MENU ZINFOS
Faits-divers

Carrière marron à Pierrefonds: L'ancien exploitant jugé en appel


L'exploitant de possibles installations classées par la protection de l'environnement à Pierrefonds a été jugé en appel ce jeudi. La décision de la cour sera rendue le 22 octobre prochain.

Par - Publié le Jeudi 27 Août 2020 à 18:11 | Lu 5284 fois

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Les histoires de carrières "marrons" continuent d'occuper les tribunaux de l'île. Après Joël Mongin, condamné en décembre dernier pour "exploitation d’une installation classée pour la protection de l’environnement sans autorisation" à 5000 euros d’amende – sa société STTP OI, à 20.000 euros -, ainsi qu’une obligation de remise en l’état sous six mois, sous peine d’astreinte de 50 euros par jour de retard, Joël Mongin avait décidé de faire appel. Mais l’affaire a été renvoyée ce jeudi à cause d’une citation non-délivrée. 
 
Des faits similaires ont été jugés par la cour d’appel ce jeudi dans l’affaire de Nicolas Alaguirissamy Carpaye, condamné en première instance en juin à 30.000 euros d’amende et une interdiction de gérer pendant cinq ans. Il s’agit de l’exploitation de parcelles allée Jackot et allée de la Mer à Pierrefonds. 
 
Suite à des plaintes de riverains, la DEAL réalise plusieurs visites. Nuisances sonores, poussière, fouilles de quatre mètres de profondeur, extraction d’une veine rocheuse massive… tout cela sur une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE). Des travaux d’extraction d’andins, selon Nicolas Alaguirissamy Carpaye, débutés en août 2016. Mais l’exploitation de ces parcelles, selon la DEAL, serait allée au-delà de simples andins. 
 
Pour le chef d’entreprise, l’exploitation était justifiée par une étude de faisabilité. Et tout a été remis en l’état avec des travaux de "valorisation agricole". Il tenait aussi à rappeler que "c’est une activité en dents de scie". À un euro la tonne pour l’agriculteur, difficile de s’en sortir. "Il n’y a que Caroupaye qui tient aujourd’hui". "Je ne suis pas un malfrat", ajoute-t-il. 
 
Son avocate a quant à elle évoqué le peu d’exactitude quant à la localisation de l’ICPE. Aussi, les inspecteurs de la DEAL se seraient contenté d’interroger "un conducteur et des prostituées sur place sans jamais interroger (son) client". 
 
L’avocat général a requis une interdiction de gérer pendant 5 ans et 100 jours/amende à 600 euros. 

Nicolas Alaguirissamy Carpaye, aujourd'hui planteur, sera fixé sur son sort le 22 octobre. 


Soe Hitchon
Journaliste La liberté et la justice pour tous, c'est une utopie en laquelle je crois. Chaque... En savoir plus sur cet auteur


1.Posté par Dignité le 27/08/2020 23:18

Le propriétaire du terrain perçoit pour les galets qui y sont extraits 1 € la tonne.

L'exploitant dit qu'après avoir payé ce prix , il ne s'en sort pas.

Foutaise tout ça.

En réalité, deux filières d'évacuation existent pour les matériaux extraits:
1- le chantier de la NRL où ils sont livrés en l'état pour un prix de 30 € la tonne;
2- un site de concassage où ils sont broyés pour être transformés en matériaux de construction.
Transformés en sable, ils sont vendus 50 € la tonne.

Dire que le propriétaire gagne un max et pompe tout le bénéfice, c'est vraiment prendre les gens peu informés de la chose pour des c...

2.Posté par spartacus974 le 28/08/2020 07:04

C'est amusant de constater que certains individus peuvent ouvrir des carrières en toute illégalité en toute impunité.C'est vrai que des engins de chantier,des camions à profusion et de gigantesques excavations passent inaperçus!!!!

3.Posté par Le Jacobin le 28/08/2020 09:24

Serait-ce notre connaissance qui meurt pour le transport?

Il serait donc reconnu par la profession comme un M.....celui pour qui Didier Robert avait financé son secrétariat pour utilité public?

(arrète fé chié à moins avec out grève sur la route alla 35 000€ pour le bureau et l'ordinateur)

"Il n’y a que Caroupaye qui tient aujourd’hui". "Je ne suis pas un malfrat", ajoute-t-il."

Donc depuis de 2016 à 2020 il travail à perte et il continue illégalement.

A la lecture du récit chez les transporteurs c'est une deuxième activité qui me semble très rentable, même quand ils sont pris la main dans le sac ils font appellent du jugement trop sévère à leurs endroit.

4.Posté par Kaskavel le 28/08/2020 15:10

Petit aperçu de qui attends la Réunion avec le "protocole andains" de la NRL , à savoir ce type de mauvaise surprise multiplié par cent . Qui peut croire franchement en effet que les transporteurs vont respecter le protocole et notamment les 50 cm de fouille ?

Nouveau commentaire :
Twitter

Si aucune page de confirmation n'apparaît après avoir cliqué sur "Proposer" , merci de nous le faire savoir via le mail contact@zinfos974.com
------
Merci de nous donner les informations suivantes, elles nous serviront à mieux cerner votre situation :
-- Smartphone ou ordinateur (mac ou windows)
-- Navigateur utilisé
-- Votre fournisseur d'accès internet
------
Toute l'équipe de Zinfos974 vous remercie
 

1F Rue de La Martinique

97490 Sainte-Clotilde

06 92 97 75 75
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales

- CGU

- Politique de Confidentialité

- Nos Journalistes