MENU ZINFOS
Océan Indien

Comores : La famille du Colonel Ayouba Combo crie sa colère suite au procès


- Publié le Jeudi 8 Novembre 2012 à 10:57 | Lu 1731 fois

Photo comores-actualites.com
Photo comores-actualites.com
Le procès de l'assassinat du Colonel Ayouba Combo, tué le 13 juin 2010 dans sa résidence, a rendu la liberté, vendredi dernier, à trois hommes du rang et à l'ex-chef d’Etat-major, Salimou Mohamed Amiri, acquittés au bénéfice du doute.

Pour la famille de l'ancien chef de corps de l'armée comorienne en 2010, ce procès n'a pas été à la hauteur de la justice impartiale qui devait être menée au sein de la cour d'assises de Moroni. Pour un des avocats de la famille Combo, le compte n'y est pas.

La famille Combo a été tenue à l’écart du début à la fin du procès. Elle n’a pas participé aux débats, c’est ce qui fait une cause essentielle et substantielle de nullité. La cour d’assises a parlé, il n’y a pas à redire, mais cette cour ne s’est pas tenue comme elle devrait se tenir”, a-t-il soutenu avec véhémence, au site comores-actualites.com.

"Il faut souhaiter que le pays ait des juridictions qui fonctionnent comme les autres pays"

Il va plus loin en évoquant de graves errements judiciaires, même si l'homme de loi se soumet pleinement à la décision souveraine de la cour.

"Je ne conteste pas cette décision, je n’y ai pas participé. Toutefois, je la conteste dans le sens où elle n’a pas suivi les règles procédurales qui sont absolument nécessaires. Il y a eu des choses impossibles et inacceptables. Il faut souhaiter que le pays ait des juridictions qui fonctionnent comme les autres pays. Nous ne pouvons pas éternellement être en dehors des pays du monde", souligne-t-il avec force et conviction.

A l'époque de l'assassinat du Colonel Ayouba Combo, l'armée est secouée par de fratricides luttes de pouvoir au plus haut sommet de sa hiérarchie. Durant le mois d'avril 2010, un incendie suspect se déclare dans la maison du chef de la police. Le général Salimou Amiri, chef d'état-major, rédige une lettre où il accuse différents hommes proches du pouvoir de planifier une action militaire armée pour prendre les rênes de l'archipel. Dans ce scénario, l'ex-président Ahmed Abdallah Sambi devait être éliminé physiquement.

Le colonel Ayouba Combo, sans être cité explicitement, est aussi visé. Une ambiance tendue de suspicion règne au cœur de la grande muette.

Le colonel  Ayouba Combo, bras droit du mercenaire franco-comorien Bob Denard, a été un des acteurs des nombreux coups d'Etat qui ont éclaté dans l'archipel des Comores.

Source: http://www.indian-ocean-times.com/



Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes