MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Ce que nous savons des thérapeutiques médicamenteuses dans la pandémie de la Covid


Voilà un an que notre civilisation subit les effets dévastateurs de l’épidémie de Sars-Cov2. Des premières hypothèses, le marché humide chinois de Wu Han, les fuites éventuelles du laboratoire P4 de cette même ville, le confinement éclair de la province de Hubei, le rapprochement par la déforestation des faunes sauvages et domestiques (chauve-souris, pangolins), jusqu’à l’extension mondiale de la pandémie, portée par les voyages aériens.

Par Dr Bruno Bourgeon, porte-parole d’AID - Publié le Mardi 1 Décembre 2020 à 11:19

Ce que nous savons des thérapeutiques médicamenteuses dans la pandémie de la Covid
La dernière péripétie est la démission du directeur de l’ANSM (Agence Nationale de la Sécurité du Médicament), voir (http://www.francesoir.fr/societe-sante/demission-de-dominique-martin-directeur-general-de-lansm-scandale-de-trop-remdesivir-ou), où, comme nous l’apprend France-Soir, on ne sait pas trop de quel scandale de trop il s’agit : hydroxychloroquine (HCQ), Remdésivir, ou Rivotril donné à titre compassionnel dans les Ehpads. Une occasion de rappeler les avatars des diverses thérapeutiques (on ne parlera pas des mesures barrières) contre la Covid.
Loin de nous l’idée d’en faire l’exégèse complète - ce serait long et fastidieux, et surtout inutile -, voici un bref calendrier de ce qui a pu être relaté au sujet des divers essais depuis 10 mois.

Janvier, aucun traitement n’est validé ; apparaissent certaines molécules antivirales prometteuses, comme l’association Lopinavir/Ritonavir, le Iopenavir (Kaletra*), ou encore le Remdésivir (à l’époque non commercialisé, promu par le Laboratoire Gilead). Il avait été testé comme molécule anti-Ebola lors de l’épidémie ouest-africaine, sans grand succès d’ailleurs.
Mars, la genèse de grandes études alternatives est lancée : Solidarity par l’OMS, Recovery par les Anglais, Discovery pilotée par l’INSERM. Discovery intègrera plus tard un bras comportant l’HCQ au vu des résultats promulgués par le Pr Didier Raoult, à Marseille. Dès cette époque pourtant, les Chinois autorisent le Remdésivir dans cette indication anti-Covid.

Avril, en plein confinement européen, plusieurs études (35) sont en cours d’exploitation, dont 7 essais internationaux sur 10 se déroulent en France. Discovery recouvre plusieurs branches de traitement : le Kaletra*, l’Interféron alpha, Le Remdésivir, l’HCQ in fine, comparé à la seule ventilation/oxygénation.

En même temps, le 15 avril, les Californiens sortent dans le New England Journal of Médicine une petite étude de l’Hôpital de Foster City, révélant une amélioration dans 36 des 53 patients traités par Remdésivir. Rappelons que Gilead est une entreprise californienne. Immédiatement ou presque, le Dr Josh Farkas, pneumologue dans le Vermont, prétend que ce papier ne vaut rien, au vu de l’implication de Gilead, et déroule 11 raisons pour lesquelles il ne faut pas en tenir compte.
On apprend également à mieux gérer les patients en réanimation avant que ne soient formulées les axes de traitement des réanimateurs : ce sera pour août.
Une étude chinoise (https://www.thelancet.com/pdfs/journals/lancet/PIIS0140-6736(20)31022-9.pdf), émanant de 10 hôpitaux de la province de Hubei, randomisée, multicentrique, en double aveugle, met fin à l’aventure Remdésivir en Chine : inefficacité totale.

Fin mai, c’est l’incroyable épisode du revirement du ministère de la Santé et de l’ANSM, nous y revoilà, au sujet du bras HCQ de l’étude Discovery suite au faux article du Lancet du 22 mai, vilipendant cette molécule, et retiré de publication le 4 juin. Entretemps, Olivier Veyran avait fermé le bras HCQ (enfin l’ANSM, mais c’est tout comme), ne le rouvrant pas le 4 juin, au motif que le nombre de cas ne serait pas suffisant pour poursuivre un essai qui ne démontrait rien. Enfin, aux dires du ministère, ce qui n’était pas l’opinion de Didier Raoult. Du coup, interdiction de distribution de l’HCQ par Sanofi à l’IHM.

Juillet, et la Commission européenne autorise la mise sur le marché du Remdésivir (nom commercial : Veklury*), autorisation conditionnelle (mais toujours en cours en novembre 2020). Ceci au vu des résultats de ACTT, étude menée par la NIAID d’Anthony Fauci, le conseiller de Trump, qui montre un raccourcissement d’hospitalisation de 4 j (11 vs 15 j) sous Remdésivir, sans pour autant modifier la mortalité de la maladie. Apparaissent les premiers effets secondaires rénaux et hépatiques du Remdésivir en France.

Août, le président du Conseil Scientifique français, le Pr Delfraissy proclame qu’aucun traitement antiviral n’a le moindre effet sur la ventilation/oxygénation en réanimation, sur la mortalité, sur la durée d’hospitalisation. Tout ceci à 520 $ le flacon, à 2087 € le traitement… Itou, la Haute Autorité en Santé déclare le Service Médical Rendu du Remdésivir faible.
Octobre, où l’on formalise mieux les soins en réanimation, trois axes : les corticoïdes pour contenir l’orage cytokinique, les anticoagulants pour prévenir l’atteinte vasculaire, et les antiviraux pour contrer l’infection virale. Formalisation déjà écrite par le CHU de Reims en avril, écrit non accepté à la publication, on se demande bien pourquoi.

Novembre, où les vaccins arrivent sur le devant de la scène, nous aurons l’occasion d’y revenir : 38 vaccins en expérimentation, 11 en phase 3. Restons aux médicaments. L’OMS déconseille le Remdésivir quelle que soit la gravité du malade, au vu des résultats de Solidarity parus le 15 octobre : pas d’effet sur la ventilation mécanique, pas d’effet sur les jours d’hospitalisation, pas d’effet sur la mortalité, plus de toxicité, coût dispendieux. Les thérapeutiques d’immunisation passive comme celles promues par le Laboratoire Regeneron, et la vaccination prennent tout leur sens, selon les modélisateurs de l’épidémie aux USA, leur promettant de passer de 13.1 millions de tests positifs à l’heure actuelle à 20 millions d’ici janvier.

Dans ce contexte, voici la « démission » du directeur de l’ANSM : un aveu par nos gouvernants d’une mauvaise gestion de l’épidémie ? On n’est pas loin de le penser, les hauts fonctionnaires servant toujours de fusibles à l’exécutif. Concluons aussi qu’il n’y a aucun médicament antiviral efficace, et qu’on n’a jamais laissé à l’HCQ sa chance dans une étude bien menée (mais forcément non sponsorisée, vu le prix ridiculement bas de la molécule). Pourquoi ? Suivez l’argent…




1.Posté par A mon avis le 01/12/2020 13:33

Synthèse très intéressante.
Qui montre que la recherche médicale demande du temps et de la coopération : deux éléments indisponibles dans notre monde financiarisé "moderne" de concurrence et de compétition.
Nous sommes bien loin d'avoir vaincu ce virus.

Une question cependant. Vous écrivez : "on n’a jamais laissé à l’HCQ sa chance dans une étude bien menée"
Il semble pourtant que différentes études ont été menées sur cette molécule, notamment avec Discovery que vous citez, pour aboutir à démontrer son inefficacité ?
Il y a eu tellement de choses de dites et d'écrites sur cet HCQ, qu'il y a de quoi en perdre son latin. Et on ne peut pas dire que le Pr Raoult ait fait preuve d'un comportement très "scientifique" dans cette affaire.

2.Posté par maikouai le 01/12/2020 20:13

Docteur merci pour ce rappel des étapes dans cette recherche virale. Il est à espérer que vous ne serez pas traduit aussi devant "l’ordre des machins" pour avoir osé informer le plus grand nombre de personnes sur la chronologie des recherches à propos du COVID. Recherches, controversées, spécieuses même entre spécialistes, parce que toujours dans l'expectative en ce qui concerne l’efficacité du traitement encore à trouver, de plus puisque le vieux traitement est banni.
Ce qui semble rédhibitoire actuellement c’est qu’en fonction des données très aléatoires détenues, "on" : impose, intime, ruine, verbalise...
Désolation, dans le même état d'esprit, il n’y a pas si longtemps, sans le courage, la pugnacité d'un membre quasi isolé du corps médical, la prescription du "médiator", serait toujours d’actualité et hélas ce type de « manquement sanitaire» s’invite régulièrement au-devant de la scène.
Alors aux détenteurs de « vérité » les produits ici récriminés âpres coup, avaient bien reçus certificats de conformité par ces mêmes organismes, qui par ricochet veulent faire taire les personnes qui ne tirent pas dans le sens des directives officielles ??? Où donc dans l’histoire se situe l’équité ? « La loi du plus fort est toujours… » ?

3.Posté par A mon avis le 02/12/2020 12:10

@ 2.Posté par maikouai : Que voulez vous démontrer dans votre méli-mélo de commentaire ?

4.Posté par martin lane le 03/12/2020 09:57

Je trouve que Maikouai traduit bien ma pensée.
Il nous est imposé des règles plus stupides les unes que les autres, " on" veut nous faire vacciner contre un virus avec une nouvelle technologie sont on ne connait pas les effets secondaires ni la durée de protection induite. Nous avons déjà eu des scandales sanitaires : la Dépakine, le Médiator, le sang contaminé et même le Remdesivir, tout cela avec la bénédiction des "zautorités "
Nous en aurons bientôt d'autres, avec la nuées d'adjuvants autorisés dans l'agroalimentaires et leur cohorte de produits phytosanitaires.
Donc, j'ai vraiment du mal à croire que nos " zautorités autoproclamées " veuillent protéger la population d'une quelconque maladie .
Le HIV, virus hautement mortel est étudié depuis 30 ans et pourtant aucun vaccin n'a été découvert, le cancer, maladie non virale est aussi étudié depuis fort longtemps dans qu'aucun " scientifique" n'en ait déterminer la cause,
Au regard de tout cela,je ne comprends pas pourquoi ni comment ces " nouveaux vaccins" m'immuniseraient contre une attaque de la covid 19..
Toutes ces déclarations au sujet de cette maladie manquent de recul, de connaissances et de logique : apparu en 2020 et déjà un vaccin " sûr " ( de quoi ? ) imposé à l'Humanité ?

5.Posté par polo974 le 03/12/2020 15:32

"""« Art. R. 5322-14.-Le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est nommé pour une durée de trois ans renouvelable une fois. ... """

le gars était au bout de son second mandat, il est parti, et hop, les conconspirationnistes y détectent un scandale...

donc plouf, à l'eau le point de départ...

Pour la "chance" qui n'aurait pas été laissée à l'HCQ, c'est un gros mensonge.
Il y a eu plein d'études, et même des méta-études dont voici l'une d'elles:
https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.09.16.20194571v2

pas de bol pour nous, l'HCQ tue plus qu'il ne soigne...

donc plouf, à l'eau le point final...

6.Posté par Bruno Bourgeon le 04/12/2020 14:12

Polo, votre dernière référence est une méta-analyse dans laquelle 90% des patients sont issus de deux études : Recovery et Solidarity, l'une est anglaise, l'autre issue de l'OMS. Cette méta-analyse n'est donc pas équilibrée. On ne peut en tenir compte.
Quant à la nouvelle directrice de l'ANSM, il paraît (je n'en sais rien) qu'elle est pire que le précédent. cela augure bien d'autres scandales sanitaires.

7.Posté par polo974 le 07/12/2020 13:46

6.Posté par Bruno Bourgeon le 04/12/2020 14:12

Polo, votre dernière référence est une méta-analyse dans laquelle 90% des patients sont issus de deux études : Recovery et Solidarity,

mensonge, nettement moins de 90%, vous le savez sans doute, mais vous préférez mentir.

l'une est anglaise, l'autre issue de l'OMS.
Cette méta-analyse n'est donc pas équilibrée. On ne peut en tenir compte.

c'est quoi l'équilibre, selon vous? tenir compte d'études foireuses, ne pas prendre en compte des études qui ne vous conviennent pas? les anglais et l'OMS ne sont pas fiables à vos yeux? selon quelles critères scientifiques?

Quant à la nouvelle directrice de l'ANSM, il paraît (je n'en sais rien) qu'elle est pire que le précédent. cela augure bien d'autres scandales sanitaires.

si vous n'en savez rien, pourquoi colporter des bruits de chiotte ? ? ?

8.Posté par Pierre Balcon le 08/12/2020 19:32

En 1968 Lucien Rebatet écrivait « une histoire de la musique ».
Elle est certes écrite dans un style parfait mais elle est subjective et injuste , en harmonie au fond avec le personnage dont il n'est pas le lieu içi de rappeler les méfaits .

Rebatet avait eu la sagesse de fixer les limites de son exercice et de prévenir le lecteur qu'il s'agissait non pas de « l'histoire de la musique » .. mais « d' une histoire de » …

Roland Barthes de la même façon , traitant du sujet futile de la mode , avait pris les mêmes précautions en parlant du discours « de la mode » ( cruel et impitoyable ) qu'il opposait au discours « sur la mode » ( euphorisant )


L'histoire , courte , que tu présentes des thérapies de la COVID n'est qu'une histoire médiatique des événements...

L’épistémologie a d'autres exigences ..

Les médias ont découvert les « études randomisées , multi centrées , en double aveugle ».
Comme si c'était le Graal de la médecine .

Les animateurs rémunérés des plateaux TV devraient aller voir dans les centres de cancérologie . Ils se rendraient compte que ce n 'est pas comme cela que la médecine avance , très lentement au demeurant, et avec des progrès souvent imperceptibles .
Qu'ils s'avisent de démontrer , à partir des études randomisées, en double aveugle , que la précocité des diagnostics des cancers du foie ou du pancréas améliorent le pronostic .

Qu'ils nous disent comment structurer des échantillons aléatoires de psychopathes.

Que ces médias assument et exigent la fermeture de 90 % des rayons des pharmacies ( c'est à peu près le chiffre des molécules inutiles ) et mettent au chômage 90% des Diafoirus ( c'est à peu près la proportion des médecins qui ont oublié leur serment ) .
Qu'on en finisse avec l'homéopathie , l'acupuncture , l’ostéopathie , la chiropractie dont les études n'ont jamais démontré l'efficacité.
.

Dans l'évaluation formelle du traitement d'une information on a l'habitude de choisir 3 critères :
la pertinence du sujet ;
le « frame » ;
la tonalité ;
Sur le premier critère rien à dire !

En revanche sur les 2 autres beaucoup à dire ..



Tu aurais du préciser par exemple que l'épidémiologiste Anthony Fauci était en guerre avec D Trump et qu'une des premières décisions de Biden a été de reconduire l'intéressé dans ses fonctions .

Sur le fond , il serait trop long de débattre de la question .

Sur la forme l'écoute de la conférence du professeur Patrick Badillo ( professeur en sciences de la communication et des médias à l’Université de Genève) , sur « médias , science et idéologie «  est éclairante :

https://www.mediterranee-infection.com/medias-science-et-ideologie-la-polemique-sur-la-chloroquine/

9.Posté par martin lane le 10/12/2020 16:22

@ polo 974

Posez-vous une seule question : pourquoi la France a le plus fort taux de létalité au niveau mondial face au covid ?
Et subsidiairement .Pourquoi les états africains, qui n'ont pas la réputation d'être formidablement équipés en structures hospitalières ont-ils un moindre taux de létalité que les états qui ont appliqués des confinement longs et intermittents, des traitements ( chers ) inefficaces ( remdevisir et ritrovil) et la fermeture des petits commerces (non-essentiels , )

10.Posté par polo974 le 11/12/2020 11:36

9.Posté par martin lane le 10/12/2020 16:22

@ polo 974

Posez-vous une seule question : pourquoi la France a le plus fort taux de létalité au niveau mondial face au covid ?


Encore des conneries ! ! !

La Suède qui n'a rien fait au début est nettement pire,
La grande Bretagne qui n'a rien fait au début est nettement pire,
Les états Unis qui n'ont rien fait au début sont nettement pires,
etc...

En Afrique, l’obésité ne touche pas le tiers de la population, et l'espérance de vie se situe plutôt vers 50 ans, donc il est certain que le covid-19 trouve moins de clients à tuer.

11.Posté par Pierre Balcon le 11/12/2020 16:42

à Polo,

Vous vous aventurez de manière hasardeuse dans le champ scientifique , qu'il ne faut pas confondre ni avec les kermesses audiovisuelles et leurs loteries d'idioties , ni avec les échanges sur les réseaux sociaux .

Ne perdez jamais de vue que si en politique une seule vérité dans un océan de mensonges suffit a gagner l'élection , en sciences , y compris celle de la nature , un seul démenti infirme une théorie et Karl Popper va même plus loin puisqu'il ne reconnaît le statut de « scientifique » qu'aux énoncés qui peuvent être démentis . .

L'approche "différentielle" du taux de létalité de la COVID que vous adoptez ( avec plein d'erreurs
d'ailleurs ) est certes intéressante mais c'est une procédure très exigeante , qui doit être conduite avec précision .

Il faut pour le moins disposer de données vérifiées , homogènes et le plus exhaustives possible . Si non ce ne sont que de vaines spéculations

Dire qu'en Afrique le taux de létalité est plus faible parce qu'ils sont plus jeunes et moins obèses est une hypothèse qui ne résiste pas à l'analyse .

Soutenir que ceux qui ont confiné tôt s'en sortent le mieux est du même acabit .

Sincèrement appréhender la maladie par nationalité est ridicule .
Entre l'Alaska , la région des grands lacs , la Floride ou la Californie et NY nous sommes en présence d'écosystèmes totalement différents.

Ce que les journalistes appellent SARS COV 2 n'est qu'un portrait robot simplifié d'un "microbe" de 150 nanomètres , qui , comme ses congénères , est bien plus variable qu'on ne le pense..

Ne croyez pas ce qu'on vous raconte sur BFM CNews et ailleurs .

Lisez les études et non pas la glose sur la glose sur les études .
Allez toujours à la source

Quant à votre manière d'appréhender les probabilités, j'étais intéressé puis ai compris ....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie









 

3 rue Émile Hugot
Immeuble Rigolet

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes