Océan Indien

Combien y avait-il réellement de passagers à bord de l’A310 au moment du crash ?

Dimanche 5 Juillet 2009 - 08:34

C’est la question que le journaliste Ali Islam a souhaité poser au micro de Zinfos974.com, hier après-midi à l’issue de l’hommage de La Réunion aux victimes du crash de l’Airbus A310. Son interrogation et celle de la communauté comorienne, justifiée ou non, repose sur des informations avérées.


Il y a d’abord les doutes réels d’Ali Islam. “Au départ de Marseille, on a décompté 153 passagers. Lors de l’escale en Egypte, nous avons embarqué des étudiants. A Sanaa, nous avions pris des commerçants comoriens”. Selon Ali Islam, la compagnie yéménite a rempli l’avion à Sanaa. Difficile d’infirmer ou de confirmer cette information.

Toutefois, il est possible de relever deux faits surprenants. Le premier, c’est la liste de passagers publiée sur Comores.com et Umbeli.com. Sur Comores.com, le document en pdf contient 163 noms, mais seulement 142 sur Umbeli.com.

Même si on intègre les 11 membres d’équipage dans la liste éditée sur Comores.com, il y a toujours une différence de dix noms entre les deux listes.

Le deuxième élément est la découverte sur laquelle travaillent les compagnies d'assurance de la compagnie aérienne yéménite. La liste des 142 passagers remise par Yemenia Airways, ne correspond pas totalement à celle publiée sur Umbeli.com ou Comores.com. La marge d’erreur serait même de 5 à 10 %...

Cette situation est liée à une pratique de certaines compagnies aériennes. “A Sanaa, plusieurs Comoriens ont été priés de descendre, d’autres passagers ont pris leur place ou ont pris les fauteuils encore disponibles”. Souvent, ces nouveaux clients n’ont ni billet d’avion ni un quelconque titre de voyage.

Entre Sanaa et Moroni, le contrôle à la douane est souple. Et c’est un euphémisme. Un ancien employé de l’agence régionale d’Air France aujourd’hui à la retraite, a confirmé cette méthode de remplissage toujours en cours dans certains aéroports très laxistes avec la réglementation aérienne.

Une compagnie de la zone remplissait également à ras bord leur avion de cette façon. “Nous avions eu beaucoup de soucis à l’époque pour stopper cette pratique”. Et signe du destin (peut-être), cette pratique a sauvé la vie d’au moins une Comorienne. “Je l’ai rencontrée dans notre village. Elle avait été débarquée à Sanaa au profit d’autres passagers”, rapporte Ali Islam.

Toutes ces informations impliquent des doutes légitimes de la part des Comoriens habitués à être les “bouche trou” de la compagnie Yemenia Airways entre Moroni et Sanaa et Sanaa-Moroni.

Tous ces éléments suffisent à inciter Ali Islam et beaucoup d'autres Comoriens à penser qu’il y avait plus de 152 victimes dans la catastrophe survenue au large des Comores… Information qui reste à confirmer.
Jismy Ramoudou
Lu 1973 fois



1.Posté par Zora le 05/07/2009 11:23

Pourquoi les autorités comoriennes freinent-elles les recherches ?
Pourquoi refusent-elles d'admettre que les hélicoptères américains ont repéré l'épave de l'avion ? Pourquoi les Comoriens n'ont-ils pas accès au lieu de l'accident ?
Quel grand secret pourrait être découvert ?

2.Posté par kersauson de (P.) le 06/07/2009 10:40

QUESTIONS
je ne m 'explique pas cette gamine qui aurait été donc ejectée en plein vol sans blessures , sans que d'autres corps ne soient ejectés en meme temps ! l'avion serait a 2000 metres sous mer désormais: surprenant !

en fait cet avion n'était pas "interdit" de vol en France: il devait y retourner faire une certification , CE QUI n'a JAMAIS été fait, depuis 2007
Tout chargé sur cet avion et cette compagnie est quelque peu prématuré (CERTES elle a de gros efforts a faire, mais l'A330 parti de France était, lui, conforme)
Voir JP PERNAULT dire : en montrant une carte météo: la mer est bleue sans nuages !! c'est ignorer le vent fort qui soufflait !
Pour avoir atteri plusieurs fois a Daoulas (Cameroon,) et meme a Nice: il faut savoir atterir avec de Grands vents , au risque de voir une bourrasque faire qu'une aile ne touche la piste! MEME avec AIR FRANCE!
En dehors de l'état de cet avion, il apparait desormais que l'aéroport des Comores n'est pas du tout aux normes pour les approches , tant en matériel qu'en employés
C'est peut etre là AUSSI qu'il faut agir
et pour l'instant le gouvernement Comorien se cache bien de le dire

3.Posté par kiki le 06/07/2009 14:21

Pour quelles raisons le président Sambi ne fait pas appel à ses amis iraniens et autres pays arabes ?
Il a assez dégueulé sur la France et l'Amérique.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >


Suivez
le Grand Raid 2018
avec ZINFOS974
PARTENAIRE
Au coeur du Grand Raid
70 heures en direct live
Non Stop