MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

"Charlie Hebdo" : Sonné, Dépouillé, Ridiculisé, Sarkozy est redevenu simple chef de parti


Au lendemain des attentats à "Charlie Hebdo", François Hollande semble tirer des bénéfices de son comportement "à la hauteur". Nicolas Sarkozy, quant à lui, paie ses contradictions et ses postures politiciennes, l'ancien président est redevenu simple chef de l’UMP.

- Publié le Mercredi 21 Janvier 2015 à 09:06 | Lu 962 fois

"Charlie Hebdo" : Sonné, Dépouillé, Ridiculisé, Sarkozy est redevenu simple chef de parti
Nicolas Sarkozy ne trompe plus personne, même pas ses anciens amis, comme Alain Juppé qui s’autorise, à raison, à lui faire la leçon en matière de comportement de chef d’Etat. Nicolas Sarkozy, qui se voyait en président bis et qui, depuis des semaines, s’efforçait de marquer à la culotte François Hollande, au risque d’en être parfaitement ridicule, vient de retrouver sa place "naturelle" dans le paysage politique français.

Le voilà bel et bien redevenu le petit chef de l’UMP, leader de l’opposition de droite, au même titre que Jean-Christophe Cambabélis demeure (malgré les divisions internes) le leader de la majorité socialiste. Ni plus ni moins, n’en déplaise à ses rêves de grandeur.
Nicolas Sarkozy n'est pas un "grand homme".

Nicolas Sarkozy est peut-être le seul à ne pas s’être rendu compte qu’en raison même de ses obsessions (la revanche en 2017) et de ses exigences (rester sur le perron de l’Élysée, marcher au premier rang de la marche républicaine, faire de la surenchère sécuritaire), il a fini par changer de statut à son détriment.

Au lendemain des attentats de "Charlie Hebdo" et alors que toute la classe politique française était scrutée par des Français inquiets, en quête de personnalités qui puissent les rassurer, il a sans doute dégringolé de plusieurs degrés dans l’imagerie populaire. Non, Nicolas Sarkozy n’était pas le grand homme qu’il prétendait être devenu, et qui avait profité de près de trois ans de traversée du désert pour réfléchir et prendre de la hauteur. Non, Nicolas Sarkozy n’avait pas acquis une largeur de vue nouvelle qui lui permettait d’observer la France autrement qu’à travers les lunettes inversées de son égo hypertrophié.

Une journée avant d'accepter la marche républicaine
Non, Nicolas Sarkozy n’était pas non plus ce "père de la Nation" (contrairement à François Hollande) que, soudain, les événements épouvantables exigeaient de lui. Il n'était pas non plus ce rassembleur capable de faire descendre dans la rue les Français de toutes tendances et de toutes confessions au nom de cette valeur fondamentale de notre pays qu’est la liberté. Au lieu de cela, l’ancien président est apparu comme un petit politicien soucieux d’utiliser les événements à son seul profit : n’a-t-il pas mis une journée entière à accepter officiellement la marche républicaine proposée par Cambadélis, non sans s’être fait griller par Juppé et Fillon qui, tous deux, sans hésiter, on accepté ce signe nécessaire de concorde face à l’ennemi qu’est le terrorisme ? François Hollande, qui le connaît trop bien, a multiplié à son égard les gestes d’élégance et de bonne volonté, histoire d’éviter une de ces petites colères sarkozystes qui, forcément, aurait jeté une ombre sur ces moments où chacun était en droit d’exiger de la pudeur et de la hauteur de vue.
Il y a un "avant" et un "après" "Charlie Hebdo".

Eh bien, à ce propos, c’est François Hollande qui (avec Manuel Valls) s’est révélé à la hauteur de son rôle dans la gestion des attentats. Et les Français s’en sont tout à fait rendus compte, eux qui, d’un coup, ont fait bondir le président de la République dans les sondages (plus 21 points) quand son adversaire autodésigné continuait de stagner Les fans de Nicolas Sarkozy pourront dire ce qu’ils voudront, il y a bel et bien un "avant" et un "après" "Charlie Hebdo", duquel François Hollande sort enfin à son avantage. Quant à Nicolas Sarkozy, encore sonné par ces événements qu’il s’est avéré incapable de mesurer et de comprendre, il s’en extrait comme il peut : dépouillé de ce costume d’ancien président qu’il s’efforçait de conserver, et affublé du seul titre de premier militant de l’opposition et de chef du parti.
Nicolas Sarkozy est incapable de choisir.

Cette autodégradation en place publique que s’est infligée lui-même Nicolas Sarkozy est le résultat de son insatiable appétit de pouvoir, lui qui s’est avéré incapable de choisir entre son statut d’ancien président de la République et celui de patron de l’UMP. Il aurait dû écouter son fidèle d’entre les fidèles, Henri Guaino, qui l’avait mis en garde de ne pas revenir en politique par la petite porte. Or, au lieu de cela, et parce qu’il voulait tout et tout de suite, à la fois les honneurs liés à son rang, la retraite dorée d’ex chef de l’état, mais aussi la reconnaissance du statut de chef de l’opposition, Nicolas Sarkozy, le personnage brouillon et taraudé par ses ambitions diverses et contradictoire, a brouillé son image aux yeux des Français.
Il doit s’accepter chef de parti.

Jean-Christophe Cambadélis, a su percevoir, le premier, ce radical changement de statut, ou plutôt cette dégringolade dans la hiérarchie de la classe politique française.
Car si Nicolas Sarkozy fait mine de ne pas l’entendre, le patron du PS ne cesse de proposer un débat politique de fond à celui qui, après tout, est devenu son alter ego et pas davantage, même si ce dernier, par orgueil, refuse de le voir. Aujourd’hui, en effet, l’ancien président ne parvient plus à tenir ce grand écart entre deux postures opposées et tout le monde s’en aperçoit. Au point qu’au sein même de l’UMP, chacun fait ce qu’il peut pour déterminer ce qu’il convient de faire, quand le chef lui-même ne sait plus comment agir. Il faut dire que vouloir réformer les statuts de l’UMP apparaît comme de la basse cuisine quand la France entière souffre avec les attentats et s’interroge sur la meilleure manière de combattre le terrorisme. Par exemple, faut-il surseoir aux réunions sur les futures primaires, comme l’a fait Thierry Solère le 13 janvier dernier ? Ou au contraire, faut-il maintenir celles qui concernent les élections internes, comme l’a fait Nathalie Kosciusko-Morizet en présence de… Nicolas Sarkozy ? Dans le parti, plus personne n’est sûr de rien et il y a fort à parier que la machine aujourd’hui grippée de l’UMP, ait quelque mal à redémarrer. A moins que l’ancien président, au lieu de se croire toujours au dessus de la mêlée, ne remonte ses manches.

DOM




1.Posté par ti kaf le 21/01/2015 12:38 (depuis mobile)

Sarkozy, c'est qui ça

2.Posté par vanille le 21/01/2015 12:49

Ah ce DOM un vrai comique.

3.Posté par Boomerang le 21/01/2015 12:59

Sarkozy? Un accident politique par la faute de Chirac et Villepin.....Ce dernier se trompant de stratégie a flatté Chirac pour donner un ministère à Sarkozy et ensuite il s'est fait doubler.....
..........................
C'est grâce à Achille Perreti qu'il a été promu en politique. Qui est ce Perreti?


Il est conseiller de l'Union française de 1952 à 1958. Il est élu député UNR de la Seine en 1958 et constamment réélu sous les diverses étiquettes gaullistes (UD-Ve, UDR).

Achille Peretti est élu président de l'Assemblée nationale le 25 juin 1969, en remplacement de Jacques Chaban-Delmas, nommé Premier ministre. Il préside cette assemblée pendant le reste de la 4e législature, jusqu’au 1er avril 1973. Après les élections, il ne parvient pas à conserver la présidence de l'Assemblée nationale, qui échoit à Edgar Faure, mais reste député. Il est ensuite nommé membre du Conseil constitutionnel le 4 mars 1977. Il y siège jusqu'à son décès.

Il a été vice-président du conseil général de la Corse de 1945 à 1951, maire de Neuilly de 1947 à sa mort (il est notamment à l'origine des classes franco-américaines dans la ville) et conseiller général des Hauts-de-Seine. Il est aussi connu pour avoir été le « père politique » de Nicolas Sarkozy qui, marié en première noce avec sa nièce Marie-Dominique Culioli — mère de Pierre et Jean Sarkozy — sera son successeur à la mairie de Neuilly.

Le nom d'Achille Peretti est cité dans l'affaire Boulin, car il serait intervenu auprès de l'épouse de Robert Boulin, lui proposant des sommes d'argent contre son silence ou pour éviter qu'elle ne demande des investigations plus poussées sur le décès de son mari. La visite d'Achille Peretti aurait été enregistrée sur cassette audio, dont des copies auraient été remises aux avocats de la famille Boulin — Robert Badinter et Jacques Vergès — qui n'ont pas fait connaître leur opinion à cet égard, d'après le procureur général de la cour d'appel de Paris. Selon l'émission de Canal +, « 90 minutes6 », diffusée le 15 janvier 2002, Achille Peretti serait intervenu en tant que médiateur, en raison de son statut, au sein du RPR, de membre historique du mouvement gaulliste, acquis depuis l'époque de la Résistance

4.Posté par KLD le 21/01/2015 14:49

l'avait pas qu'à prendre patrick le buisson di " l'ardent" , comme conseiller , bien fait !!!!!!!

5.Posté par vu de mon fauteuil le 21/01/2015 17:12

sarkosy est descendu de son piedestal si il en avait un et hollande tiendras combien temps en haut 1,3,6 12 mois ou plus ou moins ? l'avenir nous le dira

6.Posté par annus horribilis ? le 21/01/2015 17:22

Un détail parmi d'autres : Hollande a plutôt réussi pour quelques jours son "rassemblement" de la classe politique (à une exception près) et des "moutons" qui ont défilé dans les rues, estimés à près de 4 millions.

Or 'le rassemblement" c'est justement le nom que Sarkozy avait choisi et voulait imposer prochainement comme nouveau nom de son parti UMP (environ 250 000 adhérents)..

Ben maintenant je ne vois pas comment il pourrait garder cet objectif, il serait ridicule.
Avouez que c'est ballot ...

7.Posté par Pastéque le 21/01/2015 19:25

A t'il jamais été autre chose ?

8.Posté par KLD le 21/01/2015 23:49

Noé , n'a rien à dire sur "son pote" ?

9.Posté par Dom le 23/01/2015 13:46

Camille .Mieux vaut une amère vérité qu'un doux mensonge.


Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes