Faits-divers

Condamné pour avoir abusé sexuellement d'un garçonnet, il persiste à nier en appel

Vendredi 18 Janvier 2019 - 07:22

Condamné pour avoir abusé sexuellement d'un garçonnet, il persiste à nier en appel
Hier en cour d'appel, un sainte-suzannois de 51 ans clamait son innocence, niant des faits d'agression sexuelle sur un garçon de 12 ans. Les faits pour lesquels il a été condamné en octobre 2017 sont d'un sordide crasse. La victime est un enfant de 12 ans, d'une grande fragilité psychologique, en fugue au moment des faits.

L'accusé, voyant l'enfant errer au bord de la route, lui propose de l'emmener chez lui, "pour prendre une douche" assure-t-il. La version de l'enfant est quelque peu différente. L'homme lui aurait fait boire de l'alcool, en visionnant un film pornographique. Le cinquantenaire aurait masturbé l'enfant, avant de tenter de le sodomiser, avant de lui faire une fellation.

La mère de l'enfant, lorsque son fils, rentrant à la maison, lui a raconté l'agression sexuelle, a porté plainte, apportant aux policiers les vêtements portés par son fils. Dans le caleçon du petit garçon, on a retrouvé de l'ADN de l'accusé. La défense affirme que rien ne prouve que c'est du sperme, quand l'accusé explique que l'enfant s'est peut-être assis sur du sperme lié à sa pratique masturbatoire régulière devant des films pornographiques.

Le procureur général a requis une peine plus lourde qu'en première instance, 6 ans de prison ferme au lieu des 5 auxquels l'homme a été condamné, et 5 ans de suivi socio-judiciaire contre les 4 ans dont il a écopé en octobre 2017. La cour se prononcera le 31 janvier.
 
N.P
Lu 2196 fois



1.Posté par BRAVO le 18/01/2019 09:03

permettez moi SVP de donner mon avis sans être critiquer en première instance :

je lis : "La victime est un enfant de 12 ans, d'une grande fragilité psychologique, en fugue au moment des faits."
mais comment se fait -il qu'un enfant de 12 ans, qui puisé atteint d'une grande fragilité psychologique se retrouve dans cette situation ????
après tout le reste ce n'est juste parole contre parole ! par effectivement il y a autant d'élément que ce soit en attaque qu'en défense !
je lis également : "il persiste à nier en appel", mais pourquoi ne pas le laissez le bénéfice du doute en vu des possibles preuves contradictoires de l'accusation !!

2.Posté par Choupette le 18/01/2019 11:54

1.Posté par BRAVO

Permettez-moi de corriger ce que vous entendez mais ne savez pas le retranscrire :

" ... qui puisé ... " c'est plutôt " qui PLUS EST ... ". A l'oreille, on fait la liaison et ça donne "quipluzé".

" ... le laissez le bénéfice ... " " ... LUI laisseR ... "

Pas d'quoi.

3.Posté par Kiki le 18/01/2019 15:13 (depuis mobile)

Choupette, aucun commentaire sur l''article ? Alors, lis bien ceci : nout z''ancête l''étaient gaulois zéro calbasse la fumée grand bois ... (fareyrol) en référence au corrigé du poste 1. Pas d''quoi.

4.Posté par jean jouhis le 19/01/2019 15:45

post 1 BRAVO
maireussi d krireu quauraiqueteumant le phrenssè
cile vou plè
maimeu choupaite ne kompran pa

5.Posté par kersauson de (p.) le 19/01/2019 15:51

mr kiki post 3
je vous prie de ne pas être si agressif envers mme Choupette.
elle est libre de s'exprimer .
cordialement. et bon week-end.

6.Posté par Kiki le 20/01/2019 00:11 (depuis mobile)

Choupette comprends parfaitement. Elle aime faire son "intéressante". Je ne suis pas agressif. Je ne me le permettrais pas. Surtout pas envers mme Choupette. Pas avec un si joli pseudo. Cordialement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter