Culture

"Chroniques du Léopard", d’Appollo et Téhem : Jouissif et instructif

Vendredi 7 Septembre 2018 - 17:00

Toutes affaires cessantes, je viens de dévorer d’une seule traite cette petite gourmandise purement créole. Et je vais le relire, juste après cette petite bafouille destinée à vous communiquer mon enthousiasme ; pour savourer avec délectation les moindres détails de cette BD passionnante à plus d’un titre.

Contrairement à ce que le titre pourrait suggérer, il ne s’agit pas d’une BD « de guerre » (« BD de guerre » comme il y a des « films de guerre »). C’est l’histoire de deux jeunes gars découvrant l’amitié, les premiers émois amoureux, la poésie, l’injustice sociale, la révolte et les affres du rationnement en incorporant les rangs des lycéens de « Leconte-de-Lisle » au début du deuxième conflit mondial. L’île étant sous la dépendance du régime de Vichy.

Le lycée, alors, était strictement réservé aux fils de bonnes familles et à quelques enfants de « patriotes méritants ». C’est-à-dire déquillés par l’ennemi.

Tout tient dans la tête de ces deux jeunes gars : voir l’île débarrassée du régime honni et peut-être, enfin, une départementalisation parée de toutes les vertus.

Tout y passe, leurs émois, leurs amours naissantes, leurs amitiés et inimitiés, la condition misérable du prolétariat, la morgue des « enfants de riches ».

Pas une seconde le lecteur n’est dépaysé car, même si peu se souviennent de cette époque, le récit est suffisamment parlant pour que l’on s’y retrouve, bulle après bulle.

Le décor planté en un trait, une phrase

Une foultitude de personnages connus traversent le récit. Ils ont réellement existé et les noms cités ne laissent aucune place au doute. Ces jeunes futures célébrités ont réellement fréquenté le « LLL », comme nous l’appelions, le lycée Leconte-de-Lisle :
On y retrouve le futur premier Ministre Raymond Barre, qui fut alors réellement le premier de sa classe, falot dans l’âme, avec sa très grande intelligence mais aussi sa morgue de « marmaille gros-Blanc » ; les frères Vergès, songeant déjà à la domination marxiste-léniniste et prenant les autres de haut ; Albert Ramassamy, seul Malbar au lycée, qui ne le resta guère puisqu’il s’enfuit de l’établissement, lassé par les railleries, les insultes et les coups des gosses de gros Blancs friqués. L’ironie du sort fit qu’Albert devint plus tard proviseur de ce même établissement. Et sénateur.

L’art des auteurs est de brosser, en quelques traits et une phrase, les portraits très forts de personnages essentiels de notre histoire des années de guerre.

On voit ainsi apparaître l’image très forte d’un Lépervanche assénant vérité sur vérité en dessinant très précisément ce qu’il va advenir de l’île. On revoit un prince Vinh-San, aussi véridique que dans les souvenirs de ceux qui l’ont connu, aussi pondérateur qu’il le fut, résistant de la première heure. Un Lapierre, prof de philo, aussi pondéré qu’apaiseur des consciences, qui réussit le tour de force de rester résistant sans jamais donner prise aux soupçons vichystes…

Une histoire créole jamais déformée

La culture et l’érudition de nos auteurs ne se laissent jamais prendre en défaut. Les épisodes méconnus de Simpson-Jones, de l’hydravion anglais, de la mort de Decugis, on sent qu’ils ont peaufiné leur propos.

Leur honnêteté intellectuelle doit être saluée. Ainsi en va-t-il du lieutenant Hugot, dirigeant la défense côtière de la Pointe-des-Galets lors de l’arrivée du Léopard. Contrairement à la plupart des ignorants ou des partisans de la dernière heure, ils n’accusent jamais Hugot de pétainisme.

Le lieutenant Hugot était juste un légaliste ; au moment de l’arrivée du Léopard, étant en charge de la défense de l’île, il a simplement accompli son devoir. Et l’a cher payé ! Lors du débarquement des FFL, il fut blessé et en garda toute sa vie une paralysie de la main gauche. Ce qui ne l’empêcha pas de s’engager auprès des forces gaullistes et de finir la guerre avec les honneurs. Et de devenir un spécialiste mondialement respecté de l’industrie sucrière qu’il a modernisée en bien des points.

Appollo et Téhem, ne surchargent jamais leurs propos, ni dans le dessin, ni dans le discours. Ils esquissent un décor en quelques traits dépouillés et précis. Et leurs phrases, faut-il le souligner, sont souvent empreintes d’une ironie, d’une dérision à la férocité parfaitement jouissive.

Je ne saurais trop vous recommander cette « grosse » BD qui nous raconte, sans pédanterie, mais avec beaucoup de drôlerie, un des épisodes les plus sombres de notre histoire réunionnaise.

"Chroniques du Léopard", éditions Dargaud En librairie.
Jules Bénard
Lu 1958 fois




1.Posté par ALEX97427 le 07/09/2018 17:25

Oui, Monsieur Benard, je confirme le talent de Téhem, à qui nous devons "Quartier Western" une excellent BD su rla Réunion des années 1970/ début 1980. Une grande bouffée de nostalgie pour ceux qui ont connu cette époque.

2.Posté par klod le 07/09/2018 18:56

"le léopard" et les "résistants gaullistes" venant rappeler aux pétainistes locaux le b a ba de "liberté, égalité fraternité" ............... , "papa de riz ", M. Capagory, un grand monsieur , qui a su faire la transition entre la "colonie" ( et oui!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! n'en déplaisent à certains révisionnistes récents.......... : et oui : la colonie !!!!) et la départementalisation ( enterré au cimetière militaire, prés des îlois qu'il a aimé ) ............... apprendre l'histoire de son territoire français îlois, un minimum .

si c'est en BD , c'est encore mieux , bravo ! je rappelle que nous avions déjà les trois tomes de l'histoire de la run en BD (éditions jacaranda, 1983!!!) , ça date mais c'est bien fait .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 14 Octobre 2019 - 10:14 Un livre, un auteur pays : Marie Claude Barbin

Dimanche 13 Octobre 2019 - 14:13 Concours de la correspondance : Semaine 8