Faits-divers

Comparution immédiate: Prison ou hôpital psychiatrique pour certains délinquants sexuels ?

Mardi 21 Août 2018 - 11:06

Les faits remontent au 19 juillet dernier. Un homme connu des services psychiatriques mais également de la justice a commis une agression sexuelle sur mineur dans un lieu public. L'homme a été jugé en comparution immédiate. Une question se pose: Comment faut-il le prendre en charge afin de soigner la cause pour éviter la récidive ?


Le dimanche 19 juillet dernier, une jeune adolescente de 13 ans et 11 mois entre dans la boulangerie Chez Paul afin d'y acheter du pain. En bout de file, un homme vient se placer derrière elle. Dans un premier temps, elle sent que quelque chose de dur touche ses fesses mais pense que c'est une maladresse. L'homme la colle de plus en plus. Cette fois, elle comprend qu'il est en train de se frotter à elle sans aucune gène et avec insistance. 

Elle n'ose rien dire et se met à pleurer discrètement. N'en pouvant plus, elle se met à crier "ne me touche pas" et le personnel finit par intervenir. "Arrête de crier, je vais te donner un euros pour acheter un pain au chocolat", lui balance l'individu qui prend la fuite. Identifié par la video-surveillance, il est interpellé et place en garde à vue. 

Présenté en comparution immédiate peu après les faits, il est placé en détention provisoire l'audience étant renvoyée au 20 août. Alors qu'il s'agit d'une mineure, le huit clos n'est pas demandé car elle n'est pas présente. Seule sa maman est là. De son coté, l'homme âgé de 32 ans parait instable et énervé. Il coupe la parole de la juge en permanence qui ne manque pas de se faire respecter et le menace de le renvoyer dans sa geôle. Il faudra que sa propre mère, venue témoigner, le menace de s'en aller pour qu'il se calme. 

"Je vais aux putes, mais la ça fait longtemps que j'y suis pas allé"

"Je vais aux putes, mais la ça fait longtemps que j'y suis pas allé. Je veux des rapports sexuels comme tout le monde. J'ai des pulsions, tout le monde a des pulsions, pas vous ?" assène t-il à la juge en introduction. Il reconnait entièrement les faits mais ne veut pas entendre parler d'agression sexuelle. En effet, son absence de discernement, avec ou sans traitement, le rend incapable de comprendre la gravité des faits. 

Comme en témoigne sa mère, qui est sa tutrice, elle a appelé trois fois la police le jour des faits pour leur demander de l'aide alors qu'il était parti de la maison, en crise, sans avoir pris son traitement, mais en vain. Il avait déféqué devant tout le monde à la gare routière de Saint-Denis. La suite, on la connait ... Elle explique qu'elle ne sait plus quoi faire, même lors des hospitalisations d'office, il sort au bout de quatre jours. 

L'expert psychiatrique le décrit comme un malade psychiatrique

L'expert psychiatrique le décrit comme un malade psychiatrique et indique qu'il est en rupture de soin depuis mai 2018. Avec 9 condamnations, il est bien connu de la justice. Même lors de son incarcération, il s'est masturbé devant les infirmières en salle d'attente. La partie civile reconnait que les faits sont simples mais aussi que les conséquences sont importantes. Elle demande une reconnaissance de culpabilité d'autant qu'il s'agit d'un homme extrêmement agressif. 

"Je comprends le désespoir de la mère du malade. Oui, tout le monde a des pulsions, mais vous n'êtes pas en mesure de les maîtriser" répond le procureur de la République Eric Tuffery au prévenu. Il décrit un contexte assez inquiétant qui dévie sur l'atteinte aux personnes physiquement et sexuellement. Le procureur requiert une peine de 2 ans de prison avec maintien en détention, une inscription au fichier FIJAISV (Fichier Judiciaire Automatisé des Auteurs d'infractions sexuelles ou violentes) ainsi qu'un suivi socio-judiciaire assorti d'une peine supplémentaire d'un an en cas de non respect.

Quid de la responsabilité des experts psychiatres dans la prise en charge de ce genre de patients ?

La défense, qui relève que la scène n'a duré qu'une minute en tout et pour tout, rappelle qu'il n'y a eu aucune violence, ni agression. Elle met en avant l'état de délire aigu pendant la garde à vue. Pour elle, le vrai problème vient des experts psychiatres qui ne prennent pas leurs responsabilités avec ce genre de patients "c'est le scandale de nos prisons" dit-elle. De son point de vue, les experts bottent en touche. Ils préfèrent diagnostiquer "l'altération du discernement" plutôt que "l'abolition du discernement" ce qui envoie les malades en prison en lieu et place de l'hôpital psychiatrique, où ils les retrouvent ensuite. "Faites quelque chose pour lui aujourd'hui" conclut-elle.

La cour n'a visiblement pas entendu l'abolition pénale demandée par la défense en vue d'offrir des soins et de traiter la cause du mal du prévenu. Elle déclare l'homme coupable et prononce une peine de 10 mois de prison avec maintien en détention assortis d'un suivi socio-judiciaire pour une durée de 3 ans. 
Pascal Robert
Lu 3271 fois



1.Posté par pulsion le 21/08/2018 12:24 (depuis mobile)

Entre pulsions et passage à l'acte ya de la marge !

2.Posté par Jp POPAUL54 le 21/08/2018 16:55

Et la Marlène, elle en pense quoi ?

3.Posté par olive le 21/08/2018 17:24

Justice aveugle ... décision très discutable de mon point de vue, moi qui n'ait pas connaissance du dossier à part ce qu'en disent les médias.
Le mec est sous tutelle. : c'est la justice qui le place sous tutelle donc la justice estime déjà à la base que le garçon a un pet au casque.
Mais elle estime sur ce dossier, qu'il est toutefois responsable de ses actes. Ça contredit quand même un peu le fait de le placer sous tutelle. Après, la tutelle est une protection juridique. Etre incapable, juridiquement, ne veut pas dire être irresponsable pénalement.
Certes. La réponse ne me paraît pas adapter à la situation, voilà tout. Allez hop, en taule, on ne cherche pas améliorer les choses, on se limite à punir un incapable. Quand on vous dit que la justice a une prédilection pour condamner les plus faibles. Si c'était, je sais pas moi, au hasard, un curé qui s'était frotté à la fillette, il aurait été en prison ? j'en doute fortement.

Cela n'enlève absolument en rien au traumatisme qu'a dû subir cette jeune fille.
Là, on juge un mec manifestement à l'ouest comme un délinquant, alors qu'il est dingue.
désespérant.

4.Posté par Thierrymassicot le 21/08/2018 19:51

Ben voilà...la vox populi veut de la prison, c'est entendu.....Le mec a priori bien attaqué au niveau de la casquette, pour sur ne vas pas "Aller aux putes" pendant plusieurs mois....je pense que la frustration ne vas pas arranger ses pulsions.....Et à la sortie: viol(s), meurtre(s)???? les deux?

Quand j'étais encore étudiant, un copain, interne en psychiatrie a fait un stage en Maisons d'arrêts et en centres de détentions....Il était effondré: la population carcérale était majoritairement constituée de psychotiques, pour résumer, de toutes les pathologies mentales répertoriées en médecine...Les seuls mecs sains d'esprit étaient les escrocs à la petites semaine...le pire de l'histoire c'est que le soin psy se résumait à quelques pilules et à une visite de courtoisie de moins d'un quart d'heure par trimestre et encore...Les prisons françaises : on fait y fait rentrer des pit bulls, on en fait ressortir des tigres mangeurs d'homme....La France ne compte plus le nombre de condamnations par la Cour européenne des droits de l'Homme pour son milieu carcéral.....C'est une honte, une verrue de l'Europe...Et si encore on avait des résultats avec ces méthodes! mais c'est tout le contraire......................Bref l'agresseur de la fillette nécessite un placement en HP, de plus ou moins longue durée, bref de faire en sorte que tout soit fait pour minorer son agressivité, ses pertes de contrôle....Point barre et barre sous le T

5.Posté par Filaplomb le 22/08/2018 08:12

KASTRATION

6.Posté par L'Ardéchoise le 22/08/2018 15:52

5 Entièrement d'accord !
Et pas castration chimique, mais on enlève le service 3 pièces !
En plus, cela fera peut-être des chanteurs à belle voix , autres que les braillards dont nous abreuvent les radios...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >