MENU ZINFOS
Faits-divers

Cirad : Un responsable d'équipe mis à pied pour harcèlement à caractère sexuel


"Tu es solaire", "radieuse", " souriante", "si je ne me retenais pas je t’embrasserais direct". Un tuteur de stage, responsable d’équipe au Cirad, a été mis à pied pour harcèlement à caractère sexuel. Outre la sanction infligée en interne, la victime entend s’adresser aux Prud’Hommes.

Par - Publié le Lundi 2 Août 2021 à 18:05

Si l’arrivée de Flore * en tant que stagiaire en janvier 2021 au Cirad de Saint-Pierre pour étudier l’écologie chimique des gîtes larvaires a débuté dans la confiance voire l’amitié, l’ambiance au sein de l’équipe s’est progressivement détériorée. 

Les tensions ont d’abord porté sur la qualité du travail et l’implication de Flore. D’autres intervenants sur le projet, dont une en particulier, se sont plaints du manque de rigueur de la stagiaire. Le tuteur a alors envoyé plusieurs avertissements à Flore mais aussi averti l’université de la jeune femme. Par la suite, les remarques se sont focalisées directement sur "son comportement avec les hommes" ou encore "son physique trop attirant". Le responsable d’équipe reproche sans détour à sa stagiaire "ses pénétrations dans son espace vital".

L’encadrant est également persuadé que Flore entretient une relation intime avec un partenaire du projet, s’insinuant ainsi dans sa vie privée sous prétexte de la protéger. Son tuteur blâme ainsi Flore sur son attitude "trop permissive", lui demandant de "fermer la porte" aux tentatives de séduction et aux paroles mielleuses. Une discussion qui aurait pu paraître au premier abord bienveillante s'il n’était pas également question de l’attirance qu’il a aussi pour elle. "Lui il est intéressé, ça se voit… Toi aussi tu me plais vachement, pourtant je ne te drague pas sans arrêt", lui confie-t-il. 

Des affiches placardées pour dénoncer les faits

Ces propos déplacés ajoutés aux menaces de la virer si elle ne changeait pas de comportement ont interpellé Flore. Cette dernière a enregistré les conversations tenues avec son tuteur sur les conseils de ses amies. Pour délier la situation, l’une d’elles a placardé des affiches dans les locaux du Cirad du site de Saint-Pierre le 24 mars dernier.

L’action a fait grand bruit au sein du centre. La stagiaire a été reçue par la direction qui a diligenté le 6 avril une enquête du comité social et économique (CSE, ancien comité d’entreprise et CSHCT) du Cirad. Le groupe d’enquête est composé de deux référents harcèlement de l’Hexagone qui ont interrogé la victime, harceleur présumés et témoins en visioconférence. 

Les résultats du groupe d’enquête tombent : "Les actions et propos du mis en cause sont de nature à caractériser un harcèlement sexuel, ou du moins des propos et agissements sexistes répétés". Le rapport note que les remarques ont ainsi quitté le champ professionnel pour se porter sur le physique et l’attitude de la stagiaire "au point de constituer une fixation sur la personne (à la différence du traitement des autres stagiaires)", ont souligné les enquêteurs.

"Il a été constaté des propos répétés à la stagiaire quant à son comportement et à sa posture, avec des remarques explicites quant à sa vie sexuelle et à l’attractivité qu’elle peut (selon les propos recueillis) exercer sur la gente masculine – y compris sur la personne du tuteur". 

Si les menaces de mettre fin prématurément au stage ont été établies, aucun geste ni chantage à connotation sexuelle n’ont été retenus à l’encontre du tuteur, conclut le rapport. 

Une sanction étonnante ? 

Selon nos informations, le tuteur a finalement été mis à pied deux jours. Une sanction prononcée conjointement par la direction du Cirad au niveau national et régional  et qui a étonné dans les couloirs du centre agronomique. "La direction minimise les faits pour pas ébruiter l’affaire. La notoriété scientifique et la rentabilité financière du chercheur lui permet-elle de garder les bonnes grâces de la direction ?", s’interroge-t-on. 

Ce n’est pas la première fois que des faits de harcèlement sont dénoncés au sein du Cirad mais aucune n’a pris cette importance, indique une source proche du dossier. Au début du mois de juillet dernier, les organisations syndicales, face à la nouvelle direction nationale, ont demandé à ce que des mesures soient prises pour éviter ce type de comportements. Le Cirad est d’ailleurs engagé dans le projet européen Horizon 2020 "Gender-SMART" qui a notamment pour but de favoriser l’engagement des femmes dans des carrières scientifiques. Et le chemin est encore long pour renforcer la place de la femme dans les carrières scientifiques. 

Alors que "des mesures conservatoires auraient dû être prises pour protéger la victime, là c’est l’inverse qui a été fait", note encore cette source. La direction des ressources humaines a ainsi proposé à Flore de terminer son stage à Saint-Denis ou à Paris, et l’accès au site de Saint-Pierre lui a été interdit. La direction a également préféré loger à ses frais la stagiaire dans un hôtel plutôt que de la laisser dans son logement qu’elle payait au sein des locaux du Cirad.

Outre la nomination officielle d’un référent Harcèlement du Cirad et la définition de procédures de signalement et traitement des alertes harcèlement, le groupe d’enquête a pourtant recommandé que Flore soit accompagnée de "telle sorte à pouvoir terminer au mieux son stage". Officiellement, le CSE a, lui, apporté son soutien à la victime. 

"Des mesures proportionnées à la nature des faits"

Interrogée, la direction du Cirad au national déclare que "le harcèlement quel qu’il soit est inacceptable". Refusant de communiquer sur les détails de l’affaire, elle assure que "des mesures proportionnées à la nature des faits ont été prises" suite à "des discussions tenues avec les protagonistes". Si le tuteur s’en est sorti avec 2 jours de mise à pied comme sanction disciplinaire, Flore a quant à elle été éloignée de son lieu de stage. "Le mieux pour elle", estime la direction.

Révoltée par la tournure des événements, la jeune femme a tenté de porter plainte dans un commissariat et en gendarmerie. En vain, les forces de l’ordre lui arguant "la faiblesse" des éléments mis en avant, indique-t-elle.  N’ayant pas les moyens de déposer plainte au pénal, Flore envisage de se tourner vers les Prud’Hommes. "Le Cirad a pris partie et a tout fait à l’envers ", accuse-t-elle, déterminée à faire valoir son statut de victime.


En charge de la région sud de l'île, j'ai la main verte, le pied marin et la tête dans les nuages.... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par MôvéLang le 02/08/2021 19:06

Bonsoir, je suis en train de manger avec mon téléphone, désolé, je ne suis pas rmiste ou fonctionnaire.
Je n'ai pas encore eu le temps de lire tout l'article, mais avec le peu lu, je dois féliciter cette personne pour son courage.
1000000000....9 de bravo

2.Posté par eric le 02/08/2021 19:26

Pas de mi too a la Reunion et de feministes pour aider cette personne??

3.Posté par Brigitte le 02/08/2021 20:23

2 jour ???? En métropole ça se serait pas passé comme ça ! Tout mon soutien

4.Posté par Guito le 02/08/2021 20:27

seulement 2 jours de mise à pied
la direction st pierroise du CIRAD fait honte!
la stagiaire doit virer ailleurs et se trouve pénalisée et ce boug reste en place?
quel "CIRAD la honte"!

5.Posté par Yep le 02/08/2021 21:39

Merci à cette jeune fille. Pour toutes les autres

6.Posté par La honte mais zot n’a point de nez le 03/08/2021 00:17

Cela ne m’étonne pas , dans une secte on se protège , une secte subventionné , avec leur réseau d’envahisseur pseudo scientifique de la statistique ! Minable ces responsables du cirad petit petit beurk

7.Posté par Allo le 03/08/2021 01:08

Si je comprends bien, la stagiaire travaillait mal et harcelait ce tuteur (vous dites qu'il lui demandait de ne plus entrer dans son espace vital). Elle a été protégée par le cirad et lui sanctionné pour lui avoir demandé d'être décente? Que veut nous dire la journaliste? Que par peur d'être accusée de couvrir un harceleur, la direction en est arrivée à en couvrir une autre, certes supposée 'faible' stagiaire?

8.Posté par Ma cité va craquer le 03/08/2021 04:50

Oh popop !!!!
Les dirigeants de ces institutions publiques , Sem, Spl etcc…. Ont tendances à sur protéger leurs Directeurs et hauts cadres de leurs agissements. Ont ils une immunité ?
J’ai eu échos que dans certaines structures bien connus de st dénis , de gros dossiers allaient sortir du chapeau de la nonne !!!! Sic
Affaire à suivre 😜

9.Posté par Lamentable ! 😡 😡 😡 le 04/08/2021 17:00

La réaction du CIRAD est tout simplement LAMENTABLE ! 😡
Deux petits jours de mise à pied, c'est une blague ! 😡
Et la Huguette et son UFR, sont bien discrètes, trop occupées avec la région ? Ou pire, complice par leurs passivité, doivent tous être dans la sphère de la "bien pensance" 😡

10.Posté par Et les élus là dedans le 04/08/2021 18:56

??????

11.Posté par Et les représentants du personnel la dedans le 04/08/2021 19:02

????!!!

12.Posté par Nathalie le 07/09/2021 11:54

La direction du CIRAD est plus que complaisante avec le harcèlement, qu'il soit sexuel ou moral!
J'en ai été victime moi même et suis toujours en justice contre le CIRAD car bien que les faits soient avérés dans le rapport d’enquête du CIRAD, l'auteur des faits n'a pas été sanctionné et m'a fait dégager car je ne répondait pas à ses avances sexuelles (supérieur hiérarchique).
La seule chose qu'il attendait d'une femme c'était "qu'elle fasse sa cochonne au lit".
Oui, la réaction du CIRAD est lamentable, il serait temps que la justice et les médias le fasse savoir!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

3 rue Émile Hugo
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes