MENU ZINFOS
Patrimoine

Cases créoles, une espèce en voie de disparition


Par Melanie Roddier - Publié le Lundi 22 Février 2010 à 07:34 | Lu 13889 fois

Cases créoles, une espèce en voie de disparition
C'est dans le centre-ville de la capitale que l'on peut encore trouver le plus de "cases créoles", caractéristiques de l'histoire de la Réunion. Entre amis, on a souvent tendance à comparer avec sourire la rue de Paris à la rue de la Paix du jeu du Monopoly... Ce sont des bâtisses prestigieuses qui sont devenues des bâtiments administratifs et un lieu incontournable pour les visites touristiques.

Toutefois, il n'est pas nécessaire de se balader très longtemps dans les rues de Saint-Denis pour se rendre compte d'une chose : ces merveilles patrimoniales sont en voie de disparition. Symbole de la Réunion et fierté de la population, le constat est malheureux : l'un des héritages primordiaux de l'histoire réunionnaise est en ruine. Les belles cases de la rue de Paris, pour la plupart gérées par les collectivités locales, finiront par ne plus masquer ce délabrement de l'architecture créole...

Pour certaines, les héritiers n'ont pas eu d'autres choix que de la laisser à l'abandon. Elles bordent les rues, parfois cachées par une végétation étouffante. Seuls les squatteurs bravent les interdits en occupant ces lieux aux airs de maisons hantées pour en faire un lieu de survie. Leurs toits frangés de dentelles se désagrègent et les parois ne peuvent plus lutter contre l'humidité, la rouille et la peinture décrépie.

Cases créoles, une espèce en voie de disparition
D'autres semblent vouloir résister aux rangées de constructions bétonnées. Mais le combat est inégal. Pour exemple, il suffit de se rendre dans la rue Juliette Dodu pour constater ces changements. Au numéro 123, un grand panneau surplombe un terrain où il existait une maison ayant valeur patrimoniale. Dessus, on peut  lire que la résidence le Saint-Laurent s'élèvera bientôt sur l'emplacement.



Cases créoles, une espèce en voie de disparition
141 rue Juliette Dodu, on poursuit la visite. Les murs de béton armé ont entamé leur course vers le ciel. Plus personne, surtout pas les générations à venir, ne se douteront qu'une maison à caractère patrimonial a été entièrement détruite pour laisser place à des logements à caractère... impersonnel.  Et le même constat se vérifie au numéro 157, puis au numéro 179.

Cases créoles, une espèce en voie de disparition
Il y aussi ces coins où la conservation d'une partie de la case créole finit par friser le ridicule. Son intégration avec les nouvelles constructions ne rime parfois qu'à la présence d'un pan de mur, d'une forme de toit ou d'une véranda, signe des vestiges d'une époque révolue.

Si la plupart des gens regrettent déjà cette mutation, d'autres, laissant parler leur nostalgie, sont prêts à mener le combat pour empêcher la disparition de l'architecture créole. Une lutte qui commence à peine, avec la mise en place d'une pétition "pour la défense du patrimoine architectural de Saint-Denis".



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

51.Posté par Vipère le 18/07/2010 15:24

Du fait de votre emploi en Mairie, n’êtes-vous pas censé connaître la loi ?
Les bâtiments remarquables sont reconnus comme patrimoine mondial par l’UNESCO.
La loi Littorale :… « La localisation comme l’aspect des aménagements ne doivent pas dénaturer le caractère des sites, compromettre leur qualité architecturale ou paysagère et ne pas porter atteinte à la préservation des milieux.
Dans les espaces naturels, les aménagements doivent être conçus de manière à permettre un retour du site à l’état naturel. Cette condition de réversibilité de l’aménagement s’applique à l’ensemble des aménagements prévus, à l’exception des travaux relatifs à la réfection de bâtiments existants, à l’extension limitée des bâtiments nécessaires à l’exercice d’activités économiques et aux aménagements nécessaires à la gestion et remise en état d’éléments du patrimoine bâti. »
Avez –vous consultez la population avant de démolir la maison De Palmas ?
Avez-vous seulement consulté les proches riverains pour savoir ce qu’ils en pensaient ?
Le bâtiment que vous comptez construire à cette adresse donnera la vue des appartements directement chez les voisins habitants plus bas.
Cela vous dérangerai-t-il d’avoir des voisins vous espionnant à longueurs de temps ?
Avez-vous un vis-à-vis aussi proche là où vous habitez ?
Vous devez aimez puisque vous l’imposez aux autres…

50.Posté par jean-pierre espéret le 18/07/2010 12:02

Il y a le classement "Bâtiments de France" dépendant du Ministère de la Culture d'une part et le Plan Local d'urbanisme, proposé au vote du Conseil Municipal après consultation de la population, d'autre part.

49.Posté par Cambronne le 16/07/2010 19:21

48.Posté par jean-pierre espéret le 16/07/2010 17:28

Vous pouvez nous en dire plus sur votre manière d'approche " d'aller au delà de cette réglementation." car ua delà de l'impossible nul n'est tenu déjà contentez vous de faire respecter le règlement en vigueur qui représente déjà une antre des ténèbres à lui seul , avant de franchir les portes de l'au-delà...

48.Posté par jean-pierre espéret le 16/07/2010 17:28

Comment ce monsieur aurai-t-il pu vous juger sur un article qui n'a pas été publié ?

Il a jugé sur le seul titre, repris par le JIR et Zinfos, titre provocateur et démenti par l'article lui-même.

Pour revenir à la maison de Palmas, elle n'est pas inscrite au patrimoine architectural, ce qui contraint à la reconstruction à l'identique, ce que vous affirmez et que j'ai cru avant vérification, elle est seulement répertoriée comme bâtiment remarquable, ce qui n'implique aucune contrainte réglementaire. Nous allons nous efforcer dans le Plan Local d'Urbanisme en cours d'élaboration d'aller au delà de cette réglementation.

47.Posté par Vipère le 14/07/2010 11:55

Votre semblant de mea culpa et vos larmes de crocodile ne changeront rien aux faits :
Vous frappez : les hommes, les bâtiments (et dans vos rêves les vipères…)
Comment pouvez vous portez la main sur ce que vous estimez ?
Jésus a effectivement chassé les marchands du temple, parce que ces personnes blasphémaient en faisant du commerce dans la maison de Dieu, qui est sensée être une maison de paix et de recueillement. Pas de commerce ou d’échange. Pour reprendre votre exemple encore une fois, Jésus s’est vu insulté plus d’une fois (et plus sévèrement que ce qui vous a été dit) et n’a jamais levé la main pour frapper un autre homme ni quoi que ce soit d’ailleurs! C’est un homme sage, effectivement. Il avait le respect des hommes, des animaux (que cela vous déplaise…) et des bâtiments. Il n’est cité nulle part dans la bible que Jésus a détruit une habitation.
Comment ce monsieur aurai-t-il pu vous juger sur un article qui na pas été publié ?
Mes questions (au 45) restent toujours sans réponses.

46.Posté par jean-pierre espéret le 30/06/2010 07:30

Dimanche 27 juin 2010

La violence n'est jamais la solution.

Nous le savons depuis que l'histoire existe et nombre de sages nous l'ont enseigné, mais il arrive même aux meilleurs de perdre leur sang froid, ainsi Jésus, militant pacifiste bien connu, n'a-t-il pas chassé les marchands du temple à coups de fouet! Cependant je ne cherche aucune excuse à mon comportement lors de la manifestation de jeudi dernier, relaté dans le Quotidien de samedi. Je regrette profondément d'avoir porté la main sur Pascal Basse et je lui présente mes excuses. J'ai été aveuglé par les injures insupportables ("raciste, fasciste") qu'il a proféré à mon endroit et j'ai réagi instantanément sans laisser à mon cerveau la moindre seconde de réflexion. Si je l'avais fait j'aurais compris qu'il y avait une bonne raison à ce que Pascal Basse, personne que j'estime tout à fait, soit sorti de ses gonds et m'ait agressé verbalement : c'était tout simplement que Pascal Basse m'insultait sur la base d'informations tronquées, à savoir le titre (très provocateur je l'avoue) d'un article jamais paru dans la presse et dont le contenu démentait évidemment ce titre. J'y disais simplement que créoles comme métropolitains avaient la fâcheuse tendance à crier au racisme, qu'on soit un élu mis en examen ou un leader désavoué par la base.

Je le repète, contrairement à ce qui est dit dans le Quotidien, cet article n'est jamais paru dans la presse, et, je viens d'avoir le secrétaire de la Ligue des droits de l'Homme au téléphone, il n'a jamais fait l'objet d'une plainte de la part de la Ligue. je tiens cet article à la disposition de Pascal Basse pour qu'il puisse réviser son jugement à mon endroit et je lui présente à nouveau toutes mes excuses pour ce geste en aucune façon justifiable.


45.Posté par Vipère le 29/06/2010 20:21

Je dois reconnaître mes erreurs en public Mr.
Effectivement pour ce qui est de vous battre vous le faite, mais avec les gens et sur le pavé ! Peut-on appeler ça une cause humanitaire ?
Etiez vous obliger de battre quelqu’un parce qu’il refuse de vous saluez ? Les confins de la galaxie ne sont finalement pas si éloignés !
Vous étiez effectivement de cette manif, était-il écrit sur mon front que je suis une vipère quand vous m’avez serré la main ?
Faudra-t-il pour que la maison de Palmas retrouve son prestige que vous bottiez les fesses de tous ceux qui veulent la revoir à l’identique ?
Donnerez- vous aussi un coup de poing dans la caricature de maison De Palmas comme vous l’avez fait avec ce pauvre manifestant qui refusait votre salut ?

44.Posté par Catherine C. le 08/06/2010 09:47

Il m'arrive de rêver de destruction, moi aussi !... De ces verrues, et anomalies...
Et justement, normalement, lorsqu'on ne respecte pas les dispositions d'un P.O.S., on s'expose à la destruction de l'ouvrage, du moins pour le commun des mortels...
Ne peut-on pas porter un recours pour ce non-respect ?
Je rêve je sais, c'est utopique, mais une décision de justice en ce sens ne donnerait-elle pas à ces promoteurs ignobles (il n'y a pas d'autre mot lorsqu'on ose s'attaquer à ce que nos ancêtres ont patiemment construit !...) à réfléchir à leurs actes ? Ou a-t-on un moyen de les arrêter au stade du permis de construire ?
Ou ont-ils juste tous les droits ?

43.Posté par kréol deboute le 07/06/2010 16:13

A QUOI DONC SERT L’ARCHITECTE DES BÂTIMENTS DE FRANCE ?


Cette question mérite d’être posée car il suffit de se promener en ville de Saint-Denis pour se rendre compte de la disparition ces derniers mois de nombreuses cases créoles d’intérêt architectural.

Comment cela se passe-t-il ?

Essentiellement par le non respect du plan local d’urbanisme (PLU). Cela semble être le sport favori des bétonneurs-pays qui sévissent dans le centre-ville. Ils profitent du laxisme des responsables de l’urbanisme chargés de faire appliquer le règlement. En effet, dans la zone patrimoniale (en théorie protégée) nous avons répertorié nombre de constructions nouvelles qui ne tiennent absolument pas compte des règles édictées à Saint-Denis.

- Au regard du PLU, dans la zone UPC, par exemple, les constructions nouvelles doivent se faire en milieu de parcelle de façon à conserver la densité d’espaces verts du secteur.
- La hauteur de ces constructions ne devant pas dépasser de plus d’un étage les maisons de grand intérêt architectural qu’elles jouxtent.


Or, dans les faits c’est tout l’inverse qui se produit !

Ainsi au 157 rue Juliette Dodu par exemple, où devrait intervenir la reconstruction à l’identique de la maison De Palmas, l’architecte des bâtiments de France
-autorise la construction d’une minuscule imitation de case créole que l’on rapproche de la rue pour dégager l’espace à l’arrière pour des immeubles modernes.
-Un de ces immeubles de 14m de haut écrase les constructions traditionnelles du voisinage.

Pour offrir davantage de place au promoteur l’Architecte des Bâtiments de France permet la démolition d’éléments remarquables constitués par les longères en moellons et pierres de taille du fond de la cour (répertoriées sur la carte des éléments de paysage du PLU).
Elément révélateur : il s’arc-boute sur des détails (une partie de clôture par exemple) et capitule sur l’essentiel de ce qui fait notre richesse patrimoniale : aucun des éléments originaux, authentiques de la maison De Palmas n’est repris dans le projet du promoteur.

