Société

Chavirage du Maëva 4 : le récit des sauveteurs

Vendredi 30 Juin 2017 - 19:32

La mairie de Saint-Paul organisait ce matin à la maison Avril, au port de Saint-Gilles, une rencontre avec l'équipe intervenue sur le drame de ce dimanche 25 juin.


"Vous êtes des héros" : ainsi s'adresse Gérald Sénescat, coordonnateur des MNS de Saint-Paul, à son équipe réunie ce matin. Ils sont tous venus, les MNS ayant participé au sauvetage du Maëva 4 en ce funeste dimanche de carnaval, pour nous faire le récit de cet éprouvant épisode.

Willy Cail, directeur de la sécurité à la mairie de Saint-Paul, a organisé cette rencontre afin de "mettre un coup de projecteur" sur les MNS et membres de la CISAN (cellule d'intervention et de sécurisation des activités nautiques), qui ont ramené six personnes en vie, au péril de la leur. "Ce sont les primo-intervenants, sous la responsabilité de la mairie de Saint-Paul. Sans leur intervention rapide et efficace, neuf personnes seraient mortes", insiste Willy Cail, remerciant ses équipes.

Ce dimanche 25 juin, vers 15h, un observateur de l'équipe de sauveteurs, qui se tient sur la digue, appelle le poste MNS, afin de prévenir ses collègues de l'arrivée d'un bateau. Tous se tiennent aux aguets, redoutant que la manoeuvre d'entrée au port ne se passe mal, à cause de la forte houle. Le bateau tente d'entrer au port par le Sud, la manoeuvre s'avère donc très difficile, l'entrée du port étant orientée plein Nord. Le bateau doit effectuer un virage en épingle, il prend une déferlante durant la manoeuvre, et chavire.

Immédiatement, Jean-Maurice Likzene prend les rênes du jet-ski, accompagné de Morgan Lampin, et quitte le port. Au coin de la digue, ils manquent de se faire retourner, et doivent se mettre à couvert derrière elle, attendant la fin d'une série de grosses vagues. Ils voient alors des corps qui flottent, ballottés par les vagues. Après quelques secondes, ils se dirigent vers deux personnes, dont une semble inconsciente. Morgan se jette à l'eau, attrape le corps inerte, c'est un jeune homme de 22 ans, grièvement blessé au bras, qui se vide de son sang. Il est inconscient, et lui glisse des mains.

La seconde personne se hisse à bord du jet, ils sont donc 4 personnes accrochées à celui-ci. C'est alors que deux autres naufragés parviennent à nager jusqu'au jet, qui se retrouve chargé de 6 personnes. Les vagues atteignent 4 mètres, le frêle esquif menace de chavirer. Aussi les deux MNS décident-ils de décrocher le sled, afin que Morgan veille sur les victimes qui s'accrochent de toutes leurs forces à leur planche de salut, tandis que Jean-Maurice ramène une à une les victimes valides, prises aussitôt en charge par les équipes à terre. Le corps inerte et exsangue du jeune homme est posé sur le sled.

À la barre du zodiac de la CISAN, Patrick Bourgagrou et Naïl Bouzid arrivent en renfort, affrontant une houle qui les empêche un instant de sortir du port. Ils approchent le zodiac du sled qui tangue au large. Lorsque Jean-Maurice revient vers le large, les collègues de Boucan et de l'Ermitage sont arrivés en renfort sur deux jet-skis.

Sur le jet de Boucan, Marc Dilasser et Cédric Lépinay qui pilote, voient Jean-Maurice près du sled, qui les dirige d'un cri vers deux autres victimes, qui dérivent au loin. Malheureusement l'une d'elles est déjà morte, il s'agit d'un homme de 60 ans. Marc se jette à l'eau, il met une dame sous le choc sur le zodiac, et maintient le corps inerte du monsieur. La force des vagues est telle que le corps lui échappe, ce à plusieurs reprises, jusqu'à ce que la mer en furie finisse par l'emporter. Cédric revient le chercher en jet, ils aperçoivent alors un corps dans l'eau, pensent qu'il s'agit du soixantenaire, et, le hissant à bord, reconnaissent M. Bodzen, homme de la mer bien connu de tous. Ils ramènent son corps sur la plage, mais les gestes de réanimation prodigués resteront vains.

Après cinq tentatives pour sortir enfin le jet de la passe de l'Ermitage, Teddy Nifaud et Olivier Dinet arrivent sur les lieux du drame. Ils se dirigent vers les victimes, et sauveront l'une d'elles. Au poste MNS des roches, Mathieu Millela et François Hoareau tentent de réanimer les victimes inconscientes, relayés par les pompiers et la sécurité civile, ainsi que par Ingrid Puagnol, PAO de l'équipe, et par Grégory Thirel et Nicolas Steinmetz, membres de la CISAN, qui ont accouru alors que leur temps de travail se terminait.

Le capitaine du Maëva a réussi à rejoindre l'enceinte du port, avant d'être secouru, mal en point, par Jean-Maurice Likzene. Le troisième jeune, quant à lui, était toujours dans le Maëva, et en a sauté avant de rejoindre la plage à la nage.

Ce sauvetage épique a duré une quinzaine de minutes, des minutes qui ont semblé des heures à tous, et particulièrement à Morgan Lampin, qui fut le premier sauveteur à l'eau, et qui y est demeuré jusqu'à ce que tous les naufragés soient à l'abri. Sa crainte terrible était qu'un requin ne vienne attaquer les personnes à l'eau, attirés par le sang des victimes.

Tous ces hommes de la mer s'accordent à le dire, leur métier a bien changé depuis 2011. "Nous ne récupérions que des personnes conscientes, avant." Hormis ce chavirage, exceptionnel, leur tache, de nos jours, consiste bien souvent à sauver des humains victimes d'attaques de requins, voire de récupérer leurs corps sans vie, pour les rendre à leurs familles.

Un métier héroïque, bien peu récompensé, car ces hommes courageux sont pour une grande partie en CDD, payés au SMIC, et n'ont pas même de prime de risque. Parfois une médaille, et souvent des injures, car ces sauveteurs sont des gens de la mer, et leur plus grand bonheur est de surfer ses vagues.
 


Bérénice Alaterre
Lu 17071 fois



1.Posté par Son le 30/06/2017 20:10

Pas de son sur ces vidéos..faible.

2.Posté par un ga le 30/06/2017 21:01

Les prochains j o se feront a paris...peu être la bas la medaille !

3.Posté par zeffkalbasse le 01/07/2017 09:15

UN GRAND BRAVO à vous tous et déjà , votre Maire employeur le Sinistremalé aurait dû être présent avec ses élus de la zone POUR MARQUER LE COUP ; pas besoin de grand discours , un acte de présence suffisait !
Vous avez risqué votre vie et c'est vrai qu'à ce titre vous méritez plus qu'une prime de la part de vos employeurs .
Des fautes ont été commises mais grâce à vous , le bilan est moins lourd : que celà serve d'exemple : au moindre risque , un capitaine doit demander à ses occupants d'enfiler leur gilet de sauvetage qui portent bien leur nom !
Encore un GRAND MERCI à vous au nom des gens de la mer

4.Posté par Bravo les gars! le 01/07/2017 09:26

Bravo, c'est certes votre travail, mais ce jour là, c'était dangereux.... Il faut le souligner!

Ca mérite quelques honneurs et peut-être une prime de risque en fin d'année, vu leur salaire mnimal habituel (semble-t-il), non?

5.Posté par Bravo les gars! le 01/07/2017 09:27

"Parfois une médaille, et souvent des injures, car ces sauveteurs sont des gens de la mer, et leur plus grand bonheur est de surfer ses vagues. "

Euh, dans les règles ou "hors piste", en violation des interdictions?

6.Posté par Nono le 01/07/2017 10:35

@5 Hé oui. Les héros passent parfois au dessus des règles, des conventions ou des interdictions. C'est bien pour cela que les conformistes étriqués du net bien pensants 2.0 n'en ont pas l'étoffe.

Respect pour le courage et l'abnégation des MNS.

7.Posté par Tigrou le 01/07/2017 11:29

Ce jour là en effet le bilan aurait pu etre plus lourd, sans le courage de ces sauveteurs qui auraient pu également périr ce jour là.
Leurs actes est d'un courage exemplaire.Bravo à ces sauveteurs qui méritent bien plus qu'une simple médaille.
Bravo et encore bravo à eux.

8.Posté par Axel Ardan le 01/07/2017 19:46

"Le bateau tente d'entrer au port par le Sud, la manoeuvre s'avère donc très difficile, l'entrée du port étant orientée plein Nord"
... pas compris

9.Posté par Couillonisse le 02/07/2017 18:21

Si seulement les irresponsables avaient plus de respect pour eux .... faudra-t-il qu'un de ces sauveteurs périssent en allant sauver un de ces irresponsables pour que ces derniers comprennent enfin que leurs actes peuvent porter préjudice non seulement à leurs familles mais aussi a ces gens courageux qui mettront en jeu leur vie à cause de leurs actes irraisonnés et irréfléchis !!!

10.Posté par Le Réunionnais le 02/07/2017 18:28

Un grand bravo messieurs.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >