MENU ZINFOS
Communiqué

Collectif Covid Médecins 974: La liberté de prescrire


Par Nicolas Payet - Publié le Jeudi 5 Novembre 2020 à 08:43 | Lu 1411 fois

Les médecins sont confrontés depuis le début de cette année à une restriction inouïe de leur liberté de prescription. Spécifiquement pour le traitement du Sars-Cov-2. Cette mesure contredit notre culture médicale, la prise en charge de nos malades.

Hippocrate nous octroyait la totale liberté de prescription, à l’exception du pessaire abortif (objet ou décoction de plantes que les femmes se mettaient au fond du vagin pour avorter). Tous les médicaments ne sont pas libres d’accès à tous les médecins : certaines classes thérapeutiques (dites à prescription restreinte) sont réservées aux spécialistes qui en ont le maniement le plus aisé : mesure de bon sens. Cependant n’importe quel médecin peut être amené à prescrire des médicaments qui n’ont rien d’anodin, comme les anticancéreux, les neuroleptiques, les médicaments à fort potentiel iatrogénique (ayant pléthore d’effets secondaires), sans que l’administration y trouve à redire.

Il reste que demeure encore plus incompréhensible l’interdiction faite aux médecins généralistes d’un produit aussi usuel que l’hydroxychloroquine (HCQ), avec lequel nous avons plus de 70 ans d’expérience, dont la prescription pourrait être éventuellement
encadrée d’un électrocardiogramme (risque arythmogène du médicament) ou d’une kaliémie (taux de potassium), qui favorise, si elle est basse, ce risque. Idem pour le zinc, la vitamine D, les anticoagulants, les corticoïdes.

Franchement, pourquoi écarter un pan énorme du système de santé français de la possibilité de soigner : la médecine générale ? C'est la première fois depuis la mise en place de la sécurité sociale en 1945 que les médecins sont empêchés, par voie législative , de soigner leurs patients et sont même parfois poursuivis pour tenter de le faire.

Quand on connaît les résultats de l’étude Discovery, dans laquelle l’Europe a investi des millions d’euros, on est en droit de s’interroger. Discovery est un essai clinique observationnel piloté par l’INSERM qui devait trancher sur l’efficacité et l’innocuité de plusieurs médicaments contre la Covid. Les résultats sont saisissants : moins de morts avec l’HCQ, moins de réanimations, plus de patients guéris à 29 jours (ce dernier résultat n’est toutefois pas significatif). Pourquoi ? Parce que l’essai a été interrompu, rendant
insuffisant sa puissance statistique. Pourquoi cette interruption ?

L’Agence du Médicament (1) l’a interrompue le 26 mai parce que le médicament était controversé, sur la base d’une étude bidon publiée dans The Lancet. Souvenez-vous : étude publiée le 22 mai, rétractée le 4 juin. Comme si la publication du Lancet était venue à point nommé pour torpiller Discovery. Et on apprend le 14 octobre que Discovery était sur la voie du succès.
Une deuxième étude, Hycovid, stoppée de même, donnait des résultats encore plus spectaculaires (2). Même avec une efficacité supérieure de seulement 5 %, on aurait évité 1000 morts. D’où pouvait provenir la décision sinon du Ministère de la Santé ?

Les scientifiques en ont profité pour tester le Remdésivir, un antiviral de Gilead (jadis utilisé contre le virus Ebola), qui s’est révélé inefficace et dangereux (risque de toxicité rénale), et que l’on prescrit toujours, y compris à La Réunion.

Au passage, les Allemands ont acheté des centaines de milliers de doses d’HCQ en février-mars, sur la foi des études chinoises, avec le succès que l’on sait désormais sur la mortalité, bien moindre qu’en France.

Les médias ont leur part de responsabilité, en invitant sur les plateaux nationaux une palanquée d’experts, tous plus perclus de conflits d’intérêts les uns que les autres, qui diffusent des discours trompeurs et fallacieux. La notion de devoir d’information et de
responsabilité de la divulgation de celle-ci prend tout son sens. Tout ça pour rechercher le « buzz », le sensationnalisme : ce n’est pas une démarche informative ni scientifique. La contradiction argumentée doit s’imposer. L’importance de préserver nos libertés démocratiques doit s’imposer, même en ces temps de crise, sanitaire ou terroriste.

Un dernier rappel : l’Article L-4113-13 du Code de Santé Publique fait obligation aux membres des professions médicales qui s’expriment sur les produits de santé de faire une déclaration de leurs liens avec les entreprises, les établissements et les organismes qui les produisent, les exploitent, ou les conseillent. Ça tombe bien, nous au Collectif, ne déclarons aucun lien d’intérêt avec ces entreprises. En est-il de même des membres du Conseil Scientifique, local ou national ? Nous sommes en droit de poser la question, puisque l’article ci-dessus les y oblige.

Collectif Covid Médecins 974
Contact : colcovmed974@gmail.com ,
Ce jeudi 5 novembre 2020

(1) https://www.20minutes.fr/sante/2786731-20200526-coronavirus-fin-essais-cliniqueshydroxychloroquine-sonne-glas-essai-discovery
(2) https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.09.16.20194571v1.full.pdf

Les 14 médecins signataires de la Réunion :
Les Drs Bernard BODEN (chirurgien orthopédiste), Bruno BOURGEON (néphrologue), Alain BREHAT (médecin stomatologue), Bashir OMARJEE (allergologue), Margie SUDRE (anesthésiste-réanimatrice) Et les Drs Fabrice CHEKPO, Philippe DE CHAZOURNES, Philippe JEU, Joel OOSTERLINCK, Morgann PHILIPPON, Issam SEDDIKI, Stéphane MBAYO, Jean Luc CANIGGIA¸Pierre Laurent VIDAL, (médecins généralistes),




1.Posté par MARIE le 05/11/2020 08:57

c'est aussi mon analyse de la situation mais que peut on faire ??


2.Posté par spartacus974 le 05/11/2020 09:45

Le silence du Conseil de l'Ordre des médecins est juste sidérant dans cette atteinte fondamentale contre la liberté de prescription.Pire,il menace parfois les confrères qui ont l'outrecuidance de prescrire la fameuse HCQ.

3.Posté par PATRIOT le 05/11/2020 09:50

Le scandale de l'arnaque de ne pouvoir prescrire l'hydroxychloroquine associé à l'Azithromycine (alors que çà fonctionne très bien) n'est plus à démontrer, on a très bien compris les tenants & les aboutissants....

4.Posté par tantine le 05/11/2020 10:49

merci à ces courageux médecins. j'ai un proche hospitalisé en métropole pour la forme grave du covid et on est entre la colère de voir qu'on n'a rien à lui proposer pour le soigner et la peur qu'on nous l'achève à coup de rivotril sans qu'on ne sache rien puisqu'on ne peut pas le visiter.

donc merci pour les suppressions de lits, de personnels, et l'interdiction de l'hcq et l'interdiction de l'antibiothérapie pour les patients covid et l'interdiction faite aux médecins de prescrire librement les traitements qu'ils jugent nécessaires pour soigner les malades.

la maladie et la mort font partie de la vie mais s'il décède faute de soins qui sont connus et efficaces la famille saura qui tenir responsable juridiquement.

5.Posté par Sacré toubib ils n’ont de patientelle le 05/11/2020 12:45

alors ils ralent : un chiffre d’affaires qui s’effondre !
Ces toubibs voudraient jouer les apprentis sorciers sur leurs cobayes et expérimenter toute sorte de traitement on se croit revenu dans les camps de la mort nazi !

6.Posté par JORI le 05/11/2020 13:18

4. Tantine. "mais s'il décède faute de soins qui sont connus et efficaces la famille saura qui tenir responsable juridiquement". Et combien de plainte déposées pour usage du rivotril comme vous l'affirmez ?? 😂 😂

7.Posté par JORI le 05/11/2020 13:19

3. .Posté par PATRIOT le 05/11/2020 09:50
“l'hydroxychloroquine associé à l'Azithromycine (alors que çà fonctionne très bien)", et ça a été démontré par qui et comment ? 😂 😂

8.Posté par JORI le 05/11/2020 13:29

2. Spartacus974. "Maître Krikorian a obtenu une ordonnance de référé le 22 avril 2020 du Conseil d'Etat qui a permis de confirmer que les médecins n'avaient jamais perdu leur liberté de prescription que consacre l'article L. 5121-12-1, I (0) du Code de la santé publique (CSP), y compris hors indication d'autorisation de mise sur le marché (AMM), dès lors qu'il n'existe pas « d'alternative médicamenteuse appropriée disposant d'une autorisation de mise sur le marché ou d'une autorisation temporaire d'utilisation et sous réserve que le prescripteur juge indispensable, au regard des données acquises de la science, le recours à cette spécialité pour améliorer ou stabiliser l'état clinique de son patient. ».

L'arrêté du Ministre des Solidarités et de la santé du 10 juillet 2020 (1), c’est-à-dire à la date à laquelle l'état d'urgence sanitaire a pris fin en métropole (2), a abrogé l'arrêté du 23 mars 2020, dont l'article 6-2 interdisait jusqu'alors la dispensation en pharmacies d'officine du Plaquenil hors indication AMM."😂😂

9.Posté par Yop le 05/11/2020 13:37

Ben ça alors, ils font peur les médecins 974.... Le monde ENTIER à conclu à la dangerosité de l'HcQ contre le Covid... Conflits d'interet, je veux bien, mais dans tous les labos et tous les pays du monde ?

10.Posté par spartacus974 le 06/11/2020 05:19

@yop: Le monde ENTIER a conclu à la dangerosité de l'HcQ contre le Covid...
Affirmation sans fondement principalement basée sur la guignolesque étude du Lancet (oui celle qui était entre autre menée par une charmante callgirl)
Merci de ne pas répéter tous les mensonges de la propagande gros doigt des pseudo experts vendus principalement à GILEAD.

11.Posté par JORI le 06/11/2020 09:31

10. Spartacus974.
"Merci de ne pas répéter tous les mensonges de la propagande gros doigt des pseudo experts vendus principalement à GILEAD". C'est également valable pour vous pr Spartacus974. Notamment lorsque vous affirmez dans votre post 2 qu'il y aurait une atteinte à la liberté de prescription du HCQ. Comme quoi vous aussi vehiculez de l'intox. Le tout serait de savoir pourquoi, dans quel intérêt !! 😂 😂 😂

12.Posté par spartacus974 le 06/11/2020 14:49

@jori:L'arrêté du 23 mars 2020, dont l'article 6-2 interdisait jusqu'alors la dispensation en pharmacies d'officine du Plaquenil hors indication AMM.Le référé de maitre Krikorian a obligé le gouvernement à reculer sur cette interdiction de prescription pour l' HCQ en autorisant les médecins à prescrire à nouveau ce traitement.Tout cela s'est fait en toute discrétion pour éviter que la population soit au courant de ce désaveu total de la justice face à cette décision criminelle d'interdire le recours à l'HCQ.Je suis ravi de voir que vous défendez la liberté de prescription et le protocole du professeur Raoult .Encore un peu effort et vous tombez dans la fange conspirationniste .....
Comme l'a écrit notre ténébreux Jacques Attali en 2009:L'Histoire nous apprend que l'humanité n'évolue significativement que lorsqu'elle a vraiment peur .La pandémie(H1N1en 2009 en l'occurence) qui commence pourrait déclencher une de ces peurs structurantes...On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l'aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d'un véritable gouvernement mondial
Mais,tout ceci n'est que coïncidence...... à moins que

13.Posté par spartacus974 le 06/11/2020 15:13

@jori:Olivier Véran, ministre de la Santé, a annoncé qu'il prendra un arrêté visant à encadrer strictement la prescription d'hydroxychloroquine. Elle sera interdite hors AMM en ville et sera exclusivement réservée à l'usage hospitalier
https://www.lequotidiendupharmacien.fr/archives/veran-interdit-la-prescription-dhydroxychloroquine-hors-amm-en-ville
Encore une fois ,la réalité des faits est implacable mais merci de vos efforts pour rejoindre la fange conspirationniste .Votre conversion est proche .

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes