MENU ZINFOS
Santé

Collectif Médiator : "Nous irons jusqu'au bout"


Par Julien Delarue - Publié le Samedi 12 Mars 2011 à 17:31 | Lu 2003 fois

Collectif Médiator : "Nous irons jusqu'au bout"
Le Collectif Médiator Réunion Océan Indien compte de plus en plus de personnes depuis plus d'une semaine, "nous avons près de 50 personnes et je n'arrête pas de recevoir des coups de téléphone", explique Chantal Ethève présidente du Collectif.

"Le 23 mars prochain nous avons un nouveau rendez-vous avec notre avocat pour expliquer la démarche à suivre dans le cadre de la plainte collective que nous allons déposer à la fin du mois", souligne-t-elle. Pour Chantal Ethève il n'est pas question de "céder" à la proposition des Laboratoires Servier, qui ont commercialisé le Médiator, d'abandonner les poursuites judiciaires en contrepartie d'une indemnisation financière, "je trouve le procédé choquant, ils cherchent à éteindre l'incendie avec un peu d'eau", s'insurge-t-elle.

Même si elle se dit "sceptique" sur la réussite de la procédure judiciaire prenant en exemple le scandale du sang contaminé ou des hormones de croissance, "c'est toujours pareil, ils sortent impunis des procès", explique-t-elle, une chose est sûre pour le collectif, "nous irons jusqu'au bout".

Difficulté pour obtenir une attestation du médecin traitant

Chantal Ethève tient à souligner la difficulté, pour les personnes atteintes de pathologies liées à la prise de Médiator, d'obtenir "une attestation de son médecin traitant".

"Les personnes qui viennent nous voir ont énormément de mal à obtenir une attestation de leur médecin et je ne sais pas pourquoi, mais je me pose quand même la question de savoir s'ils n'étaient pas au courant depuis longtemps ? (ndlr : les médecins)", s'interroge-t-elle.

"L'arbre qui cache la forêt"

"Je ne vois pas beaucoup de médecins s'indigner sur le problème du Médiator, est-ce que se serait l'arbre qui cache la forêt ? On sait que les médecins entretiennent des relations avec les laboratoires en contrepartie de cadeaux", lâche Chantal Ethève.

En attendant que la plainte soit transmise à Paris, un blog doit voir le jour "dès le début de la semaine prochaine", promet Chantal Ethève, pour permettre à tous les malades "victimes" du Médiator de consulter et échanger sur le sujet.




1.Posté par noe974 le 12/03/2011 17:52

Y a-t-il beaucoup de gens qui ont pris ce pseudo-médicament à la Réunion ?

2.Posté par tinoune le 13/03/2011 09:11

moi quand j'ai parlé à mon médecin il sait tout ce que je souffre hypertension, insufisance rénale, problème cardiaque il me dit c pas grave cela fait trop lontemp que vous avez prise sa (médiator et isoméride) il ne veut pas me donner le certificat médical prouvant que j'ai prise ces 2 médicaments alors que dois- faire?actellement je ne marche pas sauf avec béquilles ou déambulateur je pense que tout cela est l'oeuvre de ces médicaments de m..........

3.Posté par noe974 le 13/03/2011 10:58

A force de parler du Médiator , moi qui n'en ai jamais pris , je me sens fatigué , las , je sens la chaleur m'envahir , cette chaleur étouffante et humide ... je pleure d'inquiétude ...je sue à grosses gouttes ...j'ai soif ...
Est-ce la faute du Médiator (ou les boîtes vues ici ) ?

4.Posté par tinoune le 13/03/2011 13:52

a noe974 ou connais pas nout souffrance arrête dit zafer dessus nous assez pleurer étouffe pas ou mais critike pas car le jour ou va arrive a ou un nafer ou va voir mi vois que oulé pou servier continu mais laisse a nous fait ce que nous doit faire

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes