Politique

Conseil départemental : "Les perspectives à fin 2017 sont bonnes" selon Nassimah Dindar

Mercredi 8 Novembre 2017 - 17:42

L’Assemblée départementale était réunie ce mercredi en session plénière à l’invitation de la (future-ex) présidente de la collectivité, Nassimah Dindar, pour probablement sa dernière séance avec les élus. Étaient notamment à l'ordre du jour une décision modificative n°2 pour l’exercice 2017, le déclassement du domaine public routier départemental de la route de Jean-Petit ou encore la création d’un régime d’aide en faveur des exploitations agricoles pour la certification "agriculture biologique".

Ce régime d’aide, qui porte sur la période sur la période 2017-2020, est doté d’une enveloppe financière maximale de 480 000 euros. Plus de 350 agriculteurs pourraient bénéficier de cette aide, d’un montant maximal de 600 euros par an et par exploitation, à l’horizon 2020. Jusqu’en 2015, le Département finançait à hauteur de 250 euros annuel par exploitation la démarche de certification, soit un peu plus de 60% du coût de l’audit.

Autre dossier voté par les élus, la participation du Département à la création d’un fonds de garantie dans le cadre du programme LEADER (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale). Réservée à la région des Hauts de l’île, le dispositif proposé par le conseil départemental, doté de 1 million d’euros (650 000 euros pour le Département en sa qualité de chef de file de la gouvernance des Hauts et 350 000 euros pour la Région), permet de garantir un montant total de 12 millions d’euros d’avance sur la période prévisionnelle 2017-2022. Parmi les principes fondamentaux de LEADER, on retiendra le rôle central des groupes d’action locale (GAL), composés majoritairement d’acteurs privés, dans la mise en oeuvre de projets territoriaux ciblés. Les dispositifs gérés par les GAL se veulent complémentaires aux dispositifs financés par d’autres fonds européens et concernent des domaines variés : l’agriculture, l’aménagement, la culture ou encore l’insertion.

"Une gestion de père et de mère de famille"

4 GAL ont été sélectionnés en juillet 2016 par les partenaires Etat-Région-Département à l’issue d’un appel à projets à entrée micro régionale : la GAL "Grand Sud Terres du Volcan" (Syndicat mixe d’études et projets SCOT Grand Sud CIVIS-CASUD), la GAL "Les Hauts de l’Ouest, terres d’accueil" (TCO), la GAL "FOR Est" (AD2R et Cirest) et la GAL "Hauts Nord" (AD2R et la Cinor).

Concernant les ajustements budgétaires votés lors de cette séance plénière, Nassimah Dindar s’est félicitée de la gestion "de père et de mère de famille" de la collectivité. "De 2004 à aujourd’hui, notre encours de dette a baissé. L’encours de notre dette, qui est de 350 euros par habitant, est en deçà de la moyenne nationale, avec 560 euros. Il faut le souligner. Les perspectives à fin 2017 sont bonnes et nous avons remboursé 40 millions au titre des amortissements ordinaires . Nous avons un bon bilan financier", clame-t-elle.

Son premier vice-président Cyrille Melchior reconnait pour sa part que la situation financière du conseil départemental "n’est pas facile", en raison notamment d’une dotation de l’État moins importante, mais que c’est en raison des efforts de "bonne gestion" de la collectivité que cette dernière "récolte aujourd’hui les fruits" du travail engagé.


SI
Lu 2005 fois



1.Posté par ste suzanne le 08/11/2017 19:03

quel était mon étonnement de voir et entendre le MAIRE DE STE SUZANNE réclamer un collège sur BAGATELLE hors que tous des projets étaient déjà ficeler par son ancien conseiller
le collège de bagatelle avec tous ses infrastructures caserne de pompier à la MARINE
mais pour arriver a ses fin se MR a mentie à la population en accusant son opposant direct et aujourd'hui
il réclame le même chose pour faire bonne figure
MAURICE GIRONCEL terminé les travaux a l agonie sur votre commune
le case de la marine qui traine depuis 2013 financer par la région et qui n a jamais ouvert ses portes
a cause des travaux mal fait
l assainissement des eaux usée à la MARINE qui comme toujours traine les travaux ont commencer depuis AOUT 2016 pour un duré de 8 mois ET nous sommes en novembre 2017 et c est pas terminer et se ne sera pas terminer pour cette année et ne cesse de prolonger
MESSIEURS LES ÉLUS ARRÊTEZ DE GASPILLER L ARGENT PUBLIC et encore moins dans cette ville

2.Posté par DOGOUNET le 08/11/2017 19:22

Je croyais pourtant que l'Etat avait mis au régime sec les pétaudières départementales... Mais il est vrai que maintenant que la lavandière lave son linge sale au bassin du Luxembourg, la lang na pi le zo !. Vivement un prochain coup de trafalgar pour notre sénatrice-la-mok.

3.Posté par GIRONDIN le 08/11/2017 20:47

...... Les perspectives à fin 2017 sont bonnes....

Bravo et toutes mes félicitations, bref une vision à long terme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter