils acceptaient la demande de Frédéric Ferrier. Celui-ci a retrouvé la liberté et a été placé sous contrôle judiciaire. 




1.Posté par Nico le 10/07/2021 10:00

Et dire que les boutiques de l'île sont remplies de contrefaçons en tout genre... Si t'es pas dans le réseau, tu n'as pas droit au gâteau 😂

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie












 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes