MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Contre les prédateurs : Solidarité avec le peuple Grec !


- Publié le Mercredi 1 Juillet 2015 à 11:15 | Lu 500 fois

 Ils sont là, ils sont présents, ils avancent doucement pas à pas et sans bruit, ils l’ont repérée, ils la fixent sans la quitter du regard juste derrière un buisson, cette brebis exténuée de coups reçues régulièrement. Eux, les prédateurs, n’attendent qu’une chose : qu’elle rende les armes, qu’elle se livre à eux sans condition. Mais la partie n’est pas jouée. Elle n’a pas encore tout montré. Elle, qui ne pèse pourtant que 2% de l’économie européenne, est portée par son peuple. Elle, qui a fait naitre en ses terres la notion de souveraineté populaire au Ve siècle avant notre ère, entend bien donner une belle leçon de démocratie à l’oligarchie européenne et à la Troïka.

La Grèce, dans la tempête depuis 2010, est pourchassée et humiliée par les prédateurs qui ne souhaitent que s’enrichir sur le dos d’un peuple. L’oligarchie européenne, la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) poursuivent leur politique de menaces, de chantages et d’ultimatums. Pourtant, depuis les élections de janvier 2015, notre camarade Alexis Tsipras a un mandat clair pour en finir avec l'austérité. Il faut dire que la propagande de la Troïka tourne à plein régime. Elle continue à faire coller à ce pays une image de fainéant, seul responsable de ses problèmes et du mauvais élève puni par les sévères donneurs de leçons de Bruxelles et de Berlin.

Implacablement, le plan d’agression au peuple Grec se déroule dans l’indifférence générale. Quand le FMI demande toujours plus de dérégulation du marché du travail et la légalisation des licenciements de masse, promis aux oligarques grecs également propriétaires de certaines banques, la Commission européenne, dans l’ombre de Merkel, réclame la poursuite des privatisations susceptibles d'intéresser les entreprises allemandes, et ce au moindre coût, comme la vente scandaleuse en 2013 de nombreux bâtiments que l’Etat grec continue d'utiliser. A l’horizon 2035, Athènes aura payée 600 millions d'€ de loyers aux nouveaux créanciers, soit presque le triple de la somme que l’Etat Grec avait touché grâce à la vente ! Ainsi, l’étau se resserre petit à petit en obligeant le premier ministre Grec à choisir entre la peste ou le choléra. Se laisser étrangler financièrement s'il persiste à vouloir appliquer son programme, ou renier ses promesses et trahir le peuple qui l’a élu.

Dans une ultime provocation, les prédateurs ont prévenu. Si la Grèce ne remboursait pas les 1,5 milliard d’€ au FMI mardi 30 juin, la BCE abandonnera la Grèce et son peuple au milieu de la tempête. La Grèce est bien en défaut de paiement. Tout a été fait pour semer la panique et déstabiliser le peuple avant le référendum de dimanche. Pas de chance pour les prédateurs, le chaos des places boursières, longtemps brandi comme une arme, n’a pas eu lieu. L’oligarchie aurait-elle peur qu’un peuple puisse se lever et dire non à la muselière de l’eurogroupe ? Pourtant, la BCE a dans ses coffres 1,9 milliards d’€ qui appartiennent aux Grecs, c’est-à-dire les dividendes de la dette grecque, que la BCE avait promis de restituer à Athènes. Mais, à la mi-mars, la BCE annonçait qu'elle ne restituerait pas ces gains !
Quel est l’objectif d’un tel acharnement ? Si la Grèce réussit à rompre le barrage, la Troïka sait que la Grèce portera un message d’espoir pour tous ceux qui souffrent en Europe, agonisés par l’ordo-libéralisme et la « règle d’or » du dogme germanique.  Décourager les électeurs qui ont levé l’espoir en Grèce, en Espagne ou ailleurs qui croient encore à un autre modèle qui prenne en compte le bonheur humain.

Le nœud coulant qui étrangle peu à peu le peuple Grec doit être rompu ! Le Parti de Gauche soutient Alexis Tsipras et salue sa décision courageuse d’organiser un référendum dimanche 5 juillet qui déterminera si les Grecs accepteront ou pas les énièmes mesures d’austérité réclamées par le FMI et l'UE en échange du déblocage de nouvelles liquidités. Les créanciers d'Athènes comptent sur une peur du Grexit et la sortie de l'euro pour que les Grecs désavouent leur Premier ministre et disent oui quelle que soit la question posée. Pourtant, rappelons que les comptes de la Grèce sont aujourd’hui en excédent primaire, ce qui veut dire que la Grèce a fait ses réformes structurelles et que si le pays n’avait pas de dette, il dégagerait de l’excédent, fait rare en Europe !

Non au chantage et au coup d’Etat financier ! Nous appelons donc à la solidarité avec le peuple Grec. Nous exhortons François Hollande à prendre des mesures fortes pour régler le problème de la dette en Grèce. La France, 2e puissance européenne, doit prendre des initiatives et arrêter d’être dans les jupes de madame Merkel. Les aides européennes accordées depuis le premier plan de sauvetage de la Grèce en 2010 n’en ont été que des mirages, des doses de drogue pour s’accaparer la souveraineté d’un Etat. La France doit parler fort en proposant l’échelonnement de la dette sur 30, 50, voire 60 ans. Une partie de la dette doit être annulée. Proposons d'organiser une conférence internationale similaire à celle de 1953, qui dispensa l'Allemagne de la plus grande partie des réparations de guerre. Pourquoi ce qui a été bon pour l’Allemagne en 1953 et en 1991 ne pourrait-il pas l’être aujourd’hui pour la Grèce ? « Celui qui ne connait pas l’Histoire est condamné à la revivre », disait Karl Marx. Ne faisons pas de la Grèce un terreau pour aiguiser les nationalismes européens, pour affamer un peuple et pour rendre grâce à l’intransigeance allemande de Merkel.

Qui peut aujourd’hui tolérer qu’en Grèce plus de 50% des jeunes soient au chômage, qu’en moyenne un Grec se suicide chaque jour, et que près de 600 000 enfants vivent en-dessous du seuil de pauvreté, parfois abandonnés dans les centres d’accueil parce que les parents ne peuvent plus subvenir à leurs besoins ? Avec le peuple Grec, non aux diktats de la finance !
 
François FASQUEL
Porte-parole du Parti de Gauche de La Réunion.
 




1.Posté par pfff le 01/07/2015 12:50

Heureusement que vous n'êtes pas à la tête d'un état. Les grecs ne payent que très peu d'impôts(hé oui l'économie tourne majoritairement avec du liquide ce qui permet de faire passer du black).Du coup leurs recettes sont minimes. Le FMI et d'autres états (dont la France) ont prêté de l'argent à l'état grec et comme vous le savez surement tout emprunt doit être remboursé: si demain vous allez acheter une voiture et que vous décidez unilatéralement de ne pas remboursé je serais curieux de voir ce qui vous arriverez. De plus, si les grecs ne remboursent pas leurs dettes vous oubliez de mentionner que ce sont les contribuables français qui la paieront. Le parti de gauche ou le parti du monde des bisounours.

2.Posté par david le 01/07/2015 13:58

si la grece avait fait payer les impots a tous ses administrés capable de le faire , on n'en serait pas là

3.Posté par André le 01/07/2015 15:03

Bien écrit et bien dit. c'est au peuple de prendre le pouvoir pas à ces couillons qui ne voient que leur intérêt, bien d'accord avec vous mr fasquel

4.Posté par 2017 le 01/07/2015 15:05

les plus fainéants sont ces pourris dans les bureaux dans ces instances. je viens d'apprendre des choses là, bien d'accord avec le front de gauche

5.Posté par JH Savigny le 01/07/2015 15:58

De grâce les Zanonymes de Zinfos, écoutez l'entretien de Thomas Piketty (nobel d'économie) avec JJ Bourdin avant de vous lâcher sur le Parti de Gauche ou Syriza ! Merci. L'instant est assez grave politiquement parlant.

6.Posté par vas te faire voir chez les Grecs le 01/07/2015 17:00

Je n'ai pas du tout envie de me faire arnaquer par les grecs.
Toi, tu fais ce que tu veux avec ton pognon mais tu ne me demandes rien .
Compris ?

7.Posté par Zorba le 01/07/2015 17:53

Lu dans la presse nationale du 01/07:2015 :
"Le gouvernement grec est prêt à mettre en place toutes les réformes réclamées mais sous certaines conditions. Un troisième plan d'aide est évoqué d'ici fin juillet. Les marchés saluent la nouvelle." Ça n'vaut pas la peine de défier le monde entier si c'est pour rentrer dans le rang tout de suite après (sur l'air de la complainte du phoque en Alaska). Monsieur Tsipras va faire comme Papandréou : renoncer à son referendum.

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes