MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

" Chassez le naturel, il revient au galop" !


Profitant de la crise sanitaire, le Medef National a lancé son propre ballon d'essai en laissant diffuser dans l'opinion, l'idée soutenue de faire payer aux salariés, l'ardoise du coronavirus, en disant qu'il "faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique" après l'épidémie.



Il a été rejoint par la secrétaire d'État et quelques hommes politiques. Fidèle au précepte du « en même temps » de LREM, qui a déjà lancé également plusieurs ballons d'essai de sa politique depuis 2017, et aujourd'hui d'attendre les réactions de l'opinion publique sur ce sujet avant de décider.



Ce qui a soulevé déjà un front unanime chez les syndicats et des élus de l'opposition. Sauf qu'à la Réunion, les syndicats comme nos hommes politiques sont restés "sous cloche" et en "distanciation de communication" même à l'approche du 1er mai.



Laurent Berger Secrétaire Général de la CFDT a jugé que "Cette proposition de travailler plus, totalement indécent", "parlent des vieilles lunes qui reviennent », "de grosse erreur", s'était-il indigné. Plusieurs autres syndicats tels la CGT, FO, Solidaires... dénonçaient vigoureusement la rhétorique patronale, toujours la même, "déplacée", "une provocation au moment où le pays a besoin de se serrer les coudes pour affronter la crise actuelle, la crise économique et sociale de demain". Fustigeant encore ceux qui veulent "pressurer les salariés à un max pour maintenir leur taux de profit", appelant chacun à "se battre et imposer un autre avenir".



Mais, au moment de ce confinement imposé, est-ce qu'aux travailleurs de payer le coût de cette crise sanitaire, en sacrifiant congés, jours fériés, RTT voire une baisse de salaire...etc ?



Est-ce que la crise du Covid-19 n'est pas un prétexte pour sucrer les avantages sociaux, acquis à des nombreuses luttes ?



Il est très regrettable qu'après avoir été souvent en première ligne face à l'épidémie, dans la santé ou des autres activités et d'être traiter d'héros, que les politiques et les syndicats se soient restés confinés au silence sur la casse des acquis sociaux lancée.



Fort heureusement les pistes envisagées de travailler davantage, suppression des jours congés, baisse de salaire... ont été retirées suite au tollé national mais semblent rester sur un coin de table en attendant que l'orage passe.



Jean Claude Comorassamy.

Par Jean Claude Comorassamy - Publié le Samedi 25 Avril 2020 à 17:43 | Lu 540 fois

" Chassez le naturel, il revient au galop" !
Profitant de la crise sanitaire, le Medef National a lancé son propre ballon d'essai en laissant diffuser dans l'opinion, l'idée soutenue de faire payer aux salariés, l'ardoise du coronavirus, en disant qu'il "faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique" après l'épidémie.

Il a été rejoint par la secrétaire d'État et quelques hommes politiques. Fidèle au précepte du « en même temps » de LREM, qui a déjà lancé également plusieurs ballons d'essai de sa politique depuis 2017, et aujourd'hui d'attendre les réactions de l'opinion publique sur ce sujet avant de décider.

Ce qui a soulevé déjà un front unanime chez les syndicats et des élus de l'opposition. Sauf qu'à la Réunion, les syndicats comme nos hommes politiques sont restés "sous cloche" et en "distanciation de communication" même à l'approche du 1er mai.

Laurent Berger Secrétaire Général de la CFDT a jugé que "Cette proposition de travailler plus, totalement indécent", "parlent des vieilles lunes qui reviennent », "de grosse erreur", s'était-il indigné. Plusieurs autres syndicats tels la CGT, FO, Solidaires... dénonçaient vigoureusement la rhétorique patronale, toujours la même, "déplacée", "une provocation au moment où le pays a besoin de se serrer les coudes pour affronter la crise actuelle, la crise économique et sociale de demain". Fustigeant encore ceux qui veulent "pressurer les salariés à  un max pour maintenir leur taux de profit", appelant chacun à "se battre et imposer un autre avenir".

  

Mais, au moment de ce confinement imposé, est-ce qu'aux travailleurs de payer le coût de cette crise sanitaire, en sacrifiant congés, jours fériés, RTT voire une baisse de salaire...etc ?

Est-ce que la crise du Covid-19 n'est pas un prétexte pour sucrer les avantages sociaux, acquis à des nombreuses luttes ?

Il est très regrettable qu'après avoir été souvent en première ligne face à l'épidémie, dans la santé ou des autres activités et d'être traiter d'héros, que les politiques et les syndicats se soient restés confinés au silence sur la casse des acquis sociaux lancée.

Fort heureusement les pistes envisagées de travailler davantage, suppression des jours congés, baisse de salaire... ont été retirées suite au tollé national mais semblent rester sur un coin de table en attendant que l'orage passe.

Jean Claude Comorassamy




1.Posté par klod le 25/04/2020 18:55

et oui ………..

2.Posté par JANUS le 27/04/2020 07:01

et non ...

Relisez les textes qui ont été votés sur cette demande du "Travailler plus" ... Cela ne concerne que très peu de secteurs d'activités ... Et sur une durée limitée ...

Si de nombreux syndicalistes ne sont pas montés au créneau, de façon vindicative, sur ce sujet, c'est parce qu'ils savent que le problème est ailleurs, et qu'il n'est pas question de remettre en cause des acquis sociaux ...

3.Posté par Modeste le 27/04/2020 07:19

ben oui quoi, moi je tiens à garder mes 14 mois de salaire, mes 35 heures, mais 12 jours de RTT, mes 30 jours de congés car j'ai prévu de voyager en décembre, et j'espère aussi qu'il vont revoir mon salaire à la hausse....;! rien à cirer que l'entreprise bât de l'aile avec la crise, c'est pas mon problème.....allez je vais faire une grève pour tout cela....!
.....le plus gros employeur de France, pôle emploi à du souci à se faire là!

4.Posté par David le 27/04/2020 14:55

Effectivement passer sous silence syndical et politique à la Réunion, je suis d'accord avec....
La dernière idée du patronat datant d'à peine 15 jours était que les salariés payent la crise du coronavirus avec les suppressions des RTT, 5 jours de congés et de revoir les 35 h pour relancer l'économie....Rien à voir avec la loi de travail déjà votée et appliquée M. JANUS.
Même l’ancien Ministre de la santé M. Xavier Bertrand (droite) a déclaré « Si à la sortie de cette crise, la réponse est l'austérité (.)Je suis farouchement opposé à l'idée de faire payer la facture aux salariés….ça date du 12 avril2020….Preuve encore que cet article traite d'un vrai sujet, une entreprise Réunionnaise de l'aviation (AA) a demandé à son personnel des efforts à faire sur leurs congés, primes et travailler +, ....Qu'en pensent les syndicats, kamarade ????
La compagnie Régionale leur demande de renoncer à la prime de fin d’année ou à un certain nombre jours de congés afin de soulager la trésorerie de la compagnie.....Est-ce normal ? A t-on partagé les dividendes aux salariés ou aux actionnaires quand l'entreprise faisait des bénéfices ? Solidarité OUI mais demandée qu'aux salariés ????

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes