Courrier des lecteurs

Ceux qui regardent sans rien faire

Lundi 30 Juillet 2018 - 10:24

Même dans les pays en guerre en proie à l'anarchie ou dans les pires dictatures, on ne trouve pas d'horreurs pires que ce qui s'est passé ces dernières années à Telford, au Royaume-Uni. Rappelons succinctement les faits : des centaines, voire des milliers de jeunes filles (parfois âgées de 11 ou 12 ans) ont été violées, prostituées, parfois assassinées par un gang pédophile pakistanais sans que les autorités locales n'interviennent. Il s'agit ni plus ni moins de la plus grande vague de crimes sexuels qu'un pays d'Europe de l'Ouest ait connue depuis 1945. 

Et ce qui est frappant d'un bout à l'autre de la chaîne, c'est l'absence totale d'éthique et d'empathie envers les victimes. D'abord de la part de la police et des services sociaux anglais, qui savaient tout mais n'ont rien fait. Ensuite, une fois que le scandale a éclaté en Grande-Bretagne,  de la part des médias européens (et en particulier français) qui n'ont quasiment pas relayé l'information.

Or des sociétés où l'absence d'éthique et le cynisme sont poussés à un tel niveau ne peuvent plus être considérées comme civilisées. Sans éthique et sans empathie envers les plus vulnérables, les notions de "démocratie" ou de "république" ne sont que des coquilles vides. Et en tant que citoyen français et européen, ce qu'est devenu notre "modèle de société " ne m'inspire plus que de la honte.

"Le monde ne sera pas détruit pas ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire." (Albert Einstein)
Sylvain Foulquier
Lu 724 fois



1.Posté par Kayam le 30/07/2018 15:02

La violence est devenue banale au grand dam d’une partie de la société qui s’en inquiète et s’en désole.

Quelle déchéance du degré de l’humanité, et ô combien sur ces victimes ! Des toutes jeunes filles qui n’ont rien voulu et qui se retrouvent piégées par des besoins bestiaux d’hommes. Irrespectueux dans leur plus infime partie d’os que constitue leur être. Comment une personne –qui l’est malgré l’aversion la plus totale pour la considérer comme telle- peut se diminuer à ce point ? N’y-a-t-il rien qui puisse traverser l’esprit afin de refréner l’acte cruel qui va se dérouler ? Prendre des petites innocentes pour assouvir leurs bas instincts, c’est complètement abject ! Personnellement je me refuse à imaginer une scène qui met dans la douleur une petite fille qui subit les assauts d’un sauvage.
Ceux qui regardent sans rien faire sont les pires complices mais ceux qui ne savent pas et ne doutent pas ce qui se passe sont impuissants.

J’ai eu un cousin qui a violé la fille de sa tantine. Ce cousin, cette pourriture avait déjà violé 2 autres fois et fait des années de prison. Son procès pour le 2è s’est déroulé alors que j’allais au lycée. Sans faire exprès, c’était le sien qui était prévu pour notre passage dans un tribunal. Même pas du huis-clos et entendre des mots choquants, qui étaient étrangers à notre vocabulaire. Nous n’étions pas encore vraiment portées sur ce sujet. En tout cas pas comme les jeunes d’aujourd’hui qui « s’instruisent » sous internet. Quel rapport avec notre section du lycée, je ne sais pas.

Cette toute jeune avait 13 ans, on habitait dans la même cour et souvent elle venait me voir. Voulait-elle se confier et/ou trouver en ma compagnie la présence d’une grande sœur ? Elle avait les yeux tristes, une jolie fille avec une peau pêche. Aujourd’hui je pense qu’elle avait été menacée par le p’tit père si elle parlait.
J’étais encore jeune moi aussi et je ne savais pas ce qu’elle endurait. Je me méfiais de ce pervers mais moi j’avais des frères, mes garde-corps qui me protégeaient. Elle, elle était seule. Une jolie petite innocente. Qui se trouvait enfermée dans la kaz quand la maman avait des choses à faire à l’extérieur, en accordant son entière confiance à ce salaud.

À ce jour quand je pense à elle, je me dis que j’aurais dû ouvrir une discussion mais il y a une différence d’être encore une jeune fille que j’étais sans repères maternelles à la maman que je suis aujourd’hui. Le pire c’est que les sœurs de cette saloperie ont pris encore son parti lorsque les faits ont été connus. Après la descente des gendarmes, c’était de la délivrance mais elle est tombée malheureusement enceinte. J’espère de tout mon cœur qu’elle a avorté. J’ai débarqué à Bellepierre et je ne l’ai plus revue. Quand il m’arrive de croiser sa maman - n’a-t-elle pas senti ce qui s’passait dans la kaz de grand-mère où ils s’étaient installés ? - mon cœur va tout de suite vers le souvenir du regard éteint de sa fille. Des fois je m’en veux même si je sais que je n’ai rien à me reprocher. J’aurais aimé parler à sa maman, lui demander des nouvelles de sa fille, si elle a trouvé un sens à sa vie mais la maman ne me parle plus. En rien, j’étais la complice de mes cousines ; elle l’a pensé peut-être.
Cette maman qui a été quand même bouleversée et qui a reçu le soutien d’autres personnes. Qui s’est faite maltraitée et encore menacée par cette ordure.

C’est difficile pour des témoins indirects, à la différence de ceux qui sont en première loge et qui peuvent réagir.

J’aime bien finir en musique. La chanson de Tracy Chapman : The rape of the world

2.Posté par JORI le 31/07/2018 09:25 (depuis mobile)

Et du coup qu'avez vous fait ?.

3.Posté par S.F. le 31/07/2018 10:24 (depuis mobile)

"ceux qui regardent sans rien faire" concerne la police et les services sociaux anglais, qui étaient informés des faits, contrairement à vous ou moi. Et par extension certains médias européens faisant preuve de la même indifférence, du même cynisme.

4.Posté par Kayam le 31/07/2018 12:58

JORI vous vous adressez à qui ?

Si c'est à moi je le répète : "j’aurais dû ouvrir une discussion mais il y a une différence d’être encore une jeune fille que j’étais sans repères maternels (et non maternelles) à la maman que je suis aujourd'hui".

J'ai oublié de dire :
- que je ne sais pas combien d'années il a passé en prison pour son 2è viol. Par contre, trouvable et revérifiable dans les archives des journaux, concernant le nombre d'années condamnées (il me semble que c'était 15)
- que je ne sais pas comment il a fait pour "tazer" cette femme, est-ce qu'elle lui a dit qu'elle avait une petite fille ?
- combien de temps il lui a fallu pour monter son plan dégueulasse dès lors qu'il a eu ses regards malsains et de vermine sur la petite.

Je reste encore retournée quand il y a ce genre de faits d'actualité. Et quand il m'arrive de monter dans la cour, avec un cœur gros comme des vagues de tsunami et pour plusieurs raisons, je me dis que j'aurais dû cogner la porte, m'assurer un tant soi peu qu'elle n'était pas en pleurs... J'ai un autre regard forcément aujourd'hui et je reste malgré moi, très interrogative. Vous ne pouvez pas savoir le ressenti... Sans mentir. Sans m'inventer cette vie.

5.Posté par JORI le 31/07/2018 15:57

4.Posté par Kayam le 31/07/2018 12:58
A l'auteur de l'article. Sinon il y aurait eu vos références de post.

6.Posté par Kayam le 31/07/2018 18:38

Pardon. J'ai l'impression d'avoir coupé la parole à quelqu'un d'autre.

7.Posté par L''auteur de l''article le 31/07/2018 19:41 (depuis mobile)

@Jori.Je ne suis membre ni de la police ni des services sociaux anglais, et je ne travaille pas dans un journal télévisé européen. Par la force des choses, j''ai appris les faits il y a très peu de temps. Aussi je saisis mal votre question.

8.Posté par MICHOU le 31/07/2018 20:56 (depuis mobile)

Malheureusement t c''est encore une ''''histoire'''' de femmes, de communautés et tout le monde ferme les yeux oubliant que les lois s''appliquent à tous sans distinction. En FRANCE, on préfère s''occuper des peuples, des vacances, des sondages. Que vaut

9.Posté par MICHOU le 31/07/2018 20:57 (depuis mobile)

Que vaut la vie d'une femme au pays des droits de l'homme? On n'en parle pas donc ça n'existe pas facile!!!

10.Posté par JORI le 31/07/2018 21:11

7.Posté par L''auteur de l''article le 31/07/2018 19:41 (depuis mobile)
Pourquoi cet article alors?.

11.Posté par la cata le 02/08/2018 10:45

On ne plante un roseraie dans le désert où un palmier en Antarctique !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?