Ailleurs, presqu’au croisement de la rue Juliette Dodu et Saint Anne, au 141, la destruction volontaire d’une case créole à étage (répertoriée d’intérêt architectural ) n’a pu se faire sans l’aval de l’A.B.F. monsieur Cassagnaud.

Quel triste constat : « là ou L’ABF passe, la case créole trépasse » !

Lorsque des projets se font à l’emplacement d’un patrimoine disparu comme celui situé rue Labourdonnais (SCI Mouroug, dans les environs de la cathédrale), on autorise la construction à 14 mètres de haut. Ainsi la hauteur maximale de construction autorisée devient grâce à nos responsables de l’urbanisme la règle générale, la norme dans cette zone.
Ce faisant on ne prend pas en compte le bâti existant ; on rompt l’harmonie de la zone patrimoniale où les constructions dépassent rarement un étage.

Pourquoi un tel acharnement contre les cases créoles ? Est-ce la volonté d’un seul homme désireux de marquer de sa griffe l’architecture à la Réunion ?
Il serait grand temps qu’il se reprenne, car ses actes présents nous font douter de la sincérité de son amour pour le patrimoine de l’île.
Sa mission principale est de protéger le patrimoine non de permettre qu’il soit vandalisé, voire détruit !



Kréoldeboute

42.Posté par Ti gouyave le 05/06/2010 10:57

N'oubliez pas que le dernier à signer le permis de construire, après le passage de l'architecte des bâtiments de France, après étude par le service de l'urbanisme, puis réception au service des permis, c'est vous Mr Espéret. Alors,pas responsable, pas coupable, votre signature!!? Espérons que vous qui aimez semble-t-il, les jardins créoles, les espaces verts, compreniez que par la nécessaire densification, nous perdons tout, nos cases, nos jardins, notre art de vivre... alors préservez en gardons deux trois bardeaux, un ptit peu de lambrequins, ça ne suffit pas. Peut être faut -il être né ici, peut être faut-il juste aimer son prochain pour préserver les maisons créoles.

41.Posté par Catherine C. le 05/06/2010 09:14

A la bonne heure alors ! Mais VITE !!!
Quelque chose me chagrine quand même un petit peu : je parle couramment 2 langues étrangères, et pourtant, je ne peux exercer comme guide touristique, et n'étant pas diplômée en histoire de l'art, faire la formation qui s'impose m'obligerait à retourner en Métropole, ce que je ne peux me permettre pour l'instant...
Donc, pour faire VISITER notre patrimoine, il faut avoir fait histoire de l'art, mais pour le PROTEGER, que nenni ?!... Et pour le DEMOLIR, il faut quoi ?
Ceci explique peut-être cela...
Vos convictions sont certainement belles M. Esperet,mais les actions valent mieux que les paroles... Quid donc de la maison de Palmas? Peut-on encore arrêter ce désastre et OBLIGER la reconstruction à l'identique ? Qu'en est-il des 3 MAISONS BRULEES ce mois-ci ? Seront-elles aussi "reconstruites à l'identique", débarrassées de leur jardin, déplacées à l'avant "pour qu'on puisse mieux les regarder" et écrasées par de superbes "résidences sécurisées"?
La densification n'aurait jamais dû concerner le centre historique, c'est tout. Vous ne faisiez pas partie de l'ancienne mairie ? Mais vous avez signé pour la maison de Palmas, alors assumez !
Le nouveau boulet attaché aux pieds des Réunionnais, c'est l'argent, facile de préférence. Libérez-vous de son pouvoir, et vous verrez la ville de St Denis autrement, M. Espéret...
J'attends la pétition avec beaucoup d'impatience Mme Rodier, et pas que pour St Denis...

40.Posté par jean-pierre espéret le 04/06/2010 18:04

Non seulement (je vous cite Vipère) "il est facile de voir les défauts des autres" mais on peut les insulter en les accusant de ce qu'il ne sont pas à savoir et je vous cite encore, Vipère, ceci : "Ce Monsieur, comme beaucoup, préfère la facilité de sa petite vie, plutôt que de se battre pour les causes justes et imposer ses convictions s'il en a...." Depuis 42 ans je me bats pour les causes humanitaires, syndicales, écologistes, je suis de toutes les manifs, et je n'ai guère eu l'heur de vous y rencontrer Madame Vipère.

Pour la défense du patrimoine, Madame Catherine, la mairie de Saint Denis a repris l'élaboration de sa Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager, abandonnée par la municipalité précédente, mais on ne sort pas une réglementation en claquant des doigts, il y a des formulations à peser, des procédures à respecter. Mais, je le répète, l'heure est à la densification (voir courrier plus haut), cependant, là aussi, nous étudions les façons d'éviter certaines brutalités de construction que permet le Plan Local d'Urbanisme actuellement en vigueur.

39.Posté par Vipère le 03/06/2010 23:08

Il est facile de voir les défauts des autres n’est ce pas, Monsieur ?
Plus facile que de voir les siens. Maintenant que la vipère à peine sortie de son œuf et descendue de son avion vous a mordu, pourquoi une vipère prendrai le temps de ce soucié de son orthographe ou de sa syntaxe, quand Un professeur doit donner l’exemple (en choisissant les mots appropriés pour chacun de ces écrits), et ne le fait pas ?...
Fort aise pour la Réunion et le reste du monde que de votre petit cerveau humain n’est sorti aucune de ces machines à distribuer la mort .Vu l’endroit où vous désirez expédier une pauvre petite vipère à peine sortie de son œuf , je n’ose imaginez ce que vous réserveriez au pauvre patrimoine de notre petite île qui ne vous a rien demander, ne serai-ce que vous lui autorisez le droit de persister dans le temps et peut être même à vous. Si votre égo n’est pas trop démesuré.
Dernière chose pour calmer la faim d’une vipère : Faut-il, pour entrer dans les bonnes grâces de Sieur Espéret, manier le clavier pareil au fleuret ?
Il me semblait (à tort je le conçois) qu’étant le seul représentant de mon espèce sur cette île paradisiaque vous ne m’auriez pas réservez le même sort que ces pauvres bâtisses que vous « exterminez » sans le moindre scrupule.

38.Posté par Catherine C. le 03/06/2010 09:29

Eh bien, M. Esperet n'en espérait pas tant... Mais il le mérite !
Bravo aux participants, j'ai longtemps cru être seule à aimer mon patrimoine...Surtout les petites cases, dont personne ne fait cas, tout occupés que sont mes compatriotes à gagner suffisamment de fric pour se payer l'indispensable Porsche Cayenne, mais c'est un autre débat... Quoique...
Enfin, j'invite M. Esperet, s'il n'a pas l'occasion d'y mettre les pieds (moi, je trouve que c'est une belle alternative à la grosse voiture...) de visiter en images au moins, le coeur des belles villes d'Europe et du monde, même dit "sous-développé" : Edimbourg, Ecosse et ses bâtiments gothiques, le vieux Pelourinho à Bahia, Brésil, les petits villages du Kerry, Irlande, Reykjavik, Islande, qui préserve ses vieilles maisons de bois, etc... Il se dégage de ces villes quand on s'y promène une atmosphère, un bien-être, qui ne sont dûs qu'à leur patrimoine : car la beauté procure du bien-être, le savez-vous M. Esperet ? Allez vous promener en banlieue parisienne, et vous ferez peut-être la différence...
Malheureusement, une telle atmosphère n'est plus palpable à la Réunion, qu'à l'Entre-Deux ou à Hell-Bourg... Tous les centre-villes auraient dû être préservés de la sorte, et ce n'est qu'une volonté politique et le pouvoir, le devoir, de dire non à l'argent !
Honte à vous, et à l'architecte des Bâtiments de France, qui n'avez pas le courage de dire non au pouvoir de l'argent, car c'est bien de cela qu'il s'agit ! Vous ne vous endormirez pas sur vos 2 oreilles le jour venu...
Regardez St André, un vrai désastre ! Que sont devenues les belles cases et leurs magnifiques jardins?
Nous n'attirerons pas les touristes avec ces horreurs M. Esperet, ils n'ont que faire de ces belles résidences sécurisées en béton armé ! Mes amis étrangers sont effarés de la laideur de St Denis à la descente de l'aéroport ! Et ce n'est pas le projet pôle océan qui va arranger les choses! Que deviendra le petit marché au fait? il me semble qu'il disparait sur vos plans grandiloquents de Dubaï de pacotille...
Honte à vous !!!

37.Posté par jean-pierre espéret le 02/06/2010 10:19

Je n'ai pas inventé la poudre, ni la bombe atomique, ni les mines anti-personnelles et j'en suis plutôt fier. Je suis professeur de français en effet, engeance que Vipère ne semble guère avoir fréquentée vu son orthographe. “plutôt que de se battre pour les causes justes et imposer ses convictions s'il en a.... “ : Seule une petite vipère à peine sortie de son oeuf ou plutôt à peine débarquée de son avion (car la Nature jusqu'à présent a épargné à la Réunion la présence de ce reptile mortel) peut avoir la niaiserie de proférer de pareilles insultes. Si je pouvais transférer l'énergie que j'ai mis dans ma vie à battre le pavé pour des causes justes à botter le cul de Vipère, il se retrouverait aux confins de la galaxie.
Pour la Maison de Palmas, je reconnais que le mot “identique” n'est pas approprié.

36.Posté par Vipère le 02/06/2010 08:31

Ayez pitier de ce pauvre Monsieur (Dés)Espéret.
Il n'a pa inventé la poudre,il n'est pas professeur de mathématiques, ni Einstein pour savoir que des différences existent entre 4, 8, 90, 220, ...et d'autres chiffres.
Il n'est que professeur de Français!
Ce Monsieur, comme beaucoup, préfère la facilité de sa petite vie, plutôt que de se battre pour les causes justes et imposer ses convictions s'il en a....
A bon entendeur

35.Posté par Zapata le 28/04/2010 19:13

Monsieur Espéret se veut, en tant qu’élu délégué à l’urbanisme de la ville de Saint-Denis à l’écoute des Dionysiens et intervient très souvent sur ce site. Fort bien !
Il affirme, concernant la maison de Palmas que celle-ci « va renaître, construite à l’identique (sauf pour le confort moderne à l’intérieur) ». Dont acte !
Mais…D’après les renseignements que j’ai pu obtenir
- La case de Palmas faisait 220 mètres carrés au sol, la construction projetée en fera 90,
- La toiture de la maison de Palmas était à la Mansart, avec huit pentes, la nouvelle n’en aura que quatre,
- La construction neuve comportera des pièces sous le toit et des chiens assis, contrairement à la maison de Palmas,
- La maison de Palmas avait une varangue fermée originale dans sa conception, la nouvelle varangue sera ouverte,
- La maison de Palmas avait un grand et beau jardin, le nouveau jardin aura rétréci des deux tiers.
Je n’ose imaginer que Mr Espéret, professeur de français, ignore le sens du mot « identique ». Il reste alors une alternative : Ou bien Mr Espéret, délégué à l’urbanisme de Saint-Denis signe les permis de construire sans les lire et dit n’importe quoi, ce qui dénote une légèreté coupable ou bien il dit sciemment des contre-vérités.
Alors, incompétent ou menteur ?
J’entends d’ici les mauvaises langues qui prétendent que ce n’est pas incompatible.


34.Posté par jean-pierre espéret le 27/04/2010 07:23

Mais je ne fais que ça vous répondre, Monsieur Tipir, ça commence à tourner au mano à mano cette rubrique. Et ce pseudo! Qu'avez-vous à cacher, Monsieur Tipir? Que, bien que pétri d'opinions généreuses, vous ne voulez pas qu'on vous fasse un peu d'ombre? Grâce à l'accord conclu avec le promoteur, la Maison de Palmas va enfin renaître, construite à l'identique (sauf pour le confort moderne à l'intérieur) et sera avancée vers la rue Dodu, ce qui permettra au commun des citoyens d'en jouir un petit peu.

33.Posté par tipir le 25/04/2010 14:57

Mr Espéret, nous espérions tant une réponse de votre part, mais il est vrai que l'étude du plan local d'urbanisme peut prendre du temps tant il est dense et compliqué!!!
Où en êtes vous dans votre lecture, puis je vous aider?

32.Posté par Krazpanou le 17/04/2010 12:46

Mr Espéret est il en vacances hors du département? A-t-il trop de permis de construire à signer?
IL est certain qu'après certains permis signés il serait souhaitable qu'il range son stylo...

31.Posté par tipir le 11/04/2010 17:08

parlez nous de la case de palmas? rue juliette dodu? que veut dire reconstruite pour vous? avez vous lu le PLU? qu'est ce que veut dire caractéristiques d'origine? Implantations etc...? je vous propose un petit extrait:

DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CONSTRUCTIONS A VALEUR PATRIMONIALE
Le plan « des éléments de paysage, des quartiers, îlots, immeubles, espaces publics,
monuments, sites et secteurs à protéger ou à mettre en valeur » visé au paragraphe précédent cartographie les constructions à conserver en l’état et celles dont la démolition pourra être autorisée .
Il détermine également les constructions traditionnelles dont la reconstruction à l’identique est imposée.
vous mets le lien au cas ou
http://www.immobilier-reunion-974.re/share/minifilemanager/le%20PLU%20de%20Saint-Denis
être élu ne vous dispense pas d'ignorer les règles! et les lois.

30.Posté par Jean-Pierre Espéret le 11/04/2010 12:34

Non, Monsieur Tipir, comme je l'ai déjà écrit plus haut, c'est autrefois que les cases créoles classées n'étaient pas protégées. Aujourd'hui, même détruites, il faut les reconstruire. L'allégation selon laquelle seules sont protégées les cases appartenant aux collectivités est sans fondement. Consultez le registre des cases classées auprès de l'Architecte des bâtiments de France.
Il est prévu des logements sociaux dans le nouvel Espace Océan et ailleurs en centre ville. Devant le Palais de Justice c'est possible si vous vous portez acquéreur du terrain mis en vente par le Conseil Général, ce que je regrette d'ailleurs.

29.Posté par tipir le 10/04/2010 15:00

Mr Espéret vous vous sentez responsable mais pas coupable, vous assumez! alors prenez de grandes décisions et affirmez votre appartenance au clan des promoteurs , ceux qui détruisent notre architecture auparavant protégée et toujours protégée par le PLU de St Denis que ni vous ni l'ABF semblent connaître ou en tout cas ne respectent. Ou sinon démissionnez et mettez un grand coup de pied dans la fourmilière de l'hypocrisie, qui consiste à ne protéger que ce qui appartient à la mairie ou aux autres collectivités territoriales.

Pourquoi des logements sociaux ne se construisent pas au centre ville en face du palais de justice? Alors là on toucherait ceux qui ont besoin de la densification...

28.Posté par Zapata le 09/04/2010 16:25

Sur le fond M. Espéret n' a pas répondu aux questions soulevées par cet article. Il se contente d'un discours bien général et n'a apporté aucun éléments de réponse concernant les chantiers en cours et surtout les destructions de demeures patrimoniales ( réfenrencées ci-dessus ). Du patrimoine et des jardins il n'en rien à cirer. Il accorde des permis de construire à ses amis, ses soutiens politiques, y compris dans la zone patrimoniale même si cela doit entraîner la démolition de bâtiments en pierre , de cases créoles plus que centenaires protégées ou répertoriées comme devant être reconstruites. C'est le cas de la maison DE PALMAS en face du collège Juliette Dodu. Cette grande demeure patrimoniale était une maison de caractère et il est très surprenant de voir qu'à la place un promoteur veut construire un immeuble et du simili créole. La demeure De Palmas était imposante par ses dimensions ( plus de 220 mètres carrés au sol ); elle possédait un des trois toits à mansard à huit pans répertoriés dans toute l'île, une varangue fermée ouvragée, des parquets d'une exceptionnelle beauté et un jardin magnifique du temps de sa splendeur. Elle abritait autrefois une grande famille réunionnaise qui a contribué au développement économique de l'île. Mais de cette histoire, il semble que l'architecte des bâtiments de France n'en a pas conscience car il a autorisé la destruction des dépendances en moellons et pierre de taille qui se trouvait à l'arrière de la demeure il y a encore quelques semaines ( Ses dépendances étaient elles aussi répertoriées comme ayant une grande valeur patrimoniale ).
Il y là-dessous quelque chose de pourri, car comment croire qu'une personne, en théorie chargée de la protection du patrimoine, puisse ordonner la destruction de bâtiments remarquables ?
Les cases créoles de la zone patimoniale sont en danger d'extinction avec de tels agissements!!! Des élus irresponsables et des architectes incompétents sont à la manoeuvre, mais ils devront bientôt rendre des comptes.....

Zapata


27.Posté par jean-pierre espéret le 31/03/2010 00:58

C'est juste un peu beaucoup calomnieux, Justin, caché derrière votre pseudo. Quelles preuves à l'appui de vos allégations vipérines?

26.Posté par justin le 29/03/2010 03:12

Vous voudriez que Monsieur Espéret devienne responsable... mais il ne l'a jamais été. Il s'est toujours battu pour avoir un poste d'élu sans en avoir les compétences. L'écologie, il n'en a rien à cirer. Son patrimoine, à lui, il sait le préserver et même le faire grossir!

25.Posté par jean-pierre espéret le 29/03/2010 00:30

Il y a plusieurs opérations de Réhabilitation d'Habitat Insalubre (RHI) qui sont lancées par la ville : Moufia, Bretagne, Bois de Nèfle, Montagne... et sur les Camélias par l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU).
Racheter, ce n'est pas la politique de la ville, qui chercher plutôt à vendre. Mais mettre la pression sur les propriétaires qui ont les moyens et qui laissent cependant leur bien à l'abandon, on y pense.

24.Posté par beverly une reunionnaise le 28/03/2010 03:18

il y a un organisme chemin des 2canons je crois, qui s'appelle l'opact reunion je crois.Cet organisme a été créer, justement pour l'amelioration de l'habitat insalubre et autres.Vu le nombre de cases sur notre ile en degringolade, car le proprietaire n'a pas les moyens pour faire quoi que ce soit dans sa case, entre des revenus de 300euros à 700euros maximum, la cherete de la vie, je ne vois pas comment la personne peut meme en pensee faire quelque chose pour sa case.
Je ne suis pas d'accord àvec Grenade974 : il y a un organisme pour l'habitat, qu'il fasse son boulot et qu'il aide ces gens dans ces difficultés.Non seulement, ils n'ont pas les moyens pour faire quoi que ce soit, en plus, on va leur appuyer sur la tete, en leur demandant de vendre leur bien petit qu'il soit.On va où avec cette logique?ils vont aller habiter où ces gens vu les prix des maisons sur notre ile, minimum 225 000euros.
Et cet argent qui doivent aller pour ce poste, ils sont allé où, etant donné le nombre de logements à problèmes sur notre ile?Ils viennent tout le temps sur radio freedom.des cases sans electricité, il y en a beaucoup, avec des enfants dedans, où on va ?

23.Posté par tipir le 27/02/2010 07:10

La 1ère photo de case est dans la rue Juliette dodu 2OOm plus haut que la gmf à l'angle avec la rue venant de la BR...

22.Posté par citoyen le 26/02/2010 23:12

Je remercie M. ESPERET de sa réponse (car il fait l'effort de lire zinfos et les commentaires et d'y répondre, chose rare de la part d'élus.....) et précise que mon post ne le concernait pas lui particulièrement, mais la politique générale de la mairie de Saint-Denis (je suis dionysien et ne connaît pas suffisamment les autres communes pour en parler) depuis de nombreuses années en matière d'urbanisme et d'architecture, toutes équipes et élus confondus depuis quelques décennies.... Lui-même est d'ailleurs tributaire de cette politique générale et de la volonté politique des élus....

Je suis tout à fait d'accord avec les 4 grands objectifs cités, et suis tout à fait conscient de la nécessité de densifier. Mais pas n'importe où.

Il faut quand même rappeler que Saint-Denis est relativement grand et que l'on pourrait espérer que son centre ville historique soit épargné au maximum par le "modernisme" et la densification "béton", et donc certains quartiers, comme par exemple celui très très historique de la Cathédrale, la rue de Paris, le Barachois, le bas de la ville: rues Juliette Dodu........

Ainsi autoriser un container, c'est justement faire de la pyramide du Louvre péi (toutes proportions gardées....) à côté d'une cathédrale et d'un petit quartier sympa qui mérite de voir son cachet historique développé...... Par contre, j'apprécie les travaux (trottoirs, zones piétonnes, lampadaires.... ) qui y ont été réalisés...

Oui, on peut densifier certains quartiers, mais préserver au maximum le centre ville historique de Saint-Denis, et non y laisser s'implanter des bâtiments à plusieurs étages qui dénaturent l'environnement architectural. Par contre, les autres quartiers excentrés, densification, oui, surtout qu'ils ne brillent pas le plus souvent par leurs cases créoles en général.

Je sais, c'est facile de critiquer, et quand on a affaire à la pression politique des gros zozos qui possèdent la plupart des cases rue de Paris et dans le Saint-Denis historique où aux promoteurs qui crééent des logements, dur dur de ne pas accepter de permis de construction similililili créoles...!

Mais c'était cela le sens de mon post. Car laisser le "béton" tout envahir , tout le centre ville et même le centre historique, conduit à ce que "tout foute le camp" à petit feu... de bois de case créole....

Aussi, la réponse générale donnée par JPE ne me paraît pas satisfaisante, de ce point de vue là ....

Donc conclusion, malgré l'ABF et les règles de protection du patrimoine architectural, les cases créoles traditionnelles en bois sont condamnées à disparaître les unes après les autres, et dans quelques années, il n'en restera plus que quelques unes, que l'on comptera sur les doigts des deux mains, appartenant à de riches propriétaires ou des administrations, et les autres, pfff parties en fumées ou totalement cachées et noyées dans le béton et en architecture simililili créole.... dans le meilleur des cas...

Est-ce cela qu'on veut pour Saint-Denis et est-ce satisfaisant pour le tourisme et la culture au sens large (histoire, patrimoine architectural) ? A mon avis, non!

19.Posté par pimanzoizo le 25/02/2010 16:53 :

Merci, j'essaie de clarifier les choses et non balancer n'importe quoi selon l'humeur, comme 9 posts sur 10 hélas (hormis les posts humour, que j'apprécie.... ), sans vouloir être méchant. Seule façon d'avancer... à mon avis.

Quant à Saint-Gilles, na longtemps que lé plus un ti village pécheurs, mounoir.....

18.Posté par gilou974 le 25/02/2010 15:53 :

Oui, qu'en pense l'ABFet quelle est sa politique à ce propos ?

2.Posté par GRENADE974 le 22/02/2010 08:01

Oui, tout à fait d'accord. Ainsi de la case sur la première photo (c'est pas l"ancien "16", rue Félix Guyon? Fermé depuis 20 ans au moins ). Les collectivités pourraient aider les propriétaires à reconstruire à l'identique, en contrepartie de l'obligation d'embauche de jeunes formés localement par exemple, ou racheter, dans le même but et y installer un service public ou une agence ou y permettre l'installation d'animations, ....

21.Posté par tipir le 26/02/2010 18:18

Mr Espéret parle de fournir des logements densifier au centre ville de St Denis ; qui bénéficiera de ces constructions à part des gros entrepreneurs, de ceux qui défiscalisent; y aura-t-il des logements pour ceux qui en ont le plus besoin (les smicars, les rmistes). Construisez vous suffisamment de logements sociaux sur St Denis? Pourquoi n'avez vous pas fait jouer votre droit de préhension?
L'architecte des bâtiments de France est tout aussi responsable mais il se contente d'obtenir des prometteurs la reconstruction d'une petite case Kréole qui n'a aucune caractéristique de la case d'origine (taille, emplacement au sol, paysage, varangue fermée...). Alors oui il est responsable bien faible par rapport à ses prédécesseurs,
et surtout par ce comportement il permet de tuer des pans de notre architecture de notre histoire...

20.Posté par zapata le 25/02/2010 21:29

Quel gachis ! Toutes ces belles demeures patrimoniales qui disparaissent sacrifiées sur l' autel de l'argent roi. Et Le constat édifiant fait par Mélanie Rodier ne concerne uniquement la rue juliette Dodu. Qu'en est-il du reste de la ville ? Qui se souvient encore de la belle case créole qui abritait le conservatoire de musique derrière le jardin de l'état . A cet emplacement quelques arbres perdus au milieu de deux parkings semblent faire de la résistance lorgnant avec envie leurs cousins du jardin de l'état, espérant sans doute qu'un écologiste convaincu ne les sauve du bétonnage. Ah les malheureux !! Je crains fort qu'ils soient déçus...


19.Posté par pimanzoizo le 25/02/2010 16:53

@post 8 :citoyen,merci d'avoir exprimé clairement ,et calmement(moi,j'avais trop envie de balancer deux calottes dann coin zoreilles à ces band zérétik ..) ce que je déplore malheureusement de jour en jour .
Et ne parlons meme pas de St Gilles les Bétons !
Je partage entiérement les trois points développés dans votre post .

18.Posté par gilou974 le 25/02/2010 15:53

Vous tapez bien fort sur M.Espéret, il a une grande responsabilité, certes, mais n'oublions pas qu'il travaille de concert avec l'Architecte des Bâtiments de France qui lui non plus ne voit pas beaucoup d'avantage à conserver une vieille maison créole vieillissante plutôt qued'ériger un bâtiment moderne flambant neuf.
Je rappelle certaines des missions que cet architecte semble avoir oubliées:

- il s'occupe de l'entretien des Monuments Historiques
- il donne un avis sur les dossiers de restauration du petit patrimoine communal, église,
fontaine, lavoir, pont etc., en vue de l'obtention de subventions.
- il donne aussi un avis sur tous les projets situés dans le périmètre de protection des monuments historiques et dans les sites.

Mais son rôle ne se limite pas au seul côté monument historique:
- préservation et valorisation des paysages et milieux naturels avec leurs dimensions
architecturales et patrimoniales,
- qualité de l'habitat, dans sa diversité, d'une architecture contemporaine s'insérant
dans les paysages, de la réhabilitation du bâti existant:
- maîtrise de l'urbanisation,
- conseil et assistance pour la réalisation des documents d'urbanisme,
- sensibilisation et pédagogie en direction des élus et du public,
- maintien des savoir-faire, des techniques et matériaux traditionnels.


17.Posté par Tony Rivière le 24/02/2010 00:16

Oui monsieur, votre signature vous engage personnellement, vous n'en êtes pas fier et vous l'assumer??? Ca c'est un positionnement très claire M.Espéret.

Comment arrivez-vous à vous regarder dans votre miroir le matin?
Monsieur, redescendez de votre tour d'ivoire et ne laissez plus le champ libre au fric et la spéculation immobilière.
Comment croire que vous n'y avez aucun intérêt?
Je vous appréciais pourtant lorsque vous aviez encore quelques vraies valeurs.
Qui pourra sauver notre patrimoine architectural, si ce n'est vous?
C'est vrai que comme le disait Mélanie nous ne sommes pas dans une partie de Monopoly. Nous sommes dans la vraie vie Monsieur Espéret!!!!
Il ne s'agit plus de tergiverser, il faut vite stopper net cet engrenage infernal.
Si vous ne pouvez plus changer de cap alors restez digne et démissionnez.
Je dirai même plus, Ne fermez pas votre gueule et démissionnez!!
S'il vous plaît!!!!!!!!!!!!


Tony membre d'un parti écologiste

16.Posté par Gilles VIMARD le 23/02/2010 23:41

Je suis écoeuré par ce scandaleux irrespect du patrimoine architectural créole.
Mais gardons le sourire alors voici ce que cela m'a inspiré:

"Si vous voulez un permis de bétonner
Passez voir Monsieur Espéret
Car ce sera lui votre meilleur allié
Sous prétexte de densifier
Il pourra tout réaliser
Y compris dans le centre ville protégé."


Un métro réunionnais d'adoption épris du patrimoine culturel créole, écoeuré de voir ces évolutions néfastes dans le centre ville de Saint-Denis.

15.Posté par A. Hoarau le 23/02/2010 20:20

kréol deboute.
Depuis deux ans déjàMr Espéret est l'adjoint responsable de l'urbanisme à la mairie de Saint-Denis ; responsable mais sans doute pas coupable suivant la formule consacrée : Ce n'est pas lui qui achète, ce n'est pas lui qui vend, pas lui qui détruit, pas lui qui spécule ; il lui arrive parfois même de ne pas approuver ( Monsieur a de ces délicatesses d'âme !!!...)
Mais qui donc signe sans rougir de honte les permis de construire qui défigurent la ville de Saint-Denis? Sans doute un homonyme?
Quand on fera le bilan de son action, si on le laisse faire, on se rendra compte que ce monsieur aura été le pire destructeur de l'histoire et de l'architecture que Saint-Denis ait connu.

14.Posté par tinou le 23/02/2010 18:40

C'est bizarre comment s'agite Monsieur Espéret sur ce forum. Ce sent morveux qui se mouche!

13.Posté par jean-pierre espéret le 23/02/2010 00:24

Quatre exigences : Fournir des logements à ceux qui n'en ont pas, préserver le patrimoine, préserver les terres agricoles, préserver les espaces boisés. Une seule solution : densifier. Les bâtiments classés bénéficient de périmètre de protection renforcée et de l'obligation, même s'ils ont totalement brûlé, d'une reconstruction à l'identique. Les bâtiments "seulement" inscrits ne bénéficient pas de zones de protections aussi fortes. Les services de la mairie de Saint Denis travaillent en contact direct avec l'architecte des Bâtiments de France et respectent son avis. Respecter le patrimoine ne veut pas dire immobilisme. Personnellement je n'apprécie pas du tout les colonnes de Buren et la pyramide du Louvre, le container de K-tédral me choque beaucoup moins. Il est nécessaire de laisser à l'art un certain espace de liberté et d'accepter qu'une certaine expression avec laquelle on n'est pas d'accord puisse exister. Je ne suis pas plus fier que ça d'avoir signé ce permis, mais je l'assume parfaitement.

12.Posté par Etienne le 22/02/2010 21:06

en réponse a tipir,je suis un vieux créole qui dépasse la cinquante et qui est née dans une case en bois sous paille ;j'ai jamais entendu pour ma part dire une maison piquée;ou une maison plantée. mais il s'agit bien de case piquée ou case plantée ou les poutres sont fixées à même le sol avec des planches de bois tout autour et un toit en paille. le commun des mortels en général diras la maison carrère; et la case ti-Robert( c'est ma case )la maison c'est la forme admise avec un socle et une ossature .enfin nous n'allons pas faire un caze avec ça

11.Posté par tipir le 22/02/2010 20:51

je voudrais savoir qui a donné le permis de construire à Mr Pardon pour installer son K thédrale juste derrière la cathédrale de St Denis; jetez un oeil sur le magnifique container qui vient embellir notre patrimoine... Merci à celui qui l'a autorisé!!!!

10.Posté par tipiment le 22/02/2010 19:56

quel scandale, que fait l'architecte des bâtiments de France ! est il juste là pour se dorer la pilule et toucher ses 35 % ?
non bien sûr !!!!!! Ah qu'elle est belle la vie sous les cocotiers !

9.Posté par xav97 le 22/02/2010 19:46

En théorie écologiste on pouvait espérer que monsieur Espéret serait un ardent défenseur de l'environnement et du patrimoine. Au lieu de cela depuis qu'il est adjoint à l'urbanisme, il signe à tour de bras des permis de construire pour des immeubles en béton dans le centre de St Denis. Par la même, il accélère la mort de l'architecture créole et commet un crime contre notre histoire.

8.Posté par citoyen le 22/02/2010 19:32

Premier problème: ça coûte tellement cher de reconstruire et en plus à l'identique que les propriétaires les laissent pourrir sur pied, jusqu'à ce qu'un incendie ou la ruine en fasse l'affaire et les débarasse du problème......

Comment alors concilier protection du patrimoine et protection des particuliers????

Deuxième problème: on autorise les constructions d'immeubles à côté de villas créoles, parfois historiques, alors que le PLU oblige à une certaine harmonisation et à tenir compte de l'environnement. Ce qui les dénature en grande partie..... car mettre un immeuble à côté d'une case créole, c'est amener celle-ci à disparaître d'abord architecturalement avant que physiquement, les propriétaires n'ayant plus de vues, et les locataires étant "sur eux".... Ainsi disparaissent enfouies sous le béton alentour ces cases.....

Je sais bien que le foncier ça coûte cher, et que les besoins en logements sont forts, mais en attendant, elles disparaissent les unes après les autres....

Troisième problème: on fait du faux style créole moderne, qui s'éloigne de l'architecture traditionnelle... Si on n'y prend garde, on vivra dans le faux style architectural intégral....

Qu'en pense M. ESPERET ou les mairies, dont celle de Saint-Denis?

7.Posté par tipir le 22/02/2010 17:31

Le mot case en Kréol réunionnais signifie le lieu d'habitation en l'occurrence peut importe ici la taille de la maison; certes St Denis n'est pas la seule ville où il y a de belles cases créoles!! mais c'est sans doute à st Denis où des maisons remontant avant le 19ème siècle (avant 1800) sont le plus en danger.
Ces dernières années le prix des terrains a énormément augmenté et il est impossible pour les héritiers sauf grosse fortune (ce n'est pas la majorité) de reprendre le bien familiale (impôt sur la succession, travaux, impôt foncier, taxe d'habitation même pour 4OO m2 de terrain).
Alors on vend à des entrepreneurs qui s'empressent de nous faire croire qu'ils vont garder le style créole ou simplement qu'ils vont réhabilité ses maisons. Des maisons qui sont sur le plan d'urbanisme de la mairie se transforment en immeuble.

Ils nous faut préserver notre héritage culturel, historique sur St Denis d'abord et certainement sur toute l'île, mais certaines communes sont déjà à l'oeuvre pour la protection de notre architecture (salazie par exemple) ce qui est loin d'être le cas à St Denis ou seules les bâtissent les plus célèbres sont protégées par la mairie.
Souhaitons nous réellement qu'au centre de St Denis s'élèvent que des immeubles au revenus locatifs très intéressant pour ceux qui en ont les moyens!!

6.Posté par BERNARD LE Z'OREY DE SEINE/MARNE le 22/02/2010 13:20

Pendant mes six séjours sur l'Ile j'ai pris beaucoup de photos . J'ai tout plein de petites cases sur diapositives et je les gardes précieusement .

5.Posté par Etienne le 22/02/2010 12:51

merci à Mélanie Roddier pour cette article; d'accord avec ded pour dire que ces grandes bâtisses ce ne sont pas des cases créoles mais des maisons; ou mieux des masures;ou alors le mot case perdrait de tous son sens;(case; casa; cabane ;chaumière;chaume;paille) par contre si vous voulez voir de réelle cases créoles venez à l'entre-deux et vous verrez la case créole différemment après avoir fait une visite avec Etienne le guide accompagnateur touristique du village

4.Posté par jean-pierre espéret le 22/02/2010 10:30

Brève réponse avant plus ample vérification des infos diffusées dans le courrier ci-dessus :
La réglementation du Plan Local d'Urbanisme (PLU) impose une reconstruction à l'identique des bâtiments inscrits au patrimoine ou même simplement répertoriés. Donc soit les bâtiments cités ci-dessus ne sont pas répertoriés, soient la construction entreprise n'est pas réglementaire. Attention, la rénovation d'un bâtiment peut entraîner son démontage complet comme c'est le cas en ce moment sur la rue de Paris.

Jean-Pierre Espéret
Adjoint à l'Urbanisme

3.Posté par PTITCRICK le 22/02/2010 08:09

ET OUI SES VILLAS SONT A L ABANDONS COMME UNE PARTI DES CANDIDATS SON
A LA CORRUPTION

2.Posté par GRENADE974 le 22/02/2010 08:01

désolant tout cela....la région, le département qui dépensent sans compter pour des "conneries" pourraient proposer aux héritiers le rachat (bien sûr à un prix plus que raisonnable puisque de toute façon plus intéressant pour les héritiers que l'abandon) de certaines de ces maisons afin de les rénover à l'identique....
Un programme pourrait être établi sur les 5 ans à venir...

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
Publicité
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes