Courrier des lecteurs

Cher Tillier

Vendredi 20 Octobre 2017 - 12:30

Je n’ai pas le plaisir de te connaitre (à vrai dire tu ne m’as pas appelé) mais tu m’as pris à partie et tu sembles avoir des informations. Alors je te fournis les vrais faits -et mon numéro de téléphone- dont tu es si friand, en tant que journaliste rigoureux, spécialiste de la vérification des faits.

J’ai une excellente nouvelle ! Le projet DiabéTIC, devenu offre Diabékit existe bel et bien ! Voici les applications disponibles sur les stores de la marque à la pomme et sur Android. Autre bonne nouvelle, les applications sont gratuites et à libre disposition du public réunionnais en cette période de tests. Ajoutons que sur l’application dietekit par exemple, ils trouveront la composition moyenne de 200 plats créoles typiques en termes de calories, lipides, protides, glucides :
  • http://dietekit.runware.fr  pour équilibrer son alimentation
  • http://pillkit.runware.fr  pour suivre au quotidien sa prise de médicaments, application reliée à base de la Haute Autorité de Santé
  • http://tenkit.runware.fr  pour inciter les Réunionnais à faire 10.000 pas par jour, selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé
  • http://checkit.runware.fr  qui permet de mesurer ou stocker ses données physiologiques : tension, glycémie, activité physique, alimentation mais aussi cholestérol, taille, poids, tour de taille
Ce sont des sujets utiles qui intéressent les patients et le public réunionnais, tu as bien raison. Le tout formera le diabékit. Il est vrai que la sortie est toujours trop longue mais il est important de largement tester pour fournir le meilleur outil aux Réunionnais ! Tu conviendras j’espère que l’enjeu est de taille : prévenir les complications liées au diabète pour les 100.000 personnes atteintes de la maladie à la Réunion, complications qui peuvent se traduire par exemple par l’amputation des orteils, -2 patients sont amputés chaque jour à la Réunion-. En tout cas, je suis meurtri que tu décrètes que la prévention « n’a aucun intérêt pour le patient réunionnais [sic] ».
 
Pour ce qui est du ‘bobard’ : actuellement, pendant cette période de tests, les applications sont gratuites. Penses tu que je puisse demander un remboursement à la Sécurité Sociale d’une application ... gratuite ? Et tu es presque bien informé, Runware appelle effectivement toutes les mutuelles, tous les comités d’entreprise, tous les institutionnels, toutes les associations de patients diabétiques qui voudront travailler avec nous ! Nous cherchons des partenaires !
 
Les applications sont compatibles avec des accessoires de e-santé, optionnels qui eux sont payants. Les patients peuvent se rapprocher de Runware en attendant que l’ensemble soit distribué dans les pharmacies réunionnaises. 
 
Runware a effectivement touché 208.071 € le 7/11/2012 et 185.006,24 € le 19/10/2015 soit 394.006 € et vingt-quatre centimes au total. Pas plus. Ceci m’a permis d’embaucher 8 salariés de haut niveau. Nous sommes une petite société, nous sommes audités régulièrement, tout est vérifié. Ce qui m’a permis aussi de montrer la technologie au fameux CES de Las Vegas, la grand messe du high tech et de faire rayonner la Réunion. Précision de taille : la subvention de l’Etat couvre 45% de la dépense, nous, Runware devons donc aller chercher chez des investisseurs de bonne volonté et je dois avouer que ton éditorial ne me facilite pas le travail puisqu’il crée le doute alors que mes investisseurs, dont 8 médecins, ont pris le parti de la confiance
 
Pour ton information, un entrepreneur de l’innovation passe plus de la moitié de son temps à chercher des financements pendant que sa société n’est pas à l’équilibre. C’est un fait. C’est le cas de toutes les startups. Mais peut être ne faudrait il pas de startups à la Réunion ? Pourquoi innover ? Pourquoi créer des offres vraiment adaptées aux Réunionnais ? C’est une question. Comme dit l'autre, en cherchant, on n'est pas à l'abri de trouver une solution utile aux Réunionnais !
 
Pour ce qui est de Proxemploi, "version chômage", comme tu dis. Le sujet est là aussi sérieux. Pour tout dire, je n’étais pas dans l’entreprise Runware à l’époque. J’étais patron d’une autre startup réunionnaise bien connue, Binarysec, qui s’est installée à New York et est maintenant entre Paris et Lausanne. Mais je vais répondre pour Proxemploi : il s’agissait d’un projet, mené par 4 entreprises réunionnaises, dont Runware n’était pas chef de file, retenu dans le cadre national du projet Proxima Mobile (créé en 2009 par Nathalie Kosciusko Morizet, Secrétaire d’Etat à l’Economie Numérique). Runware était un prestataire, pas le porteur du projet ni le client -il s’agissait de l’Etat-. Le client décide s’il déploie ou non. Je te rassure, je crois que Runware avait touché environ 17.589 € pour des mois de travail de plusieurs ingénieurs.
 
PS : j’adore que tu me fasses une publicité gratuite parce que, à vrai dire, le métier d’entrepreneur de l’innovation, basé à St Pierre … n’est pas facile pour quelqu’un qui a espoir de fournir une solution de prévention efficace pour le patient diabétique réunionnais, avec les soutiens des professionnels de santé et des institutionnels qui oeuvrent pour le bien commun -car ils oeuvrent pour le bien commun-. Mais peut être que, grâce à toi, je vais trouver plus de partenaires, plus de financement pour aller plus vite pour les patients diabétiques réunionnais. Merci de ton aide !

Au plaisir de te lire samedi ? Je compte sur toi pour relayer ces bonnes nouvelles. T'as internet ? Télécharge les applications, elles sont pour tout le monde ! Tu pourras juger par toi-même du travail et savoir ainsi où cet argent a été investi. A samedi ?
Richard Touret
Lu 1888 fois



1.Posté par GIRONDIN le 20/10/2017 13:49

Bravo à vous M.

Êtes-vous millionnaire ?
A priori, non, dommage vous auriez peut-être pu prétendre à 2 000 000€.....😆 de subventions

2.Posté par Shirak le 20/10/2017 14:22

Un chasseur de subventions publiques se justifie maladroitement et sans convaincre, sur un ton d'éditorialiste, sans le talent!

3.Posté par Fredo974 le 20/10/2017 17:53

Bien , le gars se défend !
Tillier n'est pas dieu le père ...

4.Posté par krillin le 21/10/2017 09:18 (depuis mobile)

Le nombre de "REUNIONNAIS" dans le texte .. a croire que vous sortez de France pour sauver les Reunionnais ..

5.Posté par margouillat974 le 21/10/2017 10:05

Tout cet argent pour de si piètre résultats! Des applications dont tout le monde se moque bien et qui ne remplaceront pas une personne responsable et dévouée à un malade qui souvent ne se sert même pas d'un smartphone pour connaître ce qui est bon ou mauvais pour la personne soignée.
Quand à la publicité que vous faites à votre "start-up" logée entre New-york et Lausanne : fallait-il aller si loin pour embaucher 8 salariés de haut niveau quand on connait le télé-travail et qu'on maîtrise l'informatique?

6.Posté par @krillin le 21/10/2017 10:53

détendez vous, on peut parler des personnes sans que vous vous sentiez directement concerné, nous sommes plus de 800 000 ici, vous n’êtes pas spécialement pointé du doigt lol !

7.Posté par PATRICK CEVENNES le 21/10/2017 12:00

fukcd473
1.Posté par GIRONDIN le 20/10/2017 13:49
Salut. 1,17M € selon l'édito de la semaine dernière que je viens lire à l'instant. lol !

Peut-on supposer que ce courrier soit donc un Droit de réponse ? Si oui, je ne l'ai pas vu sur Clicanoo. Où alors, j'ai mal cherché.

Sinon je me suis amusé à faire des recherches sur le web. J'ai été étonné par le résultat. J'étais convaincu que RunWare était dans le TOP1 de l'innovation en matière de développement d'une appli pour les diabétiques. Ben non.
- si on recherche ce que représente le coût de développement d'une appli mobile en 2013 (JDN, en 2017 (1001startups, la fourchette va de 5000€ pour les applis simples jusqu'à 150000€ pour les applis complexes. Sauf une exception Real Racing 2, coût 1,5M €

- si on recherche diabète applications mobiles, MedScape donne en avr. 2017, le TOP 10 des applis mobiles françaises validées. Il y a aussi Sanofi.

- les chiffres indiquent qu'une partie de la population souffre du diabète. On ne peut remettre ces chiffres en cause.
- il faut donner à ces patients des outils performants pour leurs permettent de mieux vivre. Incontestable.
- mais de-là à capter de l'argent public pour développer une solution qui existe déjà ...

8.Posté par GIRONDIN le 21/10/2017 19:35

7.Posté par PATRICK CEVENNES
Salut, je ne connaissais pas.

Ce Mr a raison de défendre son business.

S'il y a un problème qu'es les personnes portent plainte.
Pour ce qui est écrit dans le truc de la région à 2 000 000 perso je fais plus confiance à un arracheur de dent....😆

9.Posté par Richard Touret le 21/10/2017 21:02

7.Posté par PATRICK CEVENNES le 21/10/2017 12:00
Bonjour à vous

J'ai demandé un droit de réponse à Mr Tillier, j'attends la diffusion.

Le projet DiabéTIC qui se transforme en diabékit n'est pas limité aux 4 applications citées (il n'y a pas qu'une application) qui sont complémentaires et couvrent l'ensemble de ce qui mérite d'être surveillé par le patient diabétique (essentiellement son alimentation, son activité physique et son observance thérapeutique). Il inclut également 4 accessoires dont 1 est conçu spécialement pour le projet. Il s'agit d'un pèse-aliment connecté, un futur ordinateur d'alimentation, je ne peux pas en dire plus. D'autres accessoires connectés ont été intégrés : capteur d'activité physique, tensiomètre, glucomètre. Egalement, nous avons développé un portail web en mode hébergement de données de santé (très coûteux) qui permet de stocker et historiser en mode sécurisé les données des patients. Ceci permet aux soignants de superviser les informations. Nous avons obtenu l'agrément ASIP Santé et Carte Sésame Vitale qui nous permettent de rendre l'ensemble du système compatible à la carte Vitale et à la carte des professionnels de santé (CPS). Nous avons enfin intégré des accessoires complémentaires destinés aux soignants (pèse personne et d'autres accessoires en cours de développement). Développer une application isolée est simple, développer plusieurs applications mobiles combinant des accessoires, un portail web, des utilisateurs avec des droits différents pour des acteurs aux profils différents, le développer avec des intervenants multiples en 'mode projet' est un travail long, laborieux et coûteux. Nous avons enfin eu besoin de mobiliser des compétences multiples (médical, nutrition, psychologie, informatique, objets connectés, électronique ...) L'enjeu principal est de rendre la solution simple et utile. Il faut rendre la complexité simple !

Il n'existe pas de solution aussi complète, qui combine applications mobiles, accessoires, portail web, action des patients et soignants, qui 'pousse' aussi loin l'analyse de l'alimentation.

Je précise enfin que nous avons touché 394.000 euros pas 1,17 millions €

Cordialement

10.Posté par Richard TOURET le 21/10/2017 22:34

7.Posté par PATRICK CEVENNES le 21/10/2017 12:00
Bonjour à vous

J'ai demandé un droit de réponse à Mr Tillier, j'attends la diffusion.

Le projet DiabéTIC qui se transforme en offre diabékit n'est pas limité aux 4 applications citées (il n'y a pas qu'une application) qui sont complémentaires et couvrent l'ensemble de ce qui mérite d'être surveillé par le patient diabétique (essentiellement son alimentation, son activité physique, son observance thérapeutique -prise de médicaments, consultations auprès des professionnels de santé, analyses biologiques- et ses mesures physiologiques ). Il inclut également 4 accessoires dont 1 est conçu spécialement pour le projet. Il s'agit d'un pèse-aliment connecté, un futur ordinateur d'alimentation, je ne peux pas en dire plus -projet de brevet-. D'autres accessoires connectés ont été intégrés : capteur d'activité physique, tensiomètre, glucomètre. Egalement, nous avons développé un portail web en mode hébergement de données de santé (très coûteux) qui permet de stocker et historiser en mode sécurisé les données des patients. Ceci permet aux soignants de superviser les informations s’ils y sont autorisés par le patient. Nous avons obtenu l'agrément ASIP Santé et Carte Sésame Vitale qui nous permettent de rendre l'ensemble du système compatible à la carte Vitale et à la carte des professionnels de santé (CPS). Nous avons aussi intégré des accessoires complémentaires destinés aux soignants (pèse personne et d'autres accessoires en cours de développement). Développer une application isolée est simple, développer plusieurs applications mobiles combinant des accessoires, un portail web, des utilisateurs avec des droits différents pour des acteurs aux profils différents, le concevoir avec des intervenants multiples en 'mode projet' est un travail long, laborieux et coûteux. Nous avons enfin eu besoin de mobiliser des compétences multiples (médical, nutrition, activité physique adaptée, psychologie, informatique, objets connectés, électronique ...) L'enjeu principal est de rendre la solution simple et légère, utile et ludique. Il faut rendre la complexité simple !

Il n'existe pas de solution aussi complète, qui combine applications mobiles, accessoires, portail web, action des patients et soignants, qui 'pousse' aussi loin l'analyse de l'alimentation.

Je précise enfin que nous avons touché 394.000 euros pas 1,17 millions €, dans le cadre d’un appel à projet national (les ‘Investissements d’Avenir dans la santé numérique’).

En résumé, Monsieur Tillier parle sans savoir, égratigne sans connaître, affirme sans rien vérifier.

Bien cordialement

11.Posté par Polémiste le 22/10/2017 14:19 (depuis mobile)

Richard Touret quid des liens avec La société INOVARUN ?
Cette société facture t''elle des services à Runware ?
Quid également de vos liens avec certains politiques de la place ? Fantasme ou triste réalité ?

12.Posté par JANUS le 22/10/2017 15:53

Pas convaincante la réponse ...

Les 4 applis mises en ligne existent à la pelle sur INTERNET ...
Il n'y a pas besoin de se déclarer "Start-up" pour créer ce type d'appli ... Cela fait 100 k€ l'appli, c'est cher pour quelque chose qui existe gratuitement par ailleurs ...

13.Posté par margouillat974 le 22/10/2017 16:57

@ 10 Quelle est l"innovation"? Ce que vous préconisez est déjà établit par le médecin traitant.Pensez-vous que dans le "futur", les médecins seront remplacés par l' "i.a" et que les visites seront chez le médecin seront obsolètes, voir inutiles. (sur ce point, je suis d'accord avec vous : la "science" de nos "docteurs "es médecine n'a pas évoluée depuis 1945) . A mon avis, il serait plus utile de se tourner vers des médecines ancestrales, alternatives ou homéopathiques, plutôt que de copier ce qui est déjà prescrit par la médecine occidentale. Innovez, que diable!

14.Posté par margouillat974 le 22/10/2017 17:01

Bon! Et jamais vous ne dite que : LE SUCRE EST UN POISON INVENTE DEPUIS SEULEMENT 1 SIECLE? QU IL N A AUCUNE VERTU ET QUE CE N EST PAS LA NOURRITURE DU MUSCLE MAIS LA DESORGANISATION PROGRAMMEE DU METABOLISME?

15.Posté par Fredo974 le 24/10/2017 09:51

POST 14 MARGOUILLAT 974

Ce n'est pas le sucre qui est un poison mais plutôt toi .....

16.Posté par margouillat974 le 24/10/2017 10:28

@ 15 Retourne te coucher ou renseigne-toi, "médecin généraliste"!

17.Posté par margouillat974 le 24/10/2017 10:50

@ 15 : ou argumente tes propos, si ton intellect te le permet!

18.Posté par Fredo974 le 24/10/2017 15:52

MARGOUILLAT 974

Tu affirmes que le sucre est un poison ..
J'attends ton argumentation plutôt !
Quel métier exerces-tu pour être aussi calé dans ce domaine ?

19.Posté par margouillat974 le 24/10/2017 21:57

@ 18 toujours aucun argument : je te le dis, renseigne-toi!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 11:10 Ils nous prennent pour des cons