Océan Indien

Comores : Les sunnites critiquent les chiites

Mercredi 26 Septembre 2012 - 07:37

Comores : Les sunnites critiquent les chiites
Les oulémas, chefs religieux sunnites, ainsi que de nombreux notables de l’Ile d’Anjouan s’inquiètent de la montée du chiisme et de son implantation au cœur d’Anjouan et des Comores.
 
Ils ont interpellé en ce sens le chef de l’Etat comorien Ikililou Dhoinine par le biais d’une lettre officielle l’invitant à "prendre ses responsabilités avant qu’il ne soit trop tard", comme le relate le site comoresonline.net.
 
La doctrine chiite fait de plus en plus d'adeptes aux Comores et s’immisce profondément dans toutes les îles musulmanes de l’archipel. Une situation préoccupante pour les chefs religieux oulémas sunnites, qui ont décidé de prendre la plume afin de sensibiliser les autorités des Comores de façon autoritaire.
 
"Nous, collectif de Ulémas et notables de Ndzouani(Anjouan), défenseurs de la doctrine Chafiite…, sommes hautement préoccupés par la multiplication des foyers de crise à caractère confessionnel dans le pays et plus particulièrement à Anjouan" ont-ils écrit à la présidence des Comores. Les rédacteurs prônent que leur doctrine chafiite est fondée uniquement sur "la philosophie de la paix, la tolérance et l'honnêteté".
 
Endoctrinement de masse de la population
 
Dans ce courrier de critique ouverte à l’encontre des chiites en date du 19 septembre, la missive signée par plusieurs signataires sunnites et notables de la communauté anjouanaise exhorte le gouvernement de Moroni à "prendre les mesures qui s'imposent afin d'éviter le pire et donner la place qu'elle mérite à notre doctrine qui puise ses racines dans la pratique religieuse de l'Imam Chanfi".
 
Et les oulémas sunnites de ne pas passer par quatre chemins pour dénoncer un possible endoctrinement de masse de la population de la part des chiites à Anjouan et aux Comores.
 
A Moutsamoudou, capitale et principale ville de l'île d'Anjouan "sur le terrain du stade de Missiri, derrière le complexe couvert, les chiites ont érigé un imposant bâtiment qui abritera leurs outils de propagande de masse... Sur quelle base juridique peut-on à tour de bras s'octroyer un terrain appartenant au domaine public sans que les services concernés et la communauté ne soient pas consultés?" s’interrogent les dignitaires religieux sunnites au travers de cette lettre revendicative.
Fabrice François
Lu 1635 fois



1.Posté par noe le 26/09/2012 08:38

Bof !
S'ils se mettent à se taper dessus ...où va-t-on ?

"La religion est l'opium du peuple" (Heigel)

2.Posté par David ASMODEE le 26/09/2012 08:58

C'est qui les gentils ? C'est qui les méchants ?
Tant qu'ils se niquent entre eux, ça ne me dérange pas plus que ça. Quand ils commencent à attaquer la civilisation avec leurs bombes et leurs couteaux recourbés, ça m'emmerde.

3.Posté par fiuman le 26/09/2012 09:13

Leur ancien responsable, a tout fait pour favoriser les iraniens ( chiites) en échangeant la nationalité comorienne contre des investissements sur l'archipel.
He bien gouté maintenant...........

4.Posté par Likah le 26/09/2012 07:57

Bonjour
Il ne s'agit pas des critiques mais si aujourd'hui on troue des traces de chiismes aux comores c'est la faute à l'ex président SAMBI. C'est lui qui a introduit cette doctrine dans nos îles. Un autre article de comoresonline.net montre que les comoriens peuvent être privés de Hadj cette année à cause de la citoyenneté économique ....

5.Posté par MIRITOUSEL le 26/09/2012 13:32

Pourvu qu'ils ne viennent pas à la Réunion et en France!!!Pour le reste démerde a zote.....

6.Posté par Lionel Tilmont ♝ le 27/09/2012 12:15

Ah oui et à Noé, Heigel n'a jamais écrit une telle absurdité, c'est en fait une paraphrase de Karl Marx basée sur sa "Contribution à la critique de La philosophie du droit de Hegel ". Comme quoi vous devriez réfléchir deux secondes avant de vouloir donner piteusement dans le bon mot.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter