Courrier des lecteurs

Comment les compagnies aériennes gagnent de l’argent

Jeudi 31 Août 2017 - 09:00

Tout va plutôt bien pour les compagnies aériennes malgré le fait qu’elles se plaignent toujours ... Ce qui leur permet d’en profiter pour  plus ou moins discrètement, jouer avec leurs tarifs qui continuent de grimper, d’autant que désormais avec les sites de vente en ligne, ces tarifs changent de minute en minute et il devient de plus en plus difficile de trouver dans un avion,  un passager assis à côté de vous ayant payé exactement le même prix du billet que le vôtre.

De plus, les compagnies ont trouvé un autre moyen de gagner encore plus d’argent outre le yoyo perpétuel sur leurs tarifs : grignoter sur tous les postes (sauf la sécurité il faut le dire) et ça commence par le choix du siège, qui n’est plus simplement un supplément réservé aux low cost. De plus en plus de compagnies traditionnelles s’y mettent. Vous souhaitez un siège devant une issue de secours ? C’est possible, mais il faut payer un supplément. Vous voulez un hublot ? Oui mais il  faut payer un petit quelque chose en plus. Vous voyagez en éco mais vous voulez vos bagages en priorité ? OK, mais faut payer.

Bref, ces petits à côtés font gonfler la note, comme l’accès au salon payant pour les voyageurs de la classe éco. Voilà quelques exemples que l’on ressent directement au niveau du portefeuille. Ce que l’on voit moins, c’est la qualité des plateaux repas qui eux aussi font maigre. Ils sont jolis sur les photos de pub, mais  quand l’hôtesse ou le steward vous met votre plateau sous le nez c’est souvent assez loin des images vues dans les magazines ou le site des compagnies. Et comme le diable se cache dans les détails, la taille de la mini bouteille de vinaigrette a diminué de moitié, et parfois est même remplacée par un petit sachet que l’on a du mal à ouvrir. La qualité du vin dans sa petite bouteille plastique elle aussi, s’est dégradée, car les prix négociés chez les producteurs permettent des économies supplémentaires si la qualité du pinard est moindre. La qualité et la quantité des aliments sont aussi en perte de vitesse. Des portions plus petites, des produits bon marché permettent encore de grappiller quelques centimes sur chaque plateau repas. Mais ces plateaux repas se comptent en dizaines de milliers par an, donc, ces quelques centimes rabiotés mis bout à bout, représentent plusieurs centaines de milliers d’euros sur l’année ce qui est toujours autant de gagné pour la compagnie.

Ces petits détails n’apparaissent pas clairement aux yeux des voyageurs occasionnels, mais les habitués eux remarquent ces changements qui, mine ne rien, représentent des économies substantielles pour les compagnies aériennes. Pour avoir une idée plus précise, le coût moyen d’un plateau repas en classe éco n’atteint pas la barre des dix euros. Pour la classe intermédiaire,   l’estimation se fait à environ 25 euros. Quant au tarif du plateau en classe supérieure digne de ce nom, il faut compter environ une bonne centaine d’euros par passager, mais il convient d’ajouter que ce tarif doit prendre en compte les nappes et serviettes en tissus et donc leur nettoyage après usage,  mais aussi la « fauche » car même en haute contribution, les passagers ont la fâcheuse tendance à piquer les couverts, les verres etc…

Pour rappel, ce qui se trouve sur le plateau éco  peut être emmené par le passager, sauf la cassolette chaude. Les couverts étant en plastique ils sont jetés de toute façon donc ils peuvent être gardés par les passagers. En classe intermédiaire et supérieure  on évitera d’embarquer les couverts, les raviers et cassolettes, les verres en verre, les serviettes et  les nappes en tissu. Bien entendu, sur tous les plateaux on peut emmener les salières et poivrières, et les aliments et assaisonnements empaquetés. 
 
 
Location… fait le larron
 
Mais il y a d’autres postes d’économies qui eux sont invisibles aux yeux des passagers,  mais qui rapportent gros. Le prix du carburant tout d’abord, qui a chuté vertigineusement ces derniers temps, mais les compagnies évitent soigneusement d’en parler pour ne pas avoir à  répercuter ces baisses sur leurs tarifs. Certaines compagnies en ont fait leur pub dans un souci d’honnêteté, mais ça n’a pas duré longtemps…L’aérien est tellement  compliqué, qu’il vaut mieux engranger le plus possible…

Vient ensuite le prix des avions eux-mêmes. Les compagnies en général n’achètent pas leurs avions, mais les louent et toutes ces transactions se font en dollars. Le dollar étant la « monnaie aéronautique ». Un dollar à 1,20  euro actuellement est une aubaine pour les compagnies, ce qui leur permettra ensuite d’annoncer avec fierté des comptes dans le vert, car le prix de la location chute. Le change favorable du dollar face à l’Euro, permet ainsi  de faire gagner des millions d’euros aux compagnies aériennes qui profitent de cette aubaine depuis des mois, mais  plus encore depuis l’arrivée de Trump à la présidence des Etats-Unis.

Bien entendu elles continueront de se plaindre et passeront sous un silence de plomb  ces millions engrangés ce qui ne les empêche pas de continuer à faire grimper les prix des billets malgré tout. Les tarifs ne dépendent pas simplement de la concurrence qui bien entendu créée une émulation et a une incidence sur les prix qui profite aux clients, comme on l’a vu avec l’arrivée de Corsair qui a ouvert sa ligne Réunion-Mayotte en début d’année et qui reviendra en janvier prochain. A peine l’annonce faite, qu’Air Austral, monopolistique sur la ligne Réunion-Mayotte a fait fondre ses tarifs, pour les revoir à la hausse sitôt le départ de Corsair.

Bien entendu les compagnies ne se vantent pas de tout ce fric économisé mine de rien sur le dos des passagers.  Lorsque vous prendrez l’avion la prochaine fois, vous ne verrez peut-être pas les nuages glisser sous les ailes  de la même façon…
 


Suivez le ZinfosBlog Air Info Océan Indien.
Denis Herrmann
Lu 2534 fois



1.Posté par Mac le 31/08/2017 21:15 (depuis mobile)

De toute façon on se fait voler depuis des années par toute les compagnies aériennes. En août Air Asia a fais une super promo le temps d'un week-end, tout les vols interne en Thaïlande était à 13€ . Oui vous ne rêver pas 13€ .

2.Posté par chikun le 01/09/2017 08:04

Ce ne sont pas les compagnies aériennes qui font exploser le prix des billets. Il y a 33% de taxes sur chaque billet !!! Donc d'autres .... se gavent copieusement sur le dos des passagers. C'est une honte ; j'allais dire : c'est du racket , non ?

3.Posté par PATRICK CEVENNES le 01/09/2017 22:42

fukcd473
Une aubaine pour les compagnies avec un taux de change 1USD=1,20EUR ?????
Alors moi, compagnie européenne j'aurais préféré un taux de change 1EUR=1,20USD, belle aubaine pour comptes d'exploitation.

4.Posté par Vellin le 02/09/2017 05:27

euhhh 13euros?? le chiffre 13 pas un chiffre malheur pour un asiatique ça? Aie aie!!
avions vides alors. lol

5.Posté par Jo le 02/09/2017 22:43

Article creux de la part d un pseudo spécialiste.

Zinfo a les blogueurs qu il peut .....

6.Posté par MICHOU le 25/09/2017 11:44

La seule compagnie qui avait vraiment fait bouger les choses était AOM aussi bien au niveau des tarifs que de la qualité des prestations. Depuis c'est à celui qui donnera plus de confort à ceux qui ont déjà les moyens et la possibilité de voyager aux frais de la princesse, oui, voyages d'affaires défalqués des frais des entreprises et donc payés par ceux qui ne peuvent se payer ces classes affaires ou confort pour eux, et à baisser les prestations pour les autres.
Bientôt il faudra payer pour les vêtements qu'on porte.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 17:19 Panique à Matignon !