Société

Changement climatique: Quel scénario à envisager pour La Réunion ?

Lundi 24 Septembre 2018 - 22:48

Françoise Vimeux est en mission à La Réunion dans le cadre de ses recherches sur l'étude de la formation des orages tropicaux et des cyclones. La climatologue nous explique l'objet de ses recherches qui offrent des projections sur l'évolution du climat à La Réunion.


Françoise Vimeux tente d’affiner les modèles de projection du changement climatique
Françoise Vimeux tente d’affiner les modèles de projection du changement climatique
Françoise Vimeux, climatologue au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement à Gif-sur-Yvette (Ile-de-France), vient en mission tous les ans durant un mois et demi, depuis 2013. La chercheuse est spécialiste de la variabilité des climats tropicaux et sub-tropicaux. Elle est directrice de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement. 
 
Un instrument de mesure est à demeure à l'Observatoire atmosphérique du Maïdo. Il recueille des données quant à la concentration des différentes molécules d'eau dans l'atmosphère. Il s'agit de mieux comprendre par exemple  les phénomènes d'évaporation au sein des cyclones ou des orages. En effet, précise la climatologue, "Il y a des processus internes au cycle de l'eau qu'on connait peu". L'évaporation joue un rôle important dans la genèse des cyclones, celle de l'eau de mer d'abord, dont on sait qu'il faut qu'elle atteigne en surface un minimum de 26°C pour qu'un cyclone se forme. L'évaporation des gouttelettes d'eau dans les bandes précipitantes du cyclone joue elle aussi un rôle d'auto-alimentation des phénomènes cycloniques. Elle serait une des clefs pour comprendre leur intensification rapide.

Des cyclones plus intenses

Les informations obtenues à l'Observatoire du Maïdo permettront de mieux comprendre des processus physiques mal connus concernant les systèmes orageux ou cycloniques, avec pour objectif final l'amélioration des modèles de climat. C'est en partie à l'aide de ces modèles que les chercheurs peuvent effectuer des projections sur le changement climatique. S'il est relativement aisé de prévoir l'évolution des températures, l'évolution des pluies est plus complexe à appréhender. "A ce jour, sur les régions tropicales et subtropicales, une partie des modèles de projection du changement climatique prévoit une augmentation des pluies, tandis que l'autre prédit une diminution des précipitations.", précise Françoise Vimeux. D'où la nécessité d'affiner les modèles, afin de s'adapter au mieux au changement climatique prévu pour notre planète.

Globalement, les projections climatiques les plus pessimistes estiment qu'à la fin du siècle, la température moyenne devrait augmenter de 6°C environ, avec des différences selon les régions. Les pôles verraient leur température augmenter de 10°C voire plus, quand celle des régions tropicales augmenterait de 3 à 4°C. A La Réunion, la température moyenne n'est mesurée de manière robuste que depuis les années 1950, et pourtant, elle a depuis lors augmenté d'un degré environ. 

Des changements sont déjà observables, Météo France ayant constaté que les zones d'intensité des cyclones se déplacent vers le Sud, augmentant le risque cyclonique à La Réunion, qui se trouve désormais en pleine zone d'intensité. "On sait  qu'à l'avenir les cyclones seront plus pluvieux du fait de l'augmentation de la température atmosphérique qui permet une augmentation de la concentration d'eau dans l'air", prévoit la chercheuse.

L'été austral pourrait durer plus longtemps

Les phénomènes cycloniques ne sont observés que depuis les années 1970, via les images satellitaires, c'est donc une science jeune. Néanmoins, depuis le début de leur étude, il est constaté non pas une augmentation du nombre de cyclones mais de leur intensité sur certains bassins océaniques comme dans l'Atlantique. Il est désormais à craindre que les cyclones de catégorie 4 ou 5 soient plus fréquents. La Réunion devrait donc subir, comme toutes les zones tropicales, des cyclones plus intenses à l'avenir.

La climatologue précise que, localement, les projections du changement des pluies s'orientent vers une intensification du clivage Est/Ouest. L'Ouest de l'île deviendrait encore plus aride durant l'hiver austral avec une diminution de 10 à 20% des précipitations tandis que l'Est serait plus souvent sous la pluie. En revanche, l'été austral durerait plus longtemps, ainsi la saison des pluies s'achèverait vers avril-mai.

Enfin, Françoise Vimeux rappelle que les 3 dernières années sont les plus chaudes jamais observées depuis la fin du 19ème siècle. De quoi ajouter des paramètres supplémentaires dans son objet d'étude.
Bérénice Alaterre
Lu 7492 fois



1.Posté par SITARANE le 25/09/2018 06:02

BONNES VACANCES !!!!!!!!!!

2.Posté par DOGOUNET le 25/09/2018 07:36

L'auto-satisfaction qui se lit sur son visage n'a d'égale que son incompétence manifeste à savoir dépasser le sens commun et la défonce de portes ouvertes. Bon séjour aux frais du contribuable, madame.

3.Posté par Jp POPAUL54 le 25/09/2018 07:51

Une histoire d'approche.
"Affiner les modèles pour s'adapter au mieux au changement climatique prévu de notre planète"
Et si on s'adaptait pour stopper enfin le changement climatique puisque nous savons que nous courrons à la perte de notre planète.

4.Posté par Horreur le 25/09/2018 09:38 (depuis mobile)

Le scénario est déjà mal écrit on est plus à un mauvais jeux d'acteur près.....

5.Posté par Zarin le 25/09/2018 09:57

« De Carthage à l’Irak via le Vietnam,
on détruit la nature pour anéantir l’ennemi.
Et s’anéantir soi-même. »

« Cette déclaration du général Fabio Mini est le préambule d’un long article intitulé « La guerre environnementale globale a déjà commencé ». Rappelons que la guerre environnementale, définie comme « la modification intentionnelle d’un système écologique naturel dans le but de causer des destructions », est interdite par les lois internationales depuis 1977, date de l’approbation par les Nations Unies de la Convention contre les modifications climatiques (ENMOD).

LU QUELQUE PART...

6.Posté par Louis Pariot le 25/09/2018 10:49

C'est bizarre vous ne trouvez pas ? Avant on nous parlait de "réchauffement" climatique et maintenant ils sont passés à "changement".... quand je pense qu'on annonce dans certaines régions de métropole un hiver glacial, je me dis qu'en effet il valait mieux changer l'appellation climatique au risque de se ridiculiser... lol

7.Posté par Modeste le 25/09/2018 11:15

bien attendons la saison cyclonique et on verra ce qu'en diront certains après.....!

8.Posté par MT CRISTO le 25/09/2018 12:35

De toute façon nous n'y pouvons rien. Il faut s'apprêter à subir toutes les variations climatiques. Les grecs au VIIIème et VIIème siècle ont vécu une canicule intense, ce qui a provoqué une immigration vers la Sicile et l'Italie du sud. Tout est cyclique et la Nature commande depuis des millions d'années.

9.Posté par Zarin le 25/09/2018 15:24

"...De quoi ajouter des paramètres supplémentaires dans son objet d'étude."

Lorsque tu crois que tu possèdes toutes les réponses, l’univers arrive et te change toutes les questions.
— Jorge F. Pinto

10.Posté par Un observateur. le 25/09/2018 16:40

Après la pluie, le beau temps,
et, après le beau temps, la pluie.
Non, ce n'est pas moi qui ai inventé l'eau sucrée.
Comme dit post 1, bonnes vacances madame et profitez de la période hors cyclone.

11.Posté par Quel temps à l Élysée ? le 25/09/2018 20:37 (depuis mobile)

Le temps qu il fait à l Élysée.
On annonce un gros cyclone.

12.Posté par Circo le 26/09/2018 11:11 (depuis mobile)

Il en dit quoi le futur député de la 7eme circonscription ? Mettre des libéraux au pouvoir tel que les macronistes et les républicains c''est creuser notre tombe et les Réunionnais seront parmi les premiers a le payer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >