Social

Conflit à Bois-Rouge : Ultimatum posé à 16h par les planteurs, les forces de l'ordre déployées sur place

Jeudi 7 Décembre 2017 - 15:44

La situation est toujours tendue devant les grilles de l'usine de Bois-Rouge. Une réunion a eu lieu ce jeudi entre les grévistes et la direction et cette dernière est restée campée sur ses positions : 2 043 euros de prime d'intéressement contre 2 400 euros réclamés par les premiers. Par ailleurs, elle refuse de payer aux grévistes leurs jours de grève car "ils estiment avoir perdu près de 300 euros par employés" nous indique un membre de l'intersyndicale.

Outre les salariés de l'usine, un groupe de planteurs s'est déplacé sur le site de Bois-Rouge pour exprimer son mécontentement et bloque actuellement la porte du directeur de l'usine.

Des planteurs qui "ont besoin de terminer leur campagne car il y a 80 000 tonnes encore à livrer", ajoute notre syndicaliste. "Ils ont demandé au directeur de trouver une solution à ce conflit afin qu'ils puissent livrer leurs cannes. Ils lui ont fixé un ultimatum : si rien ne bouge d'ici 16h, ils se disent prêts à brûler sur le site les cannes qui n'ont pas pu être réceptionnées". Sur place la tension est palpable, puisque les forces de l'ordre ont été déployées, bénéficiant du renfort de deux fourgons.

Face à ce dialogue de sourds, une réunion préparatoire à une médiation est prévue demain au siège de la DIECCTE. Mais notre contact l'assure : "les planteurs n'ont pas envie d'attendre jusqu'à lundi pour qu'une issue favorable soit trouvée dans ce conflit".
NP
Lu 1962 fois



1.Posté par cmoin le 07/12/2017 16:02

C'est la meilleur celle là!
Comment ces planteurs qui barrent tous le temps les routes pour une subventions osent-ils être mécontent!
Les jours de grève des salariés ne doivent en aucun cas être payés!Ils ont assez fait perdu du temps et de l'argent et l'entreprise qui a eu la mauvaise idée de les embauchez!

2.Posté par Encore et toujours.... le 08/12/2017 05:59

Bref, comme toujours c’est le bordel cette coupe...
Téréos n’est pas un groupe à se laisser emmerder par des syndicalistes ou des planteurs jamais contents... Ses dirigeants , en métropole peuvent très bien décider qu’on a assez ri pour cette année et demain fermer la saison et l’usine...et elle fera quoi la CGPER?

3.Posté par Encore un problème avec le sucre... le 08/12/2017 06:08

TEREOS applique les accords signés. Est-ce le cas des planteurs et salariés?

Et entre les grèves des salariés, et les blocages de routes et chantages des planteurs, TEREOS va finir par se lasser.

Quand ils plieront bagage et que plus personne ne voudra s'occuper des 2 usines restantes, elles fermeront et ils auront tout perdu?

Ils y pensent un peu, parfois, tous ces gens ?

Et je ne parle pas des CONS-ciotyens lambda qui risquent encore d'en pâtir, dans l'immédiat...

4.Posté par Marie le 08/12/2017 07:55

le comble c'est que certains agriculteurs livrent des cannes qui ne respectent pas les règles et quand ils se font coincer ils manifestent....faut arrêter là!

5.Posté par BEBERT le 08/12/2017 08:46

Mi dit les planteurs de largue a nous!!!! y en marre!!

6.Posté par TICOQ le 08/12/2017 09:40

brulez vos cannes, et foutez-nous la paix sur la route !!!!!!!!!!!!!

7.Posté par Jean marie le 08/12/2017 10:21 (depuis mobile)

Pk pas planté band vrai légumes que i faut occuper,va créé l''emploi,et exporter dans l''océan Indien, nafaire i serve vraiment,et pk donne band planteur subvention ?? Tt sa domoune i travail pas,et i donne l''argent sak néna déjà.ridicule...

8.Posté par Caramba !! le 08/12/2017 10:51

Ils sont rigolos ces planteurs. Certains trichent et se font attraper. La honte ! Réglez les problèmes entre vous d'abord. Ils menacent de bruler le fruit de leur travail sur les site ! Chiche ? Seront-ils capable ou vont-ils se dégonfler?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >