Economie

Club Export: "La Réunion a le potentiel d’aller chercher le milliard" en valeurs exportées

Vendredi 9 Mars 2018 - 15:47

Pour célébrer ses 20 ans, le Club Export prépare une manifestation d’envergure afin de présenter notre île comme une vitrine du savoir-faire français et européen dans la zone Océan Indien. Une position stratégique qui a permis au groupe de se développer considérablement ces dernières années.


Daniel Moreau président de l'ADIR, Gilles Couapel et François Manproux, président et vice-président du Club Export.
Daniel Moreau président de l'ADIR, Gilles Couapel et François Manproux, président et vice-président du Club Export.
"Vingt ans, ça se fête !", et pour cause, le Club Export organise du 21 au 23 novembre les Rencontres internationales du développement durable de l’Océan Indien au domaine du MOCA. L’objectif est de rassembler les acteurs du monde économique autour de rencontres thématiques mettant en avant le savoir-faire de notre île.
 
"Nous avons un terrain de jeu autour de nous qui est l’Océan Indien"
explique Gilles Couapel, le président du Club Export. "Il y a vingt ans, personne ne faisait de l’export dans la zone. On est passés du rien au tout. Aujourd’hui, ces chiffres sont bons".
 
Un demi-milliard de chiffre d’affaires
 
Et pour cause, l’export de biens a progressé de 5,46% entre 2015 et 2016, l’exportation de services a explosé, avec un bond de 63% pour les mêmes périodes. En cumulé, le chiffre d’affaires de l’export est passé à 520 millions d’euros. "Plus d’un demi-milliard, et La Réunion a le potentiel d’aller chercher ce milliard" estime Gilles Couapel.

Notre force, "représenter le savoir-faire français et européen dans la zone, ce qui nous confère une importance géostratégique. De plus, La Réunion a un savoir-faire et un faire-valoir, car on sait travailler en milieu tropical" estime le président du Club Export. L’exportation de ce savoir-faire, par le biais de services comprend autant le travail des ingénieurs que des techniciens, en passant par les bureaux d’études ou encore le travail d’architectes.  
 
"Remettre à jour la vitrine de La Réunion"
 
À travers les Rencontres internationales du développement durable de l’Océan Indien, le Club Export veut "remettre à jour la vitrine de La Réunion", selon les termes de François Manproux, le vice-président."Nos partenaires internationaux sont souvent étonnés de la différence entre ce qu’ils ont comme image en tête de La Réunion et la réalité de notre économie" précise-t-il.
 
La manifestation d’envergure accueillera 400 participants, en provenance de 10 pays comprenant Madagascar, Maurice, les Seychelles, mais également le Mozambique, le Kenya, l’Afrique du Sud et la Thaïlande. Le but, initier des courants d’affaires à travers tous les acteurs de ces zones économiques.
Laurence Gilibert - laurence.gilibert@zinfos974.com
Lu 1709 fois



1.Posté par Kanal bisik le 09/03/2018 17:25 (depuis mobile)

Savoir faire réunionnais ? Vous voulez parler du filet anti requin ? Des sodas mis en bouteille localement estampillé nou la fé ? Des langoustes et legines pecher aux Kerguelen ? Un club export ...lol des suceurs de subvention pou bat karé .noula fé

2.Posté par GIRONDIN le 09/03/2018 17:35

..................................."Nous avons un terrain de jeu autour de nous qui est l’Océan Indien" explique Gilles Couapel, le président du Club Export. "Il y a vingt ans, personne ne faisait de l’export dans la zone. On est passés du rien au tout. Aujourd’hui, ces chiffres sont bons". ......................


.......Il y a vingt ans, personne ne faisait de l’export...............On est passés du rien au tout.!!!!!!!!!!!!!!!

le frère de sa sœur de la région a les chevilles qui prennent l'eau ?


FRANCHEMENT OTé!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


3.Posté par petite retraitée le 09/03/2018 17:53

Malgré les paroles lénifiantes de ces dirigeants d'entreprises,qui réclament toujours plus d'aides et de défiscalisations à l'Etat pour mieux faire grossir leur patrimoine personnel,..

Quel est le montant réel du déficit de la balance des paiements de La Réunion archi-subventionnée, qui importe chaque jour davantage de produits-déchets dans tous les domaines et qui est incapable de s'auto-suffire dans le domaine alimentaire et de sa production d'énergie ???

Alors que la révolution française de 1789 a aboli les privilèges et que l'esclavage l'a été en 1848 dans ses colonies, que dire du maintien du versement en 2018, de la scandaleuse sur-rémunération et de la prime de vie chère à une catégorie de privilégiés tirant les prix vers le haut, accroissant ainsi les inégalités et les injustices dans la population, ce que refusent de combattre nos élu-e-s démagogiques, tous adeptes de népotisme !!!

4.Posté par DOGOUNET le 09/03/2018 18:04

L'entrepreneur-mari de madame la conseillère est sans doute un artiste du biais statistique: Retenir que les cas favorables en oubliant les importations d'année en année plus conséquentes qui se chiffrent en dizaines de milliards ! Les subventions répétées doivent faire tourner les têtes ! Puisse au passage mr Dupuy nous faire le bilan de ces "courants d'affaires" portés par la "vitrine" Réunion...et non par exemple par Maurice en sens inverse (hôtellerie, eaux de source...)

5.Posté par Horeau le 10/03/2018 07:18

Gilles Couapel le syndrome de la goyave de France.
Heureusement que sa frangine grande conseillère de Robert Didier le grand " Ya Ka " lui a trouver une tite place au soleil de l'île Bourbon.
Profites en mon pote tu as bien raison !!!

6.Posté par Vin's le 10/03/2018 07:37 (depuis mobile)

Désolé mais quand vous voyez les rencontres organisées par ces petits privilégiés... on se rapprocherait plus d'une rencontre du rotary club plutot que d'une rencontre pour exporter l'économie locale.... le milliard en export, pas grâce à eux!

7.Posté par biloute le 10/03/2018 08:39

Le club des bon amis. L'état doit plus nous laisser exporter dans le secteur. La réunion doit être un intermédiaire un contournable. Faut arroser le secteur pour le développement de la Réunion et de nos bon amis de l'océan indien.

8.Posté par Nabo Zabo le 10/03/2018 08:44

On est passé du rien au tout en tchache. C'est encore un effet d'annonce; trop nombriliste et donneur de leçons pour avoir un esprit régional, encore du bluff.

9.Posté par À la région, Le frère de sa sœur ou le mari de sa femme le 10/03/2018 09:07

Outre-mer.gouv
le 29 novembre
La Réunion - Économie
La croissance réunionnaise a connu une forte hausse en 2015 et a augmenté de 3,1 % en volume par rapport à 2014. Cela reste pourtant insuffisant pour résorber le chômage. En effet, la pression liée à la croissance démographique est forte, de même que l’augmentation du taux d’activité des Réunionnais et en particulier des femmes.

Le PIB de la Réunion
Il était, en 2014, de 17,17 milliards d’euros. Il repose très largement sur la consommation des ménages (près de 11 milliards d’euros) ainsi que sur les dépenses des administrations publiques (environ 7 milliards d’euros). Cependant, l’investissement privé reste faible et se situe autour de 3,5 milliards d’euros. Du fait de sa situation insulaire et de son emplacement géographique, la Réunion se voit obliger d’importer énormément : les importations représentent près de 5 milliards d’euros. La balance commerciale réunionnaise est extrêmement déficitaire, puisque les exportations sont quant à elles de 500 millions d’euros..

10.Posté par natan le 10/03/2018 10:48

On annonce une bonne nouvelle et on n'est pas content!C'est bien la mentalité de petits esprits aigris! Post6 vous pourriez être plus clair?Comment peut-on juger d'après une photo?

11.Posté par Édition le 10/03/2018 12:19

@Posté par natan
Vous avez raison

La Réunion a exporté son savoir-faire pour 1,5 milliards €.
Pour le secteur pêche 3 milliards.

Soyons heureux de ces bonnes nouvelles.

En 1998, d'ailleurs il n'y avait aucune industrie sur l'île.

12.Posté par PATRICK CEVENNES le 10/03/2018 13:29

fukcd473
2.Posté par GIRONDIN le 09/03/2018 17:35
Salut
Club export vs IRT
Les chiffres annoncés me font penser à ceux du tourisme, ou de Gataz le gros naze et son pin's
520000 touristes, pour 1 million ! 520M€ pour 1kM€ ! Mdr !
Ça fait 20 ans que cela dur ! Pdr !

13.Posté par Dumazile le 10/03/2018 20:00 (depuis mobile)

Inutile

14.Posté par Fanal éteint le 11/03/2018 10:10 (depuis mobile)

J'aime bien ce genre de spécialistes qui sont forts pour obtenir des SUBVENTIONS. Leur seul mérite d'ailleurs.

15.Posté par Inacceptable le 11/03/2018 10:35 (depuis mobile)

Quand les copains s'arrangent pour faire financer leur developpement export par le contribuable..elle est pas belle la vie au soleil?

16.Posté par Club ? le 11/03/2018 12:08 (depuis mobile)

Clubs ? Ou arrangements pour obtenir des subventions. Avec la soeur cela peut aider. Et comme Didier Robert n'est pas rigoureux et regardant sur le dépenses, C'est byzance avec l'argent des Réunionnais. Vous n'avez aucun mérite.

17.Posté par Lectrice assidue le 12/03/2018 08:26

N'oubliez pas que toute l'activité économique de notre île, dont la balance des paiements est largement et scandaleusement déficitaire, est contrôlée et verrouillée par cette usine à gaz appelée l'ADIR.

Cette véritable pompe à subventions et d'exonérations en tous genres, est dirigée depuis sa création par l'archétype même du colon créole qui préserve les seuls intérêts de ses membres, lesquels sont infiltrés dans toutes les strates de notre société réunionnaise.

Le Club Export qui est une émanation de l'ADIR, par les accointances de son actuel président, en est la parfaite démonstration !!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Avril 2018 - 20:29 Un espoir de reprise chez Bourbon Bois