MENU ZINFOS
Courrier des lecteurs

Catastrophe au large de la Libye : La tribune du Parti de gauche à La Réunion


Le naufrage sanglant de la politique anti-migratoire de l’UE : L’Europe nous fait honte !

Par François FASQUEL - Publié le Mercredi 22 Avril 2015 à 14:43 | Lu 697 fois

Catastrophe au large de la Libye : La tribune du Parti de gauche à La Réunion
Depuis le début de l’année, 1 600 migrants ont trouvé la mort dans le détroit de Sicile (3500 en 2014) et une trentaine au large de Mayotte. Face à ces catastrophes, si l’Europe austéritaire est absolument responsable, nous devons tous nous sentir concernés tellement le sang se dilue dans la mer Méditerranée et tout au nord du canal du Mozambique. Ici, il n’est pas question de requin, mais bien de la responsabilité de l’Homme. Nous ne pouvons plus accepter un tel massacre, qui n’est que l’apanage des politiques libérales et outrancières de nos dirigeants nationaux et européens. 

Source : Dessin de Capdevilla publié dans Courrier International en septembre 2014.
Le nouveau chavirage, survenu dimanche 19 avril à 130 kilomètres de la Libye, est probablement la plus grande catastrophe de l'histoire de la Méditerranée. Sur 900 passagers, certains embarqués de force sur un chalutier pourri et dont une bonne partie était enfermée par les trafiquants dans les cales, seulement 28 personnes ont pu être secourues. Cette catastrophe est celle de trop, celle qui doit faire bouger les consciences. Jusqu’à quand devrons-nous faire la politique de l’autruche ? 

Pourtant, la réponse de l’Europe est symptomatique de son indifférence. Nulle coalition internationale ne s’est dressée pour y répliquer. Tout juste un sommet européen a-t-il été convoqué avec les ministres de l’Intérieur et des Affaires Étrangères. L’indifférence est ici le masque de la culpabilité. Car l’Europe a bien une responsabilité globale dans cette catastrophe. Pour avoir délibérément diminué ses moyens et choisi d’abord de protéger nos côtes plutôt que sauver les clandestins en mer. Le plan Mare Nostrum (110 millions d’€ par an, 900 hommes et 10 navires) avait permis de sauver 170000 vies en 2013, aujourd’hui l’opération Triton doit faire face à une recrudescence du flux migratoire clandestin avec trois fois moins d’argent. Il faut dire que les coupes budgétaires de la politique austéritaire européenne sont passées par là.

Alors tant pis si près de 200 enfants sont morts noyés depuis le début de cette année. A Calais, les migrants clandestins qui vivent de bric et de broc par des températures négatives en hiver, ont presque tous connus cette traversée de la mort. Par exemple, Khalid, un enseignant Soudanais de 40 ans qui a fui sa région, le Darfour, en guerre. Il raconte avoir perdu 4 de ses camarades au moment d’un chavirage pendant la traversée. Sont-ils responsables de leur sort ? Absolument pas. 

L’Europe est également responsable pour avoir mené des opérations militaires qui ont détruit plusieurs États dont sont issus les migrants : Libye, Mali et Somalie.  Aujourd’hui, que font les États européens pour pacifier et interdire les centaines de milliers d’armes en circulation en Libye ? Rien. C’est de notre responsabilité d’aider à stabiliser ces États, ce n’est pas le tout de défaire Khadafi en Libye, il faut aider à reconstruire.

L’Europe est aussi responsable d’avoir ruiné et affamé l’Afrique en libéralisant de force son agriculture et son industrie. Par des accords ultralibéraux avec les pays Africains, l’UE a notamment exigé la suppression totale des droits de douane sur 80% des produits et des services. Les conséquences sont dramatiques. Les États africains ont été incapables de rivaliser avec les produits européens compte tenu des écarts de productivité et des aides à l’exportation européenne. Nombre de petits paysans en Afrique ont été contraints d’arrêter leur exploitation et de se masser dans les villes en se précarisant.

Quelle logique mortifère que de voir des poulets européens vendus moins chers que des poulets locaux en Afrique ! Ce n’est pas tout, les grandes firmes de l’agrobusiness européennes se sont emparées de millions d’hectares dans ces pays pour y développer des productions destinées exclusivement à l’exportation, privant ainsi les paysans de terre et rendant les populations hyper dépendantes de la spéculation sur les matières premières agricoles.

Même chose à Mayotte, les politiques migratoires françaises et européennes sont responsables du désastre humain. Rappelons que c’est le gouvernement Balladur en 1995 qui décidait d’entraver la circulation des personnes dans l’archipel des Comores en imposant un visa d’entrée à Mayotte. Pourtant depuis des siècles, des petites embarcations appelées "kwassas" allaient d’île en île parce qu’entre ces populations il y avait d’importants liens sociaux, familiaux et professionnels. 

Vous le savez, les migrants sont des personnes extrêmement courageuses qui souffrent et sont les victimes de trafiquants. N’oublions pas que ces migrants ont dépensé des fortunes au péril de leur vie pour survivre, pour quitter la guerre et les problèmes. Derrière les migrants se cachent des femmes et des hommes comme nous, des familles avec des enfants en bas âge. Ce n’est donc pas à eux de payer l’incurie des autorités européennes !
Alors que devons-nous faire ? Certainement pas un saupoudrage de mesures comme il a été décidé mardi à Luxembourg.

A court terme, traiter l’urgence. Renforcer le dispositif de secours aux migrants en haute-mer. Être ferme avec les passeurs. Augmenter les possibilités de migrer par les voies légales et abolir le "visa Balladur" pour Mayotte. Appliquer la directive européenne 2001/55/CE qui prévoit de mettre en place une protection immédiate et temporaire des personnes déplacées notamment en raison d’une guerre, de violences ou de violations des droits de l’homme en assurant un équilibre des efforts réalisés par les États membres pour les accueillir.

Aujourd’hui, ce n’est pas normal que seules la Grèce et l’Italie supportent l’essentiel de ces flux et que 75% des demandes d’asile sont gérées par seulement 6 États membres sur 28. Mais il faut surtout agir durablement. Il faut aider les États africains à protéger leurs ressources en remontant les droits de douanes, il faut apporter la technologie et la formation pour développer l’industrie et l’agriculture de ces pays. Il faut aider les pays à démanteler les réseaux de trafiquants. Enfin, il faut aider ces États à se stabiliser, notamment en désarmant les gens.  

Ce que nous voyons n’est absolument pas digne de l’Europe sociale que nous entendons construire. Les migrants veulent vivre dignement et travailler comme tout être humain. Ce n’est que lorsque les personnes ne se sentiront plus en danger de mort, qu’ils ne prendront plus le risque de perdre leur vie dans un rafiot pourri.

François FASQUEL




1.Posté par Max97419 le 22/04/2015 16:24

Bien dit! Nou lé trop couillonné ek l'Europe. Nou changer de cap! Mi lé d'accord ek francois fasquel que mi koné bien à la possession

2.Posté par 974 le 22/04/2015 16:32

Té!!!si band na i fuit zot pays c'est que l'impérialisme américain avec son band lèche cul européen la ni foute le bordel dans cette endroit du monde,d'après zot kossa band na i fuit????et a cause na de grave crise dans ces endroit et aux profit de qui????band z'americain i crois ke zot lé saint sur ce coup là,mais na pi trop personne lé dupe komé la.....

3.Posté par Boa Bill le 22/04/2015 18:37

"L’Europe est également responsable pour avoir mené des opérations militaires qui ont détruit plusieurs États dont sont issus les migrants : Libye, Mali et Somalie. Aujourd’hui, que font les États européens pour pacifier et interdire les centaines de milliers d’armes en circulation en Libye ? Rien. C’est de notre responsabilité d’aider à stabiliser ces États, ce n’est pas le tout de défaire Khadafi en Libye, il faut aider à reconstruire. "

QUI a voulu à tout prix défaire Khadafi ? Voilà une question à laquelle il faudra bien que quelqu'un réponde un jour pour comprendre le drame qui se joue aujourd'hui !!!

4.Posté par Boismery Hervé le 23/04/2015 09:36

L'effondrement du régime libyen et l'assassinat de Kadhafi sont les causes premières de cette tragédie. Il est hallucinant de penser que des militaires français ont participé sur ordre à l'assassinat d'un chef d'Etat étranger.
Si Kadhafi était un criminel, alors il fallait le déférer devant la Cour Pénale Internationale.
De la même manière, l'émergence du Daesh ou Etat islamique est une conséquence directe de la destruction de l'Etat irakien par les Américains en 2003 et de leur jeu trouble, avec des alliés pour le moins très louches (Turquie, Qatar, Arabie, Pakistan...).
Il est affligeant d'entendre les actuels dirigeants français "préconiser" des frappes aériennes contre la Syrie, alors même que le régime de Assad constitue le dernier rempart de la civilisation au Mashreq.
Pour mémoire: depuis 2001, les interventions des Occidentaux, avec le soutien des leurs "alliés arabes" dans ces régions (Afghanistan, Irak, Syrie, Libye...) ont provoqué les morts de plus de 1.200.000 personnes et entraîné l'émergence des organisations terroristes les plus sordides.

5.Posté par Vanessa le 23/04/2015 18:54

Bien dit monsieur Fasquel. J'approuve. Seulement un point, je pense que le sommet des ministres est nécessaire et qu'il va accoucher de bonnes idées. Je vous encourage.

6.Posté par Pat 974 le 24/04/2015 16:58

pat974
La France va faire défiler quelques frégates et un sous marin afin de vendre sa technologie et celle des scooter des mers LOL.
Pour le sous marin va falloir plonger....

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
CHARTE DES COMMENTAIRES

Zinfos 974 vous offre un espace commentaires vous permettant de réagir, discuter, informer. Cet espace est ouvert aux internautes inscrits et non-inscrits au site.

Les intervenants doivent respecter les principes élémentaires du débat.

Sont proscrits :

- Les insultes, les attaques personnelles, les agressions, les propos discriminatoires sous toutes les formes - que ce soit envers les intervenants, les commentateurs ou l'équipe de Zinfos 974.

- Tout contenu contraire à la loi : l'incitation à la violence ou à la haine raciale, la discrimination et la diffamation, les propos homophobes, la négation des crimes contre l'humanité, ou la justification des actes violents et des attentats.

- Les propos pornographiques ou délibérément choquants ne sont pas autorisés.

- Merci d'éviter le hors sujet, les rumeurs infondées et les fausses informations.

- La répétition d'un même commentaire, assimilée à du spam.

- La publicité. Ne soumettez pas des liens commerciaux.

Si le commentaire d'un autre internaute vous paraît contrevenir à cette charte, utilisez la commande "signaler un commentaire abusif" plutôt que d'envenimer le débat.

Pour protéger votre vie privée, ne donnez pas d'indication personnelle (mail, adresse ou numéro de téléphone) dans un commentaire.

En cas de litige, vous pouvez contacter la rédaction de Zinfos 974 via l'adresse contact@zinfos974.com

Vous restez le responsable des commentaires que vous soumettez et en portez la responsabilité. De son côté, la rédaction de Zinfos 974 se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l'estime nécessaire pour la bonne tenue du débat.

Zinfos 974 est seul juge des messages qu'il publie ou modère - y compris pour des raisons qui ne seraient pas répertoriées dans la liste ci-dessus. Vous pouvez demander des explications sur la modération en utilisant l'adresse contact@zinfos974.com, mais toute allusion au travail de modération dans un commentaire sera systématiquement mis hors ligne.

------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes