Courrier des lecteurs

Chaleur étouffante dans les salles de classe - Pour un calendrier scolaire encore plus adapté !

Jeudi 31 Janvier 2019 - 10:11

Le thermomètre grimpé dans les salles de cours et la situation est intenable pour un grand nombre d’élèves et de personnels . La question d’un calendrier scolaire encore plus adapté est de nouveau posée! 

 Tout d’abord , rappelons que si la reprise des cours en janvier a lieu en fin de mois , ce n’est pas le fruit du hasard mais le résultat du combat que la Cgtr educ’action a activement mené aux côtés des lycéens 

La mobilisation alors conduite avait  fait pièce au calendrier métropolitain voulu à l’époque par le recteur Terret et un  calendrier plus adapté à nos réalités climatiques avait été arraché ( avec des rentrées fin janvier au lieu de celle prévue début janvier ). 

Le recteur actuel s’est pour le moment refusé d’aller plus loin et nous  le regrettons 

L'avancée obtenue de haute lutte d’une reprise fin janvier ne  vaut pas en effet pour nous "solde de tout compte "- Elle doit être un tremplin pour arracher une rentrée à minima en mi février. 

Les élèves doivent avoir un temps scolaire plus conséquent sur les périodes les plus fraîches et non l'inverse - Cela relève du bon sens!!! 

Aussi , la Cgtr Educ'action interpelle de nouveau le recteur sur cet enjeu important en lui précisant que les deux exécutifs locaux se sont par ailleurs publiquement positionnés sur  cette période de mi février. 

Lors du prochain CAEN , nous  porterons avec d'autant plus de force cette exigence que la question du calendrier est un des rares domaines où le recteur a une compétence  propre ( article 521-6 du code de l'éducation) pour  adapter le calendrier national afin de tenir compte des caractères particuliers du territoire concerné. 

La Cgtr educ’action invite   les partenaires et acteurs du système éducatif soucieux de l’intérêt des élèves à faire pression sur l’autorité académique pour un calendrier scolaire encore plus adapté à nos réalités climatiques.
 
La cgtr educ ‘action
Lu 866 fois



1.Posté par miro le 31/01/2019 21:13

oté y fait vraiment trop chaud en février, po bande marmaille de notre ile. La rentrée scolaire devrait se faire au minimum début mars, voir le 15 mars.. L'année scolaire devrait commencer début Aout de chaque année, voir le 15 juillet.. Une fois pour toutes arrêtons de mettre nos enfants en difficulté, seulement dans le but d'aligner les vacances scolaires de notre département, en cohésioin totale, avec les vacances scolaire de la France métropolitaine. Je dis ça, je ne dis rien ....

2.Posté par Bertrand le 01/02/2019 07:42

Le tiers monde réunionnais dans toute sa splendeur. Hier soir au infos, un reportage dans une école du sud de la France, ces salles de classe étaient climatisées !!!!! Non seulement les petits métropolitains ont le chauffage quand il fait froid, mais aussi la clim quand il fait chaud. Nou lé misèr en permanence. On préfère laisser nos enfants dans des conditions déplorables d'apprentissage pour en faire de bon GJ dans quelques années

3.Posté par EMER le 01/02/2019 09:18

Comme c'est con de dire qu'il faut changer le calendrier. Vieille revendication des autonomistes.
Et pourquoi pas tout simplement aligner les vacances sur la métropole et climatiser ?

4.Posté par Monique depite le 01/02/2019 13:40 (depuis mobile)

EMER. LA BESOIN PASS VACANCE EN FRANCE JUILLET AOUT...

5.Posté par jacques prot le 01/02/2019 14:34

Avant toutes choses il serait judicieux de demander aux anciens pour retablir dans les locaux les ventilations naturelles !!!!!

6.Posté par Gérard Jeanneau le 04/02/2019 13:07

La CGTR, toujours à la même époque, brasse du vent ! Il n'y a que les classes du littoral qui sont touchés par la chaleur; celles des hauts ne sont pas concernés. Il suffit de climatiser et de placer des panneaux photovoltaïques pour les quelques classes du littoral ! Il n'y a pas lieu de fouetter un chat !


RAPPEL :


Deux malheureux cyclones ont mis en ébullition la FSU et quelques apôtres, apparemment sans grande attache avec la Métropole : pour La Réunion, en raison des fortes chaleurs de l'été austral, il faut impérativement un calendrier climatique, une année scolaire de mars à décembre avec un bac cocotier que l'on passerait fin novembre - osons le dire - un bac arrangé comme on le fait pour le rhum.

Le PDBS - Parti Du Bon Sens - s'oppose fermement à ce projet et avance froidement des arguments de poids :
Seule la côte réunionnaise est concernée par les fortes chaleurs. Sont à l'abri de la fournaise, imaginée par la FSU, les établissements scolaires du Tampon, de la Plaine des Cafres, de Salazie, de Cilaos, de la Montagne, de Dos d'Âne, de la Saline-les-Hauts, de Saint-Gilles-les-Hauts, de la Petite France, de Tan-Rouge, du Bernica, de Guillaume, de Bras-Canot, de Trois-Bassins, de la Chaloupe-Saint-Leu. Et la liste ne semble pas exhaustive ! Bref ! plus d'un établissement sur deux connaît un climat presque paradisiaque, bien adapté au calendrier scolaire actuel.
Sur la côte, pour atténuer la chaleur, il faut climatiser les écoles primaires et, d'urgence, les classes de CP et de Maternelles. La climatisation peut fonctionner seulement de 10 heures à 15 heures.
Sur la côte, il faut aménager les fameuses dalles de béton qui servent de toit de façon qu'elles ne soient plus en contact avec les rayons du soleil. Claude Hoarau, Huguette Bello, Langenier ont du pain sur la planche. Ce n'est pas la peine de vociférer contre cette chaleur tropicale quand on l'entretient soi-même avec autant de soin. On a alors une autre version du pyromane épouvanté qui crie au feu. Que chaque parent recense les fameux toits en béton et on se rendra compte qu'ils font de la résistance, et bien longtemps après l'ère de Debré.
Des professeurs signalent que les élèves sont inattentifs et même indisciplinés à cause de la chaleur. Soit ! Mais le PDBS se demande sur un ton un brin dubitatif, si c'est bien à cause de la chaleur ou si ce n'est pas plutôt à cause de la qualité du cours qui laisse quelque peu à désirer. La parole est aux élèves sur ce point.
Les frais de climatisation ne devraient pas excéder ceux du chauffage des locaux métropolitains : les fortes chaleurs ne couvrent que trois mois de l'actuel calendrier, et le froid, dans l'autre hémisphère, sévit de novembre à mars et même avril en montagne. Que les maires, sous nos cocotiers, ne crient pas à l'assassin !
En voulant imposer le calendrier climatique, les côtiers, accrochés à leurs cocotiers, empêcheraient les élites de continuer à briller lors des prestigieux concours nationaux. Elles devraient attendre l'année suivante pour se présenter, et, alors, on ne peut mieux faire pour mettre sous le boisseau les bons cerveaux de La Réunion.

Le PDBS prie instamment le recteur d'Académie de ne pas se mettre en ébullition sur ce sujet, comme le fait la bouillante FSU. Adopter le calendrier climatique, ce serait paradoxalement envoyer tous les élèves cuire au soleil, à la plage, pour y rencontrer leurs professeurs, se livrant tous aux douceurs du farniente. Pourquoi cuire si horriblement en classe quand on peut cuire si agréablement à la plage ? tel est le beau raisonnement de la FSU !

Le chargé de COM du PDBS, Gérard Jeanneau

La Possession, le 11 février 2013
Nota bene :
Taux de réussite au baccalauréat :
en 2013 à La Réunion : 70,2% ; 79,3 bac général (voir l'article) et malgré l'horrible calendrier scolaire (septembre à juin) !
en 2012 en Nouvelle Calédonie : 74,2% (voir l'article) et grâce au calendrier climatique (mi-février à mi-décembre) !

7.Posté par Modeste le 07/02/2019 07:11

à Monique depite faut aussi vous dire que voyager cela "ouvre" l'esprit.....!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Février 2019 - 16:26 la dengue et les dépôts sauvages!!!!!

Jeudi 14 Février 2019 - 16:08 Le Président des riches