Faits-divers

Chronique désolante du machisme ordinaire - S***** jusqu’au bout des ongles : Il viole sa fille, le reconnaît et s’en fout…

Mercredi 25 Juillet 2018 - 10:50

Correctionnelle Saint-Denis - Mardi 24 mai 2018


Cette sordide affaire aurait dû trouver son épilogue devant les Assises. La jeune victime de ce viol incestueux a accepté qu’elle soit « correctionnalisée ». Peu lui importait le quantum risqué par son bourreau de géniteur ! Ce qui comptait, c’était que cela se fasse vite et que son statut de victime fût dit haut et fort. Pour ce faire, elle a également refusé de réclamer le huis-clos, courage qu’a salué le procureur Catherine Séry.

Une funeste nuit de mars 2017…

Yvon J. est né le 2 mars 1963. Cet homme comparaissant entre ses gardes, petit, râblé, crâne rasé, semble se foutre du tiers comme du quart. Être là ne semble guère l’incommoder. Il est vrai qu’il risquait 20 piges aux Assises ; et là, 7 seulement.

Il est là parce qu’une maudite nuit de mars 2017, après cuite profonde et abus de zamal, il a violé sa propre fille, S…

Cet après-midi, il avait invité une vingtaine de personnes à « fêter » son anniversaire. Que des membres de sa famille et quelques amis de ces derniers. Parce amis et connaissances, il n’en a pas le quart d’un dixième ! Il ne fréquente personne ; surtout, personne ne veut fréquenter ce personnage.

Il boit à cette fête, beaucoup. Au moins dix bières, aromatisées par sept grands verres d’alcool fort. Le tout parfumé aux volutes de lo zerb péi qu’il cultive et vend. Mélange que l’on sait détonnant.

La jeune S… boit aussi. « Un mélange chocolaté au goût bizarre » mais on n’en saura pas plus. Sérieusement imbibée, malade, elle s’en va expulser tout ça dans le jardin, prend une douche et s’en va dormir. La chambre d’amis (amis ? hum !) étant inutilisable, elle va dormir sur le lit de son père. La pauvrette est à mille lieues de penser que celui qui devrait la protéger va devenir son pire prédateur.

Constat désastreux

Elle est réveillée à quatre heures du matin par des douleurs au bas-ventre, constate que sa culotte est au bas de ses cuisses et qu’elle porte des sécrétions sur ses partie intimes et ses cuisses. La douleur à son vagin est insupportable et la pauvrette réalise immédiatement ce qui s’est passé.

Elle se rend alors dans la chambre encombrée et lance plusieurs messages à son copain de coeur. Aucune réponse : il dort.

Finalement, au petit jour, c’est sa mère qui vient la chercher. Plainte à la gendarmerie, prélèvements gynécologiques… Le père est interpellé et reconnaît avoir abusé de sa fille. Mais, attention ! … « La pas moins l’auteur ! Quoça elle té i fé dans mon lit ? »

Et là, ce triste individu va élaborer un système de défense qui fout les boules. Mais gaffe ! Il n’en variera jamais, preuve que si les spécialistes et experts le classent parmi les faibles d’esprit, limite débile, c’est aussi un instinctif qui croit savoir où est son intérêt.

Le prototype parfait de l’obstiné niant contre toute évidence. Lu envale in chatte, la queue i dépasse dans son gosier mais : non mwin la pas mange lo chatte ! »

Son argumentaire laisserait abasourdi le plus angélique des soixante-huitards.

« Mi croyais té Angélina… in pitain malgache »

Selon ses assertions, il est allé dans son lit, totalement bourré et zamalé. Il n’aurait pas pu dormir, passant son temps à se tourner et se retourner sur ses draps. Jusqu’à ce qu’il constate qu’un corps dormait près du sien. A force de tâter, il comprend que c’est une femme, lui pelote les seins et les fesses, lui palpe les paries génitales, enlève sa culotte et la viole sans débander… si j’ose dire.

Là encore, rien de plus normal :

« Je croyais que c’était Angélina ! »

C’est qui, Angélina ? Bonne question et on n’en saura jamais rien. Lui dit que c’est une prostituée malgache qui lui rend visite de temps à autre. Il a avoué aux policiers qu’elle avait refusé de répondre à son invitation festive.

Alors, que ferait-elle là ?

« Ben mwin té soul, mwin la pas calkilé plus que ça minm. Mwin la compris té in’ jeune femme mais ou vois ou, Monsieur le Président, mwin té si tant tellement bourré que minm si té in’ vieille femme, mwin té pique à elle aussi ! »

« Et si c’était votre propre mère, s’enquiert le président Bruno Kar, parce qu’elle était présente à cette soirée, non ? »

Il se gratte furieusement l’occiput et dit : « Ben… mon tête té pu en place ». La maman l’a échappé belle, on dirait.

(Vous permettez que j’aille gerber ? Je reviens…)

« Koça elle té qui fé dans mon lit ? »

Le président Kar aura beau questionner, insister et re-insister, on n’en saura pas plus sur Angélina. Personne ne l’a jamais vue en peinture, sauf Yvon. Mais il n’en démords pas, ce qui ne convainc personne car des relations, il n’en a pas ! Sauf son ex, la maman de S… Ces deux-là ont semble-t-il passé un accord amiable de cocage épisodique. De temps à autre, il va chez elle, effectue de menus travaux et se fait payer en livres de chair. Ce qui, selon les enquêteurs, arrive encore assez souvent. Ce qui, aussi, contredit sa thèse selon laquelle il aurait été en manque de vous savez quoi.

Les différentes argumentations de ce salaud flanqueraient la nausée aux coeurs les plus endurcis. 

De tout un peu :

« Elle était dans mon lit… J’ai commencé à la caresser, elle a rien dit… Elle devait être consentante car elle  pas crié… C’est sa faute : elle dort jamais dans mon lit, alors là… Et puis, j’étais très ivre et zamalé… C’est rien que quand elle est sortie de la chambre que j’ai vu que c’était ma fille. Mais koça elle té i fé là ?… Quand je l’ai reconnue, je l’ai engueulée akoz koça elle té qui fé dans le lit son papa ? Elle na point d’respect pou son papa, don ? (NDA : c’est donc lui la victime, bonsanmécébiensûr !)… Sinonsa toute sa i s’rait pas arrivé ! » (Bref, le fatum ; dans pas longtemps, bon Dieu i sa prend son baisement, veille à ou !)…

Contrairement à ses affirmations, il l’a bel et bien reconnue. Car la chambre n’était nullement plongée dans le noir.

Mwin lavé le droit !

Le président Kar nous délivre au fur et à mesure les éléments du dossier. On apprend ainsi que lors de la « lune de miel » (hum !) entre Yvon et la maman de S…, cette dernière aurait refusé l’acte de chair. À la suite de quoi bonhomme se serait énervé, aurait ligoté sa toute jeune épouse par les mains et les pieds, et attachée à un poteau pour la violer plus commodément. Elle croyait qu’il en avait le droit et n’a jamais porté plainte. Voilà, c’est dans cette ambiance chaleureuse que S… a été élevée.

Yvon ne nie pas :

« Ben… c’était mon femme, non ? Mwin lavé le droit pusque nous lété mariés… »

Verdict prévisible : 7 ans de gnouf, inscription au fichier des délinquants sexuels, privation des droits civiques et de famille et 5.000 euros de dédommagement à sa victime.

Dans le temps, on clouait les importuns au pilori ; on promenait les cuistres avec carcan parmi les rues de la cité. Les mômes avaient de droit de leur balancer des fruits et des oeufs pourris.

On savait vivre alors.
Jules Bénard
Lu 17170 fois



1.Posté par LouAnne le 25/07/2018 12:12 (depuis mobile)

Mis à part l''''aspect complètement abjecte de cette histoire, les journalistes de zinfos974 vous avez une façon de vous exprimer qui n''''est absolument pas digne du journalisme "qui fout les boules" "7 ans de gnouf"... et j''''en passe. Décevant

2.Posté par titi974 le 25/07/2018 12:46

Écœurant de voir ce type de comportement on en viendrait presque à regretter l’abandon de la guillotine cela aurait dû aller aux assises car ce résidu de bidet mérite bien plus que 7 ans 20 ans eut été un minimum quand à l’amende cela laisse pantois quand on sait que la victime n’en verra jamais la couleur.

3.Posté par julius le 25/07/2018 12:47

C'était mieux avant ? mouais

4.Posté par cassandre le 25/07/2018 14:47

Les memes résidus de bidets qui s'en prennent aux animaux, avec la meme lacheté et perversité : à éradiquer .

5.Posté par polo974 le 25/07/2018 15:04

je laisse traîner une pelle, un connard la prend pour taper sur son ennemi du jour, je prends 5 ans.

Johnny vend de l'alcool, rien, il continue sa promenade, et se fait du blé, il a même le droit d'afficher des 4x3 quasi devant les écoles...

elle est pas belle la vie...

6.Posté par loulou le 25/07/2018 15:19

poste 5 jhonny il n'y est pour rien c'est l'homme qui devrait se remettre en cause , un cerveau cela sert à ça ce n'est pas de ma faute c'est du pipi chat il faut se poser et prendre ses responsabilités

7.Posté par tibichik le 25/07/2018 16:15

Pourquoi ne pas rétablir l'utilisation de la guillotine, non pas pour couper la tête de ce gentil monsieur (même s'il le mérite vraiment), mais pour couper son instrument dans son slip ! C'est horrible et malsaine cette histoire. Bon rétablissement à la victime.

8.Posté par Girondin le 25/07/2018 16:43 (depuis mobile)

La faux li sa soigne ali

9.Posté par Girondin le 25/07/2018 17:45 (depuis mobile)

La faux li sa fait soigne ali .lè malheureux


10.Posté par Jules Bénard le 25/07/2018 17:55

À posté 2 "titi974" :

Je sais, cher lecteur, et votre écoeurement est compréhensible. Moi-même, cette histoire m'a fait gerber. Et pas seulement en image, je vous assure !

Mais vous avez raison aussi, la guillotine n'est PAS la solution : elle n'empêchera pas d'autres de faire pareil.
Je suis contre la peine de mort. Je sais que vous aussi. Comme disait Me Badinter : "On ne coupe pas un homme en deux !" Nous avons laissé cette autre barbarie de côté, fort heureusement..
Pour les dommages-intérêts, je vous rassure : il y a une caisse spéciale pour les victimes.
Continuez de nous apporter vos commentaires car vous m'avez l'air d'un lecteur (ou lectrice ?) particulièrement avisé.
Au plaisir de vous lire bientôt... même si vous n'êtes pas d'accord avec mes assertions. Surtout si vous n'êtes pas d'accord !
Bien cordialement, J.B.

11.Posté par Kadabave le 25/07/2018 20:39 (depuis mobile)

7 ans seulement à tout casser va ral 4 ,si vraiment lé comme ça bein napu de justice . franche ça dégueulasse boug la

12.Posté par Saillard Oranne le 25/07/2018 20:47 (depuis mobile)

Affreuse et terrible histoire. Par contre j''adore la façon dont votre journaliste fait son récit! Très drôle et ça fait du bien vu la lourdeur et l''horreur du thème de l''article...

13.Posté par yab le 25/07/2018 21:50

Dans ce cas, je suis POUR LA peine de mort pour au moins 2 raisons.
La première, ce résidu de capote est inutile pour la société
La deuxième, cette merde détrui son entourage
La troisième est économique, 2 mètres de cordes coûtent moins cher que 7 ans à l'hôtel DOM and JO.

14.Posté par margouillat974 le 25/07/2018 22:29

Et ensemble nous ne remercierons jamais assez : les nouvelles " lois" de Taubira Chiapa" : : 7 ans pour avoir violé sa fille( qu'il ne purgera pas : manque de place, remise pour bonne conduite et bracelet), 5000 euros de dédommagement payés par la sur-taxe de toute assurance des français.
Choix pour la victime : justice expéditive ou répéter 50 fois son malheur devant des parties soupçonneuses, sans être sûre que sa cause soit entendue.
A 55 ans, être bourré, zamalé au point de d'être en rut et violer sa propre fille ? Je me dis que ce n'est pas la première fois que cet homme abuse de la gente féminine qui l'entoure et que ce n'est pas cher payé!!

15.Posté par Jules Bénard le 26/07/2018 02:16

À ceux qui en appellent au rétablissement e la peine de mort :

Je tiens à préciser que si mon récit ne cache pas mon écoeurement face à ce genre de comportement, je ne suis pas, mais pas du tout un partisan de la guillotine !
Cette barbarie consistant "à couper un homme en deux", comme l'a dit Me Badinter, ne changerait rien à l'affaire, ce qui a été prouvé dans les différents pays où cette monstruosité a été remise à l'honneur (!)
Que ceci soit dit une fois pour toutes !

16.Posté par Ponson Jean-Claude le 26/07/2018 12:00 (depuis mobile)

L''article relate très bien l''affaire, qui est effectivement, à gerber. Il fallait oser, et c''est bien.!!
Diluer les faits pour ménager la sensiblerie du lecteur n''est pas le rôle du journaliste. Merci à Jule Bénard pour son professionnalisme.

17.Posté par Choupette le 26/07/2018 12:46

Comme disait Me Badinter : "On ne coupe pas un homme en deux !"

En 3 peut-être ... ?

18.Posté par Moi président le 26/07/2018 16:15

Un gars peut écraser sciemment des dizaines de personnes avec un camion, peut en canarder des dizaines à l'arme automatique, peut faire exploser des dizaines avec des bombes, mais il ne faut pas le couper en deux.

Mettons-lui alors une balle dans le crâne, ça évitera d'avoir à lui financer des dizaines d'années en prison.
On rappelle qu'un détenu revient plus cher à la société qu'un RMIste.

Je suis pour la peine de mort dans des cas bien précis comme la tuerie gratuite de masse, par exemple.

19.Posté par yab le 26/07/2018 20:28

Post 15, vous êtes contre la peine de mort. Je respecte votre opinion, mais cela ne veut pas dire que vous avez raison. L'opinion de ceux qui sont pour a autant de valeur .

20.Posté par jean jouhis le 27/07/2018 17:20

BENARD
t as quitté l école a quel age twa?
"u[Parce amis ]uet connaissances, il n’en a pas le quart d’un dixième "
parce amis ???????????? ca ne veut RIEN DIRE
et là tu jouis de tes dires ! et t as bu !!
ca se "sent"

21.Posté par kersauson de (p.) le 27/07/2018 17:24

ma Choupette
en 3 ? avec la guillotine?
developpe !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter