Courrier des lecteurs

Carton rouge pour le préfet Amaury de Saint-Quentin

Jeudi 18 Janvier 2018 - 18:03

N’est pas préfet des DOM-TOM qui veut ?

L’ouragan  Irma nous a montré les limites des préfets et sous-préfets dans les DOM-TOM. Ces derniers, souvent hors cadre, sont  nommés pour service rendu. On ne gère pas les DOM-TOM comme on gère la région PACA, l’Alsace, etc.

Éric Maire nouvellement nommé en Guadeloupe, disait lors de sa première affectation en Haute-Loire, “ je souhaite être à l’écoute des gens, disponible et présent sur le terrain, car on administre bien que ce qu’on connaît“. Mais depuis sa prise de fonction aux Antilles, les gaffes et polémiques s’accumulent, le lendemain du passage de l’ouragan Irma, les journaux titraient ‘’polémique en Guadeloupe après l’arrivée d’un bateau de rescapés composé majoritairement de touristes, Il n’y a que des blancs’’ bateau réquisitionné par le préfet pour soi-disant venir en aide aux rescapés de saint Barthelemy. Toujours, le même ouragan, Anne Laubiès sous-préfète des saint-Barht, paniquée par la violence des vents, parait-il, abandonnait les habitants à leur triste sort, pour se réfugier en Guadeloupe. À sa suite,  les professeurs originaires de Métropole, en vacances dans l’hexagone, traumatisés par les images qu’ils ont vu dans les médias,  refusent de retourner exercer en Guadeloupe.

Rencontrons-nous aujourd’hui ce même problème avec la tempête Berguitta ? Le nouveau préfet Amaury de Saint Quentin, fraichement débarqué, me donne l’impression ne pas connaitre suffisamment notre département, pour pouvoir gérer au mieux les cyclones et tempêtes.

Je ne doute pas des compétences de ce haut fonctionnaire de l’État, que je respecte, mais malheureusement, lui et son équipe ne connaissent pas la réalité du terrain.

Je veux parler ici, tous les quartiers enclavés, l’état des routes dans les hauts de l’Île, les chemins boueux,  les sentiers battus, les petites voies bétonnées, les  glissements de terrain, les quartiers inondés à chaque pluie,  les ravines qui débordent, les champs de cannes dont les habitants du secteur sont obligés de traverser pour aller prendre le bus, les voies impraticables en voiture quand il pleut, les radiers, les crues des petits cours d’eau habituellement sèches.

Dès leurs arrivées, ces préfets reçoivent toujours les VIP et font confiance aux technocrates déjà en poste depuis des années, qui pour la plupart sont déconnectées de la réalité, leurs weekends c’est la plage, les vacances la métropole. Ils ne connaissent pas la Réunion d’en bas, nos quartiers populaires.

Quant au directeur de cabinet, il ne savait plus quoi répondre, devant l’insistance des journalistes, il finit par dire, “chaque Réunionnais doit décider de prendre la route ou pas, pour rejoindre son lieu de travail“, traduction, débrouillez-vous, s’il vous arrive quelque chose se sera de votre responsabilité.  Ce qu’il ne sait pas, c’est que beaucoup de nos concitoyens travaillent pour 1200 euros, une journée d’absence diminue fortement leurs salaires.

La décision de ne pas déclencher l’alerte rouge peut avoir des conséquences tragiques. À l’heure où j’écris ces quelques lignes, Dieu merci, il n’y a pas eu d’accident.

Pour ma part, je dirais par principe de précaution et sécurité, surtout dans le doute avec une trajectoire aussi indécis, la sagesse voudrait que l’on déclenche l’alerte rouge.

Alors Monsieur le Préfet, je me tiens à votre entière disposition pour vous guider là où vive une bonne partie de la population Réunionnaise, là où vos prédécesseurs n’ont jamais voulu mettre les pieds.
 
Georges Potola Chrétien Engagé
Lu 2245 fois



1.Posté par PAT le 18/01/2018 18:35

Quoi li dit là? I mette l'alerte rouge? Non , pas ça? Ah, ok, carton rouge pou le préfet. Ben oui.

2.Posté par Samwinsa le 18/01/2018 22:24 (depuis mobile)

Bien résumé.
Un peu trop politiquement correct mais bon...

3.Posté par Moi président le 18/01/2018 22:37

Tiens, le préfet vient de se trouver un 2ème supérieur hiérarchique

4.Posté par Lesseps le 19/01/2018 00:01 (depuis mobile)

Le syndrome du grand diseur petit faiseur... se caractérise par sa propension à sortir de son terrier toujours après la guerre ... doté d’une gueule énorme, il se retourne toujours contre son maître après avoir bien mangé...

5.Posté par L'Ardéchoise le 19/01/2018 00:45

Moi, ce qui me dérange le plus, c'est la signature...
Si l'on permet un tel prosélytisme, on aura peut-être bientôt un courrier avec "islamiste engagé", au point où on en est !!!

6.Posté par Kaflabutte le 19/01/2018 12:47

Analyse, constat véridique monsieur Potola.
A ceux qui braillent, qui crient au loup n'en sont pas exonérés.

7.Posté par A mon avis le 19/01/2018 14:07

Pourquoi cette affirmation de Chrétien engagé dans votre signature ?
Qu'est ce que cela apporte à votre texte ?

Ceci étant dit, on peut résumer votre laïus par votre conclusion :

La décision de ne pas déclencher l’alerte rouge peut avoir des conséquences tragiques. À l’heure où j’écris ces quelques lignes, Dieu merci, il n’y a pas eu d’accident.

Vous remerciez votre dieu qu'il n'y a pas eu "d'accidents" (victimes serait plus juste) ; pourquoi ne le remerciez vous pas d'avoir fait subir ce cyclone aux Réunionnais ? Voulait-il les punir de quelque faute ? 😊😄😂

Vous dénigrez le préfet pour n'avoir pas pris la décision de l'alerte rouge. Ignorez vous que sa décision est aidée par les conseils de nombreux spécialistes, qui eux sont de "vrais créoles" pour la plupart ou présents sur l'île depuis longtemps.
Il n'y a pas eu de victimes. Preuve que sa décision n'était pas si stupide que ça.

Si vos compétences vous autorisent à conseiller le préfet, vous pouvez toujours postuler pour entrer à son service.

Par ailleurs, l'alerte orange met chacun devant ses responsabilités. Peut-être aussi que chaque individu (ou responsable local) peut se comporter en personne responsable et agir intelligemment selon les circonstances, sans attendre qu'on lui dicte sa conduite !

8.Posté par Kasser le cui st Louis st Denis le 19/01/2018 16:02 (depuis mobile)

Moi je dis : "bravo" Monsieur.
Effectivement vous faites dans le politiquement correct mais c''est inscrit dans notre ADN collectif même de temps en temps un côté rebelle ferait beaucoup plus avancer les choses. Bonne continuation Monsieur.

9.Posté par Kasser le cui st Louis st Denis le 19/01/2018 16:27 (depuis mobile)

Un dernier pour la route Monsieur Potola.
Faites votre route, mettez de côté les "esprits chagrins" qui sont formatés et qui pensent à tort parce qu''ils ont bac + ... , ont la science infuse alors que souvent .... Je vais rester poli.

10.Posté par PATRICK CEVENNES le 19/01/2018 16:52

fukcd473
Le rédacteur n'est-il point un didacticien de l'EN ? Vous savez, ceux qui se prennent pour des Seigneurs et qui sont tous devenus "Charlie" ! Mdr !
Il aurait dû signer "crétin enragé", car franchement je ne vois pas ce que la chrétienté vient faire dans ce débat.
Le "crétin de service" devrait aussi s'assurer de ne pas diffuser de "fake". La préfète de St-barth n'a jamais quitté le navire et elle n'a pas pris le large direction la Guadeloupe. Comme quoi c'est un "crétion" et probablement "chef d'escadrille".
Sinon, le Préfet a fait un Retex (Retour d'expériences) à propos de la gestion de crise par les sous-préfectures qui n'avaient pas été concluantes à 2 reprises fin des années 80.
Alors le "crétin de service" il en pense quoi ? Faut surtout ne pas te prendre pour une lumière parce que tu es didacticien de l'EN et en plus un Charlie. Tu devrais chanter "La Marseillaise" ! Ben non, tu ne peux pas parce que tu es Domien. Mdr !

11.Posté par Moi président le 19/01/2018 17:57

Ce qu’il ne sait pas, c’est que beaucoup de nos concitoyens travaillent pour 1200 euros, une journée d’absence diminue fortement leurs salaires

Il le sait sûrement, tout comme il sait aussi que nombreux sont aux minimas sociaux, et que d'autres sont à mi-temps en contrat aidé.

Il sait sûrement aussi qu'à temps plein on gagne 2,5 jours ouvrables de congés payés par mois, soit 5 semaines dans l'année non travaillées et payées quand-même par l'entreprise.
Au lieu de risquer sa peau, chaque salarié peut décider de ne pas venir, et s'arranger ensuite avec l'employeur pour faire passer l'absence en jour de congé payé.

Sinon, il y a moyen, dans le bâtiment notamment, de faire 6 heures supplémentaires, qui majorées à 25% font plus de 7 heures payées normalement, ou bien 7 heures supplémentaires qui donnent droit à presque 2 heures de repos compensateur.

Le préfet sait tout ça, et bien d'autres choses encore, et c'est plutôt lui qui pourrait donner des leçons à beaucoup de parleurs et pleureurs.

Du reste, comme dit si bien le post 7, les préfets ne passent jamais longtemps dans un département, mais sont entourés par des professionnels qui eux sont en place depuis longtemps, et qui le conseillent.
Il y a une préfète réunionnaise en Alsace. Va-t-on lui reprocher de ne rien connaître de l'Alsace à la moindre tempête, au moindre épisode de pollution niveau 2, au moindre glissement de terrain ?

12.Posté par FUKCJ 738 le 19/01/2018 20:50

fukcj738
Mais qui est donc cet olibrius qui adresse un carton rouge au Préfet ?
Assurément, il n'est pas passé par l'ENA ou une des grandes écoles de la Défense ou de l'Intérieur.

A propos d'Irma et de la posture de l'État. Si je comprends bien vos propos, l'État aurait dû envoyer une flotte de navires et d'avions pour évacuer Saint-Martin et Saint-Barth. Alors permettez-moi de vous traiter de "gros con". L'État les aurait trouvé où ces navires et ces avions pour évacuer tout le monde selon votre science infuse ? Et vous pensez que les origines du Préfet ou de la Préfète auraient changé quelque chose ? Sinon, il aurait fallu que vous soyez citoyen américain. Eux, les USA, n'ont pas hésité avec les moyens, ils ont fait un pont aérien avec 6 C-130 du 106th Rescue Wing de Porto Rico pour évacuer leurs ressortissants. La France n'a qu'un Casa235 aux Antilles (Martinique, Guadeloupe et Guyane).

Concernant l'exemple de vos con-citoyens dont leurs salaires diminuent fortement pour une journée d'absence. Vous avez mesuré cette diminution à la louche ? Selon quelle règle ? Maintient de salaire ou heures réelles dans le mois ? Et la retenue pour absence se calcule sur le Sbrut et non sur le Snet.

Seriez-vous Ingénieur météo pour sortir votre grande science ? Le radar au Colorado est une mécanique très précise, alors nous pouvons penser que la trajectoire de la tempête tropicale était précise. Et l'alerte rouge ne concerne que les systèmes cycloniques.

Je vous adresse un "carton noir" pour votre sainte-connerie la science.

@11 les heures de repos compensatoires sont dues si vos salariés dépassent le contingent annuel d'heures supp. (220h) et sont majorées à 150%.

13.Posté par ti crever le 20/01/2018 00:44

il a mal géré la situation flanqué de collaborateurs évasifs; c'est indéniable. Il est coutumier du fait je vous invite à aller consulter son pedigree sur le réseau ,il n'en à qu'à sa tête car encré politiquement, certains nombrilismes voient en ce personnage le défenseur de privilèges, fruits de l'héritage colonialisme , ils se trompent de débat ;on peut faire 10 ans de droit et le reste de travers;ce dont il s'agissait dans le cas présent c'était de la vie humaine qui a été mise en danger et rien d'autre rien que pour çà j'ai la dent dure .cessez de prendre la Réunion pour un laboratoire à ciel ouvert où on cultive la connerie venue de nulle part; de la mierda qu'on nous vend à effets de mode. lorsque l'on commet une connerie il faut savoir la reconnaitre et en tirer des leçons...

14.Posté par Moi président le 20/01/2018 05:18

@12

Il y a 2 formes de repos compensateur :

- Repos compensateur de remplacement (RCR)
Les 8 premières heures supplémentaires (HS) sont en principe majorées de 25% (article L3121-36 du Code du travail).
Néanmoins, l'employeur peut décider, avec l'aval du Comité social et économique s'il existe (avant c'était le Délégué du personnel), de remplacer le paiement de tout ou partie du paiement de l'HS et de la majoration par un RCR (article L3121-37 du CT).

Dans une entreprise où les HS sont vraiment exceptionnelles, l'employeur tend à vouloir remplacer le paiement de l'ensemble par un RCR.
Dans une entreprise où les HS sont fréquentes à cause d'impératifs de délais (BTP en particulier), l'employeur tend à ne remplacer que le paiement de la majoration, voire même ne rien remplacer du tout.

C'est du RCR que je parlais dans mon post 11, c'est pour ça que j'ai envisagé 2 cas de figure.


- Repos compensateur légal (RCL)
C'est celui dont vous me parlez. Il est régi par l'article L3121-38 du CT.

Il s'applique comme vous dites lorsque le contingent annuel de HS est dépassé. Dans ce cas, les heures ne sont plus majorées, et donnent obligatoirement lieu à un RCL de 50% de temps pour les entreprises jusqu'à 20 salariés, et à un RCL de 100% de temps pour les entreprises de plus de 20 salariés.

Tout ceci peut varier si l'entreprise est régie par une convention collective. C'est l'article L3121-33 du CT qui régit alors les dispositions générales de ce cas de figure.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 10:37 Jusqu’où l’hybris ?