Océan Indien

Comité de soutien à Saïd Larifou : "Nous avons des raisons de craindre le pire"

Lundi 9 Août 2010 - 14:43

Le comité de soutien à Saïd Larifou, retenu contre son gré aux Comores, prépare le départ d'une délégation qui tentera de ramener l'avocat franco-comorien sur l'île avant qu'il ne soit trop tard...


Comité de soutien à Saïd Larifou : "Nous avons des raisons de craindre le pire"
Le comité de soutien à Saïd Larifou organise le départ imminent d'une délégation vers Moroni, capital des Comores, pour tenter de ramener l'avocat franco-comorien sur l'île. "Nous avons pris connaissance d'éléments qui ne prêtent pas à des relations saines. Nous avons des raisons de craindre le pire", indique Samuel Mouen, coordonnateur de l'action et président de l'association Les amis de l'Afrique. "Nous espérons le ramener vivant".

"Nous nous interrogeons sur ce silence coupable"

Samuel Mouen regrette l'absence de prise de position des divers partis politique de l'île. "Aucune voix ne s'est élevée aujourd'hui pour prendre position, à part Stéphane Fouassin du Nouveau centre et la députée-maire Huguette Bello", s'indigne-t-il. "Nous nous interrogeons sur ce silence coupable".

Il appelle toutes les personnes d'influence à faire fonctionner leurs réseaux sur place pour faire entendre la voix de la France à l'Union des Comores. "Je rappelle que la France est membre du comité permanent des Nations Unies. A ce titre, elle a le devoir, partout où les Droits de l'Homme doivent être respectés, de rappeler aux uns et aux autres leurs devoirs et leurs obligations et contester tout ce qui compromet les Droits de l'Homme. Sinon elle se rend coupable de complicité", ajoute-t-il.

Une circulaire du ministre d'État chargé des élections

Une note circulaire a été émise par le ministre d'État chargé des élections de l'Union des Comores, Bdourahaman Ben Cheikh Achiraf, qui agit sous l'autorité de l'actuel président de la République Islamique des Comores, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi :

"Conformément aux dispositions de l'accord politique du 16 juin 2010, le ministre d'État chargé des élections demande par la présente circulaire, le respect des droits fondamentaux et que les libertés de certains citoyens, en particulier les dirigeants politiques soient rétablis (...). Dans ce document, il "exige que toutes les libertés politiques soient préservées et respectées par les agents publics, surtout dans la période électorale qui s'ouvre et toutes les mesures d’arrestation, d’interdiction de circuler à l’intérieur comme à l’extérieur prises à l’encontre des dirigeants politiques sans l’autorisation de l’autorité judiciaire soient levées sans délai".

Samuel Mouen assure avoir des échanges permanents avec Saïd Larifou qui est, rappelons-le, le président du parti politique "Rassemblement pour une initiative de développement avec une jeunesse avertie (Ridja)" et lui rendre compte de l'avancée des démarches en faveur de son retour sur l'île.

Dans un courrier adressé à Samuel Mouen, la préfecture indique que "Saïd Larifou n'est pas oublié des autorités françaises, bien au contraire et sa situation fait l'objet d'une vigilance toute particulière". Dans ce courrier, le secrétaire général Michel Theuil dit se tenir "disponible pour pouvoir échanger" avec Samuel Mouen "sur le sort de notre compatriote (...)".
Karine Maillot
Lu 1777 fois



1.Posté par ilo le 09/08/2010 15:12

Larifou , on s'en fou ! pourquoi franco -comorien , il est comorien avant d'être français .....

2.Posté par caro le 09/08/2010 15:47

Mr Larifou est humain avant d'etre comorien ou franco -comorien ...........................

3.Posté par berael le 09/08/2010 16:11

merci post 1 pour rappeler cet état de choses que politiquement n'arrivent pas à comprendre certaines personnes genre le Samuel Mouen, Huguette Bello et autres partis politiques. Soit il est français et il reste en France, soit il est comorien et il reste là où il est et il nous fout la paix avec ses conneries.

4.Posté par FRANCO le 09/08/2010 17:32

cher concitoyen berael, quelle curieuse et étonnante conception vous avez des êtres humains. Sans doute n'êtes vous pas Français, n'avez vous jamais entendu parler des "Lumières", ces philosophes qui ont tant apporté à l'Humanité, n'avez vous jamais lu l'Article 1er de la Constitution de la République Française, Constitution qui a fait rayonner ses valeurs et ses principes à travers le monde entier, même si aujourd'hui ces mêmes valeurs et principes sont piétinées et vidées de plus en plus de leurs sens au quotidien par ceux qui nous gouvernent.

Sachez que paradoxalement, aux Comores, ancienne colonie française, vivent bientôt plus d'êtres humains détenteurs de la nationalité française que détenteurs de leur propre nationalité comorienne. C'est curieux mais l'histoire des Mascareignes est ainsi faite alors exprimer à l'égard des Comoriens comme vous et ilo paraissez le faire un mépris raciste me surprend.

Il est que n'est pas si lointaine l'époque où "certains se battaient" pour la pureté de la race aryenne et brûlaient dans des fours crématoires par millions ceux qu'ils ne considéraient que comme des êtres inférieurs dont les cheveux rasés étaient dignes de faire des couvertures, les dents en or des bijoux, les peaux tatouées des abats-jours très mode et les graisses du savon.

Permettez moi de ne jamais l'oublier en mémoire de mon père et de ne jamais considérer que les êtres humains, mes frères et soeurs sont descendants comme moi de la même ancêtre commune Lucy ou plus ancien encore :"Plus vieux de 1 million d'années que Lucy, un ancêtre de l'homme a été découvert dans l'Est africain." Voir wikipédia.

5.Posté par Alex Corton le 09/08/2010 18:25

Post 4:
"Il est que n'est pas si lointaine l'époque où "certains se battaient" pour la pureté de la race aryenne et brûlaient dans des fours crématoires par millions ceux qu'ils ne considéraient que comme des êtres inférieurs ".
Je ne vois pas encore une fois le besoin de faire l'amalgame avec le peuple juif.
Il n'a pas le monopole de la souffrance.Alors lâchez nous la grappe,si Larifou est allé aux Comores ,c'était de son plein gré.C'est sur qu'il fait moins désordre que Bob Dénard.Le but inavoué est le même,faire "tomber" Sambi!

6.Posté par Bayoune le 09/08/2010 18:26

Et si le gouvernement Comorien se méfiait, je dirai avec raison de ce peau noire masque blanc, ah qu'il y a eu beaucoup lors des indépendances africaines, ils sont venus 14 ou 15 ont répondu à Sarkoléon,le 14 juillet dernier, lé vré osi na inbonpé la amène ek zot in passpor fransé an épousant comme Sanghor une normande, et tant d'autres pour continuer à servir les intérêts du colonialisme.
A la Réunion, la départementalisation des Vergès en 1946 a trompé la la vigilance et trahis le peuple réunionnais, et jusqu'à ce jour nous en subissons les conséquences, tandis que Vergès paie l'ISF. Personn i pé pa afirmé zordi ke Vergès la serve lé réniyoné, Saïd lé inpé parey, i fo se méfiyé bann boug i porte 2 kabay. Et lo Saïd lété in ote Bob denard pas blanc. Kan la assassine Ali Swali, zot i krwa lo gouvernman fransé la respek les droits de l'homme, Denard la minm pa été kondané.... Et le Samuel Mouen celui là même qui s'est permis de jeter, avec l'aide de tonton macoutes , des nervis des réunionnais de l'enceinte du Conseil Général, lors d'un "débat citoyen" qu'il organisait dans la salle du Conseil, kan i di azot li roule pou Nasimah et la communauté, ala ankor in lezanp ki démanti pa les vertus de l'opportuniste d'un MOUEN et non pa d'un moine .

7.Posté par degouté le 09/08/2010 18:50

Rien à foutre .

8.Posté par bertel le 09/08/2010 20:10

3.Posté par berael le 09/08/2010 16:11
merci post 1 pour rappeler cet état de choses que politiquement n'arrivent pas à comprendre certaines personnes genre le Samuel Mouen, Huguette Bello et autres partis politiques. Soit il est français et il reste en France, soit il est comorien et il reste là où il est et il nous fout la paix avec ses conneries.


N'en déplaise à msieu Franco, le post de Berael, dès qu'on l'a dépouillé des relents racistes... exprime aussi une volonté d'y voir plus clair.

Je suis pour la double, voire les multiple nationalités mais je n'oublie jamais que beaucoup trop de postulants en jouent pour placer leurs pions sur deux, voire plusieurs jeux d'échecs à la fois.

Certains gagnent à tous les coups, d'autres perdent souvent.

Faut-il engager des "forces spéciales pour libérer le citoyen Larifou ?" ... moi, je réponds : NON !

Bertel de Vacoa

9.Posté par creol le 09/08/2010 20:19

Si monsieur LARIFOU était philanthrope ça se saurait... tout ce qui le motive c'est le Pouvoir, il en a rien à faire de ses concitoyens ; sauf bien sûr quand il peut médiatiser leur problème pour servir son intérêt personnel , et conforter sa popularité.
Ces concitoyens sont ses marionnettes; il est semblable aux differents présidents de Madagascar qui avaient pour devise "moi, moi et encore moi...."
Chiche si c'était une sorte de "mère Thérésa" , d' Abbé Pierre ou de Coluche , j'aurai été une des premières à le soutenir... mais malheureusement c'est loin d'être le cas, il fait trop de bruit quand il fait une soit disant bonne action...Alors que les grands hommes agissent dans la discrétion .

10.Posté par Polémique victor le 09/08/2010 20:41

L'avocat doit être mûre depuis qu'il est à l'ombre non?

11.Posté par rantanplan le 09/08/2010 21:40

Si Larifou est défendu par Mouen le masturbateur linguiste et Franco, le Stalinien inutile; il n'est pas sorti de prison le pov'

12.Posté par Jiji de Ste-Clotilde le 10/08/2010 00:50

Les Droits de l'Homme et du Citoyen sont au-dessus des "petits" commentaires que l'on peut lire ici ou là.
Nous sommes tous des Humains, frères et le même sang coule dans nos veines.
Les Comores sont une ancienne colonie française. Et depuis bien longtemps, les comoriens ont fait partie du peuplement de la Réunion.
J'espère qu'un jour ou l'autre, ces mêmes petits commentateurs n'auront un jour ni besoin d'un avocat, ni de la Ligue des Droits de l'Homme, ni de l'assistance d'un Franco-comorien lors d'une tragédie dans leur vie (exemple, un accident grave où passe par le pur des hasards un Franco-comorien qui lui sauve la vie en lui apportant les premiers gestes de secours...J'espère...)
Méditez....Merci

13.Posté par Linquiéteur le 10/08/2010 01:05

"Nous avons des raisons de craindre le pire"

Pour certains le pire serait manifestement son retour à la Reunion......

14.Posté par Bayoune le 10/08/2010 14:44

Samuel Mouen, sé lui même qui se démenait konm in diab dann lobénite pou apèle lé comoriens de Mayotte de voter pour la départementalisation française, konm Raymond Vergès la fé an 46 pou nout péi, et qui s'est permis minm d'insulter , à l'antenne de la radio qu'il animait, les auditeurs contre cette ingérence manifeste de l'étranger qu'il était dans les affaires comorienne. Encore une fois il rebis pour un Saïd Larifou - qui a déjà pu d'échappé précédemment , en se faisant porter pale, et rentrer même à la Réunion dessus un brancard - et déposé au CHD ,il aurait fait deux crises cardiaques, le lendemain matin, le CHD a foutu à la porte le grand malade diplomatique franco-comorien. La ligue des droits de l'homme ou d'autres appendices doivent savoir que les droits de l'homme ne peuvent être à géométrie variable, selon que vous soyez blanc ou au service de l'occident, ou noir, basané au service de notre mère à tous L'Afrique... L'homme noir , le colonisé aussi ont des droits

15.Posté par Joseph, le 11/08/2010 00:30

Ma pensée sincère, hors de toute polémique stérile ou idéologique, est que lorsqu'on brigue des responsabilités politiques dans un pays, la moindre des choses est d'y vivre. En dehors de toute considération de nationalité, historique, ethnique, etc ... Sambi a beau jeu de montrer à Monsieur Larifou et à tous les Comoriens que celui-ci se sent prisonnier dans les frontières de son propre pays. Cà, les Comoriens doivent le ressentir amèrement et Larifou n'en sort pas grandi auprès du petit peuple autant que des notables, je pense.

C'est pour cette seule raison que je ne défends pas son cas : il aurait dû depuis longtemps ouvrir son cabinet d'avocat, strictement alimentaire, aux Comores même, et il aurait pour lui l'aura et toute la légitimité de l'opposant actif sur l'ouvrage même. C'est quoi cette façon de téléguider à distance un parti Comorien depuis une île lointaine ?

Certes, il veut le beurre et l'argent du beurre, c'est humain, mais je lui conseillerais, s'il est sincère dans ses projets politiques, s'ils sont davantage sociaux qu'ambitions de siège ou d'honneurs, de lâcher le confort de ses revenus réunionnais et de s'installer aux Comores même. Ou alors de laisser tomber ses ambitions politiques et de se contenter de vivre sa vie d'avocat en pays riche.

Le temps de Sambi est quasiment fini, malgré la rallonge qu'il s'est auto-octroyée. Larifou a ses chances, non d'être Président, mais d'avoir un rôle à jouer, même petit, il faut commencer par être petit avant d'être grand, non ?
Ainsi, il n'aura plus besoin d'agiter régulièrement le cinéma de ses arrestations et il pourra librement s'exprimer sur Mayotte, sur le problème des 6 000 morts Anjouanais par noyade au large de Domoni depuis 1995, sur les moyens de stopper çà autrement qu'en fichant en prison pour 4 ans des pauvres pêcheurs et des pauvres planteurs, pilotes de kwassa d'un jour, autres vies détruites, souffrances sans fond et sans fin, sur le co-déveoloppement avec Madagascar et la Réunion, sur le droit des étrangers, inexistant à Mayotte, sur la coopération entre deux pays souverains pour régler définitivement et équitablement la question de Mayotte et de la pauvreté endémique des Comores, etc ...

Ce Larifou, est-il en fait un Nième agent objectif des intérêts de certains lobbies français ou bien est-il un homme sincèrement attaché au développement équitable de ce pays ? Qui, ici peut le dire ? tout le monde cause ici sur ses déboires, sur ce tapage médiatisé à outrance et auto-entretenu, mais qui peut dire quelles sont les idées politiques défendues par Larifou et le RIDJA aux Comores ? quel est son programme ? Certes, il n'est pas sensé développer tout çà en France où il se doit de rester discret en tant que Comorien, mais puisqu'il s'affiche ici en long et en large, pourquoi personne ne parle de ses projets politiques pour les Comores ?

C'est quand même le plus important pour un politique, de savoir son programme plutôt que la taille de ses chaussures ou la marque de sa voiture, non ?

16.Posté par berael le 18/08/2010 22:14

Message pour Franco et Bertel

mon message n'a rien de raciste, vous le voyez ainsi de votre propre idée, mais ce que je pense de la situation actuelle de maître Larifou, situation qui existe à chaque fois qu'il met les pieds aux Comores me fout les boules et ainsi qu'à tous les réunionnais qui pensent comme moi, car le Président Sambi voit en lui un adversaire et ce que fait Sambi, n'importe quel président d'un pays le fera contre un adversaire, qu'il soit du pays ou qu'il ait une double nationalité. Sur le site de certains journaux,ici à la Réunion ou ailleurs, à chaque fois que des remarques sont faites envers une personne de couleur qui fait une bêtise, une faute, un crime, ce que fait cette personne est toujours couverte par je ne sais quelle association et quelques personnes dans votre genre, car vous trouvez et voyez toujours du racisme partout, peut être même quand vous dormez.
Je suis un réunionnais, français depuis plusieurs générations, mon ancêtre venant de la Vendée était soldat du Roi Louis XIV. J'ai des amis de descendance comorienne, malabars de confession religieuse différente, chinois, zarabe et même un juif fait parti de mes amis. Pensez cque vous voulez monsieur Franco, c'est votre droit.

17.Posté par FRANCO le 19/08/2010 04:43

M. ou mme " berael", le fait de penser qu'à la lecture SUBJECTIVE que je fais en lisant votre contribution à zinfos, je vous interprète comme raciste ne signifie en rien que vous le soyez. Que vous le soyez ou non, c'est avant tout votre affaire.

Par votre propos du post 16 vous tenez à affirmer que vous ne l'êtes pas, c'est là aussi de votre part une déclaration aussi SUBJECTIVE que la mienne. Il est surement très difficile pour chacun de nous de savoir ce que nous sommes comme le préconisait avec justesse Socrate avec "Connais toi toi-même". N'est-ce pas le fait de connaître non les dires ou les écrits qui permet de répondre à cette interrogation "suis-je raciste" ( ou 'stalinien' ?) mais les actes au quotidien durant une vie sous les yeux des autres ( et pas sous leur jugement ), qui peut y répondre.

Vous ne vous considérez pas raciste ( ainsi que le déclarent d'ailleurs des millions d'individus dans notre pays, mais un peu comme M. Jourdain "qui faisait de la prose sans le savoir" ) tant mieux pour vous et pour nous. Que vous le soyez ou que je le sois, ne changera pas le cours du monde. Mais que des millions d'êtres humains le soient, même à leur insu, est terrible comme l'a prouvé récemment l'histoire horrible de l'Allemagne des années 30-45.

Cordialement M. ou mme " berael" et essayons, vous et moi, sous les yeux des zinfonautes, de ne pas être "racistes" ( et pour moi de ne pas être stalinien, "qualité" que certains m'attribuent car cela les arrange beaucoup de me stigmatiser : grand bien leur fasse !).

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter